Architecture en bois de Vologda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison en bois de type «Vologda» de 1895, après restauration

L'architecture en bois de Vologda (en russe : Вологодское деревянное зодчество), désigne un ensemble de styles et de tendances de l'architecture de Vologda de la fin du XVIIIe siècle au premier quart du XXe siècle. Ce riche patrimoine architectural en bois de la ville de Vologda est bien conservé. C'est un bel exemple d'architecture urbaine russe en bois. En ce début du XXIe siècle on y compte encore entre 105 et 170 édifices en bois[1]. La ville présente les principaux types de maisons en bois datant du XIXe siècle au début du XXe siècle : des maisons de nobles, de marchands, de bourgeois. Quant aux styles représentés, on trouve le style classique, le style Empire, le style modern.

Il existait dans la ville, à la fin du XIXe siècle, début du XXe siècle un type particulier de maisons en bois qualifié de « type Vologda », à deux niveaux, en forme de parallélépipède, avec une cour contigüe et des loggias en façade.

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison de Pierre Ier (Vologda).
Cour de l'Archevêque (Vologda)

Avant le début du XVIIIe siècle, presque toutes les constructions de Vologda étaient en bois. On n'utilisait la pierre que pour les églises et quelques bâtiments municipaux de nature civile tels que la Maison de Pierre Ier le Grand, la Cour de l'Archevêque. La construction en bois s'imposait plus tard au milieu du XVIIIe siècle, après l'ukase de Pierre Ier le Grand de 1714 à 1722, qui interdisait d'utiliser la pierre en dehors de la ville de Saint-Pétersbourg dont la construction demandait de grandes quantités de pierre. Ces maisons en bois étaient des maisons d'habitation à deux niveaux sur des caves surélevées et dominées par un toit en pente raide. On trouvait autour d'elles une cour et une clôture qui les isolaient de la rue. Des dépendances consistaient en écuries, granges, garages pour voitures[2].

La maison type de Vologda a l'origine a des traits communs avec les maisons du Nord de la Russie[3],[4]. Suivant le livre de recensement de l'année 1711, à côté des maisons sans étage, il en existait aussi à un ou deux étages qui servaient pour l'habitat ou pour les dépendances. Les étages de l'habitation du maître de maison étaient appelés : isba, gorenka, svytlitsa, chambres[5],[6],[7].

Une nouvelle étape dans le développement urbanistique de la ville apparaît à la fin du XVIIIe siècle, après l'adoption du premier plan général de la ville en 1781. Dans celui-ci est défini l'espace public et les limites précises de celui-ci sur lequel il est interdit de construire des immeubles privés. La rénovation de la vieille ville a été accélérée par l'incendie de 1773 et les inondations de 1779. Le projet envisageait la construction de maisons aussi bien en pierre qu'en bois. Mais le nombre de maisons en bois a diminué au profit de celui des maisons en pierre dans les années 1770 et 1780, à une époque où la ville se développait au sein du gouvernement de Vologda nouvellement constitué et des réformes de l'organisation administrative du territoire édictées par Catherine II, la même année 1796. Vers le début du XIXe siècle, le nombre de constructions en pierre diminue également du fait du déclin économique à cette époque[2].

Au XIXe siècle, on construit encore à Vologda des isbas. On n'y construit plus des fours mais on y dispose plus d'un foyer, mais d'un poêle ou d'une cuisinière à bois avec four incorporé. En 1842, pour diminuer les risques d'incendies, un décret interdit la construction de fours et oblige à installer une cheminée auquel est raccordé un poêle. En 1882 on dénombre encore à Vologda 1806 maisons en bois et 125 seulement en pierre[8].

Alexandre Sazonov dans son ouvrage «Il n'y a qu'une seule ville comme cela en Russie » fait référence à la plus ancienne des maisons conservées : celle du numéro 38 rue Bourmaginikh à Vologda, qui date du milieu du XVIIIe siècle[4]. Toutefois M. V. Kanin dans son article « Le mystère de la vieille maison » réfute cette datation et la reporte au XIXe siècle[9]. Il est probable que la plus vieille maison date des années 1790 et soit la maison Zassetskikh[10].

