Joos van Cleve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joos et Cleve.
Joos van Cleve
Joos van Cleve Self portrait.jpg

Joos van Cleve, Autoportrait avec œillet, vers 1519.

Naissance
?
Clèves (?)
Décès
Anvers 1540-41
 
Nom de naissance
Joos van der Beke
Nationalité
Activité
Peintre et dessinateur

Joos van Cleve[1], né Joos van der Beke, est un peintre flamand de l'École d'Anvers présumé originaire de Clèves ou des environs de cette ville allemande située au bord du Rhin. Sa date de naissance est inconnue[2]. Il est décédé en 1540 ou 1541 à Anvers[3].

Joos van Cleve a été identifié comme le Maître de la mort de la Vierge, peintre anonyme auteur de deux triptyques aujourd'hui conservés à la Pinakothek de Munich et au Wallraf-Richartz Museum de Cologne[4].

Dans son Schilder-boeck, Van Mander le confond avec son fils Cornelis (c. 1520 -c. 1569), qui, également peintre, était surnommé « sotte Cleef » en raison de la folie dont il fut frappé.

Joos van Cleve est l'un des vingt peintres de la famille van Cleve ayant travaillé à Anvers et Gand. Il fait partie des plus connus avec Hendrik III van Cleve, Martin van Cleve et William van Cleve le Jeune[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père William van Cleve l'Ancien était membre de la guilde de Saint-Luc d'Anvers[5]

Sa première activité attestée est celle d'assistant de Jan Joest van Kalkar (1460-1519) lors de réalisation d'un maître-autel dans l'église Saint-Nicolas de Kalkar, achevé en 1508-1509. Ensuite, il séjourne à Bruges, puis il s'installe à Anvers[6]. Il est connu pour ses portraits et ses tableaux religieux. Il n'hésitait pas à recopier des motifs à la mode, comme la Vierge à l'Enfant, qui se vendaient bien.

Son nom apparaît pour la première fois à Anvers en 1511 dans le registre de la guilde de Saint-Luc à Anvers, où il est inscrit comme maître. Il en sera d'ailleurs par trois fois le doyen, en 1519 (l'année de son mariage avec Anna Vydts), 1520 et 1525[6]. Il compte plusieurs élèves, parmi lesquels son fils Cornelis van Cleve.

Peu après 1530, il travailla quelque temps pour la cour de France où il réalisa, entre autres, le portrait de François Ier et celui de son épouse Éléonore de Habsbourg. Vers 1536 (?) il fit celui du roi d'Angleterre, Henri VIII [7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Aucune correspondance formelle n'a pu être établie entre les documents d'archive d'Anvers qui mentionne le peintre Joos van der Beke, dit Joos van Cleve, et l'œuvre qui lui a été attribué. La reconstitution de l'œuvre du peintre, réalisée sur plus d'un siècle sur la base de trois tableaux portant le monogramme JB, constitue donc une hypothèse[8].

   La puce bleue signale les œuvres marquées du monogramme.
   La puce verte signale les œuvres de Joos van Cleve.
   La puce orange signale les œuvres de l'atelier de Joos van Cleve.
   La puce rouge signale les œuvres attribuées à Joos van Cleve.

Peintures des collections publiques[modifier | modifier le code]

Classement par lieu de conservation (pays et ville).

Allemagne[modifier | modifier le code]

Noli me tangere, huile sur panneau, 59 x 48 cm, Aken, Suermondt-Ludwig-Museum, inv. GK 97.[réf. 1]
Triptyque de la Mort de Marie, marqué du monogramme « I VA b » , huile sur panneaux, 65 x 125,5 cm ; 66,8 x 59 cm, Cologne, Wallraf-Richartz-Museum, inv. 430.[réf. 2]
Triptyque de la mort de Marie, huile sur panneau, 127 x 154 cm ; 127 x 70 cm, Munich, Alte Pinakothek, inv. 150-151-152.[réf. 3]

Autriche[modifier | modifier le code]

Portrait de Maximilien Ier (1459-1519), huile sur bois, 28,5 x 22,3 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. GG_972.[réf. 4]
Nativité, huile sur bois, 75 x 55 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. GG_6347.[réf. 5]
Lucrèce, huile sur bois, 75,7 x 53,9 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. GG_833 (fig. 1).[réf. 6]
Triptyque, huile sur panneaux, 94,5 x 70 cm ; 94,5 x 30 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. GG_938.[réf. 7]
Vierge à l'Enfant, huile sur bois, 74,3 x 56 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. GG_836 (fig. 2).[réf. 8]
Eléonore d’Autriche (1498-1558), reine de France, huile sur bois, 35,5 x 29,5 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. GG_6079 (fig. 3).[réf. 9]

Belgique[modifier | modifier le code]

