Augustus Saint-Gaudens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Augustus Saint-Gaudens
NY Met Cox augustus saint-gaudens.JPG

Kenyon Cox, Portrait d’Augustus Saint-Gaudens (1908), New York, Metropolitan Museum of Art.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève

Augustus Saint-Gaudens, né à Dublin le et mort à Cornish (New Hampshire) (en) le , est un sculpteur et médailleur américain d'origine irlandaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’origine française par son père, Bernard Paul Ernest Saint-Gaudens, qui était cordonnier à Aspet tandis que sa mère, Mary McGuiness, était irlandaise, il arrive, à l’âge de 6 mois avec ses parents à New York où il grandit. Il devient apprenti chez un graveur de camées en prenant des cours d’art à la Cooper Union et la National Academy of Design[1].

En 1867, son apprentissage terminé, il se rend à Paris où il étudie dans l’atelier de François Jouffroy aux Beaux-arts de Paris[2]. En 1870, il quitte Paris pour Rome, pour étudier l’art et l’architecture. Là, il travaille sur ses premières commandes et rencontre une étudiante sourde américaine de l’art, Augusta Fisher Homer, qu’il épouse le [3].

En 1876, il remporte une commande pour le bronze du Memorial David Farragut et loue un studio au no 49 rue Notre-Dame-des-Champs à Paris[4]. Le monument est inauguré au Madison Square Park de New York le [5]. En 1892-1894, il crée Diana en girouette pour le deuxième bâtiment du Madison Square Garden[6]. La statue sommitale de la tour de Modèle:91 de haut, Diana, était le point le plus élevé de la ville. C’est également la première statue dans cette partie de Manhattan à être éclairée à l’électricité la nuit. La statue et sa tour ont constitué un point de repère jusqu’en 1925 lorsque le bâtiment a été démoli[7].

Il réalise de nombreux monuments glorifiant les héros de la guerre de Sécession, comme le Monument à Robert Gould Shaw de Boston, ceux du général Logan et du président Abraham Lincoln à Chicago, et enfin celui du général Sherman de Central Park à New York. Il dessine aussi la pièce d'or de 20 dollars en 1905-1907 dite Saint-Gaudens Double Eagle.

Il est l’un des sept membres fondateurs de l’Académie américaine des arts et des lettres à sa fondation en 1904[8]. Il a été membre des Tilers, un groupe d’artistes et d’écrivains new-yorkais de premier plan, auquel appartenaient également Winslow Homer et William Merritt Chase. Il était également membre du Salmagundi Club (en) new-yorkais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 40 (lire en ligne).
  2. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 41 (lire en ligne).
  3. (en) Carrie F. Supple et Cynthia Walton, pubs. The Nichols Family Papers 1860–1960. 2007, Manuscript Collection, n° 1.
  4. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 44 (lire en ligne)
  5. David McCullough, « Adventures in Paris », American Heritage, vol. 61, no 2,‎ fall 2011, p. 48 (lire en ligne).
  6. Une seconde version utilisée est maintenant dans la collection du Philadelphia Museum of Art et plusieurs réductions sont conservées dans des musées, dont le Metropolitan Museum of Art New York.
  7. « Diana », Philadelphia Museum of Art (consulté le 10 août 2012).
  8. (en) The History of the Academy > The Academy sur le site de l’Académie américaine des arts et des lettres.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Craven Armstrong et al., 200 Years of American Sculpture, New York, Whitney Museum of Art, 1976.
  • (de) Paul Clemen, « Augustus Saint-Gaudens », in Die Kunst, Munich, 1910.
  • (en) Royal Cortissoz, Augustus Saint-Gaudens, New York, 1907.
  • (en) Wayne Craven, Sculpture in America, New York, Thomas Y. Crowell Co., 1968.
  • (en) John H. Dryfhout, Augustus Saint-Gaudens : The Portrait Reliefs, New York, The National Portrait Gallery, Smithsonian Institution, Grossman Publishers, 1969.
  • (en) John H. Dryfhout, The 1907 United States Gold Coinage, Eastern National Park & Monument Association, 1996.
  • (en) John H. Dryfhout, The Works of Augustus Saint-Gaudens, University Press of New England, Hanover, 1982.
  • (en) Kathryn Greenthal, Augustus Saint-Gaudens: Master Sculptor, The Metropolitan Museum of Art, New Your, 1985.
  • (en) Donald Martin Reynalds, Masters of American Sculpture: The Figurative Tradition From the American Renaissance to the Millennium, Abbeville Press, NY, 1993.
  • (en) Augustus Saint-Gaudens, The Reminiscences of Augustus Saint-Gaudens, édité et augmenté par Homer Saint-Gaudens, The Century Co., New York, 1913.
  • (en) Lorado Taft, The History of American Sculpture, New York, MacMillan Co., 1925.
  • (en) Burke Wilkinson, et David Finn, photographes, Uncommon Clay: The Life and Works of Augustus Saint-Gaudens, San Diego, Harcourt Brace Jovanovich Publishers, 1985.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :