Mattia Preti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Preti et Calabrese (homonymie).
Mattia Preti
Description de cette image, également commentée ci-après

Mattia Preti (auto-portrait)

Alias
il Cavaliere Calabrese
Naissance
Taverna
Décès (à 85 ans)
La Vallette
Nationalité Flag of the Kingdom of Naples.svg Royaume de Naples
Profession
Autres activités

Mattia Preti (Taverna, 24 février 1613 – La Vallette, Malte, 3 janvier 1699) dit aussi il Cavaliere Calabrese car il était chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et originaire de Calabre, est un peintre italien de l'école napolitaine, qui a été actif aussi à Rome et surtout à Malte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mattia Preti est né à Taverna en Calabre dans la province de Catanzaro, alors dans le royaume de Naples sous domination espagnole. Mattia est le troisième enfant d'une famille nombreuse pas riche mais de « qualité morale et intellectuelle » selon un de ses biographes Alfonso Frangipane[1]. Sa mère Innocenza Schipani, installée de longue date dans le village de San Martino, appartenait à l'une des quatorze familles nobles de Taverna. Mattia est baptisé le 26 février 1613, deux jours après sa naissance, dans la chapelle paroissiale. Il a comme précepteur Don Marcello Anania, prètre de l'église Sante-Barbara de Taverna. Mattia possédait un talent naturel pour le dessin, jeune déjà, il recopiait les gravures de son frère Gregorio, parti pour Rome[2].

Preti aurait fait son apprentissage à Naples auprès du peintre caravagesque Battistello Caracciolo, l'un des principaux peintres de l'école napolitaine des premières décennies du XVIIe siècle.

Période romaine (1630-1653)[modifier | modifier le code]

Il rejoint selon toute probabilité son frère Gregorio Preti, également peintre, à Rome vers 1630. Dans la cité papale, alors capitale européenne de la peinture, il perfectionne sa maîtrise du naturalisme caravagesque et étudie les œuvres des grands peintres du temps, tels que Guido Reni, Le Dominiquin, Le Guerchin, Pierre Paul Rubens et Giovanni Lanfranco. Quand il ne peint pas avec eux, il se déplace en Italie, en Espagne et en Flandre pour rencontrer certains autres. En 1641, en remerciement, le pape Urbain VIII, la recommande à l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui le fait chevalier de grâce, un privilège rare à l'époque pour un non-noble (Le Caravage avait également été admis chevalier de Malte trente ans plus tôt).

À Rome, il réalise de grands décors à fresque, comme à San Giovanni Calibita, à San Carlo ai Catinari, où il peint les fresques de la Vie de San Carlo du mur d'entrée en collaboration avec son frère Gregorio, et dans l'église Sant'Andrea della Valle, où il décore l'abside du sanctuaire avec des scènes du Martyre de San Andrea.

Période napolitaine (1653-1661)[modifier | modifier le code]

Mattia Preti regagne Naples en 1653 où règne alors la peinture de Luca Giordano. Preti va alors devenir l'un des artistes les plus influants de l'école napolitaine.

Après la grande peste de Naples, il est chargé de peindre à fresque, entre 1657 et 1659, les arcades votives des différentes portes de la ville. Seule, aujourd'hui, reste la peinture de la porte San Gennaro. Preti réalise aussi des fresques pour diverses églises napolitaines, comme la Vita di San Pietro Celestino et la Vita di Santa Caterina d'Alessandria de la nef et des transepts de l'église di San Pietro a Majella. Il réalise des tableaux comme le Ritorno del frigliol prodigo au palais royal de Naples et d'autres encore pour les églises napolitaines.

En 1659, il est appelé à Malte par le grand maître Martin de Redin.

Période maltaise (1661-1699)[modifier | modifier le code]

Mattia Preti arrivera à Malte en 1661. Il est accueilli par le grand maître Rafael Cottoner y de Oleza. Il y résidera pendant près de quarante ans, il connaîtra cinq grands maîtres qui lui permettront d'exprimer son art en devenant le peintre officiel de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Son travail le plus connu est la décoration à fresque de la voûte de la Co-cathédrale Saint-Jean de La Valette. Cette réalisation monumentale reste sa principale œuvre, qui l'occupe pendant cinq années. Il participe à de nombreux autres chantiers décoratifs sur l'île de Malte et celle de Gozo. Il réalise notamment pour la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Mdina une Conversione di San Paolo. Il peint à toile beaucoup d’œuvres, encore aujourd'hui présentes dans des églises maltaises, dans les collections du musée national des Beaux-Arts de La Valette mais aussi dans les musées en Italie et ailleurs dans le monde. Certaines familles maltaises possèdent des œuvres de Preti.

