Liste des présidents de la Géorgie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article liste les personnalités qui ont exercé certaines responsabilités de chef d'État sans toujours avoir porté le titre de président de la République, puisque ce titre n'est apparu dans les différentes constitutions géorgiennes qu'en 1991.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

République démocratique de Géorgie[modifier | modifier le code]

Nom Dates du mandat Appartenance politique Notes
.
1 Noé Ramichvili Noeramishvilipic.jpg Menchevik,
Parti ouvrier social-démocrate géorgien
Après la restauration de l'indépendance de la Géorgie et la proclamation de la République démocratique de Géorgie le 26 mai 1918, Noé Ramichvili fut élu président du gouvernement géorgien par l'Assemblée parlementaire provisoire géorgienne : cette dernière était composée des représentants pour la Géorgie à l'Assemblée constituante russe élue en novembre 1917.

Il convient de noter que la Constitution géorgienne ne comportait pas de présidence de la République, mais une présidence de parlement (législatif) et une présidence de gouvernement (exécutif).

2 Nicolas Tchkhéidzé NikolayChkheidze-5.pdf Menchevik,
Parti ouvrier social-démocrate géorgien
En 1919, les fonctions de chef de l'État géorgien à la Conférence de la Paix de Paris furent assurées auprès des puissances alliées par Nicolas Tchkhéidzé, président des assemblées parlementaires de 1918 à 1921.
3 Noé Jordania Noe Schordania.jpg Menchevik,
Parti ouvrier social-démocrate géorgien
À la suite de son élection à la présidence du gouvernement géorgien par l'Assemblée parlementaire provisoire, puis par l'Assemblée constituante (février 1919), Noé Jordania mèna les réformes inscrites au programme du Parti ouvrier social-démocrate géorgien.

Après l'invasion soviétique de février 1921, le parlement demanda au gouvernement de s'exiler afin de continuer le combat de l'extérieur, d'abord à partir de Constantinople, puis de Leuville-sur-Orge (France) : Noé Jordania assuma cette responsabilité jusqu'à sa mort (1953).


La Géorgie au sein de l'Union soviétique[modifier | modifier le code]

