Mines de potasse d'Alsace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mines de potasse d'Alsace
logo de Mines de potasse d'Alsace
Logo.

Création 1910
Dates clés 1904 : découverte de la potasse.

1908 : creusement du premier puits.

Disparition 2004
Forme juridique 1910-1940 : Société Kali Sainte-Thérèse,
1911-1924 Groupe Deutsche Kaliwerke, Groupe Hohenzollern, Groupe Wintershall
1924-1940 : Mines Domaniales de Potasse d'Alsace
1940-1945 : Elsässiche Kaliwerke
1945-2004 : Mines Domaniales de Potasse d'Alsace
Siège social Mulhouse
Drapeau de France France
Activité Potasse

Les Mines de potasse d'Alsace, ou MDPA, anciennement Mines domaniales de potasse d'Alsace, est l'entité ayant assuré l'exploitation, durant le XXe siècle, des mines du bassin potassique du nord de Mulhouse dans le but d'extraire la potasse à des fins commerciales.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation du bassin potassique dans le Haut-Rhin.
Carte du bassin potassique.

L’exploitation est située dans l'est de la France, dans une zone naturelle de l'Alsace en région Grand Est, au centre du département du Haut-Rhin, et au nord de la banlieue de Mulhouse.

Géologie[modifier | modifier le code]

Échantillon de potasse.

Le bassin potassique est composé de deux couches de chlorure de potassium distantes l'une de l'autre d'une vingtaine de mètres. Ces deux couches se situent à des profondeurs allant de 400 à 1 100 mètres. La première couche atteint deux mètres d’épaisseur et contient environ 40 % de chlorure de potassium ; la seconde couche atteint 5 mètres de puissance et contient environ 30 % de chlorure de potassium. Ces deux couches possèdent également 60 % de chlorure de sodium.

Histoire[modifier | modifier le code]

Amélie Zurcher.

Contexte[modifier | modifier le code]

Amélie Zurcher, née en 1858 à Bollwiller, fille du propriétaire de l'usine textile de Bollwiller, est connue dans le sud de l'Alsace pour avoir été l'instigatrice de la découverte de la potasse dans le sous-sol sud-alsacien. Propriétaire de la ferme du Lützelhof, près de Cernay, Amélie Zurcher doit chercher de nouveaux moyens pour éviter la ruine après une terrible sécheresse en 1893. L'année suivante, elle fait la connaissance de Joseph Vogt, directeur d'une fonderie. Apprenant la possibilité de faire des forages souterrains, elle se heurte cependant aux doutes de ses proches, qui ne partagent nullement son avis, elle qui pense que le sous-sol de ses propriétés recèlerait des richesses géologiques.

Pourtant, après dix années d'insistance, elle parvient à convaincre Joseph Vogt et Jean-Baptiste Grisez, spécialiste des sondages souterrains, de faire le premier sondage entre Cernay et Lutterbach. Ils espèrent alors trouver de la houille.

Découverte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gewerkschaft Amélie.

Le est créée la « Société en participation pour la recherche de gisement de houille en Alsace », on recherchait notamment une éventuelle continuité des houillères de Ronchamp.

Le 11 juin 1904, le premier coup de sonde est donné. Alors que Vogt se décourage assez rapidement, Amélie Zurcher le convainc de persévérer et, finalement, c'est une analyse du laboratoire de Strasbourg qui annonce la nouvelle : le tube carottier a traversé des couches de potasse d'excellente teneur.

Exploitation de la potasse[modifier | modifier le code]

Après la découverte du bassin potassique, les prospections continueront jusqu’en 1910, avant que la totalité du bassin ne soit achetée par la compagnie allemande Deutsche Kaliwerke.

Le fut créée la compagnie « Gewerkschaft Amélie » qui entreprit pas moins de 150 sondages ainsi que la construction de premier puits, le 22 avril 1908, baptisé Amélie I, dont l'exploitation commence en février 1910.

En 1911, la Gewerkschaft Amélie cède toutes ses concessions à la compagnie allemande Deutsche Kaliwerke (Bernterode, Saxe). Cette compagnie cède à leur tour une partie, le gisement alsacien se retrouve ainsi exploité par trois groupes à capitaux majoritairement allemands :

•Groupe Deutsche Kaliwerke : mines Amélie, Max, Marie-Louise, Joseph-Else. •Groupe Hohenzollern : mine Fernand (Reichsland) et Anna •Groupe Wintershall : mines Théodore et Eugène

Par ailleurs, Joseph Vogt, propriétaire des concessions du nord du gisement, réalise des sondages et crée en 1910, avec des associés lorrains, les Mines de Kali Sainte-Thérèse (KST), société française de droit allemand, enregistrée à Mulhouse le 16 juillet 1910, dirigée par son fils Fernand Vogt. Cette compagnie exploitera les mines Alex, Ensisheim, Rodolphe et Ungersheim.