Il fait des voyages hors de l'archipel maltais comme en 1672 pour décorer les églises de sa ville natale Taverna.

À la fin de sa vie, il est reconnu dans toute l'Europe comme l'un des principaux peintres italiens et à Malte comme le plus important peintre maltais. L'historien de l'art Antonio Sergi estime que Mattia Preti aurait peint pendant sa période maltaise environ 400 œuvres, entre tableaux et fresques[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'énumération des œuvres de Mattia Pretri ci-dessous est une sélection, la production de Preti est estimée à plus de 500 œuvres.

En Italie[modifier | modifier le code]

Véronique tenant un tissu où s'est imprimé le visage de Jésus
Incrédulité de saint Thomas
  • Taverna
    • Madonna col Bambino in gloria tra i santi Gennaro e Nicola di Bari dit Madonna della purità, entre 1636 et 1644, huile sur toile 248 x 196 cm, église de San Domenico
    • Santi Pietro e Paolo, vers 1651-1652, huile sur toile 74 × 54 cm, Museo Civico
    • Apoteosi di San Pietro Celestino, vers 1656-58, Crayon noir sur papier 24 x 19 cm, Museo Civico
    • Il Battesimo di Cristo, vers 1660, huile sur toile 140 × 110 cm, église de Santa Barbara
    • Predica di san Giovanni Battista avec auto-portrait, vers 1672, huile sur toile 290 × 202 cm, église de San Domenico (chapelle Preti)
    • Dio Padre Benedicente, vers 1672, huile sur toile 76 × 53 cm, église de San Domenico (chapelle Preti)
    • Miracolo di San Francesco di Paola, vers 1678, huile sur toile 183 × 127 cm, église de San Domenico
    • Madonna col Bambino adorata dai santi Francesco di Paola e Gaetano da Thiene dit Madonna di Loreto, vers 1679, huile sur toile 233 × 160 cm, église de Santa Barbara
    • Eterno Padre, vers 1679, huile sur toile 40 × 60 cm, église de Santa Barbara
    • Madonna col Bambino tra i santi Michele Arcangelo e Francesco d’Assisi dit Madonna degli angeli, vers 1680, huile sur toile 269 × 192 cm, Museo Civico
    • Presentazione di Gesù al Tempio, vers 1680, huile sur toile 202 × 136 cm, église de Santa Barbara
    • Patrocinio di Santa Barbara, vers 1680, huile sur toile 460 × 305 cm, église de Santa Barbara
    • La Trinità con Santa Barbara, San Liborio e i santi martiri: Mercurio, Clemente, Eustorgio e Vicario, vers 1680, huile sur toile 236 × 161 cm, église de Santa Barbara (réattribué à Preti au XIXe siècle)
    • Gloria di angeli adoranti, vers 1680, huile sur toile 69 x 52 cm, église de Santa Barbara
    • Cristo fulminante - la visione di San Domenico, vers 1680, huile sur toile 372 × 260 cm, église de San Domenico (autel majeur)
    • Madonna col Bambino tra i santi Lorenzo, Francesco Saverio, Apollonia e Lucia dit Madonna del Carmelo, vers 1680, huile sur toile 206 x 136 cm, église de San Domenico
    • Crocifissione, vers 1682-84, huile sur toile 233 × 159 cm, église de San Domenico (chapelle Preti)
    • Martirio di San Sebastiano, avant 1687, huile sur toile 272 x 195 cm, église de San Domenico
    • Martirio di San Pietro da Verona, vers 1687, huile sur toile 290 × 202 cm, église de San Domenico
    • La Madonna e il Bambino consegnano il Rosario ai santi Domenico e Caterina da Siena dit Madonna del Rosario, fin des année 1680, huile sur toile 285 x 230 cm église de San Domenico (chapelle Preti)
    • Redentore Infante, premières années 1690, huile sur toile 185 x 112 cm, église de San Domenico
  • Naples
    • San Nicola di Bari, vers 1653, huile sur toile 217 × 156 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • Convito di Baldassarre, 1653-1659, huile sur toile 202 × 197 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • Giuditta e Oloferne, vers 1656, huile sur toile 186 × 143 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • San Giovanni Battista, vers 1656, huile sur toile 183 × 144 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • Cristo scaccia Satana, vers 1656, huile sur toile 234 × 182 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • Bozzetti degli affreschi votivi della peste del 1656, vers 1656-1657, huile sur toile 127 × 75 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • Convito di Assalonne, vers 1657, huile sur toile 205 × 294 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • Madonna di Costantinopoli, vers 1657, huile sur toile 286 × 196 cm, Museo nazionale di Capodimonte (église Sant'Agostino degli Scalzi)
