R Doradus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
R Doradus
Description de cette image, également commentée ci-après

Image interférométrique en infrarouge de l'étoile (crédit ESO)

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 04h 36m 45,59127s[1]
Déclinaison −62° 04′ 37,7974″[1]
Constellation Dorade
Magnitude apparente 4,8–6,6[2]
5,40[3]
Caractéristiques
Type spectral F2IIIe
Magnitude apparente (J) −2,6[4]
Magnitude apparente (K) −4,2[4]
Indice U-B +0,86[1]
Indice B-V +1,58[1]
Variabilité RVB
Astrométrie
Vitesse radiale +26,1 km/s[5]
Mouvement propre μα = −69,36 mas/a[1]
μδ = −75,78 mas/a[1]
Parallaxe 18,31 ± 0,99 mas[1]
Distance 17 800 ± 10 al
(5 500 ± 3 pc)
Caractéristiques physiques
Masse 120 M[6]
Rayon 2 250 ± 50 R[7]
Luminosité 650 000 ± 1 400 L[7]
Température 6 740 ± 190 K[7]
Rotation - km/s
340 jours

Autres désignations

P Dor, R Dor, AAVSO 0435-62, CCDM J04368 -6205A, CD−62 175, CPC 20.1 1002, CPD−62 372, GCRV 2726, GSC 08880-01071, HD 29712, HIC 21479, HIP 21479, HR 1492, 2MASS J04364544-6204379, PPM 354226, SAO 249066, WDS J04368 -6205A

R Doradus[8] (HD 29712[8] ou P Doradus[8]) est le nom d'une étoile géante jaune variable de type RVB de la constellation australe de la Dorade, bien que visuellement elle apparaisse plus associée à la constellation du Réticule. Sa distance à la Terre est de 17800 ± 10 al (5460 ± 3,1 parsecs)[1]. Ayant un diamètre de disque uniforme de 0,057 ± 0,005 arcsec[9], elle est considérée actuellement comme l'étoile ayant la plus grande taille apparente vue depuis la Terre (en dehors du Soleil). Le diamètre estimé de R Doradus est de 3215 ± 70 millions de km (3,46 AU) ou 2250 ± 50[7] fois le diamètre du Soleil. Si elle était placée au centre du Système solaire, l'orbite de Mars et de la plus grande partie de la ceinture d'astéroïdes serait à l'intérieur de l'étoile.

La magnitude apparente de R Doradus varie entre 4,8 et 6,6, ce qui la rend en moyenne tout juste visible à l'œil nu, mais dans l'infrarouge elle est l'une des étoiles les plus brillantes du ciel et sa luminosité bolométrique est de 650000 ± 1400 fois celle du Soleil[10]. Avec une magnitude apparente de −2,6[4] en infrarouge proche dans la bande J, seule Bételgeuse à −2,9 est plus brillante.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en) F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. (en) « GCVS Query=R Dor », General Catalogue of Variable Stars @ Sternberg Astronomical Institute, Moscow, Russia (consulté le 22 août 2012)
  3. (en) B. Nicolet, « Photoelectric photometric Catalogue of homogeneous measurements in the UBV System », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 34,‎ , p. 1–49 (Bibcode 1978A&AS...34....1N)
  4. a, b et c (en) M. F. Skrutskie, R. M. Cutri, R. Stiening, M. D. Weinberg, S. Schneider, J. M. Carpenter, C. Beichman, R. Capps, T. Chester, J. Elias, J. Huchra, J. Liebert, C. Lonsdale, D. G. Monet, S. Price, P. Seitzer, T. Jarrett, J. D. Kirkpatrick, J. E. Gizis, E. Howard, T. Evans, J. Fowler, L. Fullmer, R. Hurt, R. Light, E. L. Kopan, K. A. Marsh, H. L. McCallon, R. Tam et S. Van Dyk, « The Two Micron All Sky Survey (2MASS) », The Astronomical Journal, vol. 131, no 2,‎ , p. 1163 (DOI 10.1086/498708, Bibcode 2006AJ....131.1163S)
  5. (en) Ralph Elmer Wilson, General Catalogue of Stellar Radial Velocities, Washington, Carnegie Institution of Washington, (Bibcode 1953QB901.W495.....)
  6. (en) A. P. Jacob, T. R. Bedding, J. G. Robertson, J. R. Barton, C. A. Haniff et R. G. Marson, « Multiwavelength visibility measurements of Miras: observations of R Dor and R Leo with MAPPIT », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 349, no 1,‎ , p. 303–312 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2004.07503.x, Bibcode 2004MNRAS.349..303J)
  7. a, b, c et d (en) T. R. Bedding, A. A. Zijlstra, O. von der Luhe, J. G. Robertson, R. G. Marson, J. R. Barton et B. S. Carter, « The angular diameter of R Doradus: a nearby Mira-like star », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 286, no 4,‎ , p. 957–962 (DOI 10.1093/mnras/286.4.957, Bibcode 1997MNRAS.286..957B, arXiv astro-ph/9701021)
  8. a, b et c (en) * P Dor sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  9. (en) A. Richichi, I. Percheron et M. Khristoforova, « CHARM2: An updated Catalog of High Angular Resolution Measurements », Astronomy and Astrophysics, vol. 431, no 2,‎ , p. 773–777 (DOI 10.1051/0004-6361:20042039, Bibcode 2005A&A...431..773R)
  10. (en) « The Biggest Star in the Sky » [archive du ], European Southern Observatory, (consulté le 5 septembre 2006)

Liens externes[modifier | modifier le code]