L'année 1918 voit la fin de la Première Guerre mondiale et la victoire de la France. L'Alsace redevient alors française et les puits allemands sont confisqués par la France. En 1924, toutes les mines reviennent à l'État Français et, dans les années qui suivirent, de nombreux immigrants polonais arrivent dans la région pour travailler dans les mines.

Le 24 mai 1924, l’État français acquiert dix mines et les regroupe dans une compagnie publique : les Mines Domaniales de Potasse d'Alsace. Les mines alsaciennes ne sont donc désormais exploitées plus que par deux sociétés, l'une à capitaux publics, et l'autre, la société Kali Sainte-Thérèse, à capitaux privés.

Tête d'abattage Heliminer Jeffrey exposée au puits Rodolphe.

En mai 1936, une forte grève éclatera juste avant l'arrivée au pouvoir du Front populaire. Les mineurs luttent en raison de leurs conditions de travail et de vie pendant la crise. Les Mines Domaniales de Potasse d'Alsace (MDPA) transforment alors la région. Au cours du reste du XXe siècle, l’exploitation de la potasse continuera avec plusieurs grands puits d’extraction, tel que le puits Rodolphe.

En 1940, l'Alsace est annexée au Troisième Reich. Les nazis décident de regrouper l'ensemble des mines de potasse dans une entité juridique unique : la Elsässische Kaliwerke. C'est pendant l'occupation allemande que le plus important accident a lieu à la mine Rodolphe : un coup de mur et un dégagement de grisou tuent 25 mineurs. Le bassin potassique est libéré par les alliés le 3 février 1945. Les installations ont subi d'importantes destructions durant les combats de la plaine d'Alsace.

Les années 1950 et 1960 sont une période qui voient l'arrivée de nouvelles techniques d'exploitation minière (machines d'abattage, havage intégrale, généralisation des soutènements marchants hydrauliques) et de traitement du minerai avec la mise en service de la première grande usine de traitement par flottation à la mine Théodore, remplaçant en partie le traitement thermique plus onéreux.

Depuis les années 1960 déjà, l'épuisement du bassin se fait sentir et l'on songe alors à se diversifier dans d'autres secteurs d'activités afin de favoriser la reconversion des mineurs. L’exploitation sera finalement stoppée en 2004. La plupart des installations seront démantelées puis démolies mais certains bâtiments témoignant du passé subsistent. Des monuments seront édifiés pour rendre hommage aux mineurs et aux découvreurs de la potasse qui ont contribué à l’essor industriel de l’Alsace.

Entre 1910 et 2002, près de 567 millions de tonnes de sel brut auront été extraites du sous-sol alsacien.

