Alexandre-Hyacinthe Dunouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre-Hyacinthe Dunouy
Alexandre-H. Dunouy.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Alexandre-Hyacinthe Dunouy, né à Paris en 1757, mort à Jouy-en-Josas le [1], est un peintre paysagiste et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre-Hyacinthe Dunouy commence sa carrière en peignant des vues de Paris et d'Île-de-France. Il traverse probablement l'Italie dans les années 1780 et laisse plusieurs vues des environs de Rome et de Naples, où il s'installe un certain temps. Dès 1781, ces vues remportent un franc succès au Salon.

Il quitte l'Italie en 1791, date à laquelle il expose pour la première fois ses œuvres à l'occasion du Salon de Paris. Il visite également l'Auvergne, la Savoie (Vue de Genève) et le Lyonnais.

Il retourne en Italie en 1810 sous l'égide de Joachim Murat dont il devient le peintre officiel, et devient également le peintre de Caroline Bonaparte. C'est à cette époque qu'il réalise des études pour les décors du palais royal de Portici. Dès lors, Dunouy va recevoir fréquemment des commandes importantes comme des vues du château de Mortefontaine pour Joseph Bonaparte.

Dunouy quitte l'Italie en 1815 mais ne cesse pas son activité. C'est ainsi qu'il reçoit une commande pour une Éruption du Mont Vésuve pour Louis XVIII, qui lui confie à partir de 1818 des projets de décorations pour le Trianon, Compiègne, et Saint-Cloud. Ses peintures, de petites dimensions, sont avant tout décoratives. Elle se présentent généralement comme des compositions classiques où foisonnent les détails. Son œuvre suit les pas de Jean-Victor Bertin et Jean-Joseph-Xavier Bidault. Certaines de ses œuvres incluent des éléments peints par Jean-Louis Demarne et Nicolas-Antoine Taunay.

Il continue d'exposer régulièrement jusqu'en 1833 et devient le maître de Achille-Etna Michallon. Il reçoit une médaille en 1819 et 1827.

Alexandre-Hyacinthe Dunouy meurt en 1841 à Jouy-en-Josas.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Rousseau méditant dans le parc de La Rochecordon (1770), Paris, musée Marmottan.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]