Maison forestière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maison forestière de Lespecier, à Mimizan.
Maison forestière du Bocquet au cœur de la forêt de Rambouillet.
Maison forestière Saint Hubert de Sarralbe (Moselle).

Une maison forestière est un logement de fonction généralement situé en bordure de forêt et destiné à accueillir un ou plusieurs gardes forestiers.

Les maisons forestières en France[modifier | modifier le code]

En France, l'Office national des forêts (ONF) gère quelque 2 000 maisons forestières liées à des forêts domaniales. Ces maisons ont deux statuts : certaines appartiennent en propre à l'ONF, généralement celles situées en dehors des massifs forestiers. Les autres appartiennent à l'État, qui dépendent de son domaine privé, au même titre que les parcelles forestières qui les entourent. L'ONF en dispose par le biais d'un bail emphytéotique. Depuis le début des années 2000, l'ONF est amenée à vendre les maisons forestières dont elle n'a plus l'usage, et dans le but d'en obtenir des revenus. C'est particulièrement le cas de celles situées en lisière de forêt et dont la cession n'amène pas à créer d'enclave dans le domaine forestier[1],[2].

Dans les Landes[modifier | modifier le code]

Les maisons forestières originelles du littoral landais sont bâties dans les années 1863-1866. Elles sont situées en général dans une lette à un ou deux kilomètres de l'océan, au cœur du domaine des dunes qui, depuis les années 1810, s'est progressivement couvert de pins maritimes. Les dunes devenues forestières sous l'égide des Ponts et Chaussées puis des Eaux et Forêts deviennent dès lors propriété de l'État. Ces maisons restent pendant plus d'un demi-siècle les seules habitations égarées dans ce nouvel espace forestier. Les gardes forestiers aménagent ces sites pour y vivre avec un maximum d'autonomie. Ils y resteront jusqu'au début des années 1970[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :