Parcs à Chicago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lincoln Park est le parc urbain public le plus vaste de la ville de Chicago. Il comprend un jardin botanique, un parc zoologique et un musée d'histoire, ce qui en fait le deuxième parc le plus visité du pays après Central Park.

Cet article traite des parcs et espaces verts de la ville de Chicago, dans l'État de l'Illinois, aux États-Unis. Chicago est la deuxième ville des États-Unis en nombre de parcs et d'espaces verts après New York. La commune compte 570 parcs municipaux[1] couvrant une superficie de plus de 7 300 acres d'espaces verts à travers toute la ville (soit 30 km2 ; 8,5 % du territoire municipal)[2]. La majorité d'entre eux sont sous la responsabilité du Chicago Park District.

Les nombreux espaces verts du système des parcs de Chicago sont complétés par les réserves forestières du comté de Cook (Forest Preserves of Cook County)[3], un réseau d'espaces naturels ouverts et administré séparément du Chicago Park District contenant des forêts, des prairies, des marais, des zones humides, des ruisseaux et des lacs, qui sont réservés comme zones naturelles le long de la périphérie de la ville (principalement dans sa partie nord-ouest à proximité de l'aéroport international O'Hare[4]).

Historique[modifier | modifier le code]

Une carte détaillant le système de parcs et de boulevards formant un cercle autour de Chicago en 1886.

Quand Chicago s'incorpora en tant que municipalité durant l'année 1833[5], elle choisit la devise « Urbs in Horto », une expression latine qui signifie la « ville dans un jardin »[6]. Avec sa croissance démographique qui explosa au milieu du XIXe siècle, la demande d'espaces publics augmenta dans la population, mais le conseil municipal de Chicago ne fit pas grand-chose pour y répondre. Au lieu de cela, les investisseurs immobiliers réalisèrent que de petites places publiques pouvaient augmenter la valeur de leur propriété. En 1842, le Washington Square Park devint le premier de ces projets, développé par l'American Land Company. Des projets similaires furent réalisés avec Goudy Square Park en 1847 et Union Park en 1853. Bien que le comté de Cook accepta d'allouer un grand parc dans le South Side en 1857, ces plans furent annulés deux ans plus tard, et les protestations du public recommencèrent.

La deuxième attribution à grande échelle de parcs à Chicago a eu lieu en 1860, lorsqu'une grande partie du cimetière de la ville fut reconvertie comme parc. Cela était dû aux préoccupations de John Henry Rauch concernant l'impact possible sur la santé publique de la présence d'un grand cimetière au bord du lac Michigan. Ce nouveau parc fut nommé « Lake Park »[7] ; toutefois, en raison de la confusion qui régnait autour de son nom, il fut rebaptisé « Lincoln Park » en 1865 en l'honneur d'Abraham Lincoln, seizième président des États-Unis, mort assassiné le 15 avril de cette même année à Washington, D.C., la capitale fédérale.

William Butler Ogden, premier maire de Chicago (élu en 1837), défendait l'idée de créer de grands espaces verts à travers la ville.

Les transformations de Paris sous le Second Empire par Napoléon III et le baron Haussmann ainsi que le Greensward Plan pour Central Park à New York dans les années 1850 et 1860 attirèrent l'attention sur le rôle que les parcs pouvaient jouer dans le développement urbain. William Butler Ogden, le premier maire de Chicago, plaida en faveur d'un projet de loi de l'État visant à créer des parcs dans le South Side. Bien qu'initialement rejeté lorsqu'il fut proposé en 1868, l'Assemblée générale de l'Illinois accepta ce plan en 1869. L'objectif était de créer un système de parcs et de boulevards qui formeraient un cercle autour de Chicago.