    • San Sebastiano, vers 1657, huile sur toile 240 × 169 cm, Museo nazionale di Capodimonte
    • Andata al Calvario, vers 1660-1665, huile sur toile 210 × 260 cm, Museo nazionale di Capodimonte (Palazzo di Montecitorio à Rome).
    • Ritorno del figliol prodigo, vers 1658, huile sur toile 206 × 283 cm, Palazzo Reale
    • Storie della vita di San Pietro Celestino e santa Caterina d'Alessandria, église San Pietro a Majella
  • Rome
    • Fuga di Enea da Troia, vers 1630, huile sur toile 86 × 153 cm, Palazzo Barberini, Galleria Nazionale d'Arte Antica
    • Il tributo della moneta, vers 1635, huile sur toile 121 × 170 cm, Galleria di Palazzo Corsini
    • Resurrezione di Lazzaro, vers 1650, huile sur toile 202 × 260 cm, Palazzo Barberini, Galleria Nazionale d'Arte Antica
    • La cena del ricco Epulone, vers 1665, huile sur toile 148 x 200 cm, Palazzo Barberini, Galleria Nazionale d'Arte Antica
    • Crocifissione di sant'Andrea, église Sant'Andrea della Valle
    • 'Sepoltura di sant'Andrea, église Sant'Andrea della Valle
    • Martirio di sant'Andrea, église Sant'Andrea della Valle
    • Carità di san Carlo Borromeo, église San Carlo ai Catinari
    • Agar e l'angelo, Galerie Borghese
    • San Bartolomeo, Palais Corsini
    • San Giovanni Battista, Galerie Doria-Pamphilj
    • Concerto, , Galerie Doria-Pamphilj
    • Cristo tentato dal Demonio, Galleria Spada
    • Cristo e l'adultera, Galleria Spada
  • L'Aquila, Cristo della moneta, Museo Nazionale d'Abruzzo
  • L'Aquila, Cristo e l'adultera, Museo Nazionale d'Abruzzo
  • L'Aquila, Giobbe nel letamaio, Museo Nazionale d'Abruzzo
  • L'Aquila, Martirio di san Bartolomeo Museo Nazionale d'Abruzzo
  • Barrafranca, Vergine Annunziata, église de Santa Maria dell'Itria
  • Bologne, Sacrificio di Isacco, vers 1650-1651, huile sur toile 287 × 207 cm, Pinacoteca Nazionale
  • Fano, San Nicola di Bari, vers 1657, huile sur toile 315 × 210 cm, Pinacoteca Civica
  • Florence, Vanitas, vers 1656, huile sur toile 93,5 × 65 cm, Galleria degli Uffizi
  • Gênes, Clorinda libera Olindo e Sofronia dal rogo, vers 1646, huile sur toile 248 × 245 cm, Palazzo Rosso
  • Gênes, Resurrezione di Lazzaro, Palazzo Rosso
  • Maddaloni (Caserta), Cristo tentato da Satana, vers 1656, huile sur toile 239 × 180 cm, , église de la Santissima Annunziata (chapelle Carafa)
  • Messine, Cristo morto, Museo Regionale
  • Milan, Il tributo della moneta, vers 1640, huile sur toile 103 × 143 cm, Pinacoteca di Brera
  • Milan, Sinite parvulos, vers 1640, huile sur toile 143 × 193 cm, Pinacoteca di Brera
  • Milan, Il tributo a Cesare, , Pinacoteca di Brera
  • Milan, Una madre raccomanda i figli a Gesù, Pinacoteca di Brera
  • Modène, Orchestra di angeli musicanti, entre avril 1651 et mars 1652, fresques, église de San Biagio
  • Palerme, Cristo e la canarea, vers 1650, huile sur toile, Galleria Nazionale Palazzo Abatellis
  • Palerme, Cristo e l'adultera vers 1650, huile sur toile, Galleria Nazionale Palazzo Abatellis
  • Palerme, I quattro evangelisti, huile sur toile, Galleria Nazionale Palazzo Abatellis
  • Reggio Calabria, Ritorno del figliol prodigo, vers 1656, circa, huile sur toile 216 × 231 cm, Pinacoteca Civica di Reggio Calabria
  • Sambughè province de Trévise, Cristo davanti a Erode, vers 1660, huile sur toile 263 × 209 cm, église paroissiale de San Martino
  • Sienne, Sant’Ignazio di Loyola in gloria, église de San Vigilio
  • Tortoreto, Battesimo di Sant’Agostino, huile sur toile 415 x 290 cm, église Sant'Agostino
  • Valmontone, Stanza dell'Aria, fresques, Palazzo Doria Pamphilj,
  • Venise, Omero, vers 1636-1638, huile sur toile 102 × 81 cm, Gallerie dell'Accademia

