Michel Piquemal (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel Piquemal, écrivain jeunesse français.
Michel Piquemal

Naissance
Paris, France
Activité principale chef d'orchestre, chef de chœur
Baryton
Style Mélodie (genre)
Lieux d'activité Chœur Vittoria Choeur régiona PACA, Choeur Abbaye Aux Dames de Saintes
Maîtres Pierre Bernac Denise Duval
Enseignement Maitrise de Radio France
Récompenses Victoires de la musique classique

Répertoire

Michel Piquemal, né le à Paris, figure parmi l'un des plus grands chefs de chœur et chefs d'orchestre français. Il est également chantre baryton[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de l’Ariège, ses parents n’étaient pas du tout musiciens. Michel Piquemal a pourtant souhaité très tôt faire du piano. C'est un professeur de la ville de Paris, Françoise Deslogères qui en a parlé à ses parents et, grâce à elle, il a commencé à étudier le piano et le solfège au CNR de Boulogne. A son entrée au collège en 6e, c'est elle encore qui a convaincu ses parents qu'il pouvait entrer à la Maîtrise de Radio France de par la qualité de sa voix, grande maîtrise déjà très réputée à l'époque. Il passe l'audition avec succès.

Michel Piquemal commence donc ses études de chant à la maîtrise de l’ORTF devenue aujourd'hui la Maîtrise de Radio France.

Dès 1960, la voix de Michel Piquemal est repérée parmi les élèves "Maîtrisiens" de Radio France. Il a alors 14 ans, et est choisi pour chanter "L'enfant à l'Etoile" aux côtés de Gilbert Bécaud sous la direction de Georges Prêtre le 14 décembre 1960 retransmis à la Télévision Française.

Il poursuit sa formation à la Maitrise de Radio France. Après avoir été l’assistant de Jacques Jouineau, Michel Piquemal enseigne le chant à la Maîtrise de Radio France en parallèle de sa carrière montante de baryton. Il est repéré dans un de ses concerts par Pierre Bernac qui vient le rencontrer à la fin de celui-ci, et, séduit par sa voix, souhaite le prendre comme élève. Il poursuit donc sa formation vocale avec Pierre Bernac (baryton et interprète préféré de Francis Poulenc), et Denise Duval (interprète fétiche, fameuse "Voix Humaine" qualifiée de double féminin de Francis Poulenc) pour la mélodie française et enfin, au Mozarteum de Salzbourg pour l'interprétation du Lied.

A cette occasion, il croise Jessye Norman, également élève de Pierre Bernac, avec qui il réalisera ensuite en 1990 un Concert de Noël à l'Eglise Notre-Dame de Paris.

En 1971, il est choisi par Maurice Béjart comme baryton pour interpréter "Le Chant du Compagnon errant" inspiré du cycle de mélodies pour baryton et orchestre de Gustave Mahler (« Lieder eines fahrenden Gesellen ») dans le cadre de la création de son pas de deux au Forest National de Bruxelles, puis ensuite aux Palais des Sports de Paris, aux côtés de Rudolf Noureev, (direction musicale Manuel Rosenthal).

En 1978, il fonde l'Ensemble vocal Michel Piquemal - ensemble professionnel - avec lequel il crée des œuvres de François Vercken, Roger Calmel, Jacques Castérède, Kamillo Lendvay, Marcel Landowski, Jean Guillou ou encore Jean-Louis Florentz mais aussi pour l'accompagner dans l'enregistrement de ses disques en tant que baryton. A cette occasion, il parfait sa formation de direction de Choeur.

De 1985 à 1994[2], il enseigne en tant que professeur de chant et de chorale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et au conservatoire du 18e arrondissement de Paris jusqu’en 2012. Il a formé et accompagné entre autres : Nora Gubish, Hélène Le Corre, Sophie Marin-Degor, Béatrice Uria-Monzon, Clémentine Margaine et Norah Amsellem.

Dans les années 1990, il est l'interprète de référence à travers le monde de la Mélodie Française de par la qualité de sa voix de baryton et l'adoubement de son travail par Pierre Bernac en personne, donnant lieu à de nombreux enregistrements de référence.

En 1987, Michel Piquemal se voit confier la direction du Chœur régional Vittoria d'Île-de-France. En 1989, Michel Piquemal devient Directeur musical du Chœur régional Provence-Alpes-Côte d'Azur et de l’Académie internationale de chœurs et d’orchestre du Festival de l’Abbaye de Sylvanès. En 1989, il devient directeur artistique du Grand Chœur de l’Abbaye aux Dames de Saintes.

Sa discographie de plus d'une cinquantaine de disques est riche et diversifiée. En qualité de baryton, il a enregistré des œuvres de Liszt, Sauguet, Lalo, Rossini, avec la pianiste Christine Lajarrige, des mélodies de Poulenc. Avec ses diverses formations, ont été réalisés des enregistrements consacrés à Rossini, Mendelssohn, Brahms, Schubert, Cornelius, Donizetti, Gabriel Fauré, Ropartz, Poulenc, Lendvay, Duruflé, Arthur Honegger ou encore Tomasi.