En 1891, J. Frank Foster devint le surintendant du système de parcs du sud de Chicago. Il préconisa l'extension des parcs dans les quartiers ouvriers. Ces parcs, généralement plus petits, étaient néanmoins dotés de terrains de jeu et d'autres installations, notamment des bâtiments de type "Fieldhouse" (« gymnase »). Ces installations offrirent toutes sortes d'espaces de loisirs et de services aux habitants des quartiers environnants. Frederick Law Olmsted Jr. et son frère John Charles Olmsted, conçurent bon nombre des premiers parcs de quartier, et ces idées de parcs de quartier influencèrent les idées nationales dans la conception des parcs[8].

En 1909, le Plan de Chicago (aussi appelé « Plan Burnham ») fut un vaste plan de restructuration urbaine de la ville initié par la municipalité dans les années 1900. Le Plan fut conduit par les architectes-paysagistes et urbanistes Daniel Burnham et Edward H. Bennett[9]. En 1871, à la suite du Grand incendie de Chicago qui ravagea le centre de Chicago et ses quartiers limitrophes, le maire de Chicago Fred A. Busse et les membres du conseil municipal décidèrent de reconstruire la ville sur des critères modernes. De nombreux parcs de Chicago virent le jour durant cette période comme Jackson Park, l'un des plus beaux parcs de South Side, le célèbre Grant Park au cœur de la ville, et le Burnham Park pour ne citer qu'eux.

En 1934, les 22 commissions qui furent chargées de la gestion des parcs et des espaces verts de Chicago fusionnèrent pour former un nouveau système unifié, et Palmer Park (du nom de l'entrepreneur Potter Palmer) fut le premier à intégrer la nouvelle entité connue aujourd'hui sous le nom de Chicago Park District (« district des parcs de Chicago »)[10].

Présentation[modifier | modifier le code]

Rangée d'arbres à Grant Park durant l'automne.

Aujourd'hui, Chicago est la deuxième ville après New York à posséder le plus de parcs et d'espaces verts aux États-Unis, totalisant 570 parcs municipaux[11],[12] soit plus de 30 km2 de verdure, mais aussi 33 plages, 16 lagunes historiques, 9 ports en bordure du lac Michigan[13], 86 piscines, 90 aires de jeux, 230 gymnases, 66 centres de fitness, 9 patinoires, 11 musées, un parc zoologique et 2 jardins botaniques[14], ce qui fait du Chicago Park District le plus grand système urbain de gestion et d'entretien d'espaces verts de la nation.

Grant Park est un vaste parc public d'une superficie de 1,29 km2 situé dans la partie Est du secteur financier du Loop. On y trouve l'Art Institute of Chicago et la célèbre Buckingham Fountain, une fontaine interactive monumentale. De 1999 à 2004, Grant Park a subi d'importants travaux d'aménagements dans sa partie nord-ouest pour accueillir l'un des lieux les plus attractifs de la ville : le Millennium Park[15] (le « parc du millénaire ») qui connaît un véritable attrait populaire depuis son ouverture[16]. Créé à l'initiative du maire Richard M. Daley, le Millennium Park a une superficie de 99 000 m2 et s'étend le long de Michigan Avenue à l'ouest et Colombus Drive à l'est. Le projet a été lancé en et les travaux ont duré de à . Le Millennium Park fait partie intégrante de Grant Park, l'un des plus grands jardins publics de Chicago. Il est spécifiquement dédié à l'architecture (déconstructivisme) et à l'art contemporain (sculptures monumentales). Il comprend de nombreux aménagements publics tels qu'une patinoire, un théâtre et des promenades[17]. Le Millennium Park comprend plusieurs attractions qui attirent de nombreux touristes et Chicagoans dont la Cloud Gate, le pavillon Jay Pritzker, la Crown Fountain, la passerelle BP, le McCormick Tribune Plaza & Ice Rink et le théâtre Harris. L'ensemble du Millennium Park est sous la gestion du Département des affaires culturelles de la ville de Chicago (Chicago Department of Cultural Affairs).

