Famille de Malherbe (Maine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Familles de Malherbe.

Famille de Malherbe
Blasonnement D'or à 2 jumelles de gueules surmontées de 2 lions affrontés du même
Branches 6 branches normandes et 1 branche sarthoise
Période XIVe siècle-XXIe siècle
Pays ou province d’origine Normandie, Maine
Demeures Château de Poillé
Château de Foulletorte
Château de la Marcellière
Château de Poncé
Charges Sénateur
Récompenses civiles Juste parmi les nations
Officier d'Académie

La famille de Malherbe est une famille subsistante de la noblesse française dite d'ancienne extraction. Originaire de Normandie, elle forma plusieurs branches dont l'une s'établit à Marçon, dans le Maine, dès le XVe siècle. Seule cette dernière branche dite des seigneurs de Poillé, maintenue noble à Orléans en 1667, est aujourd'hui subsistante.

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'or, à 2 jumelles de gueules posées en fasces, surmontées de 2 lions affrontés du même[1],[2]

Ces armes, dites des « Malherbe aux lions », caractérisent la famille de Malherbe de La Meauffe, originaire des diocèses de Coutances et de Bayeux.

Origines[modifier | modifier le code]

Guillaume Malherbe, seigneur de La Meauffe (Manche), du Jardin (La Vacquerie, Calvados), est cité en 1357 avec ses trois fils Arnouf, Richard, et Robert. L'un des trois fut le père de Jehan Malherbe, seigneur de La Boisselière (Saint-Jean-des-Essartiers, Calvados), du Jardin, et de Breuil[3].

Cette famille se subdivisa dès le XIVe siècle en deux lignées :

  • Lignée de La Boisselière[3]
  • Lignée d'Amayé[4]

Lignée de La Boisselière[modifier | modifier le code]

Jehan Malherbe, seigneur de La Boisselière, vivant en 1412, eut pour fils Robert Malherbe, seigneur de La Boisselière, qui fut père de Lucas Malherbe, seigneur de La Boisselière et du Jardin, marié à Jeanne du Fresne, dame des Anges[5].

Leur descendance forma les branches suivantes[3],[1] :

  • les seigneurs de La Boisselière (branche aînée)
  • les seigneurs de Fierville
  • les seigneurs du Fresne
  • les seigneur de Taymes

Lignée d'Amayé[modifier | modifier le code]

Jean Malherbe, seigneur d'Amayé (Amayé-sur-Seulles, Calvados), et son épouse Jeanne Malherbe, dame de Landes, fille de Guillaume Malherbe, seigneur du Bouillon et de Landes (des Malherbe de Saint-Agnan), et de Richette d'Escorchebeuf, eurent plusieurs enfants, dont :

  • Jean Malherbe, seigneur d'Amayé, père de Jean Malherbe, seigneur de La Roche, auteur de la branche de Poillé[4]
  • Alain Malherbe, auteur de la branche de Gathemo[6]

Branche de Gathemo[modifier | modifier le code]

Alain Malherbe, maintenu noble par Montfaut en 1464[7], épousa Guillemette Ruault, dame de Gathemo (Avranchin, Manche), puis en 1451 Jeanne Aponel, dont il eut Guillaume Malherbe, seigneur de Gathemo, vivant en 1497, qui poursuivit[4],[6].

Nicolas de Malherbe, seigneur de Gathemo, fut maintenu noble en 1666 par Chamillart[1].
La branche de Gathemo fit ses preuves pour les écoles militaires en 1756 et 1772[2].

La branche des seigneurs de La Renauldière serait issue de la branche de Gathémo[8].

Branche de Poillé[modifier | modifier le code]

Jean Malherbe, écuyer, seigneur de La Roche, mentionné ci-dessus, fit souche à Marçon, dans la Sarthe (Maine), en épousant vers 1440 Jacqueline de Poillé, héritière de sa famille. Ils furent les auteurs de la branche de Poillé[9].
Jean Malherbe fit pour son épouse, le 12 mars 1469, hommage simple au seigneur de Marçon pour le manoir et la terre de Poillé, ce qui est le premier acte attesté de cette branche[2], à partir duquel la filiation est entièrement prouvée.

La branche de Poillé fut maintenue noble à Vendôme (Loir-et-Cher) en 1641, et à Orléans (Loiret) en 1667 et 1715[9]. Elle a fait ses preuves pour Saint-Cyr en 1731[2]. Elle a comparu en 1789 aux assemblées de la noblesse au Mans et à Tours[2].

La branche de Poillé, toujours implantée à Marçon (Sarthe), est la seule subsistante de cette famille.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les principales personnalités de cette famille sont, par ordre chronologique :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Guy Chamillart
  2. a b c d et e Jougla de Morenas (tome 4)
  3. a b et c Jean Fournée
  4. a b et c Julien Pitard
  5. AD Manche - Recherche de noblesse de 1523 dans l'Election de Bayeux
  6. a et b Isidore Cantrel
  7. Recherche de Montfaut en 1464
  8. Nouveau Nobiliaire de France (tome 3)
  9. a et b Saint-Allais (tome 2)
  10. Adolphe Robert et Gaston Cougny, « Dictionnaire des parlementaires français »,
  11. « De Malherbe Maria », sur yadvashem-france.org, Comité français pour Yad Vashem, 2013-2014 (consulté le 16 mai 2016).
  12. « Maria Dolorès de Malherbe », sur ajpn.org, Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France (consulté le 16 mai 2016)
  13. « Malherbe, Guy de », dans Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t. 9, Paris, Gründ, , p. 104.
  14. « Malherbe, Guy de », dans Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Paris, Gründ, , p. 792

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis d'Izarny-Gargas, Jean-Jacques Lartigue, Jean de Vaulchier, Nouveau Nobiliaire de France (tome 3, M-Z) (Versailles, 1998)
  • François Aubert de La Chenaye Desbois, Dictionnaire de la Noblesse (Paris, 1778)
  • Louis Pierre d'Hozier, Armorial général, ou Registres de la Noblesse de France (registre 1) (Paris, 1752)
  • Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France (tome 2) (Paris, 1816)
  • Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France (tome 4, page 513) (Paris, 1939)
  • Pierre Elie Marie Labbey de La Roque, Recherche de Montfaut en 1464 (Caen, 1818)
  • Guy Chamillart, Recherche de la noblesse de 1666 pour la Généralité de Caen (Caen, 1887)
  • Julien Pitard, La noblesse du Mortainais (Argentan, 1928)
  • Isidore Cantrel, Catalogue des gentilshommes du bailliage de Vire (Vire, 1862)
  • Jean Fournée, Documents sur la noblesse de la sergenterie de Torigni du 15e au 17e siècle (Paris, 1953)
  • Raoul Barré de Saint-Venant, Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique, et héraldique du Vendômois (tome 1, voir Connival) (Vendôme, 1912)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]