Dans le cadre de la direction musicale et artistique de ses différents Choeurs et Ensemble, Michel Piquemal se met à la direction d'Orchestre principalement sur des œuvres d'oratorios mêlant voix et orchestre symphonique.

Il est invité à diriger de nombreux orchestres nationaux et internationaux, tels que ceux de Bordeaux, Cannes, Marseille, Nice, Avignon, Nancy, l'Orchestre national de Lille, l'Orchestre national d'Île-de-France, l'Orchestre philharmonique des Pays de la Loire, l'Ensemble orchestral de Paris, l’Orchestre symphonique d’État Hongrois, l’Orchestre de la radio de Budapest, l’Orchestre de Bucarest, l’Orchestre philharmonique royale de Liège, l’Orchestre symphonique de Bretagne, l’Orchestre des Concerts Lamoureux, l'Orchestre philharmonique du Maroc...

À la tête de son ensemble vocal, Michel Piquemal remporte en 1996 les troisièmes Victoires de la musique classique avec l'enregistrement consacré à l'intégrale de la musique sacrée de Maurice Duruflé, paru chez Naxos[3]. Une première victoire de la musique classique qui sera alors suivie d’une deuxième, cette fois-ci avec le Chœur régional Vittoria d'Île-de-France, en 1998, pour son enregistrement du Roi David d’Arthur Honegger, paru chez Naxos en compagnie de Jacques Martin (animateur) récitant, et pour l’ensemble de ses réalisations. Largement reconnu par ses pairs, il a à cœur de transmettre sa passion de la musique, notamment française, et de donner leurs chances aux nouveaux artistes [4]. Il décide désormais de se consacrer à sa carrière de Chef de Choeur et d'Orchestre.

Michel Piquemal se spécialise, désormais à travers la direction, dans la découverte d'œuvres du répertoire de la musique classique oubliées[5].

En 2012, il entreprend un travail de réhabilitation de la musique de Martial Caillebotte, frère du peintre impressionniste Gustave Caillebotte, qu'il a enregistré (et fait réédité) lui-même sous la forme de deux albums, dont la Messe solennelle de Pâques, largement salué par la critique [6]. Le disque obtient plusieurs récompenses, entre autres, les 4 F de Télérama et de 4 # diapasons, sous le label des Éditions Hortus[7]. En 2017, l'Opus suivant, la MisaTango dite « Messe à Buenos Aires » de Martin Palmeri qu’il a enregistré sous le même label souhaite faire découvrir au public Français une œuvre de Tango Oratorio, qui connaîtra immédiatement un succès populaire renouvelant le répertoire du chant choral, et devenant une des œuvres vocales les plus jouées en France en 2018 et 2019.

En 2019, son dernier Opus, "le Dilettante d'Avignon" de Fromental Halévy, aux Editions Klarthe[8], connaît un succès retentissant (4 # diapasons, 4 étoiles Classica, Le Clic de Classicnews[9]..). Michel Piquemal a souhaité par cet enregistrement remettre au goût du jour "un petit bijou du XIXe siècle" et un compositeur trop peu joué à son goût. Disque qui renoue avec à sa formation d'origine autour de la Mélodie et de la chanson Française du XIXe.

En parallèle de ses activités avec ses chœurs et son ensemble vocal dont il assure toujours la direction, Michel Piquemal réalise de nombreux stages de chant, Masterclass ou Festival, et ce, afin de continuer à transmettre à un public amateur ou professionnel, ses connaissances de la Direction et du Chant Choral, comme lors de l'Académie de Chœur du Festival de Musique de l'Abbaye de Sylvanès ou au domaine de Bayssac.

Michel Piquemal a été décoré Officier de l'ordre national du Mérite, Officier des Arts et des Lettres, et Chevalier de la Légion d’Honneur pour l'ensemble de ses contributions musicales au patrimoine. Il a, de plus, reçu le prix hongrois Pro Artibus.

Direction de Chœur[modifier | modifier le code]

  • 1978 : il fonde l'Ensemble Vocal Michel Piquemal (ensemble professionnel)
  • 1987 : il se voit confier la direction du Chœur Régional Vittoria d'Ile-de-France
  • 1989 : il se voit confier la direction du Chœur Régional Provence Alpes Côte d'Azur
  • 1989 : il se voit confier la direction de l'Académie du Festival de l'Abbaye de Sylvanès
  • 1994 : il se voit confier la direction du Chœur de l'Abbaye aux Dames de Saintes

Discographie[modifier | modifier le code]

Disques en tant que Baryton[10]

Disques avec le Chœur régional Vittoria d'Île-de-France[11]


Disques avec l'Ensemble Vocal Michel Piquemal[12]


Autres disques en tant que Chef d'Orchestre

  • 2019 : Le Dilettante d'Avignon de Fromental Halévy, Virginie Pochon (Soprano), Mathias Vidal (Ténor), Julein Véronèse, Arnaud Mazorati, Orchestre régional Avignon-Provence, Choeur régional Provence Alpes Côté d'Azur, Klarthe Label.
  • 2014 : Missa Cellencis de Joseph Haydn, Ensemble instrumental contrepoint, le grand Choeur du 36ème Festival de l'Abbaye de Sylvanès

Distinctions[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]