À Malte[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En Europe[modifier | modifier le code]

Dans le Monde[modifier | modifier le code]

Dans des collections privées[modifier | modifier le code]

  • Abramo scaccia Agar ed Ismaele, vers 1635-1640, huile sur toile 127 × 150 cm, Milan
  • Scena di pestilenza, vers 1638-1640, huile sur toile 87,5 × 137,5 cm, Rome
  • Scena di pestilenza, vers 1638-1640, huile sur toile 83,5 × 135,5 cm
  • Morte di Catone, vers 1640-1645, huile sur toile 210 × 117 cm
  • Santa Veronica, vers 1640-1650, huile sur toile 100 × 80 cm
  • Sant'Elena adora la vera croce con santa Lucia e Maria Maddalena, vers 1644-1645, huile sur toile (localisation inconnue)
  • Decollazione del Battista, vers 1656, huile sur toile 184 × 263 cm
  • Discesa dalla croce, vers 1660, circa, huile sur toile 179 × 128 cm, Collection De Vito.
  • Strage degli innocenti, vers 1660-1670, huile sur toile 145 × 212 cm
  • San Giovanni Battista rimprovera Erode, vers 1665, huile sur toile 90 × 190 cm, États-Unis
  • Salomone offre incenso agli dèi pagani, vers 1675, huile sur toile 204 × 318 cm
  • Tomiri pone la testa di Ciro in un otre di sangue, vers 1680-1685, huile sur toile 126,5 × 176 cm, Milan
  • Sant’Antonio Abate, huile sur toile 62 × 62 cm, Rome

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfonso Frangipane, Mattia Preti - Il Cavalier calabrese, casa editrice Alpes, 1929
  2. Bernardo De Dominici, Vite dei pittori scultori ed architetti napoletani, Trani, Biblioteca Pubblica Bavarese, vol. 4, 1846.
  3. Antonio Sergi, Mattia Preti, detto il Cavalier Calabrese : la vita, l'opera, catalogo delle opere, Acireale, Tip. Ed. XX secolo, 1927