Jackson Park, l'un des plus beaux parcs et des plus populaires de la ville, s'étend sur une superficie d'environ 2 km2 et se trouve à cheval sur les secteurs de Woodlawn et Hyde Park dans le South Side, entre le lac Michigan à l'est et l'université de Chicago à l'ouest. Jackson Park voit le jour grâce à l'entrepreneur Paul Cornell[18]. Nommé en l'honneur d'Andrew Jackson (1767-1845)[19], le septième président des États-Unis, le parc a été aménagé en 1869 par Frederick Law Olmsted et Calvert Vaux, les concepteurs de Central Park à New York[20].

Jackson Park est surtout connu pour abriter le musée des Sciences et de l'Industrie (MSI) et la statue de la République, œuvre du sculpteur Henry Bacon qui fut érigée en 1918 pour la célébration du 25e anniversaire de l'Exposition universelle de 1893[21] et du centenaire de l'État de l'Illinois[22]. Le parc, qui abrite le jardin japonais de « Garden of the Phoenix », est très prisé des touristes et des résidents pour sa proximité avec les plages. Il abrite également plus d'une vingtaine d'espèces d'oiseaux dont des Passerins indigo et une population de perruches sauvages Monk, des descendants d'oiseaux de compagnie qui ont été intégrés dans les années 1960. Jackson Park est relié par Midway Plaisance à Washington Park. Conformément au canal qu'Olmsted voulait bâtir entre les deux parcs, une excavation a été faite le long de Midway Plaisance, mais la ville n'a pas donné son accord pour que l'eau y passe. Le parc est également relié à Grant Park via Burnham Park.

Situé juste au nord de Jackson Park, Harold Washington Park s'étend sur 4,4 hectares[23] et se trouve au 5200 South Hyde Park Blvd dans le secteur de Hyde Park. Créé par l'entrepreneur Paul Cornell, le parc est surtout connu pour ses nids de perruches veuves d'Amérique du Sud. Il est délimité par East 53rd Street au sud, South Hyde Park Boulevard à l'ouest et la voie rapide de Lake Shore Drive à l'est. En 1992, le parc fut renommé en l'honneur de Harold Washington (1922-1987), résident de longue date de Hyde Park et premier maire afro-américain de Chicago[24].

Attenant au Grant Park, dans son coin sud-est, le Museum Campus (parfois appelé Museum Park ; en français « parc des musées ») est un espace vert d'une superficie de 23 hectares situé entre le lac Michigan à l'est, la voie rapide de Lake Shore Drive à l'ouest, et le stade de Soldier Field au sud, dans le secteur de Near South Side. Il fut créé dans les années 1990 par le Chicago Park District pour transformer et mettre en valeur le cadre de ces trois institutions en parc boisé aménagé en promenade[25]. Les musées, tous dédiés aux sciences naturelles, figurent parmi les destinations les plus prestigieuses de la ville : le planétarium Adler, le musée Field d'Histoire Naturelle et l'aquarium John G. Shedd[26].

Plan d'eau à Lincoln Park.

Visité chaque année par plus de 20 millions de personnes, Lincoln Park est le deuxième parc urbain le plus visité des États-Unis après Central Park[27]. D'une superficie de 4,9 km2, il est le parc le plus vaste de la ville de Chicago et s'étend sur 11 km de long en bordure du lac Michigan[28]. Lincoln Park comprend de nombreuses attractions, dont le jardin botanique de Lincoln Park (Lincoln Park Conservatory), le zoo de Lincoln Park (Lincoln Park Zoo)[28] et le musée d'histoire de Chicago (Chicago History Museum)[28], ainsi que des installations récréatives incluant des terrains de baseball, des terrains de basket-ball, des terrains de softball et des terrains de football, des courts de tennis, des terrains de volley et un parcours de golf. Le mémorial de Lincoln Monument, une sculpture monumentale dédiée à Abraham Lincoln, fut érigé en 1887 par Augustus Saint-Gaudens dans le sud du parc.