Puits Commune Profondeur Fonçage Démarrage Arrêt Remblayage Abattage Hauteur chevalement Observation(s)
Amélie I Wittelsheim 694 m 1908 1910 2002 2006 2008 68 m Puits le plus ancien
Amélie II Wittelsheim 680 m 1911 1914 2002 - 2009 - -
Alex Feldkirch 653 m 1911 1913 1954 1984 1984 33 m -
Anna Est Wittenheim 448 m 1914 1923 1973 1981 1983 42 m Puits le moins profond
Anna Ouest Wittenheim 449 m 1914 1923 1973 1981 1983 54 m -
Berrwiller Berrwiller 607 m 1958 1961 2001 2002 2003 42 m Puits de service du puits de Staffelfelden
Ensisheim I Ensisheim 870 m 1912 1920 1961 1989 1999 - -
Ensisheim II Ensisheim 1033 m 1912 1922 1961 1981 1981 - Puits le plus profond
Ensisheim III Ensisheim 713 m 1929 1932 1961 1981 1981 - -
Else Wittelsheim 491 m 1911 1912 1966 - - 50 m Exploité par Stocamine
Eugène Wittenheim 583 m 1911 1912 1986 1990 1992 - -
Fernand Est Wittenheim 539 m 1911 1913 1972 1978 1980 - -
Fernand Ouest Wittenheim 540 m 1911 1913 1972 1978 1980 43 m -
Joseph Wittelsheim 532 m 1911 1912 1966 - - 50 m Exploité par Stocamine
Marie Staffelfelden 643 m 1911 1913 1998 1999 2004 50 m -
Marie-Louise Staffelfelden 643 m 1911 1913 1998 1999 2004 50 m -
Max Richwiller 516 m 1910 1912 1952 2009 2009 - Puits de service à partir de 1952
Rodolphe I Ungersheim 697 m 1911 1913 1976 1984 Chevalement conservé - -
Rodolphe II Ungersheim 729 m 1925 1929 1976 1984 Chevalement conservé - -
Staffelfelden Staffelfelden 786 m 1968 1972 2001 2002 2003 74 m Plus haut chevalement de France
Schoenensteinbach Wittenheim 901 m 1971 1973 1998 1999 1999 - Puits d'aérage pour la mine Marie-Louise
Théodore Wittenheim 584 m 1911 1912 1986 1990 Chevalement conservé 64 m -
Ungersheim I Ungersheim 751 m 1928 1931 1997 1999 2000 - -
Ungersheim II Ungersheim 751 m 1929 1933 1997 1999 2000 - -
Mine Exploitation Nombre de puits Puits Tonnage extrait (millions de tonnes) Traitement du minerai KCl Autres productions Observation(s)
Mine Amélie 1910-2002 3 Amélie I, II et Max 167,5 Thermique (1919-1991), flottation (1986-2002) Sel de déneigement, brome -
Mine Alex - Rodolphe 1913-1976 3 Alex, Rodolphe I, II 48,5 Thermique - -
Mine Anna 1923-1973 2 Anna Est et Ouest 30,8 Thermique Sel de cuisine (1963-1973) -
Mine Ensisheim 1920-1961 3 Ensisheim I, II et III 16,2 Thermique - -
Mine Fernand 1913-1972 2 Fernand Est et Ouest 29,4 Thermique - -
Mine Joseph-Else 1912-1966 2 Joseph, Else 22,2 Flottation (1950-1969)), lévigation (1953-1964) - -
Mine Marie-Louise 1913-2001 5 Marie, Marie-Louise, Schoenensteinbach, Staffelfelden, Berrwiller 179,7 Thermique (1913-1998) Sel de déneigement, brome -
Mine Théodore 1913-1986 2 Eugène, Théodore 67,8 Thermique (1918-1960), flottation (1960-1986) Brome (1933) -
Mine Ungersheim 1913-1997 2 Ungersheim I, II 5,5 Minerai traité à la mine Marie-Louise - Exploitation discontinue (1933, 1946-1949 et 1986-1997)

Évolution des effectifs[modifier | modifier le code]

Année 1914 1920 1930 1940 1948 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2003 2006
Effectif 2752 8000 11548 9948 13880 12760 12583 9048 5806 3442 1092 600 50

Les communes minières[modifier | modifier le code]

Berrwiller[modifier | modifier le code]

Chevalement du puits de Berrwiller.

De 1958 à 1961, un puits de mine de 607 mètres de profondeur est foncé à environ 2 kilomètres au sud-est du village. Les bains-douches seront ajoutés en 1963. Ce puits de service faisait partie de la division minière Marie-Louise Ouest, dont le minerai était extrait par le puits de Staffelfelden.

L'activité cessera en 2001. Le puits est remblayé en 2002 et les bâtiments sont démolis en 2003.

De nos jours, une dalle en béton sur le puits remblayé est la dernière trace de cette installation. Le carreau reste aujourd'hui un terrain vague.

Un important accident est survenu le 18 juin 1976 : l'effondrement d'un faux plancher précipite 5 mineurs au fond du puits.

Bollwiller[modifier | modifier le code]

Le puits d'Alex Von Pflaum sera foncé de 1911 à 1913 jusqu'à 666 mètres de profondeur, le chevalement de 33 mètres de hauteur sera construit en 1912. L'activité cesse en 1954. Le chevalement est abattu le 18 octobre 1984 et la plupart des bâtiments attenants seront démolis la même année.

De nos jours, le bâtiment administratif, les ateliers, la machine d'extraction ainsi que la loge de garde ont été conservés.

Ensisheim et Pulversheim[modifier | modifier le code]

Salle des Machines du puits Ensisheim no 1.
Localisation des puits à Ensisheim.

La concession d'Ensisheim est détenue par une société privée, Kali Sainte Thérèse.

Le puits Ensisheim no 1 a été foncé en 1912 et mis en exploitation en 1920. Arrêté en 1961, le puits a été remblayé en 1989 et les installations d'extraction ont été détruites en 1999. La salle des machines du puits Ensisheim 1 est encore visible en 2011. Quatre autres bâtiments sont également conservés sur le site.

Le puits Ensisheim no 2 a été ajouté en 1912. D'une profondeur de 1 033 m, il a été le puits le plus profond du bassin. Ses installations ont été détruites en 1981. La Gendarmerie d'Ensisheim se trouve aujourd'hui sur son emplacement. Un bâtiment de la mine est encore visible et sert pour diverses entreprises.

