Musée des beaux-arts de Budapest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un musée image illustrant la Hongrie
Cet article est une ébauche concernant un musée et la Hongrie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Szépművészeti Múzeum
Façade du musée.
Façade du musée.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Hongrie Hongrie
Ville Budapest
Coordonnées 47° 30′ 58″ N 19° 04′ 35″ E / 47.516111, 19.07638947° 30′ 58″ Nord 19° 04′ 35″ Est / 47.516111, 19.076389
Informations générales
Date d’inauguration 1906
Informations visiteurs
Site web http://www.szepmuveszeti.hu/

Géolocalisation sur la carte : Budapest

(Voir situation sur carte : Budapest)
Szépművészeti Múzeum

Géolocalisation sur la carte : 14e arrondissement de Budapest

(Voir situation sur carte : 14e arrondissement de Budapest)
Szépművészeti Múzeum
Le musée, la nuit

Le musée des beaux-arts (Szépművészeti Múzeum) est un musée d'art situé sur la place des Héros à Budapest en face du Műcsarnok à proximité du Városliget. Il a été construit à l'occasion des Festivités du Millénaire de 1896.

Ce site est desservi par la station de métro Hősök tere : (M) (1).

Histoire[modifier | modifier le code]

La gestation du musée des beaux-arts prend plusieurs années, lesquelles s'achèvent en 1896 avec l'inscription de sa construction dans la Loi votée à l'occasion des fêtes du Millénaire. La ville de Budapest met alors gratuitement un terrain à disposition, là où se dressait jusqu'alors le pavillon Rotunda, dans lequel était exposé le tableau monumental de L'Arrivée des Hongrois. Un appel d'offre est lancé en 1898, lequel est remporté par Albert Schickedanz et Fülöp Herzog. Leurs plans prévoient un entrecroisement de styles architecturaux : le corps central doit être construit selon un style néorenaissance, tandis que la façade reprend les canons du néoclassicisme. Le chantier dure de 1900 à 1906.

Le musée est inauguré le par l'empereur d'Autriche et roi de Hongrie François-Joseph. Il ouvre ses portes au public quatre jours plus tard. Le musée rassemble alors en un même lieu des tableaux et sculptures auparavant disséminées dans plusieurs collections.

Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses œuvres ont été évacuées vers l'Europe de l'Ouest. Le bâtiment lui-même souffre alors de nombreux dommages physiques. Les quelques pièces qui n'ont pas été déplacées sont confisquées par les Soviétiques et figurent toujours à l'heure actuelle dans les collections des musées russes. La plupart des œuvres mises à l'abri à l'Ouest sont quant à elles restituées au musée et restaurées. Après des travaux de réhabilitation, celui-ci rouvre ses portes en 1949. Si seules deux salles d'exposition sont accessibles à cette date (Régi Képtár et Új Magyar Képtár), les autres espaces du musée sont progressivement rendus au public les années suivantes.

L'enrichissement de la collection du musée par des œuvres d'artistes hongrois rend nécessaire la création d'un nouveau musée qui pourrait davantage les mettre en valeur. C'est ainsi que naît en 1957 la Galerie nationale hongroise dans une des ailes du palais de Budavár. Le musée des beaux-arts de Budapest recentre alors sa vocation sur des pièces ayant une vocation plus universelle.

Au début des années 2010, le nouveau gouvernement conservateur décide de réunir de nouveau ces deux institutions, dans le cadre du projet de Quartier des musées à la lisère du Városliget. Le bâtiment actuel serait alors dédié à la période antérieure au XIXe siècle, tandis qu'un nouvel édifice contemporain accueillerait les autres œuvres. Dans la foulée de ce réagencement, le dépôt du musée actuel déménagerait dans de nouvelles installations situées plus au nord, vers les emprises ferroviaires de la gare de Budapest-Nyugati. Les salles ainsi libérées devraient être restaurées et ouvertes au public.

Collections[modifier | modifier le code]

La collection du musée est constituée d'œuvres d'art internationales, dont des œuvres représentant toutes les périodes artistiques européennes et comprend plus de dix mille pièces. La collection est aussi constituée de fonds additionnels plus anciens, comme ceux venant du château de Buda, des Esterházy et des Zichy, aussi bien que de donations de collectionneurs privés. Le musée comprend six départements : Égypte, Antiquité, galerie des sculptures anciennes, galerie des peintures anciennes, collection moderne, collection des dessins. L'institution a célébré son centenaire en 2006.

Un des salles d'exposition du musée.

Peintures[modifier | modifier le code]

Art moderne et contemporain[modifier | modifier le code]

XIXe et début XXe siècle[modifier | modifier le code]

Art contemporain[modifier | modifier le code]

La collection "photographie et nouveaux médias" est créée au sein du Musée des Beaux-Arts en 2010. Elle compte aujourd'hui environ 300 œuvres.

  • Joseph Beuys, Celtic Kinloch Rannoch, sérigraphie (1980)
  • John Maybury, Danseur (1980)
  • Kenneth Noland, Shadow Line (1968)
  • Ed Ruscha, Standard Station, sérigraphie (1969)

Sculptures[modifier | modifier le code]

Musée Victor Vasarely[modifier | modifier le code]

Musée issu d'une importante donation faite par Victor Vasarely faite à son pays natal en 1969. Il s'agit essentiellement d'œuvres réalisées entre la fin des années 1940 et les années 1950.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • S. Urbach, Early Netherlandish Painting in Budapest: Volume I (= Distinguished Contributions to the Study of the Arts in the Burgundian Netherlands 1. 1), Turnhout: Harvey Miller, 2015, (ISBN 978-1-909400-09-2)
  • S. Urbach, Early Netherlandish Painting in Budapest: Volume II (= Distinguished Contributions to the Study of the Arts in the Burgundian Netherlands 1. 2), Turnhout: Harvey Miller, 2015, (ISBN 978-1-909400-29-0)