Le parc comprend également un certain nombre d'installations portuaires et de navigation, ainsi que plusieurs plages publiques prisées durant la période estivale par les résidents. La partie de Lincoln Park connue sous le nom de Alfred Caldwell Lily Pond a été désignée Chicago Landmark en 2002[29] puis a été ajoutée sur le prestigieux Registre national des lieux historiques et sur la liste des National Historic Landmark en 2006[30].

On peut également citer Garfield Park, un autre parc de Chicago connu pour abriter le jardin botanique de Garfield Park, l'un des plus grands conservatoires de plantes des États-Unis[11]. Aménagé par William Le Baron Jenney (architecte de l'École de Chicago et concepteur du Home Insurance Building, premier bâtiment à être appelé un « gratte-ciel »), le conservatoire occupe une surface d'environ 18 000 m2 et contient une grande variété de plantes rares et d'arbres provenant du monde entier. D'une superficie de 2,42 km2, Burnham Park s'étend tout en longueur sur 9,66 km en bordure du lac Michigan et abrite certaines structures municipales d'importance, telles que le stade de football du Soldier Field et le centre de convention du McCormick Place. À proximité se trouve le Museum Campus (le « parc des musées »).

Le Ping Tom Memorial Park est l'un des parcs les plus emblématiques du quartier de Chinatown, il est situé en bordure de la branche sud de la rivière Chicago, et est constitué de jardins de bambous, d'un grand pavillon chinois en bois peint (qui pourrait s'apparenter à un « kiosque à l'asiatique »), de vastes pelouses bien entretenues, de promenades et de parcs de jeux. Les visiteurs ont la possibilité de faire des tours de bateaux-dragons sur la rivière Chicago. Il fut nommé en l'honneur de l'entrepreneur Ping Tom, une personnalité influente de Chinatown. Le pavillon en bois du Ping Tom Memorial Park est considéré comme l'un des plus beaux du Midwest[31].

Jefferson Park, situé entre Long Avenue et Higgins Avenue dans le secteur du même nom, est équipé de deux terrains de baseball, d'un terrain de football (soccer), de trois courts de tennis, d'une aire de jeux, et d'une piscine extérieure.

Situé en bordure du lac Michigan, Calumet Park est l'un des parcs les plus vastes de la ville de Chicago et se trouve dans le secteur de East Side. Traversé par la rivière Calumet (d'où le nom du parc), il s'étend sur une superficie de près de 23 km2 et comprend en son sein de vastes étendues de verdure, des plages de sable, des terrains de baseball, des courts de tennis et des aires de jeux pour les enfants. Forest Glen, dans le nord de la ville, est l'un des secteurs les plus « verts » de Chicago (49 % de son territoire est recouvert par la canopée des arbres), il comprend plusieurs forêts naturelles dont la principale est Edgebrook Woods. À l'initiative de la municipalité de Chicago et du Chicago Park District, de nombreux projets d'embellissement et de restaurations d'espaces verts existants, ainsi que la création d'un certain nombre de nouveaux parcs, ont vu le jour ces dernières années, remplaçant peu à peu les anciennes friches industrielles à l'abandon, les vastes parkings délaissés ou encore les terrains vagues.

Chicago Park District[modifier | modifier le code]

Le Chicago Park District (en français « district des parcs de Chicago ») est un organisme qui a la responsabilité de la gestion et de l'entretien des parcs sur le territoire de la ville de Chicago. Le Chicago Park District comprend également neuf ports situés en bordure du lac Michigan, ce qui en fait le plus grand gestionnaire portuaire municipal de la nation. Il a aussi la responsabilité de 33 plages municipales, 66 centres de fitness, 9 patinoires, 11 musées, 2 jardins botaniques, 1 parc zoologique, 16 lagunes historiques, ainsi que 10 jardins qui comprennent notamment des animaux. En plus d'offrir des espaces verts aux résidents de Chicago, un certain nombre de ces parcs sont également voués au tourisme, comme Jackson Park ou encore Lincoln Park.

Le Chicago Park District entretient également de nombreuses installations à usages spécifiques pour des activités sportives comme le golf, le tennis, la boxe, ainsi que des parcs entièrement consacrés aux animaux de compagnie comme les chiens et les chats. En plus de la gestion des parcs, l'organisme met en œuvre chaque année des milliers d'événements spéciaux, des concerts et des festivals pour les habitants de la ville. La plupart de ces événements se déroulent les mois d'été lors de la haute saison touristique, pendant que les enfants sont en vacances d'été.

En 1934, lorsque le Chicago Park District fut créé, il employait une force de police de 639 officiers responsables de l'application des règlements et lois de la ville et de l'État fédéral dans les parcs de Chicago[32]. Il fonctionnait séparément du Chicago Police Department (le service de police de la ville de Chicago). En 1958, le département de police du Chicago Park District fut dissous puis absorbé par le Chicago Police Department[32].

En 2014, le Chicago Park District a remporté le « National Gold Medal Award for Excellence in Parks and Recreation » (la « Médaille d'or nationale pour l'excellence dans les parcs et les loisirs »)[33].

Architecture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le Garfield Park Fieldhouse, bâtiment administratif de Garfield Park bâti en 1928, surnommé le « Gold Dome Building » (le bâtiment au dôme d'or) par les Chicagoans.

Des architectes, artistes et paysagistes notables ont apporté leurs contributions aux parcs de la ville de Chicago, dont les principaux sont : Daniel Burnham, Frederick Law Olmsted, Jens Jensen, Edward H. Bennett, Frank Gehry et Lorado Taft. Le style architectural que l'on retrouve le plus souvent dans les bâtiments administratifs, les bâtiments de maintenance ou dans les maisons de gardien au sein des parcs de Chicago est une variante de l'architecture georgienne ou de l'architecture néo-classique. Clarence Hatzfeld a conçu plus de ces maisons de gardien que n'importe quel autre architecte, ainsi qu'un grand nombre de maisons dans le célèbre Villa District[34], un quartier historique du secteur de Irving Park.

Un nombre important de structures et de bâtiments se trouvant dans les parcs de Chicago ont une valeur architecturale exceptionnelle et sont classés au patrimoine historique. Garfield Park, Lincoln Park, Calumet Park, Grant Park, Jefferson Park, Kosciuszko Park et Eugene Field Park pour ne citer qu'eux sont inscrits sur le prestigieux Registre national des lieux historiques (National Register of Historic Places ; NRHP) par le National Park Service (au niveau fédéral), et d'autres, comme Pulaski Park ou Washington Square Park, sont protégés au titre des Chicago Landmarks (CL) par la Commission on Chicago Landmarks de la ville de Chicago (au niveau municipal). L'American Institute of Architects (AIA), quant à lui, classe Jackson Park (et le jardin japonais de Garden of the Phoenix), comme faisant partie des « 150 destinations patrimoniales de l'Illinois »[35]. La péninsule de Promontory Point, dans la partie sud de Burnham Park, a été aménagée par l'architecte et urbaniste Alfred Caldwell dans le style Prairie School.

On peut également citer Garfield Park (et son bâtiment administratif classé au patrimoine historique), Ping Tom Memorial Park (avec son pavillon en bois de style pagode), Calumet Park (et son bâtiment administratif, le Calumet Park Fieldhouse, classé au patrimoine) ou encore Millennium Park parmi les parcs ayant un intérêt architectural.

Les parcs de Chicago abritent une collection de près de 300 fontaines, monuments et sculptures[36]. Celles-ci vont des sculptures historiques de personnages célèbres, dont Abraham Lincoln et Alexander von Humboldt, à des œuvres d'art plus contemporaines telles que Man Enters the Cosmos (Museum Campus) ou la Buckingham Fountain (Grant Park).

Associations, concerts et festivals[modifier | modifier le code]

Concert au festival de musique de Lollapalooza à Grant Park en 2014.

