Voies ferrées locales et industrielles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voies ferrées locales et industrielles
Logo de Voies ferrées locales et industrielles
Logo de VFLI
Image illustrative de l'article Voies ferrées locales et industrielles

Création 1998

Forme juridique Société par actions simplifiée
Sigle VFLI
Siège social Drapeau de la France Paris (France)
Actionnaires Transport et Logistique Partenaires
Direction Alain Ribat
Effectifs 900 salariés
Société mère Groupe SNCF
Société(s) sœur(s) Fret SNCF
Captrain
Site web vfli.fr

Chiffre d’affaires 133,0 M€ (2015)

Localisation France
Écartement des rails Standard UIC (1 435 mm) (Réseau ferré national)

Voies ferrées locales et industrielles, VFLI, est une entreprise ferroviaire de transport de marchandises française filiale à 100% de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

VFLI fait partie fait partie du pôle « transport ferroviaire et multimodal de marchandises » (TFMM) de SNCF Logistics, au sein de SNCF Mobilités.

Présentation[modifier | modifier le code]

VFLI est l'un des nouveaux acteurs du transport ferroviaire de marchandises sur le réseau ferré national français, ouvert à la concurrence en 2005. VFLI est une entreprise du secteur privé, à l'inverse de Fret SNCF sous statut d'EPIC, ses salariés relèvent des accords de branche du fret ferroviaire de droit privé.

Son actionnaire principal est Transport Ferroviaire Holding S.A.S., qui est une filiale de Transport et Logistique Partenaires, elle même filiale de SNCF Participations.

VFLI exerce son activité sur trois marchés principaux :

  • trafic en ligne : transport de marchandises sur le réseau ferré national, sous certificat de sécurité VFLI, délivré par l'Établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) en 2007, et renouvelé en 2012 ;
  • sites industriels et exploitation d'installations terminales embranchées (ITE) : opérations de logistique ferroviaire, chargement et déchargement sur des sites industriels ;
  • chantier travaux : traction et pilotage de trains sur des site de travaux et chantiers ferroviaires avec du personnel et locomotives.

En outre, VFLI dispose d'un centre de formation agréé par l'Établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF).

VFLI revendique être la troisième entreprise ferroviaire française[1] derrière Fret SNCF et Euro Cargo Rail.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne locomotive VFLI à Petite-Rosselle.
Ancienne locomotive VFLI à Petite-Rosselle.

La société Voies ferrées locales et industrielles est créée en 1998. Filiale de SNCF Participations, intégrée à la branche Fret du groupe SNCF, elle exploitait la ligne de Laluque à Tartas de l'ancien réseau des Voies ferrées des Landes (VFL) ainsi que les chemins de fer des Mines de Potasse d'Alsace.

En 2000, VFLI créé une coentreprise avec la Compagnie de chemins de fer départementaux (CFD) appelée « Voies ferrées du Morvan » pour opérer sur la ligne Avallon - Autun longue de 87 km.

En 2001, l'entreprise fait l’acquisition des activités ferroviaires des Houillères de Lorraine (HBL)[2],[3],[4] et exploite alors, sous le nom de VFLI Cargo, le réseau des HBL avec des transports régulier de la cokerie de Carling vers l'aciérie Dillinger Hütte en Sarre.

Le 3 octobre 2007, VFLI a obtenu son certificat de sécurité lui permettant d'opérer comme entreprise ferroviaire, sur tout le réseau ferré national français. VFLI constitue alors la cinquième entreprise de fret ferroviaire en France après Fret SNCF, Europorte 2 (groupe Eurotunnel), Veolia Cargo et Euro Cargo Rail. Depuis le 5 octobre 2007, VFLI opère divers relations régulières, dont une internationale entre Carling (France) et Dillingen (Allemagne).

En 2008, le groupe SNCF rachète Geodis. La branche Fret du groupe est alors renommée SNCF Geodis.

Fertis, une filiale traction de VFLI opérant dans le cadre des travaux de la LGV Est européenne a été dissoute le 6 décembre 2007[5].

En 2013, la part de marché de l'entreprise en France est estimée à 6% et son chiffre d'affaires dépasse les 130 millions d'euros[6].

À compter du 1er janvier 2014, l’entreprise regroupe l’ensemble de ses filiales (GEMAFER, CFDI et l’IFEM) au sein d’une société unique, VFLI SAS, achevant ainsi un processus de simplification juridique entamé en 2004.

Dans le cadre de la réforme ferroviaire de 2014, qui prévoit la réunification de la SNCF et de Réseau ferré de France (RFF), VFLI est intégré à SNCF Logistics (nouveau nom de SNCF Geodis) au sein de SNCF Mobilités le 1er janvier 2015[7]. Le pôle « transport ferroviaire et multimodal de marchandises » de SNCF Logistics comporte également Fret SNCF, sous statut EPIC, et Captrain, la marque de transport de fret international de la SNCF.

En 2015, le chiffre d'affaires de VFLI était de 133 millions d'euros (en hausse de 2% par rapport à 2014). L'entreprise compte environ 900 salariés et détient 10% de part de marché en France[8].

Matériel moteur[modifier | modifier le code]

Locomotives BB 66616 VFLI et BB 66202 SNCF.
Locomotive CC E4018 VFLI.

VFLI dispose d'une centaine de locomotives dont certaines sont louées à Akiem. La plupart des engins de VFLI arborent une livrée à base de rouge et de gris avec un trèfle à cinq feuilles, symbole de l'entreprise. L'ancienne livrée VFLI était à base de gris souligné par une bande rouge/orange horizontale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site internet de VFLI.
  2. La Lettre du Transport et de la Logistique, « Le groupe SNCF va reprendre le réseau HBL », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  3. Michel Pellet, « Les HBL cèdent leur réseau ferré à VFLI pour 23 millions d'euros », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  4. Michel Pellet, « Ferroviaire : VFLI Cargo diversifie ses activités vers la logistique », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « FERTIS à paris 09 sur SOCIETE.COM (449833615) », Sociétés (Groupe Adverline),‎ 2012 [last update] (consulté le 1er août 2012)
  6. Olivier Constant, « Fret ferroviaire 23/01/2014 VFLI a tenu ses objectifs de croissance en 2013 »,‎
  7. Nouvelle organisation du groupe sur le site de la SNCF.
  8. « Fret ferroviaire : nouvelle année de croissance pour VFLI », article WKTL du 1er mars 2016.
  9. (en) Keith Barrow, « VFLI orders more Euro 4000 diesel locomotives »,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]