Sursaut solaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un sursaut radio solaire[1] ou, plus simplement, un sursaut solaire[2],[3] est la manifestation radioélectrique d'une éruption solaire. Les sursauts se produisent surtout en période de grande activité solaire en accompagnant l'évolution des taches. Leurs effets viennent s'ajouter au rayonnement du Soleil calme et aux variations lentes et peuvent provoquer des perturbations graves dans les radio-communications[4].

On distingue cinq principaux types de sursauts solaires, numérotés de I à V[5]. Ils sont caractérisés par leur origine, la bande de fréquence des signaux émis et la durée du phénomène. Certains sursauts s'accompagnent de l'émission de rayons X mous et ultraviolets.

Types de sursaut[modifier | modifier le code]

Sursaut de type I[modifier | modifier le code]

Origine : au-dessus des taches solaires importantes.
Bande de fréquence : ondes métriques sur une largeur de quelques mégahertz avec une dérive (de 1 à 20 MHz/s) qui peut être positive ou négative.
Durée : <1 seconde
Remarques : pendant les orages de bruit radioélectrique.

Sursaut de type II[modifier | modifier le code]

Origine : éruptions chromosphériques
Bande de fréquence : ondes métriques à hectométriques (entre 100 kHz et 200 MHz) dont la fréquence diminue lentement (0,25MHz/s). Ce sont les sursauts à dérive lente de fréquence.
Durée : plusieurs minutes à plusieurs heures.
Remarques : rayonnement induit par les oscillations du plasma, au passage d'une onde de choc (Éjection de masse coronale) dans la couronne solaire et le milieu interplanétaire. Phénomène rare. Aurores polaires, orages magnétiques et perturbations des communications radio peuvent se manifester quelques dizaines d'heures après l'éruption.

Sursaut de type III[modifier | modifier le code]

Origine : éruptions chromosphériques
Bande de fréquence : ondes métriques à hectométriques (100 kHz à 600 MHz) dont la fréquence diminue rapidement. Il s'agit de sursauts à dérive rapide de fréquence.
Durée : de quelques secondes à plusieurs minutes.
Remarques : rayonnement induit par les oscillations du plasma, au passage de faisceaux d'électrons supra-thermiques circulant le long de lignes de champ magnétique ouvertes sur le milieu interplanétaire. Phénomène relativement fréquent en période de maximum solaire.

Sursaut de type IV[modifier | modifier le code]

Origine : éruptions chromosphériques
Bande de fréquence : large bande de fréquences stables (sursaut continuum) pouvant aller de quelques MHz à plus de 70 GHz.
Durée : parfois plusieurs heures.
Remarques : rayonnement provoqué par des électrons se déplaçant dans un champ magnétique à des vitesses se rapprochant de celle de la lumière (effet synchrotron). Phénomène relativement rare et s'accompagnant d'un renforcement des rayons cosmiques solaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entrée « sursaut radio solaire » [html], sur TermSciences (consulté le 15 mai 2016).
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « solaire » (sens A, 2, a, α → Sursaut solaire) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 14 mai 2016).
  3. Entrée « sursaut solaire » [html], sur TERMIUM Plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada (consulté le 14 mai 2016).
  4. Serge Cannivenc, La propagation des ondes, Soracom,
  5. (en) « Solar radio burst classifications » [« Classifications des sursauts radios solaires »] [PDF] (consulté le 15 mai 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]