Chaque année, les parcs de Chicago sont pris d'assaut par divers festivals de musique, particulièrement celui de Grant Park avec le festival de Lollapalooza, festival rock mondialement connu, le Grant Park Music Festival, festival de musique classique très apprécié des habitants et des touristes, le Chicago Jazz Festival, qui propose des concerts gratuit de jazz ou encore le Taste of Chicago, festival gastronomique.

Cela concerne de nombreux autres parcs de la ville qui organisent des fêtes de quartier et des festivités durant la période estivale avec des groupes de musique locaux, des barbecues et des jeux ludiques pour les enfants avec des parcours, etc… Le Citywide Orchestra, composé uniquement de bénévoles, s'exerce à Jefferson Park et donne des concerts saisonniers pour les résidents du quartier. Le tumbling et la gymnastique restent les piliers de Jefferson Park, et ses équipes ont remporté de nombreux prix lors de compétitions à l'échelle de la ville.

Formée en 1975, Friends of the Parks (« Les amis des parcs » en français) est une association qui a pour but de surveiller et de défendre l'environnement dans la région de Chicago ; plus précisément, ses membres surveillent le bon fonctionnement, l'entretien, la sécurité et les initiatives écologiques qui sont mises en œuvre dans les parcs publics qui sont sous la responsabilité du Chicago Park District ainsi que les réserves forestières et naturelles du comté de Cook qui sont sous la responsabilité du Forest Preserves of Cook County (FPCC).

Protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

Depuis 1989, environ 500 000 arbres ont été replantés au bord des voies et dans les parcs de Chicago.

La richesse offerte par les espaces verts et les parcs de Chicago est en outre renforcée par le Forest Preserves of Cook County (FPCC), un réseau d'espaces naturels en périphérie de la ville qui contient des forêts, des prairies, des marais, des ruisseaux mais aussi des lacs, tous préservés et entretenus par le FPCC, une émanation du gouvernement du comté de Cook. L'organisation mondiale pour la protection de l'environnement Greenpeace, en partenariat avec la ville de Chicago et le comté de Cook, ont signé une charte pour la protection et la conservation des forêts situées dans le nord-ouest de la ville, notamment autour des secteurs de Dunning, O'Hare et Norwood Park[37]. Depuis plusieurs années ces forêts qui étaient menacées par l'expansion urbaine sont désormais protégées et classées comme étant des parcs naturels. Forest Glen, un des secteurs les plus « verts » de la ville, comprend plusieurs forêts naturelles qui sont protégées par la municipalité.

Chicago a été récemment mise en avant dans une édition du New York Times en tant que ville pionnière en matière de durabilité et de qualité environnementale aux États-Unis. Toutefois, la ville ne recherche pas la médiatisation autour de ses initiatives écologiques, mais plutôt des décisions intelligentes à l'égard des nouvelles infrastructures qui peuvent l'aider à faire face aux changements climatiques.

Depuis 1989, environ 500 000 arbres ont été plantés à travers la ville de Chicago en bordure de ses rues, ses avenues et ses principaux boulevards mais aussi dans beaucoup de ses parcs[38]. L'objectif du plan appelé « GreenStreets » était d'atteindre un gain net de 500 000 arbres pour la période 1989-1992 afin de replanter une ville dénudée par l'épidémie causée par la maladie de l'orme qui frappa Chicago dans les années 1970. Les toitures végétales représentent une superficie totale de plus de 418 000 m2 répartis à travers 359 toits de la ville[39]. Le maire de Chicago Richard M. Daley a fait de sa ville la première d'Amérique du Nord en matière de « toits verts » grâce à des incitations fiscales mises en place dès le début des années 2000[40]. L'hôtel de ville est doté d'un toit végétal depuis 2001.

Des institutions telles que le jardin botanique de Lincoln Park, le jardin botanique de Chicago ou encore le conservatoire de Garfield Park proposent des programmes éducatifs et communautaires destinés à sensibiliser les visiteurs sur l'environnement et la sauvegarde de la biodiversité florale et de ses effets écologiques[41]. Le zoo de Lincoln Park mène des projets similaires concernant la protection animale et la conservation de la nature[42].

