Manuel Rosenthal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosenthal.
Manuel Rosenthal
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 98 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Jean Huré
Élèves Charles Montaland

Manuel Rosenthal est un compositeur et chef d'orchestre français, né à Paris le et mort dans la même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Très doué, sa mère lui offre un violon à 9 ans. À la mort de son père, il a 14 ans et, pour subvenir aux besoins de sa famille, il joue dans les orchestres de cinéma.

Il entre au Conservatoire de Paris en 1918 et entreprend des études de contrepoint et de fugue avec Jean Huré.

Il rencontre Maurice Ravel en 1925 (cette rencontre sera déterminante pour la suite de sa carrière en tant que compositeur), devient son élève, entreprend avec lui la composition et alimente de ses témoignages plusieurs biographies de l'auteur du Boléro. Dans les années 1920, il joue dans les orchestres Lamoureux et Pasdeloup et y débute comme chef d'orchestre en 1928.

De 1934 à 1939, il est adjoint du chef d'orchestre Désiré Inghelbrecht qui dirige alors l'orchestre national de la Radiodiffusion française.

Pendant l'Occupation il est résistant. Il est fait prisonnier.

De 1944 à 1947, il est chef permanent et directeur musical de l'Orchestre national. Il démissionne de ce poste en 1947.

De 1948 à 1951, il est chef permanent de l'orchestre symphonique de Seattle. dans le même temps il entreprend de nombreuses tournées dans le monde et joue notamment les répertoires de Stravinsky, Bartok, Schönberg, Milhaud, Richard Strauss, Poulenc, Ravel, Debussy. Il dirige dans les plus grandes salles de spectacles (le Metropolitan Opera de New-York, l'Opéra comique de Paris, etc.)

De 1962 à 1974, il est professeur de direction d'orchestre au Conservatoire de Paris.

De 1964 à 1967, il est permanent et directeur de l'Orchestre philharmonique de Liège.

Il est de nombreuses fois récompensé et est fait commandeur de la Légion d'honneur.

Il meurt à Paris le 6 juin 2003, quelques jours avant ses 99 ans. Ses cendres reposent au columbarium du Père-Lachaise (case n°11 929). Son épouse Claudine est décédée en 2016.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Naufrage.
  • Chansons du monsieur Bleu
  • 1923. Sonatine pour deux violons
  • 1923-1926. Rayon de soieries, opéra bouffe
  • 1927. Sérénade pour orchestre
  • 1928-1929. Un baiser pour rien (ballet)
  • 1934-1936. Jeanne-d'Arc (orchestre)
  • 1937-1937. La Poule Noire, délicieuse et subtile petite comédie chantée
  • 1936-1939. St François d'Assise
  • 1938. Gaîté Parisienne (ballet)
  • 1941. Musique de table (orchestre)
  • 1942. Les soirées du Petit Juas (quatuor cordes)
  • 1943-1944. Cantate pour le temps de la Nativité
  • 1947. Symphonie de Noël
  • 1947-1948. Aesopi Convinium (violons, piano, orchestre)
  • 1948. Magic Manhattan
  • 1948. Que le diable l'emporte (ballet)
  • 1949. Symphonie
  • 1952-1953. A chœur Vaillant
  • 1953. Missa de Gratias
  • 1953. Offenbachiana
  • 1955. Rondes Françaises
  • 1956. Les femmes au tombeau (drame lyrique)
  • 1957-1961. Hop Signor! (drame lyrique)
  • 1970. Aeolus (quintette vent et cordes)
  • 1972. 2 Études en camaïeu

Gaîté parisienne[modifier | modifier le code]

L'œuvre la plus célèbre de Rosenthal est sans doute son ballet Gaîté parisienne (1938). Celui-ci est constitué d'arrangements de pièces, souvent populaires, de Jacques Offenbach (1819-1880). Ces pièces sont essentiellement tirées des divers opéras bouffes ou opérettes de ce dernier. Voici les différents mouvements de Gaîté parisienne suivis de l'œuvre d'Offenbach de laquelle ils sont tirés.

Liens externes[modifier | modifier le code]