Datcha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Datcha en 1917 proche de Moscou.
Une datcha près de Saint-Pétersbourg.

Une datcha (en russe : дача) désigne, en Russie, une sorte de résidence secondaire à la campagne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot provient du verbe dat (дать) « donner » en russe[1]. Il désignerait à l'origine un gîte d'été « donné » par le tsar à un membre de la cour : certains estiment que le mot est utilisé depuis Pierre Ier le Grand, qui encourageait la construction des résidences d'été[réf. nécessaire]. Du russe, ce mot passa à d'autres langues slaves, notamment à l'ukrainien et au biélorusse. Selon Le Petit Robert, son apparition en français remonte à 1843[2].

Description et histoire[modifier | modifier le code]

Souvent assez simple, sans chauffage ni eau courante, elle sert surtout à la belle saison et permet aux urbains qui les possèdent (les datchniki) de quitter leur appartement, souvent très exigu, pour le grand air[note 1]. La datcha sert également souvent à cultiver un lopin de terre dont la production joue parfois un rôle non négligeable dans leur alimentation (notamment pendant les périodes de pénurie, que ce soit sous le régime soviétique ou dans les années suivant la chute de celui-ci), un peu comme les jardins familiaux.

Certaines datchas, notamment celles de la nomenklatura pendant l'époque soviétique ou celles construites par les nouveaux Russes ces dernières années, sont cependant plus luxueuses et ressemblent plus, sinon architecturalement du moins par leur fonction, aux villas occidentales[note 2]. Jusqu'à la chute de l'Union soviétique en 1990, la datcha fut un îlot de propriété privée dans une économie collectivisée (en ville, tous les appartements étaient propriété de l'État)[3]. La datcha peut en ceci être vue comme un héritage du lopin de terre particulier concédé aux paysans dans l'Empire russe[note 3].

Après la mort de Staline en 1953, le caractère jugé semi-aristocratique des datchas embarasse les dirigeants soviétiques, qui envisagent de mettre fin à cette pratique qui contrevient selon eux à l'idéal communiste. Pourtant, la crise du logement provoquée par l'exode rural les incite les conserver. Un décret établit la surface standard par foyer à six cents mètres carrés et le jardinage est encouragé. La datcha se démocratise progressivement sous Nikita Khrouchtchev (1953-1964)[3]. Dans les années 1950 et 1960, l'extension du réseau ferroviaire et des lignes de bus facilite les déplacements, et la réduction du temps de travail permet aux employés de consacrer plus de temps à leur petite maison de campagne[3].

Dans les années 2000, de nombreuses datchas se sont transformés en résidences principales du fait de la flambée des loyers dans les villes. Pourtant, le modèle de la datcha est en crise de nos jours. Environ 35 % de ces résidences dans la région de Moscou sont à l’abandon. Si leur entretien était presque gratuit durant l'ère soviétique, l'augmentation des coûts de l’énergie, l’impôt foncier et le transport font désormais des datchas un luxe inaccessibles pour les ménages modestes[3].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La datcha d'hiver (зимняя дача) peut quant à elle être chauffée (Source : Grand dictionnaire russe-français, p. 93, Drofa, 8e édition, Moscou, 2008, (ISBN 9785957604709).
  2. Par exemple, la datcha du parc Dedra appelée Dom Ordjonikidze, puis Dom Staline, qui fut, selon Simon Sebag Montefiore, la préférée des dirigeants soviétiques. (Source : Simon Sebag Montefiore, Staline. La cour du tsar rouge, p. 188, Édition des Syrtes, 2005)
  3. Les champs étant déjà partiellement une propriété collective sous l'Empire russe au sein de la commune paysanne, le mir, préfigurant les kolkhozes et sovkhozes soviétiques. Voir, par exemple, Anatole Leroy-Beaulieu, L'Empire des tsars et les Russes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sergueï Sakhno, 100 racines essentielles du russe, p. 75, Ellipses, 2005, (ISBN 9782729826826)
  2. Le Petit Robert, article « datcha ».
  3. a b c et d Christophe Trontin, « Une histoire de la datcha : La Russie côté jardin », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]