Saint-Charles-Borromée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Charles-Borromée
Saint-Charles-Borromée
Rue Pelletier
Blason de Saint-Charles-Borromée
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Lanaudière
Subdivision régionale Joliette
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Robert Bibeau
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Charlois, oise
Population 13 791 hab. (2016)
Densité 745 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 00″ nord, 73° 28′ 00″ ouest
Superficie 1 852 ha = 18,52 km2
Divers
Fuseau horaire UTC−05:00
Indicatif +1 450, +1 579
Code géographique 2461035
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Charles-Borromée
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Charles-Borromée
Géolocalisation sur la carte : Lanaudière
Voir sur la carte administrative de la zone Lanaudière
City locator 14.svg
Saint-Charles-Borromée
Géolocalisation sur la carte : Lanaudière
Voir sur la carte topographique de la zone Lanaudière
City locator 14.svg
Saint-Charles-Borromée
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Charles-Borromée est une ville canadienne, située au Québec dans la MRC de Joliette dans Lanaudière[1]. Elle est nommée en l'honneur de l'évêque Charles Borromée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Joliette.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Ambroise-de-Kildare Notre-Dame-de-Lourdes Rose des vents
N Notre-Dame-des-Prairies
O    Saint-Charles-Borromée    E
S
Saint-Liguori Saint-Pierre Joliette

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le choix du nom vient de Barthélemy Joliette dont la femme, Marie-Charlotte Tarieu Taillant de Lanaudiere a été très impliquée dans la construction de l'église locale. La ville devait être nommée en son nom mais puisqu'il n'existait pas de Sainte-Charlotte, on décida de masculiniser le nom qui devint celui de Saint-Charles-Borromée. Charles Borromée (1538-1584) était l'archevêque de Milan et le fondateur des Oblats[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1832, Barthélemy Joliette fit bâtir une scierie et un moulin à farine sur le bord de la rivière L'Assomption. Un peu plus tard, il fut suivi par des pionniers venus de Saint-Ambroise-de-Kildare et de Sainte-Mélanie qui ont commencé à défricher l'endroit. Ce fut donc en 1840 que l'on vit la fondation de la paroisse de Saint-Charles-Borromée. L'érection canonique se fit en 1843.

Deux ans plus tard, c'est la création de Saint-Charles-Borromée-du-Village-D'Industrie, paroisse à l'origine de Joliette qui décida de se séparer du reste de la ville en 1864 et qui, au départ, se nommait : L'Industrie. Après avoir cessé d'exister en 1847 pour faire partie du territoire du comté de Berthier, la municipalité de paroisse de Saint-Charles-Borromée fut créée en 1855. En 1864, lorsque Joliette fut érigée, Saint-Charles-Borromée fut amputée d'une grande partie de son territoire et par le fait même, de la partie la plus urbaine de la ville. Malgré cela, le territoire de Saint-Charles-Borromée couvrait tout de même une très grande zone.

Une famille lors des débuts de la municipalité

En 1870, la paroisse de Saint-Alphonse-de-Liguori prit une petite partie de l'ouest de la ville. En 1915, Joliette décida d'agrandir son territoire en prenant possession de deux zones au nord et au sud de Joliette. En 1956, la partie à l'est de la rivière L'Assomption décida de se séparer de Saint-Charles-Borromée et de devenir ainsi Notre-Dame-des-Prairies et, en 1957, la partie au sud de Joliette appartenant encore à Saint-Charles-Borromée décida elle aussi de se séparer et de devenir la municipalité de paroisse de Saint-Charles-Borromée-Sud, qui plus tard fut annexée à son tour à Joliette pour devenir par la suite les quartiers Base-de-Roc et Carrefour du Vieux Moulin. À l'époque, cette section incluait aussi l'emplacement actuel des Galeries Joliette. En 1963, c'est la dernière annexion de Joliette sur Saint-Charles-Borromée avec l'annexion du quartier Christ-Roi. En 1986, elle devient la municipalité de Saint-Charles-Borromée. Saint-Charles-Borromée devient une ville en 2019[3].

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1er juillet 1855 : Érection de la paroisse de St. Charles Borrommée de la division du comté de Berthier en plusieurs entités municipales.
  • 15 mars 1969 : La paroisse change son nom pour Saint-Charles-Borromée.
  • 21 juin 1986 : La paroisse de Saint-Charles-Borromée change son statut pour celui de municipalité.
  • 21 septembre 2019 : La Municipalité de Saint-Charles-Borromée change son statut pour celui de ville[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
10 01310 66812 03013 32113 791

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[5].

