Liste d'étoiles hypothétiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les astronomes envisagent l'existence d'étoiles hypothétiques. En voici une liste selon différents critères.

Type d'étoiles théoriques[modifier | modifier le code]

Type Description Candidats Notes
Blitzar Étoile à neutrons avec une rotation suffisante pour empêcher l'effondrement en trou noir.
Étoile noire Étoile prédite par la théorie semi-classique de la gravité avec formation d'un trou noir, mais sans singularité gravitationnelle et sans Horizon.
Étoile à bosons Étoile ou objet astronomique fait de bosons, tels que photons ou gluons et non de matière conventionnelle (fermions). aucun
Étoile électrofaible (en) La gravité est compensée par la pression de radiation due à l’anormalité chiralienne transformant les quarks en leptons. aucun
Étoile de fer Un état dans le futur lointain (101500 années), quand toute la matière sera transformée en fer par effet tunnel (si le proton est stable). hors propos L'univers n'est pas assez vieux.
Étoile congelée Étoile ayant une température de 273° Kelvin qui se formerait dans le futur lointain. hors propos L'univers n'est pas assez vieux.
Étoile noire (matière noire) Supposé avoir existé au début de l'univers. aucun
Étoile d'énergie sombre (en) Version alternative du trou noir.
Étoile sombre (newtonienne) (en) Étoile théorique basée sur la mécanique newtonienne, ayant une gravité si forte que la lumière ne peut échapper. aucun Cette étoile ne peut pas exister, puisque la gravité selon Newton n'est pas correcte dans ces conditions.
Étoile de population III Étoiles sans métal ayant existé au tout début de l'Univers. aucun
Étoile de Planck Étoile dont la densité est égale à la densité de Planck. Elle est une alternative à la singularité centrale des trous noirs stellaires proposée dans le cadre de la gravitation quantique à boucles.. aucun
Étoile à préons Étoile composée de préons. aucun
Étoile Q Ou trou gris, étoile formée de neutrons, peu de lumière peut s'échapper. V404 Cygni[1]
Étoile à quarks Étoiles composées de matière de quarks ou de Matière étrange. 3C 58, PSR B0943+10 (en), XTE J1739-285
Fuzzball Formulation du trou noir selon la Théorie des supercordes.
Gravastar Alternative au trou noir en excluant la singularité.
Naine bleue Naine rouge ayant épuisé son hydrogène. hors propos L'univers n'est pas assez vieux.
Naine noire État final d'une étoile, comme le Soleil, trop petit pour devenir un trou noir ou une étoile à neutrons, il lui faudra environ 1015 années pour atteindre cet état. hors propos L'univers n'est pas assez vieux.
Objet ayant une magnétosphère à effondrement éternel (en) Hypothèse alternative aux trous noirs.
Quasi-étoile Étoile du début de l'univers avec un trou noir au centre. aucun
Objet de Thorne-Zytkow Géante rouge ou Supergéante rouge dont le cœur est devenu une étoile à neutrons. U Aquarii (en)[2]
Trou blanc L'opposé d'un trou noir, par lequel la matière rejaillit dans l'espace.
Trou noir intermédiaire Trou noir ayant environ quelques milliers de fois la masse du Soleil ; plus grand qu'un trou noir stellaire mais plus petit qu'un trou noir supermassif.

Quelques cas particuliers[modifier | modifier le code]

Nom Description Notes Références
Némésis Hypothétique compagnon du Soleil proposé par Richard A. Muller (en) en 1984.
3 Cassiopeiae Étoile observée par John Flamsteed, mais jamais revue par la suite.
34 Tauri Étoile observée par John Flamsteed et qui s'est finalement avérée être la planète Uranus.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hypothetical star » (voir la liste des auteurs).
  1. K. Brecher; "Gray Holes", American Astronomical Society, 182nd AAS Meeting, #55.07; Bulletin of the American Astronomical Society, Vol. 25, p. 89, May 1993, Bibcode : 1993AAS...182.5507B
  2. Andrew Vanture, « Is U Aquarii a Thorne–Żytkow Object? », The Astrophysical Journal, vol. 514, no 2,‎ , p. 932–938 (DOI 10.1086/306956, Bibcode 1999ApJ...514..932V)