Chicago Lakefront Trail[modifier | modifier le code]

Traversée du vaste Lincoln Park par la voie piétonnière et cyclable du Lakefront Trail.

D'une longueur de 29,8 kilomètres[43], le Chicago Lakefront Trail (connu sous l'acronyme « LFT ») est une voie piétonnière et cyclable arborée polyvalente en bordure du lac Michigan entièrement située dans les limites de la ville de Chicago. Formant une longue bande verte bordée d'arbres, de pelouses et de jardins, le sentier traverse et relie les six principaux parcs de Chicago situés le long du rivage du lac Michigan, ainsi que diverses plages et installations de loisirs. Il est conçu avec des aménagements cyclables pour faciliter les déplacements à vélo et est très apprécié des joggeurs, des skateurs, des utilisateurs en trottinettes électriques et des promeneurs.

S'étendant d'Ardmore Avenue au nord à 71st Street au sud[44], le Lakefront Trail traverse Lincoln Park, Grant Park, Museum Campus, Burnham Park, Harold Washington Park et Jackson Park. Il offre un accès rapide au lac à des fins récréatives et est devenu un moyen de transport actif pour de nombreux habitants de Chicago[44]. Le Lakefront Trail est ouvert au public pendant les heures d'ouvertures habituelles des parcs. Durant la période estivale, environ 70 000 personnes utilisent le sentier chaque jour.

Parmi les attractions situées le long du sentier (énumérées du nord au sud) figurent la Waveland Clock Tower, le port de plaisance de Belmont, la jetée Navy, la Chicago Riverwalk, le port de plaisance de Monroe, le Museum Campus, le stade de Soldier Field, le centre de convention de McCormick Place, un mémorial du Chicago Fire Department (Chicago Firefighters Memorial), la péninsule de Promontory Point, le musée des Sciences et de l'Industrie et le South Shore Cultural Center. Le Lakefront Trail relie la plupart des plages de Chicago et trois skateparks (31st Street, Grant Park et Wilson Avenue).

En 1963, le maire de Chicago Richard J. Daley désigne le Lakefront Trail comme la première piste cyclable officielle de la ville. Au fil des ans, elle a gagné en popularité[45]. En 2017 et 2018, le projet de séparation du sentier, initié par la municipalité de Chicago et le Chicago Department of Transportation (CDOT), prévoyait d'augmenter la capacité et la sécurité des utilisateurs en fournissant une séparation entre les voies de circulation pour les vélos et pour les piétons. De nombreuses sections du sentier ont été élargies et de nouvelles ont été construites[46].

Lieux d'intérêts[modifier | modifier le code]

Parcs notables[modifier | modifier le code]

Promenade fleurie à Portage Park.
Les gratte-ciel de Downtown depuis Promontory Point à Burnham Park.
Washington Square Park.

(*) protégés et inscrits au Registre national des lieux historiques.

Jardins botaniques[modifier | modifier le code]

Jardin japonais[modifier | modifier le code]

Millennium Park[modifier | modifier le code]

Museum Campus[modifier | modifier le code]

Parcs zoologiques[modifier | modifier le code]