Situé à l'extrémité nord-est du ban de la commune de Pulversheim, le puits Ensisheim no 3 a été creusé en 1929 et mis en exploitation en 1932. Fermé en 1961, le puits, profond de 713 m, a été remblayé et les installations ont été détruites en 1981. Le site ne possède plus de bâtiments.

Kingersheim[modifier | modifier le code]

Aucune mine n'a été mise en service sur le ban communal de Kingersheim. En revanche, une partie de la Cité Fernand-Anna, faisant majoritairement partie de Wittenheim, se prolonge à Kingersheim. Le nom de la zone commerciale "Le Kaligone", située à l'ouest de la commune, rappelle les activités minières voisines (kali = potasse en allemand).

Ungersheim et Feldkirch[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Puits Rodolphe.

La découverte du gisement potassique et sa mise en exploitation au début du XXe siècle, a provoqué dans le village de Pulversheim, situé au centre du bassin potassique, un bouleversement total et une transformation rapide de sa structure économique, sociale et culturelle[1].

Le carreau du puits Rodolphe était implanté dans cette commune. Il fut exploité de 1913 à 1976 et faisait 711 mètres de profondeur.

La mine Ungersheim est la mine la plus au nord du gisement. Située dans une zone géologiquement difficile, elle a été exploitée de manière discontinue en 1933, entre 1946 et 1949 et entre 1986 et 1997.

En 1987, le site du puits Rodolphe est acquis par l’Écomusée d'Alsace et le Conseil général du Haut-Rhin. En 1994 est créée l'association "Groupe Rodolphe" afin de préserver ce site chargé d'histoire.

De nos jours, tous les bâtiments sont conservés et se trouvent dans un état de conservation acceptable, certains ont même été restaurés.

Richwiller[modifier | modifier le code]

Puits Max à Richwiller.
Article détaillé : Puits Max.
Article détaillé : Gare de Richwiller.

L'ouverture des mines de potasse est déterminante pour l'essor économique de la commune de Richwiller.

La mine Max s'étend sur une superficie de 1 800 hectares. Son chevalement s'est trouvé à côté de la gare de Richwiller, près de la ligne de chemin de fer Strasbourg-Bâle. Le fonçage du puits d'extraction Max commence le 10 novembre 1910. La couche inférieure de potasse est atteinte le 5 juillet 1912 à 514 mètres de profondeur. Exploité depuis l'été 1912, le puits communique souterrainement avec le puits Amélie II. Pendant sa première année de production, la mine Max extrait 7 893 tonnes de minerai au bout de 26 jours. Sa première campagne d'exploitation se termine en 1933. La seconde commence en 1942, se terminant avec l'arrêt définitif de la mine en 1952. Durant les deux campagnes d'extraction, elle a produit 2 693 153 tonnes de sel brut pour une capacité d'extraction de 550 tonnes par jour.

Grâce à la Potasse, la gare de Richwiller est devenue la première gare de marchandises d'Alsace[2].

Ruelisheim[modifier | modifier le code]

L'extrémité nord de la cité minière Sainte-Barbe, majoritairement située à Wittenheim, se trouve sur la commune de Ruelisheim, de même que le quart nord du carreau de la mine Théodore-Eugène.

Staffelfelden[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Puits Staffelfelden.

De 1911 à 1913 sont foncés les puits Marie Louise (du nom de la fille de Fernand Vogt) et le puits Marie sur le même carreau. Les deux puits atteindront les profondeurs de 643 mètres.

La division minière est complétée par le puits Berrwiller, foncé en 1958 à 3 km à l'ouest et dont l'exploitation commence en 1961. Un dernière installation d'extraction, le puits Staffelfelden est mis en service en 1972 à 700 mètres à l'ouest de la mine Marie-Louise et dont le minerai est acheminé par un convoyeur aérien surplombant la ligne SNCF Mulhouse Strasbourg. Par ailleurs, l'importante extension des chantiers souterrains nécessitera le fonçage en 1971 d'un nouveau puits d'entrée d'air à Schoenensteinbach, situé à 2,7 km à l'est, sur la commune de Wittenheim. La mine Marie-Louise devenait ainsi le plus important complexe minier du bassin potassique.

Le chlorure de potassium était extrait du minerai par procédé thermique dans une usine située sur le carreau principal. Outre la production complémentaire de sel de déneigement, le traitement thermique du minerai permettait d'extraire du brome par chloration, dans un usine classée Seveso, la seule du bassin potassique.