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Dominic Cutajar, Histoire et œuvres d'art de l'église Saint-Jean de La Valette - Malte, Arte Nuova International, Malte, 1999, (ISBN 99909-90-02-2[à vérifier : ISBN invalide]) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Bernardo De Dominici, Vite dei pittori scultori ed architetti napoletani, Trani, Biblioteca Pubblica Bavarese, vol. 4, 1846 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Alfonso Frangipane, Mattia Preti - Il Cavalier calabrese, casa editrice Alpes, 1929 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Raffaella Bruni, Mattia Preti, Fata, 1965,
  • (en) James Clifton,«  Mattia Preti's Frescoes for the City Gates of Naples » in Art Bulletin, 1994, p.479-501
  • (it) Erinia Corace, Mattia Preti, dal dagno al colore, edizioni Corace, Rome, 1995
  • (it) Giuseppe Cosentino, La storia della salvezza nei dipinti di Mattia Preti, Calabria Letteraria, 2006 (ISBN 978-8875740764)
  • (it) Salvatore Costanzo, Pittura tra Malta e Napoli nel segno del barocco. Da Raimondo il «Maltese» a Bernardo De Dominici, Clean, Naples, 2011 (ISBN 978-8884971609)
  • (it) Paolo Damiano Franzese, « Il pittore architettonico. Sulla poetica 'campanelliana' di Mattia Preti » in Archivio Storico per la Calabria e la Lucania, LXXVI (2010), p.101–120
  • (en) Sandro Debono, Giuseppe Valentino, Mattia Preti. Faith and Humanity, MidseaBooks, Malte, 2013 (ISBN 978-9993274377)
  • (it) Sandro Debono, Giuseppe Valentino, Mattia Preti. Oltre L'Autoritratto, MidseaBooks, Malte, 2013 (ISBN 978-9993274308)
  • (en) Cynthia de Giogio, Sante Guido, Mattia Preti, St Catherine of Alexandrie, Patron Saint of the Italian Langue of the Knights of Malta, MidseaBooks, Rhe St John's Co-Cathedral Foundation, Malte, 2005
  • (it) Iolanda Greco, Mattia Preti architteto, Rubbettino editore, Fondazione Carical, 2011, (ISBN 978-8849832723)
  • (it) Sante Guido, Giuseppe Mantella, Storie di Restauri Nella Chiesa Conventuale di San Giovanni a La Valletta - La cappella di santa Caterina della Lingua d'Italia e le committenze del gran maestro Gregorio Carafa, Malta, Midsea Books, 2008, p.494 (ISBN 978-99932-72-02-1)
  • (it) Sante Guido, Giuseppe Mantella,«  Mattia Preti e la volta della Chiesa Conventuale di San Giovanni Battista a La Valletta: documenti e testimonianze 1661-2011 per il 350º anniversario dell'inizio lavori » in I Beni Culturali, v. XIX - 3, n°3, mai-juin 2011, p.7-28
  • (en) Sante Guido, Giuseppe Mantella, Mattia Preti 1613-2013. The Masterpieces in the Churches of Malta, Miranda Books, Malte, 2012, p.224 (ISBN 978-99909-85-47-4)
  • (it) (en) Marica Mercalli, Mattia Preti - A Bridge Between Italy And Malta: The Painting St. George And The Dragon After Restoration, Gangemi editore, 2005 (ISBN 978-8849207875[à vérifier : ISBN invalide])
  • (it) Francesco Michitelli, « Mattia Preti, detto il cavalier calabrese », in L'Omnibus Pittoresco, n°14, 21 juin 1838, p.105–108
  • (en) Keith Sciberras, Jessica Borg, Mattia Preti: The Triumphant Manner, MidseaBooks, University of Malta, Malte, 2012 (ISBN 978-9993274070)
  • (en) Keith Sciberras, John T. Spike, Brush with Passion. Mattia Preti (1613-1699) Painting from North American Collections in Honor of the 400th Anniversary of his Birth, Centro Di, Florence, 2013, (ISBN 978-0988529311)
  • (it) Keith Sciberras, Salvo De Luca, Laura Petralia, Mattia Preti ripete sé stesso. L'attività di bottega del «cavaliere calabrese», Centro Storico, Catane, 2010 (ISBN 978-8890200526)
  • (it) Vittorio Sgarbi, Mattia Preti, Rubbettino editore, 2013, (ISBN 978-8849835786)
  • (it) Vittorio Sgarbi, Caravaggio e Mattia Preti a Taverna. Un confronto possibile, Gangemi Editore, 2015, (ISBN 978-8849230376)
  • (it)(en) John T. Spike, Mattia Preti e Gregorio Preti a Taverna, catalogue complet des œuvres, Centro Di, Florence, 1997
  • (it)(en) John T. Spike, Mattia Preti, I documenti/The Collected Documents, Centro DI, Florence, 1998 (ISBN 978-8870383225)
  • (it)(en) John T. Spike, Mattia Preti, catalogue raisonné des peintures, Centro DI, Florence, 1999
  • (en) Rudolf Wittkower, Art and Architecture Italy, 1600-1750, Penguin Books Ltd, Pelican History of Art, 1980, p.330-331
Dictionnaires
Catalogues d'expositions
  • (it) AA. VV., La seduzione del monocromo - Riflessioni contemporanee su Mattia Preti, catalogue de l'exposition au musée de Brettii e dagli Enotri de Cosenza, 28 novembre au 30 décembre 2013, Rubbettino editore, 2013 (ISBN 978-8849840452)
  • (it) G. Lene, R. Vodret, Francesco Cozza, Gregorio e Mattia Preti. Dalla Calabria a Roma, catalogue de l'exposition Catanzaro, 17 décembre 2008- 15 mars 2009, Rubbettino editore, 2008, (ISBN 978-8849823349)
  • (it) Matteo Sbalchiero, « Predica di San Giovanni Battista » avec un autoportrait de Mattia Preti in Lungo il tragitto crociato della vita, catalogue d'exposition, Marseille, 2000
  • (it) Mattia Preti - Cavalier Calabrese, catalogue de l'exposition tenue à Catanzaro entre juillet et octobre 1999, Electa Napoli editore

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Bernardo De Dominici écrivain des biographies de Vite dei Pittori, Scultori, ed Architetti Napolitani a été son élève

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :