Liste d'étoiles extrêmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cette liste d'étoiles extrêmes présente les étoiles connues ayant des caractéristiques extrêmes.

Âge et distance[modifier | modifier le code]

Titre Objet Découverte Valeur Commentaire Notes
Plus proche Soleil Antiquité 1 UA Distance déterminée au IIIe siècle avant notre ère par Aristarque de Samos.
Deuxième plus proche Proxima Centauri 1915 1,30 pc (~4,2 al) Également appelée Alpha du Centaure C, c'est l'étoile externe d'un trio actuellement le plus proche du Soleil.
Plus lointaine Étoiles de HD1 2022 Décalage z = 13,3
La plus vieille HD 140283 Avant 1912 13,77 ± 0,6 milliards d'années[1] (Voir aussi HE 0107-5240)

Âge et distance par type[modifier | modifier le code]

Étoiles les plus proches par type
Titre Objet Découverte Valeur Commentaires Notes
Plus proche naine rouge Proxima Centauri 1915 1,30 pc[2],[3]
(4,24 al)
Étoile de la séquence principale la plus proche Proxima Centauri 1915 1,30 pc
(4,2 al)
Étoile compacte la plus proche Sirius B 1852 2,6 pc
(8,6 al)
C'est aussi la naine blanche la plus proche.
Étoile à neutrons la plus proche RX J185635-3754 2000 200 al[4],[5],[6]
(~61 al)
Naine blanche la plus proche Sirius B 1852 2,6 al
(~8,6 pc)
C'est aussi la première naine blanche découverte[2],[7].
Étoile éruptive la plus proche Proxima Centauri
(Alpha Centauri C)
1,30 pc
(4,2 al)
α Cen C est aussi la plus proche[8].
Naine brune la plus proche Luhman 16 2013 2 pcbr(6,5 al) C'est un couple de naines brunes sans autre étoile[9].

Luminosité et puissance[modifier | modifier le code]

Titre Objet Découverte Valeur Commentaires Notes
La plus lumineuse dans le ciel Soleil m = −26,74
La deuxième plus lumineuse dans le ciel Sirius
(Alpha Canis Majoris)
m = −1,46 Après le Soleil Sans les événements ponctuels (supernovas)
La plus lumineuse événementielle Progéniteur de SN 1006 1006 m = −7,5 Supernova dont les restes sont catalogués comme PKS 1459-41[10].
La moins lumineuse
La plus lumineuse R136a1 2010 V = −12,5[11] Avec environ 8 710 000 L☉, R136a1 est l’étoile la plus lumineuse connue, émettant plus d’énergie en quatre secondes que le Soleil en une année.
La plus lumineuse événementielle Progéniteur de GRB 080916C 2008 V = −40 L'explosion de l'étoile a provoqué un Sursaut gamma dont l'énergie équivaut à 9 000 supernovas.
L'étoile "normale" la moins lumineuse 2MASS J0523-1403 2013 V = 20,6[12] Si toutes les étoiles étaient vues à la même distance.
La plus énergétique R136a1 2010
La plus énergétique événementielle Progéniteur de GRB 080916C 2008
L'étoile "normale" la moins énergétique 2MASS J0523-1403 2013 L = 0,000 126 L
L'étoile "normale" la plus chaude WR 102 T = 210 000 K
L'étoile "normale" la moins chaude S Casiopeiae T = 1 800 K

Luminosité et puissance, étoiles naines[modifier | modifier le code]

Titre Objet Découverte Valeur Commentaires Notes
Étoile dégénérée la plus chaude Naine blanche de la nébuleuse de l'Araignée rouge 300 000 K
Étoile à neutron la plus chaude > 100 000 K
Naine blanche la plus chaude Dans NGC6537 (Nébuleuse de l'Araignée rouge) 300 000 K[13]
Étoile PG 1159/Étoile GW Vir la plus chaude RX J2117+3412 1999 170 000 K[14]
Naine brune la moins chaude WISE 1828+2650 ≤ 300 K

Dimension et masse[modifier | modifier le code]

Étoiles les plus proches par type
Titre Objet Découverte Valeur Commentaires Notes
Plus grande dimension apparente Soleil 31,6 – 32,7′ Mesuré par Ératosthène au IIIe siècle av. J.-C.[15], Thalès a donné une meilleure estimation.
Plus grande dimension apparente R Doradus 1997 0,057 " Après le Soleil Remplace Bételgeuse qui avait été la première à être mesurée[16].
Plus petite dimension apparente
La plus grande Stephenson 2-18 r = 2 150 R UY Scuti est si gigantesque que si la Terre avait le diamètre d'un ballon de plage de 20 cm, le Soleil mesurerait 22 m et UY Scuti aurait un diamètre d'environ 40 km.
La plus petite EBLM J0555-57Ab 2017 r = 0,084 R La plus petite étoile connue avec une masse suffisante pour permettre la fusion de l'hydrogène dans son noyau[17],[18],[19].
La plus massive R136a1 2010 315 M Une masse d'environ 315 masses solaires en fait l'étoile la plus massive jamais observée. Avant cette découverte, les astrophysiciens pensaient que la masse stellaire maximale était de 150 M .
L'étoile "normale" la moins massive VB 10 0,075 M