L'exploitation des puits Marie et Marie-Louise cesse en 1998, celle des puits Berrwiller et Staffelfelden se poursuit jusqu'en 2001. De nos jours subsistent les deux bâtiments situés à l'entrée du carreau principal, ainsi que le château d'eau. Les autres installations ont été entièrement démantelées en 2004. Une nouvelle zone industrielle est en cours d'aménagement sur 52 hectares.

Wittelsheim[modifier | modifier le code]

La mine Amélie à Wittelsheim.
Article détaillé : Puits Amélie.

La commune de Wittelsheim est le berceau de l'exploitation : la potasse y est découvert en 1906 par Amélie Zurcher. La premier puits,qui porte son nom Amélie I, est foncé à partir de 1908 et mis en service en 1910[3].

Au sud du ban communal sont foncés deux autres deux puits Joseph et Else en 1911 et 1912, à une profondeur d'environ 500 mètres. L'exploitation de la potasse sur ce carreau minier débuta en 1912, mais le déclenchement de la guerre interrompit l'activité jusqu'en 1919. Reprises par les MDPA en 1924, les installations furent modernisées et agrandies entre les deux guerres. L'exploitation de la mine Joseph-Else cessa en 1966 avec 22,2 millions de tonnes de sel brut extraites[4].

Dans les années 1980, le Projet StocaMine prévoyait de transformer la mine en centre de stockage de déchets de "classe 1" et "classe 0" au droit de l’ancienne mine Joseph-Else. En février 1997, l’arrêté préfectoral portant autorisation d’exploiter a été publié et les premiers colis ont été réceptionnés en février 1999[5], mais en 2002 à la suite d'un incendie une perspective de non-rentabilité (avérée depuis quatre exercices) aboutit à la fermeture du site en septembre 2003[5], mais les déchets dangereux y sont toujours présent. Divers acteurs demandent leur retrait.

Article détaillé : StocaMine.

Wittenheim[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Puits Théodore.

Le premier puits minier ouvert à Wittenheim en 1911, le puits Théodore fit entrer la commune dans l’ère industrielle. De 1912 à 1986, plus de 68 millions de tonnes de minerai furent extraites de ce puits. La mine Théodore ferma définitivement en 1986. Le chevalement de 65 m de haut, installé sur le site en 1958, fut longtemps le plus haut du continent. Il est le symbole de la renaissance de Wittenheim après-guerre, de l’une des plus belles pages de l’histoire de la commune. Grâce au combat mené par l’"Association pour la sauvegarde du chevalement Théodore" suivie par la population, le chevalement est classé monument historique depuis le 17 août 1995[6],[7].

Plus au sud, deux autres mines sont mises en service :

  • La mine Fernand dont l'exploitation commence en 1913, comporte deux puits, Fernand Est (prof. 539m) et Fernand Ouest (prof. 540 m). L'exploitation s'achève en 1972, les deux puits sont respectivement remblayés en 1978 et 1981, et les chevalement abattus en 1980 et 1982.
  • La mine Anna dont l'exploitation commence en 1923, comporte deux puits, Anna Est (prof. 448 m) et Anna Ouest (prof. 449 m). L'exploitation s'achève en 1973, les deux puits sont respectivement remblayés en 1981 et 1983, et les chevalement abattus en 1983 et 1984.

Aujourd'hui, les seuls vestiges de ces installations minières sont les deux terrils. Une ligne de chemin de fer industrielle reliait les deux mines et dont l'emplacement a été remplacé depuis par une promenade de type "coulée verte". Le carreau Anna accueil aujourd'hui un complexe commercial Décathlon et le carreau Fernand un collège et de nouvelles habitations qui permettent d'assurer désormais une continuité urbaine avec Wittenheim centre.

A Wittenheim se trouve le mémorial qui liste l'ensemble des noms de plus de 800 travailleurs décédés lors d'accidents survenus dans les Mines De Potasse d'Alsace.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire et Patrimoine. D’après la chronique de Pulverheim, d'Ewald Hirsinger
  2. extrait de Richwiller d'hier à aujourd'hui un ouvrage de la collection « Mémoire de vies » des éditions Carré Blanc - Strasbourg 2002 - édité par la ville de Richwiller"
  3. « Mine dite Mine Ensisheim 1 », notice no IA00074239, base Palissy, ministère français de la Culture.
  4. Les Mines de potasse d'Alsace
  5. a et b « Site officiel de StocaMine »
  6. Wittenheim, communications municipales no 19, octobre 1995
  7. Le chevalement de Théodore

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • MPDA, La mémoire en partage : 1904-2004 un siècle de potasse en Alsace, .