Nom Dates de mandat Notes
Comité révolutionnaire de Géorgie (1921-1922)
1 Mamia Orakhelachvili Mamia Orakhelashvili.jpg Orakhelichvili fut nommé par les autorités soviétiques de Moscou Président du Comité révolutionnaire de Géorgie quand l'Invasion soviétique de la RDG débuta. Toutefois, il faut attendre le et la prise de Tiflis par l'Armée rouge pour qu'il reçoive un pouvoir effectif.
2 Philippe Makharadzé Sin foto.svg Philippe Makharadzé acheva la conquête de la République démocratique de Géorgie et l'établissement du gouvernement en exil de Noé Jordania le l'autorisa à devenir l'unique chef d'État géorgien pour quelques mois.
3 Polikarp Mdivani Sin foto.svg Mdivani fut nommé par les autorités soviétiques de Moscou pour succéder à Makharadzé qui était jugé trop modéré pour rester fidèle à la Russie soviétique. Toutefois, il fut à son tour suspecté d'être anti-bolchevik par Staline et dut accepter de se soumettre en entrant dans la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie.
Bureau central du Parti bolchevik de Géorgie (1922 - 1936)
1 Polikarp Mdivani Sin foto.svg Devenu Chef du Bureau central du Parti bolchevik de Géorgie quand celle-ci intégra à la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie, il fut bientôt contraint à démissionner quand le parti de Staline réussit à l'accuser de nationalisme auprès du Politburo.
2 Vissarion Lominadzé Sin foto.svg août 1924 Nommé à la tête du BCPB de Géorgie après l'exclusion de Mdivani, il démissionna de lui-même en août 1924 pour devenir chef des relations entre l'URSS et le Parti communiste chinois.
3 Mikhaïl Kakhiani Sin foto.svg août 1924 mai 1930
3 Levan Gogoberidzé Sin foto.svg mai 1930
4 Samson Mamoulia Sin foto.svg Nommé par Moscou en novembre 1930, il dut toutefois démissionner en raison de son hostilité envers la politique de Staline et fut finalement exécuté durant les Grandes Purges staliniennes en 1937.
4 Lavrenti Kartvelichvili Sin foto.svg Kartvelichvili avait d'abord été membre du Comité bolchevik du Caucase avant d'être nommé à la tête du Bureau central de Géorgie au sein de la Transcaucasie. Il fut toutefois rappelé deux mois après le début de son mandat pour monter en grade au sein de la société communiste. Il fut toutefois victime des Grandes Purges et exécuté en 1937.
5 Lavrenti Beria Lavrenty Beria.jpg Nommé à la suite du transfert de Kartvelichvili, Beria, grand collaborateur de Joseph Staline, apporta un terme au nationalisme géorgien en répriment les anti-bolcheviks. En octobre 1932, un an après son accès au pouvoir, il démissionna à la suite de sa nomination à la tête de la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie.
6 Piotr Agniachvili Sin foto.svg En raison de son incompétence envers les derniers récalcitrants anti-soviets, il fut remplacé par son prédécesseur, Lavrenti Beria.
7 Lavrenti Beria Lavrenty Beria.jpg De retour à la direction du BCPB de Géorgie, Beria continua sa politique pro-stalinienne et dirigea durant son mandat les Grandes Purges en Géorgie. Le , il adopta finalement la nouvelle Constitution soviétique et établit la Géorgie en République socialiste soviétique.
République socialiste soviétique de Géorgie (1936 - 1990)
1 Lavrenti Beria Lavrenty Beria.jpg Une fois devenu chef de la République socialiste soviétique de Géorgie, Lavrenti Beria continua sa politique de répression. Toutefois, sa nomination à la tête de la police politique de Moscou (NKVD) par Staline acheva sa carrière à Tbilissi. Malgré cela, il contrôlera encore le Parti communiste géorgien jusqu'à sa mort (1953).
2 Candide Charkviani Sin foto.svg Charkviani, autre supporter ardent du stalinisme, fut nommé par Moscou à la tête de la RSS de Géorgie après la démission de Beria. Durant son mandat, il fut d'une grande utilité à l'Union soviétique en fournissant plusieurs centaines de milliers de soldats pour combattre les Allemands lors de la Deuxième Guerre mondiale. Toutefois, il fut contraint à l'exil en 1952 pour s'être montré hostile envers le chef de la police politique, son propre prédécesseur Lavrenti Beria.
3 Akaki Mgueladzé Sin foto.svg
4 Alexandre Mirtskhoulava Sin foto.svg À la suite de la mort de Staline, Mirtskhoulava fut contraint à démissionner par les nouveaux dirigeants de l'Union soviétique, menée par Nikita Khrouchtchev.
5 Vassil Mjavanadzé Sin foto.svg Son mandat, le plus long de l'histoire républicaine de Géorgie, fut illustrée par une soviétisation forcée de la RSSG, ce qui entraîna plusieurs révoltes populaires. Devenu mal-aimé par le peuple géorgien, il fut finalement accusé par l'État même de corruption et dut démissionner pour laisser place à son ambitieux ministre de l'Intérieur en 1972.
6 Edouard Chevardnadzé Eduard shevardnadze.jpg Une fois devenu chef de la RSSG, Chevardnadzé continua la volonté politique de son prédécesseur (déstalinisation), mais s'engagea également dans des réformes démocratiques qui changèrent le pays. Pour cette raison, il fut nommé en juillet 1985 Ministre des Affaires étrangères de l'Union soviétique et laissa place à un ardent communiste.
7 Djoumber Patiachvili Sin foto.svg Patiachvili s'illustra dans sa volonté de punir les nationalistes géorgiens qui l'accusaient d'avoir enclenché les sentiments indépendantistes de l'Abkhazie. Ne contrôlant plus la situation en Géorgie, il fut contraint de démissionner en avril 1989.
8 Guivi Goumbaridzé Sin foto.svg Goumbaridzé accéda à la tête de la RSSG dans une grande période de troubles, dans le cadre de la Perestroïka de Gorbatchev. Les sentiments nationalistes géorgiens se développant, il dut organiser des élections législatives en octobre 1990 qui seront remportées par les anti-communistes. Perdant totalement le contrôle de la Géorgie, il dut se résigner à laisser place au premier président démocratiquement élu de la RSS. Il garda toutefois le titre de Premier Secrétaire du Parti communiste de Géorgie jusqu'en décembre.
Président du Conseil suprême de la République de Géorgie (1990 - 1991)
1 Zviad Gamsakhourdia Zviad Gamsakhurdia, Tbilisi, 1988.jpg Élu démocratiquement président du Conseil suprême de la République socialiste soviétique de Géorgie qui devient la République de Géorgie le 14 novembre 1990, il déclare l'indépendance le 9 avril 1991.