Architecture en bois du XVIII — milieu du XIX s.[modifier | modifier le code]

Maison de nobles[modifier | modifier le code]

À partir du XVIIIe siècle l'architecture en bois de Vologda se développe suivant les tendances de l'architecture de l'époque, plutôt dominée par la construction en pierre. La noblesse russe construit surtout dans le style classique. Dans les demeures en bois, les éléments essentiels étaient d'abord les colonnes du portique sur la façade au nombre de quatre, six ou huit colonnes. Puis le porche solennel orienté vers la cour.

Les propriétés des nobles sont regroupées dans la ville par société d'ordres principalement le long de rue Saint Pétersbourg (actuelle rue Léningrad), rue de la Haute noblesse (actuelle rue d'Octobre -Oktiabrskaïa) et rue de la Noblesse de Catherine (actuelle rue Hertsen). Parmi les édifices remarquables de style classique, on peut retenir surtout la maison Levachova, la maison des Zassetskikh et la maison Volkova.

Maison de marchands[modifier | modifier le code]

Les maisons de marchands de la première moitié du XIXe siècle n'affichaient pas toujours un portique à fronton. On note par contre la présence de mezzanine et une composition d'ensemble classique grâce à des éléments décoratifs traditionnels. La maison « Sokovikova » est un exemple. Cette maison avec son entresol et son porche décoratif dispose déjà d'une division en deux parties divisées par étage suivant le type de maison à appartement appelé « de Vologda ». Les deux niveaux sont reliés par une seule entrée commune qui donne accès aux escaliers.

Maisons bourgeoises[modifier | modifier le code]

La maison bourgeoise est une maison qui se présente la plupart du temps avec un seul niveau et une façade à trois fenêtres. Les fenêtres sont sous un arc en plein cintre, légèrement en profondeur dans la façade avec un tympan parfois garni de rosettes en bois ou d'un encadrement en forme d'éventail. Sur les façades latérales une mezzanine permet d'augmenter considérablement la surface utile du logement sans violer les exigences urbanistiques. Ces maisons disposent ainsi d'une solution utile pour conserver leur unité de surface et de volume.

Architecture en bois de la seconde moitié du XIXe siècle début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Maison avec balcon et entrée depuis la rue, fin XIX — début XX s.
Maison de rapport du marchand Samarine/ début XX e s.

À partir du milieu du XIXe siècle, s'est formée une architecture en bois "type" pour les maisons de Vologda. Il s'agit d'une maison de maître à un étage, de forme proche du cube allongé, avec une cour. Deux éléments sont essentiels : le balcon et la loggia, sous lesquels se trouve le perron et l'escalier avec des entrées séparées pour les appartements de l'étage. L'accès à la maison se fait à partir de la rue, à la différence de ce qui se faisait précédemment. En fonction des possibilités et de la taille de la maison, à chaque niveau, on trouve un ou plusieurs appartements. La décoration des corniches, des perrons, des balcons, des chambranles est souvent réalisée en panneaux de bois sculptés.

Pour protéger les maisons de la pluie et de la neige qui tombe des toits, elles sont pourvues de corniches, héritées des anciens systèmes russes en bois. Quand les maisons sont proches les unes des autres, pour éviter la transmission du feu lors d'un incendie, elles sont équipées de murs anti-feu.

« Vers la fin du XIXe siècle à Vologda comme dans de nombreuses villes de province les particularités locales de l'architecture ont été effacées pour les maisons en pierre. Par contre, pour les maisons en bois de Vologda, construites à la limite du XIXe siècle et du XXe siècle on a conservé clairement leurs traits particuliers[11]. »

À la fin du XIXe siècle apparaissent à Vologda des maisons de rapport en bois. En général, de telles maisons ont leur volume le long d'une façade principale, avec des balcons au centre ou sur les côtés. Un bel exemple a été conservé à Vologda, avenue de la Victoire (Prospekt Pobede), 32. Il s'agit de la maison de marchand Samarine.

La période dite Modern voit apparaître à Vologda des maisons, toujours en bois, mais avec de nouvelles techniques et de nouveaux éléments : la façade à rue est élargie; aux angles apparaissent de petites tours ; les fenêtres sont agrandies et font augmenter la hauteur de l'ensemble

Période soviétique[modifier | modifier le code]

Palais de la culture du chemin de fer à Vologda

Après la révolution de 1917 la construction de maison de maître en bois prend fin. Mais le bois reste jusqu'au milieu du XXe siècle un matériel de base pour la construction. Ainsi le Palais de la culture du chemin de fer, construit en 1927, reste un monument de style Modern exceptionnel.

