Loft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loft (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Un entrepôt transformé en lofts, à Paris 18e.
Un ancien local d'imprimerie converti en loft à Chicago

Un loft est un logement aménagé dans un ancien atelier, entrepôt, voire une usine. Ce choix permet de constituer des espaces entièrement ouverts et d'obtenir ainsi des volumes dégagés et éclairés, le plus souvent, par des fenêtres ou verrières percées dans les murs ou dans le toit (« sheds »). De plus, le loft garde l'empreinte, le souvenir visible de son ancienne destination (poutrelles métalliques dans une ancienne usine, voûtes dans une ancienne chapelle etc.).

Origine[modifier | modifier le code]

L'occupation d'anciens locaux commerciaux ou industriels est apparue dans les années 1970 aux États-Unis. Des artistes ont ainsi investi les ateliers dont les occupants avaient disparu ou avaient été déplacés hors des centres-villes, des usines, et des entrepôts désaffectés, dans lesquels ils trouvaient, à moindre coût, l'espace et le volume nécessaires à leurs créations.

Cet habitat a rapidement attiré des galeries, restaurants et bars « branchés », connectés à la vie artistique underground. Le processus de la spéculation immobilière a pris le relais beaucoup plus tard, apportant une clientèle aisée. Ces quartiers virent alors arriver les yuppies (« young urban professionals ») et dinkies (« double income no kids ») amateurs de ces espaces rénovés et non conformistes.

Les lofts en France[modifier | modifier le code]

Le phénomène des lofts s'est répandu en France, à une échelle plus réduite, dans les années 1980 pour culminer avec la crise immobilière de 1990. Les lofts se sont concentrés dans les grandes agglomérations, dans lesquelles existait une clientèle et une vie artistique.

Les quartiers artisanaux ou industriels furent les premiers investis, 17e, 18e, 19e arrondissement de Paris (petites industries), quartier de la Bastille (artisanat du bois), quartier du sentier. Les communes périphériques suivirent le mouvement avec quelques années de décalage, principalement dans l'est parisien : Ivry-sur-Seine, Montreuil, Bagnolet, Pantin.

Vue intérieure d'un entrepôt industriel rénové, Paris 18e.

Le phénomène fut cependant limité par le coût de l'immobilier et les contraintes techniques et règlementaires imposées par l'administration. En France, ce type d'opération nécessite notamment la demande d'un « changement de destination » auprès de la mairie, dont la procédure est régie par le code de l'urbanisme.

Transformer et aménager un ancien local industriel en appartement à usage d'habitation permanente peut s'avérer parfois onéreux. Ce genre de construction, initialement accessible, est donc réservé aujourd'hui à une population plutôt aisée.

Ce phénomène gagne en popularité dans les grandes villes comme Paris, où un Loft de 3 m2, situé sur l'île Saint-Louis est en vente pour 50 000 euros[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pour 50 000 euros, un « loft » de 3 m2 sur l’île Saint-Louis », sur Courrier International,‎ (consulté le 25 mai 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]