Usonia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Intérieur de la maison Rosenbaum.

Usonia est un terme inventé au début du XXe siècle par l’architecte américain Frank Lloyd Wright pour qualifier sa vision du paysage des États-Unis, y compris la planification urbaine et l’architecture des bâtiments. Wright a proposé d’utiliser l’adjectif « usonian » à la place d’« américain » notamment pour décrire le caractère de Nouveau Monde du paysage américain comme distinct et libre des conventions architecturales antérieures. Le terme « Usonian » est utilisé aujourd’hui pour identifier la période de l’œuvre de Wright allant de 1932 à la Seconde Guerre mondiale.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Usonia (/juːˈsoʊniə/ en anglais[1]) est une altération de l’acronyme « Usona » signifiant « United States of North America » qui a été attribuée par Wright à Samuel Butler[2]. En réalité, l’écrivain américain né en 1865, James Law Duff l’avait déjà été inventé en 1903, comme adjectif que les Américains pourraient utiliser en échange du terme générique « américain ». Dans un recueil de 1903 intitulé Here and There in Two Hemispheres, Law a cité une de ses propres lettres en date du qui commence par : « Nous aux États-Unis, pour rendre justice aux Canadiens et aux Mexicains, n’avons pas le droit d’utiliser le terme d’« Américains » pour se référer à des questions nous concernant exclusivement. » Il a également reconnu qu’un auteur avait proposé « Usona », mais qu’il préférait la forme « Usonia[3] ». La première utilisation par Wright remonte peut-être à 1927 :

« Mais la raison pour laquelle ce terme d’« Amérique » est devenu représentatif du nom de ces États-Unis ici et à l’étranger est perdue. Samuel Butler nous fourni un bon nom. Il nous a appelés Usoniens, et notre nation des États Unis, Usonia. »

— Frank Lloyd Wright on Architecture: Selected Writings 1894-1940, p. 100

Wright a repris le terme « usonian » pour pouvoir décrire ses projets comme une architecture spécifiquement fondée sur le mode de vie américain et intégrée dans le paysage naturel des États-Unis. L’architecte a été, en particulier, engagé dans la période historique de la Grande Dépression, ainsi que dans la direction de la Taliesin Fellowship — un programme de spécialisation en architecture — et dans quelques grands projets privés (dont la célèbre maison Kaufmann), dans l’étude de Broadacre City et dans la réalisation de nombreuses maisons isolées comme Pope-Leighey House, destinées non à des familles aisées, mais de revenus moyens[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Usonia
  2. Bruce Brooks Pfeiffer (trad. Marie-France de Palomera), Frank Lloyd Wright : les chefs-d’œuvre, Paris, Seuil, (lire en ligne), p. 143.
  3. (en) James D. Law, Here and There in Two Hemispheres, Lancastre, Home Publishing Co., , p. 111-12n.
  4. Pfeiffer, p. 143, 144

Bibliographie[modifier | modifier le code]