Plages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Parks & Facilities », Chicago Park District (consulté le )
  2. « City Park Facts: Total Parkland as Percent of City Land Area, FY 2011 », The Trust for Public Land, Center for City Park Excellence, (consulté le )
  3. https://fpdcc.com/ Forest Preserves of Cook County
  4. https://greatruns.com/chicago-near-ohare/
  5. The first boundaries of the new town were Kinzie, Desplaines, Madison, and State Streets, which included an area of about three-eighths of a square mile (1 km2)
    (en) Frank Alfred Randall et John D. Randall, History of the Development of Building Construction in Chicago, , p. 57-88.
  6. « History of Chicago's Parks / Chicago Park District », sur chicagoparkdistrict.com (consulté le ).
  7. Gilfoyle, pp. 3–4
  8. (en) « Chicago's Neighborhood Parks », WTTW,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) The Plan of Chicago
  10. William K. Beatty (1991) "John H. Rauch - Public Health, Parks, and Politics" Proceedings of the Institute of Medicine of Chicago Vol. 44 pp. 97-118
  11. a et b « Parks & Facilities », Chicago Park District (consulté le ).
  12. « City Park Facts: Total Parkland as Percent of City Land Area, FY 2011 », The Trust for Public Land, Center for City Park Excellence, (consulté le ).
  13. « Harbors » [archive du ], Chicago Park District (consulté le )
  14. (en) « About Us - Chicago Park District », sur www.chicagoparkdistrict.com (consulté le ).
  15. [PDF]« Le Millenium Park de Chicago », Ministère des Affaires municipales et des Régions, Québec, .
  16. (en) « Liste de Crain Communication : les plus importantes attractions touristiques de Chicago en 2009 », Crain's Chicago Business, Crain Communications Inc.,‎ , p. 21.
  17. (en) https://www.chicagoparkdistrict.com/grant-park
  18. Sawyers, June Skinner, Chicago Portraits, "Paul Cornell", pp. 56-7, Loyola University Press, 1991, (ISBN 0-8294-0701-4).
  19. « Jackson Park », sur The Cultural Landscape Foundation (consulté le )
  20. « Vue d'ensemble de l'exposition universelle, Chicago, 1893 », sur World Digital Library, (consulté le )
  21. Statue of The Republic sur Chicago Landmarks
  22. « Statue of The Republic », .
  23. Duo Consulting, « Harold Washington Playlot Park » [archive du ], Chicago Park District, (consulté le )
  24. « Chicago Parks Commemorate Influential African Americans Impacting the City's History » [archive du ], Chicago Park District, (consulté le )
  25. « Museums In the Park: About Us » (consulté le )
  26. https://www.chicagoparkdistrict.com/parks-facilities/museums
  27. (en) « City Park Facts », The Trust for Public Land, Center for City Park Excellence, (consulté le ) p. 25.
  28. a b et c https://www.chicagoparkdistrict.com/parks-facilities/lincoln-abraham-park
  29. « Alfred Caldwell Lily Pool » [archive du ], City of Chicago Department of Planning and Development, Landmarks Division, (consulté le )
  30. « Lincoln Park Lily Pool » [archive du ], National Park Service (consulté le )
  31. Bronson, Chiu & Ho 2011, p 51
  32. a et b https://home.chicagopolice.org/about/history/
  33. « Chicago Park District Wins Gold Medal Award from National Parks Groups » [archive du ], sur DNAinfo Chicago (consulté le )
  34. Daniel Pogorzelski et John Maloof, Portage Park, Arcadia Publishing, (ISBN 978-0738552293, lire en ligne), p. 100
  35. « Wooded Island – Jackson Park », American Institute of Architects (consulté le )
  36. https://www.chicagoparkdistrict.com/parks-facilities/artwork-monuments Chicago Park District (consulté le 29 septembre 2022)
  37. (en) « FPDCC Forest Preserve District of Cook County » [PDF] (consulté le ).
  38. (en) « City of Chicago : Green Roof City » (consulté le ).
  39. (en) « City of Chicago : Green Roof City » (consulté le ).
  40. Marian Burros, « L'agriculture urbaine se rapproche du soleil », Courrier international, (consulté le ).
  41. "Paradise Under Glass: Chicago's Historic Conservatories," Annual Conference of the Alliance for Historic Landscape Preservation, 1999
  42. www.lpzoo.org Conservation Is Our Mission. Science Is Our Method.
  43. « Chicago Park District Lakefront Trail Counts », sur chicagoparkdistrict.com, Chicago Park District, (consulté le )
  44. a et b https://www.chicagoparkdistrict.com/parks-facilities/lakefront-trail
  45. (en) « Biking and Chicago's Lakefront Trail », sur Chicago Architecture Center - CAC (consulté le )
  46. « Lakefront Trail », sur Chicago Park District (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]