Les naines les plus massives par type[modifier | modifier le code]

Titre Objet Découverte Valeur Commentaire Notes
La plus massive naine brune PPl 15 1996 80 MJ Elle est à la limite entre une naine brune et une naine rouge[20],[21].
La plus massive étoile à neutron PSR J1614-2230 2010 1,97 M Ce pulsar milliseconde est plus grand que la limite théorique d'une étoile à neutron qui est de 1,5 masse solaire. C'est aussi la plus massive étoile dégénérée.
La plus massive naine blanche RE J0317-853 1998 1,35 M[22],[23]

Vitesse[modifier | modifier le code]

Titre Objet Découverte Valeur Commentaires Notes
Mouvement propre le plus important Étoile de Barnard 10,3 "/année[24],[25] C'est aussi la quatrième étoile la plus proche de la Terre.
Mouvement propre le moins important
Vitesse radiale la plus élevée
Vitesse radiale la plus basse
Mouvement particulier le plus élévé
Mouvement particulier le plus bas
Vitesse la plus élevée d'un étoile normale en rotation VFTS 102 600 km/s
Vitesse la plus basse d'un étoile normale en rotation

Systèmes d'étoiles[modifier | modifier le code]

Titre Objet Découverte Valeur Commentaires
Étoile unique dans un système Majorité des cas
Système stellaire avec
le plus grand nombre d'étoiles
Système septuple Deux systèmes de 7 étoiles dans les catalogues 1997 MSC[26] et 2008 MSC[27].
Étoiles orbitant le plus
près l'une de l'autre
Il existe un grand nombre d'étoiles binaires à contact, les étoiles étant très proches
Étoiles se trouvant sur
l'orbite connue la plus grande
Ce sujet fait débat. WD 0806-661?
Système stellaire multiple
le plus proche
Alpha Centauri 1839 1,30 pc
(4,2 al)
C'est l'un des premiers à avoir été mesuré.

Systèmes d'étoiles par type[modifier | modifier le code]