L'enfant Jésus et saint Jean, huile sur panneau de chêne, 72,5 x 54 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, inv. 7224.[réf. 10]
Repos pendant la fuite en Égypte, huile sur panneau de chêne, 54 x 67,5 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, inv. 2928.[réf. 11]
Sainte Anne trinitaire et saint Joachim, huile sur panneau de chêne chantourné, 109 x 74 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, inv. 565.[réf. 12]

Espagne[modifier | modifier le code]

Autoportrait, huile sur panneau, 38 x 27 cm, Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza, inv. 89 (1930.128).[réf. 13]
L'Enfant Jésus sur un globe, huile sur panneau, 37 x 26 cm, Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza, inv. 90 (1975.6).[réf. 14]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Saint Jérôme, 1521, huile sur bois, 99,7 x 83,8 cm, Cambridge, Fogg Museum, inv. 1961.26.[réf. 15]
Adoration des Mages, triptyque, huile sur panneaux de chêne, 88,9 x 64,8 cm ; 88,9 x 27,9 cm, Detroit, Detroit Institute of Arts, inv. 45.420.[réf. 16]
Portrait de François Ier, roi de France, huile sur panneau, 72,1 x 59,2 cm, Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, inv. 769.[réf. 17]
Fuite en Égypte, huile sur panneau, 64,7 × 44,5 cm, Porto Rico, Museo de Arte de Ponce, inv. ? (fig. 4).[réf. 18]
Déposition[9], huile sur panneau, 114,9 x 126,4 cm, Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, inv. 373.[réf. 19]
Crucifixion avec saints et donateurs, triptyque, huile sur panneaux, 98,4 x 74,3 cm ; 101 x 32,7 cm, Whashington, Metropolitan Museum of Art, inv. 41.190.20a–c.[réf. 20]
Vierge à l'Enfant, huile sur panneau, 72,1 x 54 cm, Whashington, Metropolitan Museum of Art, inv. 1982.60.47.[réf. 21]
Sainte Famille, huile sur bois, 51,8 x 37,1 cm, Whashington, Metropolitan Museum of Art, inv. 41.190.19.[réf. 22]
Sainte Famille, huile sur bois, 42,5 x 31,8 cm, Whashington, Metropolitan Museum of Art, inv. 32.100.57.[réf. 23]
Portrait de François Ier, roi de France, huile sur panneau, 40,6 x 32,7 cm, Whashington, Metropolitan Museum of Art, inv. 32.100.120.[réf. 24]
Annonciation, huile sur bois, 86,4 x 80 cm, Whashington, Metropolitan Museum of Art, inv. 32.100.60.[réf. 25]
Jugement dernier, huile sur bois, 123,8 x 86,4 cm, Whashington, Metropolitan Museum of Art, inv. 40.174.1 (fig. 5).[réf. 26]

France[modifier | modifier le code]

Éléonore d’Autriche (1498-1558), reine de France, huile sur bois, 40 x 30,5 cm, Chantilly, Musée Condé, inv. PE 98.[réf. 27]
Vierge à l'enfant, huile sur bois, ? x ? cm, Musée des Beaux-Arts, Limoges, inv. 2008.D1.5 (fig. 6).[réf. 28]
Portrait d'un seigneur de la famille Bentivoglio, huile sur panneau, Lyon, Musée des Beaux-Arts, inv. B 480.[réf. 29]
Sainte Famille, huile sur bois, 42 x 31 cm, Marseille, musée Grobet-Labadié, inv. 111.[réf. 30]
Vierge à l'Enfant avec donateur, huile sur bois, 45 x 31 cm, Marseille, musée Grobet-Labadié, inv. GL 110.[réf. 31]
Portrait d'homme, huile sur bois transposée sur toile, 66,5 x 55,5 cm, Nantes, Musée des Beaux-Arts, inv. 580.[réf. 32]
François Ier (1494-1547), roi de France, huile sur bois, 71,4 x 59,2 cm, Paris, Musée Carnavalet, inv. P 2214.[réf. 33]
Adam, 1507, volet gauche d'un triptyque, huile sur panneau de chêne cintré, 59,8 x 20,5 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. RF 839.[réf. 34]
Éve, 1507, volet droit d'un triptyque, huile sur panneau de chêne cintré, 60 x 20,2 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. RF 840.[réf. 35]
Vision de saint Bernard, huile sur panneau de chêne, 29 x 29 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. RF 2230.[réf. 36]
Portrait d'homme, huile sur bois, 63 x 53 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. 2105.[réf. 37]
Retable de la déploration du Christ, lunette, panneau central et prédelle, huile sur panneaux, 145 x 206 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. 1996.[réf. 38]
Salvator Mundi, huile sur bois, 54 x 40 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. RF 187.[réf. 39]
Vierge à l'Enfant avec un dominicain offrant son cœur, huile sur bois, 57 x 56 cm, Paris, Musée du Louvre, inv. 2068.[réf. 40]
Saint Jean à Patmos, huile sur bois, 37,8 x 29,4 cm, Musée des Beaux-Arts, Valenciennes, inv. P.47.15.[réf. 41]

Italie[modifier | modifier le code]

Portrait de Stefano Raggio, huile sur panneau, 27 x 38 cm, Gênes, Galerie nationale du Palais Spinola, inv. GNL 56/2001.

