Bourrine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bourrines photographiées sur la commune de Saint-Hilaire-de-Riez vers 1890.

La bourrine est une habitation traditionnelle du marais breton vendéen, les murs sont construits avec un mélange de terre, sable, eau et paille couverte d'une toiture de roseaux, elle est un exemple de l'exploitation des ressources locales pour la construction de bâtiments.

Construction des murs[modifier | modifier le code]

Les murs des bourrines sont construits en terre prélevée sous la couche arable[1]. Dans un premier temps, elle est malaxée jusqu'à obtention d'une pâte homogène. Du sable y est ajouté pour éviter que des fentes apparaissent au séchage et des fibres végétales sont enfin intégrées afin de lier l'ensemble[1]. Avec la matière obtenue, des pavés sont moulés, les bigots. Ils serviront dans un premier temps à construire l'assise du bâtiment, sorte de mur épais d'environ 60 cm et haut de 50[1]. En règle générale, ce mur est posé à même le sol, sans fondation. Après quelques jours de séchage, les murs proprement dits sont construits. Ils atteignaient une hauteur moyenne d'1,80 mètre pour les gouttereaux et pouvaient monter à 4 mètres pour les pignons[1]. L'emploi de la pierre pour la construction de ces édifices reste exceptionnelle, pour cela, il fallait qu'il s'en trouve à proximité du chantier, en ce cas, elle était utilisée en contact avec le sol afin de protéger les murs des attaques de l'humidité par capillarité[1].

En moyenne, la construction des murs s'étalait sur une période d'un mois.

La charpente[modifier | modifier le code]

La forêt des pays de Monts à Saint-Jean-de-Monts.

Les bourrines étaient construites dans un environnement marécageux, par conséquent, la ressource en bois de construction était très réduite. Souvent une nouvelle bourrine était construite en récupérant les éléments de bois d'un ancien bâtiment. En règle générale la charpente était construite en orme, saule ou encore peuplier. Il a fallu attendre la plantation de la forêt des Monts dans la deuxième moitié du XIXe siècle, initialement plantée pour fixer les dunes de sables et participer à l'assèchement des marais, pour voir la ressource en bois s'améliorer grâce aux pins plantés. Dans un souci d'économie, la charpente était posée à même les murs sans reposer sur une sablière. La ferme était parfois soutenue par un poteau de bois directement pris dans le mur.

La toiture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « La bourrine : architecture rurale en bauge et couverture végétale dans le Nord-Ouest de la Vendée », sur Revue In Situ N° 7, février 2006 - site du ministère de la culture (France) (consulté le 11 mai 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]