Stade Ferenc-Puskás

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade Ferenc-Puskás
Puskás Ferenc Stadion
Nepstadion1.jpg

Le stade Ferenc-Puskás vu de haut en 2007

Généralités
Noms précédents
Népstadion (1953 - 2002)
Surnom(s)
Népstadion
Adresse
Istvánmezei út 3-5.
1146 Budapest, Hongrie
Construction et ouverture
Début construction
Début de construction
Construction
1948-1953
Ouverture
Utilisation
Clubs résidents
Équipement
Surface
Pelouse naturelle
Capacité
38 652
Affluence record
Dimensions
105 m × 70 m
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Budapest
voir sur la carte de Budapest
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Hongrie
voir sur la carte de Hongrie
Red pog.svg

Le stade Ferenc-Puskás est un stade de Budapest. Il est principalement utilisé pour des rencontres de football. La capacité du stade s'élève à 38 652 places assises alors qu'initialement 104 000 personnes pouvaient s'y rassembler.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'une maquette blanche d'un stade. Derrière la maquette, une foule la regarde.
Maquette du stade en 1952, un an avant son inauguration.

Initialement prévu pour accueillir 70 000 personnes, le stade reçoit finalement 104 000 personnes[1]. Le stade est construit entre 1948 et 1953 et reçoit le nom de Népstadion, le « stade du peuple »[1]. Le , le stade est inauguré lors d'un match opposant le local Budapest Honvéd au FK Spartak Moscou (victoire du Honvéd 3 à 2)[1].

Moins d'un an après son inauguration, le stade accueille, le , un match amical préparatoire à la Coupe du monde 1954 entre la Hongrie et l'Angleterre qui se conclut par une victoire de sept buts à un en faveur des Hongrois, constituant ainsi la pire défaite de l'histoire de l'équipe nationale anglaise[2], quelques mois après la victoire de la Hongrie contre l'Angleterre au stade de Wembley sur le score de 6-3[3].

Le , le Népstadion réalise son record d'affluence, en recevant 104 000 spectateurs, soit la capacité totale du stade lors du match de la Hongrie contre l'Autriche qui se termine sur la victoire des Hongrois 6-1[4].

Originellement, le nom du stade était Népstadion (« le stade du peuple » en hongrois). Il est modifié en 2002 pour rendre hommage au plus grand joueur de l'histoire du football hongrois et un des tous meilleurs dans l'absolu, en la personne de Ferenc Puskás[5].

Nouveau Stade Ferenc-Puskás[modifier | modifier le code]

Nouveau Stade Ferenc-Puskás
Puskás Ferenc Stadion
Puskas Ferenc Stadion Front.JPG
Généralités
Adresse
Construction et ouverture
Début construction
Début de construction
Construction
Ouverture
Architecte
Coût de construction
Entre 90 et 100 milliards forints
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Équipement
Surface
Pelouse
Capacité
67 889
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Hongrie
voir sur la carte de Hongrie
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Budapest
voir sur la carte de Budapest
Red pog.svg

Pour des raisons de sécurités, certaines tribunes ferment et le stade n'a une capacité que de 38 652 places. Après des études, le gouvernement hongrois décide de lancer en 2014, la construction du Nouveau Stade Ferenc-Puskás avec une capacité de 67 889 places[6]. Le stade est sélectionné par l'union des associations européennes de football pour accueillir l'Euro 2020 au même titre que douze autres stades européens ; le nouveau stade devrait accueillir trois matchs de poules et un huitième de finale[7].

Le Nouveau Stade Ferenc-Puskás, est un futur stade multifonctions de Budapest. La construction du stade commence en 2015 et s'achève en 2018. Utilisé principalement pour des matchs de football, notamment ceux de l'équipe hongroise, le stade a une capacité de 67 889 places.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet du Nouveau Stade Ferenc-Puskás a été réalisé pour pallier le stade Ferenc-Puskás, inauguré en 1953 qui avait une capacité de 104 000 places à l'origine, mais qui, pour des raisons de sécurité, s'est trouvé avec une capacité de 38 652 places durant les années 2010[1].

Des études sont menées pour construite un nouveau stade : le politicien hongrois László Vigh prévoit, en juin 2014, un coût de construction entre 90 et 100 milliards de forints[8]. Le 1er août de la même année, l'architecte György Skardelli, réalisateur de la Papp László Budapest Sportaréna, présente son projet final du stade avec notamment une capacité de 67 889 places[9].

Le stade est sélectionné par l'union des associations européennes de football pour accueillir l'Euro 2020 au même titre que douze autres stades européens ; le nouveau stade devrait accueillir trois matchs de poules et un huitième de finale[7].

Événements[modifier | modifier le code]

Concerts[modifier | modifier le code]

Scène de concert avec quatre hommes et une femme sur la scène devant une foule.
Omega joue au stade en 1994, 1999, 2001 et 2004.

Panorama[modifier | modifier le code]

Image panoramique
Panorama du stade Ferenc-Puskás
Voir le fichier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Puskás Ferenc Stadion », sur stadiumguide.com (consulté le 2 mars 2015)
  2. (en) « England v Hungary - a football match that started a revolution », sur bbc.com,‎ (consulté le 2 mars 2015)
  3. (en) Jonathan Wilson, « England 3-6 Hungary: 60 years on from the game that stunned a nation », sur theguardian.com,‎ (consulté le 2 mars 2015)
  4. (en) « Hungary v Austria, 16 October 1955 », sur 11v11.com (consulté le 2 mars 2015)
  5. « Un stade nommé en l'honneur de Ferenc Puskas », sur rds.ca,‎ (consulté le 2 mars 2015)
  6. (en) « Budapest: Amazing national stadium presented in Hungary », sur stadiumdb.com,‎ 1er août 2014 (consulté le 2 mars 2015)
  7. a et b « Hôtes de l'UEFA 2020, les réactions », sur uefa.com,‎ (consulté le 2 mars 2015)
  8. (hu) « Labdarúgás: 90-100 milliárdból épülhet az új Puskás-stadion », sur nemzetisport.hu,‎ (consulté le 3 mars 2015)
  9. (en) « Budapest: Amazing national stadium presented in Hungary », sur stadiumdb.com,‎ 1er août 2014 (consulté le 2 mars 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]