Saint-Charles-Borromée
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 André Hénault Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Robert Bibeau Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Maison historique Antoine-Lacombe[modifier | modifier le code]

Maison Antoine Lacombe

La maison historique Antoine-Lacombe de Saint-Charles-Borromée (photo de l'infobox) fut érigée en 1847 par Antoine Lacombe, cultivateur. Antoine Lacombe est né en 1803 à Joliette et s'est établi en 1834 à Saint-Charles-Borromée. La maison fut reconnue monument historique en 1968. Elle est entourée de jardins spectaculaires.

La maison Antoine-Lacombe est une propriété de la municipalité de Saint-Charles-Borromée depuis 1989. Elle est gérée par une corporation à but non lucratif qui a pour mission de protéger et entretenir cet héritage patrimonial[6].

Logo de la ville[modifier | modifier le code]

Avant 2011, le logo de la municipalité de Saint-Charles-Borromée était l'œuvre de Guy Jobin. Il était composé à sa base des lettres S, C et B signifiant Saint-Charles-Borromée. Elles étaient écrites de façon stylisée, de couleur grise et bordées de vert. Dans le même style, on retrouvait, entre la lettre C et B, le profil d'une maison symbolisant l'aspect résidentiel de la municipalité et finalement des motifs de vert surplombaient l'ensemble symbolisant un arbre qui a pour tronc la face de la maison, les deux éléments dominants de la municipalité.

Le 25 septembre 2011, la municipalité dévoila un nouveau logo qui est à la base un cercle imparfait composé de trois teintes de vert sur lequel il est inscrit "Saint Charles Borromée" accompagné de motifs d'oiseau, de papillon et de feuilles symbolisant la nature.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Éducation[modifier | modifier le code]

La Commission scolaire des Samares administre les écoles francophones:

  • École secondaire de l'Espace-Jeunesse
  • Saint-Charles-Borromée possède deux écoles primaires francophones desservant son territoire. L'école Lorenzo-Gauthier— Rose-des-Vents (pavillon Lorenzo-Gauthier)[7], située sur la rue Deschênes accueille les étudiants de l'ouest de la ville alors que l'école des Mésanges (pavillons Sainte-Marie et Christ-Roi), située sur le boulevard Sainte-Anne, accueille les étudiants de l'est de la ville[8].

La Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier gère des écoles anglophones:

  • École primaire Joliette à Saint-Charles-Borromée[9]
  • École secondaire Joliette à Joliette[10]

Le 24 février 2010, on confirma le transfert de Joliette Elementery School, alors située à Saint-Paul, vers Saint-Charles-Borromée sur un terrain situé sur le boulevard L'Assomption Ouest, au coin de la rue Pierre-de-Coubertin. Il s'agit de la seule école primaire anglophone du comté.

Santé[modifier | modifier le code]

CSSS du Nord de Lanaudière, centre hospitalier régional. Le Centre de santé et des services sociaux du Nord de Lanaudière (CSSSNL), regroupant le Centre hospitalier régional De Lanaudière (CHRDL) dessert la population au Nord de la région de Lanaudìère. Le centre administratif est situé au sud de Saint-Charles-Borromée, à l'extrémité nord du boulevard Sainte-Anne.

Transports[modifier | modifier le code]

La CTJM dessert la municipalité avec un service d'autobus public à partir de 6:20 à 22:10 les jours de semaine et de 7:50 à 18:35 les fins de semaine. Il y a 51 arrêts d'autobus couvrant la municipalité dont sept sont accompagnés d'abribus. Ils se rejoignent tous en un trajet se terminant au terminus de Joliette sur la rue Fabre. Ce terminus sera très bientôt déménagé à un endroit jugé plus sécuritaire : rue Saint-Louis, Joliette. Devant le palais de justice. L'arrêt le plus au nord de la municipalité est situé au coin de la rue de la Vistation et de la rue du Curé-M.-Neyron.

Charlois célèbres[modifier | modifier le code]

Évêché[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire des municipalités : Saint-Charles-Borromée
  2. Toponymie : Saint-Charles-Borromée
  3. « Modifications aux municipalités », Modifications aux municipalités du Québec,‎ , p. 3 (ISSN 1715-6408, www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/divisions-territoriales/bulletins/modifications-municipalites-sept19.pdf, consulté le 18 octobre 2019).
  4. http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=4&file=1938.PDF
  5. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  6. Maison Antoine-Lacombe
  7. "Lorenzo-Gauthier — Rose-des-Vents (pavillon Lorenzo-Gauthier)." Commission scolaire des Samares. Consulté le 22 septembre 2017.
  8. « Commission scolaire des Samares », sur cssamares.ca (consulté le 12 octobre 2018)
  9. "JOLIETTE ELEMENTARY ZONE." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 17 séptémbre 2017.
  10. "Joliette High School Zone Sec 1-5." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 5 séptémbre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]