Titre Objet Découverte Valeur Commentaires
Système stellaire ayant un trou noir
avec la période la plus courte
MAXI J1659-152 2013 2,4 heures[28]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Science Daily, "Hubble Finds 'Birth Certificate' of Oldest Known Star", 7 mars 2013.
  2. a et b (en) Atlas of the Universe, "The Universe within 12.5 Light Years: The Nearest Stars", Richard Powell, 30 juillet 2006 (consulté le 1er novembre 2010).
  3. (en)Universe Today, "How Far is the Nearest Star?", Fraser Cain, 13 novembre 2009 (consulté le 2 novembre 2010).
  4. (en) NASA Images, "Hubble Sees Bare Neutron Star Streaking Across Space", NASA, 9 novembre 2000 (consulté le 1er novembre 2010).
  5. (en) RedOrbit, "The Motion of RX J185635-3754 - The Nearest Neutron Star to Earth", 8 février 2005 (consulté le 1er novembre 2010).
  6. (en) Astronomy 122: Astronomy of Stars and Galaxies, « "Lecture 19: Neutron Stars" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Sharon Morsink, University of Alberta, term:Winter 2011, published:2010 (consulté le 1er novembre 2010-11-01).
  7. (en) BBC News, "Hubble finds mass of white dwarf", Christine McGourty, 14 décembre 2005 (consulté le 1er novembre 2010).
  8. (en) Universe Today, "What is the Nearest Star to the Sun?", Fraser Cain, 7 octobre 2009 (consulté le 2 novembre 2010).
  9. (en) SpaceDaily, "The Closest Star System Found in a Century", Barbara K. Kennedy, 12 mars 2013.
  10. (en) NOAO, "Astronomers Peg Brightness of History’s Brightest Star", 5 mars 2003 (consulté le 25 octobre 2010).
  11. (en) Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, "The R136 star cluster hosts several stars whose individual masses greatly exceed the accepted 150 Msun stellar mass limit", Paul A Crowther, Olivier Schnurr, Raphael Hirschi, Norhasliza Yusof, Richard J Parker, Simon P Goodwin, Hasan Abu Kassim, Volume 408, Issue 2, pp. 731-751, octobre 2010, doi:10.1111/j.1365-2966.2010.17167.x , Bibcode: 2010MNRAS.408..731C , arXiv:1007.3284
  12. (en) Dieterich, Sergio B.; Henry, Todd J.; Jao, Wei-Chun; Winters, Jennifer G.; Hosey, Altonio D.; Riedel, Adric R.; Subasavage, John P. (2013). "The Solar Neighborhood XXXII. The Hydrogen Burning Limit". eprint arXiv:1312.1736.
  13. « Quelle est la température de l'étoile la plus chaude ? [Extrait] - Scientific American | Organic Articles » (consulté le )
  14. (en) 11th European Workshop on White Dwarfs, ASP Conference Series #169, "RX J2117+3412, the hottest known pulsating PG 1159 star", Vauclair, G.; Moskalik, P.; The Wet Team, 1999, (ISBN 1-886733-91-0) , Bibcode : 1999ASPC..169...96V , p.96
  15. http://www.csus.edu/indiv/o/oreyd/papers/Chapterfour.html
  16. ESO, "The Biggest Star in the Sky", 11 mars 1997 (consulté le 25 octobre 2010).
  17. (en) Eric Mack, « Saturn-sized star is the smallest ever discovered », cnet,‎ (lire en ligne).
  18. (en) « Smallest-ever star discovered by astronomers », University of Cambridge,
  19. (en) Alexander von Boetticher, Amaury H.M.J. Triaud, Didier Queloz, Sam Gill, Monika Lendl, Laetitia Delrez, David R. Anderson, Andrew Collier Cameron, Francesca Faedi, Michaël Gillon, Yilen Gómez Maqueo Chew, Leslie Hebb, Coel Hellier, Emmanuël Jehin, Pierre F.L. Maxted, David V. Martin, Francesco Pepe, Don Pollacco, Damien Ségransan, Barry Smalley, Stéphane Udry, Richard West, « The EBLM project; III. A Saturn-size low-mass star at the hydrogen-burning limit », Astronomy & Astrophysics, vol. 604,‎ , p. L6 (DOI 10.1051/0004-6361/201731107, Bibcode 2017A&A...604L...6V, arXiv 1706.08781).
  20. (en) Astrophysical Journal Letters, "Brown Dwarfs in the Pleiades Cluster Confirmed by the Lithium Test", Rebolo, R.; Martin, E. L.; Basri, G.; Marcy, G. W.; Zapatero-Osorio, M. R., v.469, p.L53, September 1996, doi:10.1086/310263 , Bibcode: 1996ApJ...469L..53R , arXiv:astro-ph/9607002.
  21. (en) Astronomical Society of the Pacific Conference Series, 'In Cool Stars, Stellar Systems, and the Sun: Ninth Cambridge Workshop', "An I. K Survey of the Pleiades", Jameson, R. F.; Hodgkin, S. T.; Pinfield, D. J., vol. 109, p. 363, eds. R. Pallavicini, A. K. Dupree, 1996, Bibcode: 1996ASPC..109..363J.
  22. (en) Bulletin of the American Astronomical Society, "The Record Breaking Magnetic White Dwarf RE J0317-853", Burleigh, M. R.; Jordan, S., Vol. 29, p.1234, janvier 1998, Bibcode: 1998AAS...191.1511B.
  23. (en) Wolfram Scienceworld, "White Dwarf", Eric W. Weisstein, 2007 (consulté le 30 octobre 2010).
  24. (en) Hayden Planetarium, "Stellar Orbits", Sébastien Lépine, Brian Abbott (consulté le 20 novembre 2010).
  25. (en) Ohio State University, Astronomy 143: The History of the Universe (Fall 2009); "Stars and Galaxies in Motion", Barbara Sue Ryden, 15 octobre 2009 (consulté le 20 novembre 2010-11-20).
  26. (en) Astronomy & Astrophysics Supplement Series, "MSC - a catalogue of physical multiple stars", Tokovinin, A. A., Vol. 124, July 1997, pp.75-84, doi:10.1051/aas:1997181, Bibcode: 1997A&AS..124...75T , VizieR (consulté le 27 octobre 2010).
  27. (en) Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, "A catalogue of multiplicity among bright stellar systems", Eggleton, P. P.; Tokovinin, A. A., Volume 389, Issue 2, pp. 869-879, septembre 2008, doi:10.1111/j.1365-2966.2008.13596.x , Bibcode: 2008MNRAS.389..869E , arXiv:0806.2878v1 , VizieR (consulté le 27 octobre 2010).
  28. (en)SpaceDaily, "Black hole-star pair orbiting at dizzying speed", 22 mars 2013.