Depuis 1991[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente la liste des présidents de Géorgie depuis son indépendance de l'URSS votée le .

Nom Dates du mandat Appartenance politique Notes
Président de la République de Géorgie (1991-1992)
Zviad Gamsakhourdia Zviad Gamsakhurdia, Tbilisi, 1988.jpg Table Ronde - Géorgie Libre Après avoir déclaré l'indépendance, Zviad Gamsakhourdia abandonne son titre de président du Conseil suprême et assure la présidence de la République de Géorgie par intérim jusqu'à son élection le comme premier président de la République de Géorgie.
1 Zviad Gamsakhourdia Zviad Gamsakhurdia, Tbilisi, 1988.jpg Table Ronde - Géorgie Libre Une fois devenu président de la République de Géorgie, Gamsakhourdia doit affronter une opposition armée soutenue logistiquement par le Kremlin. Après une guerre civile, un coup d'État le renverse le 6 janvier 1992 et le force à s'exiler en Tchétchénie, où il dirige un gouvernement en exil jusqu'à sa mort en décembre 1993.
Conseil militaire de Géorgie (1992)
1 Tenguiz Kitovani et
Djaba Iosseliani
Tenguiz Kitovani
Djaba Iosséliani
Aucune Kitovani et Iosséliani, après avoir organisé un coup d'État, dirigent temporairement le pays sous le nom de Conseil militaire de Géorgie. Mais ils font bientôt appel à Edouard Chevardnadzé, alors à Moscou, pour qu'il prenne la charge de l'État.
Président du Conseil d'État de Géorgie (1992-1995)
1 Edouard Chevardnadzé Eduard shevardnadze.jpg Aucune Le Conseil militaire est dissous et Chevardnadzé dirige alors le pays avec le titre de président du Conseil d'État de la République de Géorgie jusqu'en 1995.
Présidents de Géorgie (depuis 1995)
2 Edouard Chevardnadzé Eduard shevardnadze.jpg Union des Citoyens de Georgie En novembre 1995, une nouvelle Constitution établit le nouvel État de Géorgie dont Edouard Chevardnadzé est élu président et réélu en 2000. Le développement de la corruption, la défaite face aux indépendantistes abkhazes et sud-ossètes et la chute de l'économie entraîne une vaste coalition d'opposition qui mène la Révolution des Roses en novembre 2003, forçant Chevardnadzé à abandonner le pouvoir.
Nino Bourdjanadzé Nino Burjanadze (Tbilisi, December 5, 2003).jpg Mouvement national unifié En sa qualité de présidente du Parlement, Nino Bourdjanadzé devient présidente de Géorgie par intérim après la démission de Chevardnadzé. Elle occupe cette fonction jusqu'à l'investiture de Mikheil Saakachvili en janvier 2004.
3 Mikheil Saakachvili Mikhail Saakashvili 2005May10.jpg Mouvement national unifié Après son élection, Saakachvili se lance dans la réforme de son pays et rétablit la situation économique. Toutefois, comme pour ses prédécesseurs, son échec face aux indépendantistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud augmente l'opposition au sein du gouvernement. En novembre 2007, face à d'importantes manifestations, il choisit de démissionner et d'organiser des élections anticipées.
Nino Bourdjanadzé Nino Burjanadze (Tbilisi, December 5, 2003).jpg Mouvement national unifié Toujours en sa qualité de présidente du Parlement, Nino Bourdjanadzé remplit une nouvelle fois l'intérim présidentiel après la démission de Saakachvili.
3 Mikheil Saakachvili Mikhail Saakashvili 2005May10.jpg Mouvement national unifié Saakachvili est à nouveau élu à la présidence de Géorgie lors des élections anticipées de janvier 2008, malgré la popularité de l'opposition. Par ailleurs, ces élections sont très critiquées par certaines autorités et depuis le début de son second mandat, il doit faire face à une opposition de plus en plus grandissante qui finit par remporter les élections législatives du 1er octobre 2012.
4 Guiorgui Margvelachvili Giorgi Margvelashvili cropped.jpg en fonction Rêve géorgien Issu de l'opposition au président Saakachvili, il l'emporte face au candidat de ce dernier, David Bakradze, lors de l'élection présidentielle de 2013.

Sources[modifier | modifier le code]