Marçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marçon
Marçon
Le clocher de l'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Intercommunalité Communauté de communes Loir-Lucé-Bercé
Maire
Mandat
Monique Trotin
2020-2026
Code postal 72340
Code commune 72183
Démographie
Gentilé Marçonnais
Population
municipale
1 068 hab. (2019 en augmentation de 3,99 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 34″ nord, 0° 30′ 41″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 133 m
Superficie 30,05 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Montval-sur-Loir
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montval-sur-Loir
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Marçon
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Marçon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marçon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marçon

Marçon est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 068 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1] et se situe dans le Haut-Maine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du sud de la Sarthe, Marçon est située dans la vallée du Loir, entre Montval-sur-Loir et La Chartre-sur-le-Loir, sur la route départementale no 305.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marçon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montval-sur-Loir, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,1 %), zones agricoles hétérogènes (18,8 %), prairies (16,7 %), forêts (7,8 %), eaux continentales[Note 4] (4,8 %), zones urbanisées (1,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,3 %), mines, décharges et chantiers (1,2 %), cultures permanentes (0,9 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme Marsonum en 1096 et serait issu de l'anthroponyme latin Martius[10].

Le gentilé est Marçonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Tête de liste Suffrages Pourcentage CM CC
Monique Trotin 262 100,00 % 15 1

Le conseil municipal de Marçon, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[11], pour un mandat de six ans renouvelable[12]. Il est composé de 15 membres[13]. Lors des élections municipales de 2020, les 15 conseillers municipaux ont été élus au premier tour avec un taux de participation de 49,39 %, bénéficiant en totalité à la liste unique conduite par Monique Trotin. Monique Trotin est élue maire le , pour un mandat de six ans[14].

Dans les communes de 1 000 habitants et plus, les conseillers sont élus au suffrage direct à la fois pour un mandat de conseiller municipal et pour un mandat de conseiller communautaire[15]. Le siège attribué à la commune au sein de la communauté de communes Loir-Lucé-Bercé, est élu dès le premier tour : un siège issu de la liste menée par Monique Trotin[16].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1956 mars 2001 Armand de Malherbe[17]
(1926 → 2019)
DVD Publicitaire, arboriculteur, conseiller général du
canton de La Chartre-sur-le-Loir (1986-2004)
mars 2001 mars 2014 Claude Cochonneau SE Agriculteur
mars 2014 mai 2020 Jean-Pierre Chéreau[18] SE Artisan meunier
mai 2020[19] En cours Monique Trotin SE Agricultrice retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2019, la commune comptait 1 068 habitants[Note 5], en augmentation de 3,99 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,46 %, France hors Mayotte : +2,17 %). Marçon a compté jusqu'à 2 077 habitants en 1821.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8821 8452 0362 0771 9842 0141 9391 8731 740
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7161 7941 7651 6961 6881 6991 7261 6811 705
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7001 7171 3651 2091 1941 1401 1541 1781 189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0581 0149819949129841 0081 0111 015
2017 2019 - - - - - - -
1 0601 068-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • En mai : fête du nautisme.
  • En août : concentration véhicules anciens et de prestige.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

L'Amicale sportive de Marçon a fait évoluer une équipe de football en division de district jusqu'en 2015[24].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame, consacrée le par l'archevêque de Tours, monseigneur de Bénéhard. Le clocher est surmonté d'une flèche recouverte d'ardoise qui est légèrement tordue, ce qui fait que cette église est répertoriée comme ayant un clocher tors. La flèche tourne de droite à gauche d'un seizième de tour. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques depuis le [25].
  • Le château de la Marcellière, inscrit au titre des Monuments historiques depuis le [26].
  • La cantine scolaire « Le Corbusier » : en 1957, l'architecte contacté par le maire de l'époque, Armand de Malherbe, a dessiné avec son collaborateur André Wogenscky, les plans de la cantine scolaire. Elle ouvrit ses portes en 1960. Elle est inscrite au titre des Monuments historiques depuis le [27].
  • Le lac des Varennes, espace de 50 hectares, aménagé en base de loisirs avec toboggan aquatique, plages, aire de pique-nique, jeux pour enfants, mini-golf, pêche, voile, pédalos, tir à l'arc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Marçon Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules de la France, vol. 4, Dessaint et Saillant, , p. 608.
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Montval-sur-Loir », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  11. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  12. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le ).
  13. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  14. « Municipales : Monique Trottin élue maire de Marçon », sur https://actu.fr, (consulté le ).
  15. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  17. « Sarthe. Armand de Malherbe, de la résistance à la vigne du Loir », sur Le Maine Libre, (consulté le )
  18. « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre, (consulté le ).
  19. « Municipales à Marçon. Mise en place du conseil autour de Monique Trotin », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. « Site officiel de la Ligue du Maine – Am. S. Marçon » (consulté le ).
  25. « Église », notice no PA00109877, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Château de la Marcellière », notice no PA00109876, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Restaurant scolaire », notice no PA72000022, base Mérimée, ministère français de la Culture.