Dans les édifices construits dans les années 1930-1940 on trouve encore des traces d'utilisation du bois dans le style du constructivisme russe. Le quartier de Vologda Lnokombinat en est un exemple[12].

Éléments structurels et décoration en bois des édifices[modifier | modifier le code]

Structure en bois[modifier | modifier le code]

L'élément de base de la construction des maisons en bois est le rondin. Ces rondins sont protégés par des madriers pour ne pas rester à l'air libre. Les madriers sont couverts de deux couches d'huile ; c'est ainsi que le bois traité prend au fil du temps une couleur grisâtre. Les maisons sont construites sur un rocher affleurant ou sur des fondations. Pour l'isolation thermique on utilise le plus souvent de l'écorce de bouleau.

La maison en bois quelle que soit la fortune de son propriétaire est construite dans l'esprit du manoir, à la fois ferme et habitation. Les annexes sont installées dans la cour et le reste de la propriété consiste en un jardin potager et un jardin d'agrément. Les maîtres de Vologda construisent leur maison en pensant à sa beauté. Ils ne cherchent pas tant cette beauté dans la décoration de la façade , mais plutôt dans l'harmonie et l'élégance des proportions.

Décoration[modifier | modifier le code]

Pour la décoration on utilise autour des chambranles des fenêtres des sculptures complexes de style modern. Ce style apparaît également sur les balcons prenant la forme de fleurs, de fruits et de silhouettes d'animaux[13]. Les angles des façades sont également décorés de motifs plats découpés dans le bois, entourés d'un cadre:

Éléments décorés: embrasures, angles de façades , balcons
Décoration de fenêtres à Vologda.jpg
Пилон.jpg
Пропильная резьба.jpg
Différents types de décoration d'embrasures, Rue Zosimovski, 21 Angle de façade rue Lermontov, 29 Décoration de balcons et de toitures. Maison Vorobiova, rue Zasodimski 14

La préférence est toujours données dans la décoration des maisons de Vologda aux profils réalisés sous forme de sculpture sur bois. Ils servent à décorer les corniches, les porches, les balcons, les attiques et parfois des frontons décoratifs. Les exceptions à ce système décoratif sont rares et consistent en sculptures lourdes et de grande taille que l'on retrouve souvent sur les portes. A. А. Rybakov décrit ainsi ce style décoratif de Vologda :

« Dans l'art de la sculpture en bois, les maîtres de Vologda ont réalisé de beaux exemples de décorations de corniches et de balcons. Certaines frises sculptées ressemblent vraiment à des bandes de dentelles ajourées. Ce flux artistique de maîtres d'un art populaire plein de fantaisie apparaît comme une réaction aux canons architecturaux du classicisme[13]. »

Les fenêtres du rez-de-chaussée sont souvent surmontées d'un demi-cercle, tandis que celles du premier sont de formes rectangulaires. Dans les demi-cercles sont souvent ajoutées un décoration de rosettes ou des couronnes stylisées.

Décoration de balcons, de mezzanines, de perrons
Завершения окон полукружиями.jpg
Мезонин деревянного дома в Вологде
Декор дома Бутырина.jpg
Niches, rosettes sur trois fenêtres en forme d'éventail. Oulitsa Gogol, 96 Mezzanine dans le "style art nouveau". Rue Tchernychevcki, 15 Porte d'entrée et porche dans le "style modern". Maison Boutyrina (Blagovechenskaïa oulitsa, 22)

Palissades sculptées[modifier | modifier le code]

Palissade sculptée à Vologda

Les palissades séparent le terrain entourant la maison de la rue en longeant le jardin ou les façades. Des plantes ornementales, des buissons, des arbustes s'appuient sur les planchettes et décorent celles-ci. La palissade n'est pas un élément typique de Vologda mais elles sont nombreuses jusqu'aux années 1960-1980. L'élargissement des rues en a fait disparaître une bonne partie depuis lors.

Portes en bois[modifier | modifier le code]

Les maisons en bois de Vologda possédaient un jardin potager dans leur cour auquel l'accès était protégé par une porte à double vantaux. Un de ceux-ci était percé d'une ouverture plus petite pour les piétons alors que les deux vantaux ouverts permettaient un passage plus large de type charretier.