Japon[modifier | modifier le code]

Triptyque de la Crucifixion avec le donateur et sa femme, huile sur panneaux, 116 x 83 cm ; 117 x 36 cm, Tokyo, The National Museum of Western Art, inv. P.1976-0003.[réf. 42]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Portrait de Maximilien Ier (1459-1519), huile sur bois, 34,6 × 24,4 cm, Amsterdam, Rijksmuseum, inv. SK-A-3293.[réf. 43]
Portrait d'un homme, huile sur panneau, 45,7 x w 43,4 cm, Amsterdam, Rijksmuseum, inv. SK-A-165.[réf. 44]

Pologne[modifier | modifier le code]

Retable de Reinhold, polyptyque de 8 peintures, huile sur panneaux, centre : 194 x 158 cm, prédelle : 61 x 155 cm, volets : 194 x 158 cm, Varsovie, Muzeum Narodowe w Warszawie, inv. 185.007.[réf. 45]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Sainte Famille, huile sur panneau, 49,4 × 36,5 cm, Londres, The National Gallery, inv. NG2603.[réf. 46]


Dessins[modifier | modifier le code]

Décapitation de sainte Dorothée, encre sur papier, 210 x 145 mm, Amsterdam, Rijksmuseum, inv. RP-T-1921-481.[réf. 47]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Également appelé Joos van Cleve le Jeune, Joos van Cleef, Jost van Cleve, Joos van der Beke, Josse van Cleef d' Anvers ou encore le Maître de la Mort de Marie.
  2. Selon Max J. Friedländer (1972, p. 18), il serait né vers 1485. Cependant, selon S. Speth-Holterhoff, responsable de la notice du peintre dans le catalogue d'exposition Le siècle de Bruegel : la peinture en Belgique au XVIe siècle (p. 79), le peintre serait né vers 1464.
  3. Sa mort intervient entre la rédaction de son testament le 10 novembre 1540 et le 4 février 1541, date correspondant à la rédaction d'un acte qui désigne sa seconde épouse Kathelijne van Mispeelteren comme propriétaire de plusieurs maisons. Cf. Scailliérez 1991, p. 9-11.
  4. Cf. Friedländer 1972, p. 19.
  5. a et b (en) « Guild of saint Luc », Catholic Encyclopedia, sur Catholic Online (consulté le 2 janvier 2015).
  6. a et b (en) Suermondt-Ludwig-Museum, « Leonardo of the North : Joost van Cleve », Joost van Cleve - Exhibition -, Die Museen der Stadt Aachen,‎ (consulté le 2 janvier 2015).
  7. Jan Van der Stock, « Joos van Cleve », Dictionnaire des peintres Belges, sur http://balat.kikirpa.be/peintres/, Belgian Art Links and Tools (BALaT), KIK-IRPA, Bruxelles,‎ (consulté le 2 janvier 2015).
  8. Cf. Scailliérez 1991, p. 7.
  9. D'après la Descente de Croix de Rogier van der Weyden, peinture conservée au Museo Nacional del Prado de Madrid (inv. P02825).
  10. La lettre qu'elle tient dans la main contient la phrase « A la christianissima y muy poderosa Siñora la Reyna, mi siñora ». Cf. Friedländer 1972, p. 21.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le siècle de Bruegel : La peinture en Belgique au XVIe siècle, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, , p. 79-82.
  • (en) Max J. Friedländer, Early Netherlandish Painting : Joos van Cleve, Jan Provost, Joachim Patenier, vol. IX, part I, Leiden, A. W. Sijthoff, , 74 p. (ISBN 90-286-0202-X).
  • P. Rombouts et T. van Lerius, Les Liggeren (...), Anvers-La Haye, 1864-1876, I, passim et II, p. 303.
  • A. Siret, « Josse van Cleve », Biographie nationale, tome IV, 1873, p 135-138, Académie royale de Belgique
  • G. Hulin de Loo, « Conjecture touchant le Sotte van Cleve. Jan (Joès) van Ghinderick alias van Cleve », Petite Rev. illustrée de l'Art et de l'Archéol. en Flandre, 1903, 12-13, pp. 87-91 et 15-16, pp. 115-118.
  • V. van der Haeghen, La Corporation des Peintres et des Sculpteurs de Gand, Bruxelles, 1906, passim.
  • Carel Van Mander, Le Livre des peintre, vol. I, Paris, J. Rouan, , 911 p. (lire en ligne), p. 243-248
  • Cécile Scailliérez, Joos van Cleve au Louvre, Paris, Édition de la Réunion des musées nationaux, coll. « Les dossiers du département des peintures, n° 39 », , 120 p. (ISBN 2-7118-2425-X).

Liens externes[modifier | modifier le code]