État actuel et problèmes de conservation[modifier | modifier le code]

Sur les 115 villes historiques de Russie, 16 seulement possèdent des édifices de valeur architecturale en bois[14]. À côté de Vologda on retrouve la ville de Tomsk et dans une moindre mesure celle d'Arzamas[15],[16].

Depuis le début des années 1970, Vologda est inscrite dans la « Liste des villes historiques de Russie » et le centre national chargé de la restauration de ces villes se consacre à sa préservation et à sa restauration. À la fin des années 1980 un nouveau projet est adopté, délimitant la zone de protection des maisons en bois[17]. Le 26 juin 2009, est approuvé un "Règlement d'utilisation du sol et du développement" qui comprend les zones sur lesquelles sont conservées les monuments d'histoire et de culture[18].

Balcon de maison à Vologda

Les pouvoirs publics ont créé une liste des édifices architecturaux en bois de Vologda (ru) comprenant à l'origine 105 maisons[19]. Durant les années 1990 et 2000 de nombreux monuments ont été démolis ou endommagés en dépit des lois qui les protègent. Pour l'année 2005 , sur les 105 édifices protégés 25 ont été complètement détruits, 4 ont subi des dégâts importants, 4 se sont retrouvés dans un état précaire et 10 ont subi des transformations non-règlementaires. 26 édifices enfin ont été restaurés dans les normes[19].

En 2010, la "liste des édifices architecturaux en bois de Vologda" comprend 155 bâtiments protégés. La situation à Vologda et dans d'autres villes est préoccupante du fait que beaucoup de maisons nécessitant des réparations majeures ne sont plus réparables[19]. Il ne s'agit d'ailleurs pas seulement de maisons individuelles mais d'ensembles d'éléments historiques qui font partie de la ville de Vologda : le paysage naturel, la répartition des différents espaces urbains, les couleurs utilisées, les matériaux utilisés, le style, l'échelle ou dimension des différents bâtiments[20]

En dépit de la protection légale par l'État, l'intégrité du patrimoine historique n'est pas respectée et les dégâts continuent à se produire. Dans les années 1990 et 2000 le centre ville a été sensiblement modifié dans un style architectural dit de l' «historisme» ou éclectique[21]. De nombreux projets sont des imitations faites en briques recouvertes de matériaux similaires à ceux historiques en bois pour créer une ressemblance superficielle avec celle du monument perdu. Il faut remarquer que les termes "façadisme" et "Bruxellisation" sont passés dans la langue russe par une simple transcription des mots français en caractères cyrilliques, avec une signification identique de destruction du tissus urbain de villes anciennes ou d'imitation de bâtiments ancien par la conservation de leur seule façade (en russe : Брюсселизация et Фасадизм).

L'architecture en bois de Vologda dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

« Je sais, oui je sais où est ma destinataire, —

À la maison à la palissade sculptée .
Ou est celle aux yeux noirs, où ?
À Vologda-où-où-où ?
À Vologda-où ?
À la maison à la palissade sculptée. »

L'architecture en bois de Vologda était connue dans toute l'URSS et en 1976 la chanson « Vologda » y fut pour beaucoup[22].

Plusieurs maisons en bois de Vologda sont représentées dans le film « Petit démon » — la maison Vakhrameeva (rue Gogol, 53а), la maison Vorobiov (rue Zasodimskov (Vologda), 14) et la maison Kolesnikov (rue Kirov, 15)[23].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des monuments historiques et culturels de Vologda /Списки памятников истории и культуры Вологодской области за 2003, 1989 годы и « Каталог историко-культурного наследия »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 8 juillet 2017) приводят разные данные о количестве памятников.Liste des curiosités de Vologda (ru)
  2. a et b I. Balachova/Балашова И. Б., « Architecture d'habitation à Vologda au XVIIIe s.-début du XIXe s./Жилая архитектура Вологды XVIII — первой половины XIX века », 1, Vologda, Русская культура на рубеже веков: Русское поселение как социокультурный феномен,‎ (lire en ligne)
  3. Первые порядные записи
  4. a et b Alexandre Sazonov/Сазонов, Александр Иринеевич, Il n'y a qu'une ville comme cela ne Russie Такой город в России один, Vologda,‎ (ISBN 5-86402-009-5, lire en ligne)
  5. Livre de recensement de Vassili Pikine et Ivan Chestakov de 1711/ Книга Переписная переписи и меры Василия Пикина и Ивана Шестакова 1711 (ГАВО. Ф.2р. Д.7847)
  6. La population de la ville de Vologda s'élevait en 1711 à 10 000 habitants/Souvorov N. N./ Суворов Н. И. Вологда в начале XVIII в… С. 96.
  7. Чайкина Ю. И. Двухэтажная Вологда (vocabulaire du lexique de 1711 /лексика строений в Переписной книге 1711 года)
  8. Fechner, Vologda, Moscou, Гостройиздат,‎ (lire en ligne)
  9. M. V. Kanin/Канин М. В., « Le mystère de la yЗагадка vieille maison », 1, Краеведческий альманах «Вологда», no 2,‎
  10. V. S Banigue/Баниге В. С., « Souvenirs architecturaux en bois/Памятники деревянного зодчества », 1, Дорогие сердцу места: Путеводитель по Вологде и области,‎ , p. 142
  11. M Fechner / Фехнер М. В., Vologda, Moscou, Гостройиздат,‎
  12. Histoire de la ville /Вологда в минувшем тысячелетии: Очерки истории города, Volgoda, Древности Севера,‎ , 2e éd., 240 p. (ISBN 5-93061-018-5)
  13. a et b A Rybakob/ А.А. Рыбаков, Souvenirs artistiques de Vologda depuis le XIII au XX s. /Художественные памятники Вологды XIII - начала XX века, Leningrad, Художник РСФСР,‎
  14. Ministère de la culture de la Russie en 1970 /Перечень Министерства культуры РСФСР, 1970
  15. Vzdornov G./Вздорнов Г. И., Vologda, Léningrad, Аврора, coll. « Города-музеи »,‎ , 131 p.
  16. (ru) William Craft Brumfield/Брумфилд, Уильям Крафт, « Документальная фотография памятников архитектуры Русского Севера: Вологодская область » [archive du ], www.cultinfo.ru (consulté le 9 septembre 2009)
  17. Regame S. et Markous K /Problème de conversion du centre historique/ Регамэ С., Маркус К. Вологда. Проблемы преобразования исторического центра// Градостроительство — 1997. — № 6. — С. 19—24
  18. ОАО «НИИП Градостроительства»
  19. a b et c L. I. Kachina/Кашина Л. И., « Sauvegarde des édeifices en bois au XXI s. », Recueil méthodique de l'immobilier de l'oblast de Vologda /Сборник Методическое сопровождение мониторинга недвижимых памятников Вологодской области, Volgoda, no Architecture en bois: problèmes, restauration, recherche,‎ (lire en ligne)
  20. sources= Loi fédérale 25/6/2012/Sur l'héritage culturel des peuples de la Fédération de Russie/ Федеральный Закон РФ от 25 июня 2002 года no 73-ФЗ «Об объектах культурного наследия (памятниках истории и культуры) народов Российской Федерации»
  21. B. Maevski/Маевский Б., « Carte de visite de Vologda/Визитная карточка Вологды: От «резного палисада» к «вологодскому историзму» », 1, Архитектура. Строительство. Дизайн,‎ (lire en ligne)
  22. ВИА «Песняры». «Вологда». 1976
  23. Sazonov А. I., Ma Vologda, promenade dans la vieille ville / Прогулки по старому городу, Вологда, "Древности Севера",‎ , 272 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Fekhner/Фехнер, Маргарита Васильевна, Vologda, Moscou, Стройиздат,‎ , 216 p.
  • M. I. Miltchik et Ouchakov/Мильчик М. И., Ушаков Ю. С., Architecture en bois de Russie du Nord/Деревянная архитектура Русского Севера: Страницы истории, Moscou, Стройиздат,‎ (lire en ligne)
  • Alexandre Sazonov/Сазонов, Александр Иринеевич et Khoudojnik C. K./Художник С. К. (artiste), Il n'y a qu'une ville comme cela en Russie, Vologda, ПФ «Полиграфист»,‎ , 96 p. (ISBN 5-86402-009-5, lire en ligne)
  • Alexandre Sazonov/Сазонов, Александр Иринеевич, Ma Vologda /Моя Вологда: Прогулки по старому городу, Vologda, Древности Севера,‎ , 272 p. (ISBN 5-93061-021-5)
  • Fechner, Vologda, Moscou, Гостройиздат,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]