SN 1006

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Supernova de 1006

Coordonnées : Sky map 15h 02m 22.1s, +42° 05′ 49″

SN 1006
Restes de la supernova SN 1006 observés dans les rayons X par ASCA.
Restes de la supernova SN 1006 observés dans les rayons X par ASCA.
Données d’observation
(Époque J2000.0 – équinoxe 2000)
Constellation Centaure[1]
Ascension droite (α) 15h 02m 22,1s[2]
Déclinaison (δ) −42° 05′ 49″ [2]
Coordonnées galactiques = 327,4109 · b = +14,4674[2]
Distance 7 100 al
(2 176,9 pc)
Magnitude apparente (V) -7,5 (estimée)[3]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Supernova
Type de supernova Supernova de type Ia[2],[3],[4]
Type de rémanent Coquille
Galaxie hôte Voie lactée
Couleur (B-V) Couleur jaune d'après les témoignages historiques
Particularité(s) Supernova la plus brillante des temps historiques
Découverte
Date 30 avril 1006 (sans doute nombreuses personnes)
Désignation(s) AJG 37
1E 1459.6-4146
1ES 1500-41.5
GRS G327.60 +14.60
H 1506-42
1H 1458-416
KOHX 1
MRC 1459-417
MSH 14-4-15
1M 1457-416
PKS 1459-41
PKS 1459-419
PKS J1502-4205
SN 1006A
SN 1016
SNR G327.6+14.5
SNR G327.6+14.6
2U 1440-39
3U 1439-39
4U 1458-41
XSS J15031-4149
Liste des supernovas

La supernova de 1006 (en abrégé, SN 1006) est une supernova qui a été observée sur Terre en l'an . Elle est mentionnée dans des textes européens[5],[6], (par exemple, le manuscrit Cod.Sang. 915 de l'Abbaye de Saint-Gall en Suisse), chinois[5], japonais[5], égyptiens[5] et irakiens ainsi que, en Amérique du Nord, sur une pierre gravée par les amérindiens Hohokams et découverte en dans le parc régional de White Tank Mountain (en) en Arizona[5]. Elle aurait été observée pour la première fois dans le sud-ouest de la péninsule Arabique (actuel Yémen) le 15 rajab 396 AH ( ±2 EC)[7]. Elle a surtout été observée à partir du [8].

Il s'agit vraisemblablement de la supernova la plus brillante observée aux temps historiques. Sa magnitude apparente est difficile à estimer a posteriori, mais elle est plus fréquemment mentionnée dans les textes européens que la supernova de 1054, qui présentait pourtant des conditions d'observation nettement plus favorables depuis l'Europe. La magnitude de SN 1006 était probablement très élevée. Elle a parfois été estimée à -9, soit l'équivalent d'un quartier de Lune (plus de 60 fois celle de Vénus), mais la théorie des supernovas et le réexamen des textes historiques suggère qu'elle ait plutôt été de l'ordre de -7,5. Cela en fait sans doute la seule étoile à l'exception du Soleil à avoir produit des ombres à la surface de la Terre (depuis au moins l'Antiquité). La supernova est restée visible plus d'une année.

Son rémanent identifié[modifier | modifier le code]

La supernova a été observée au voisinage de l'étoile β Lupi, dans la constellation du Loup. Le reste de la supernova n'a été identifié qu'en avec la mise en évidence par les radioastronomes Francis F. Gardner et Douglas K. Milne que la radiosource PKS 1459-41, proche de β Lupi, a la forme d'une coquille circulaire de 30 minutes d'arc de diamètre[9]. Sa distance est estimée à environ 7100 années-lumière[10]. Il a également été beaucoup étudié dans le domaine des rayons X et des rayons gamma, notamment pour mieux comprendre certains des mécanismes d'accélération des rayons cosmiques[11].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Résultats pour « SN 1006 » [html] sur l'application Compute constellation name from position de VizieR (consulté le 4 janvier 2016).
  2. a, b, c et d (en) Lupus SN sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg. (consulté le 4 janvier 2016).
  3. a et b (en) P. Frank Winkler, Gaurav Gupta et Knox S. Long, « The SN 1006 Remnant: Optical Proper Motions, Deep Imaging, Distance, and Brightness at Maximum », The Astrophysical Journal, vol. 585,‎ , p. 324–335 (DOI 10.1086/345985, lire en ligne).
  4. (en) K. M. Schure et A. R. Bell, « Cosmic ray acceleration in young supernova remnants », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 435, no 2,‎ , p. 1174-1185 (DOI 10.1093/mnras/stt1371, Bibcode 2013MNRAS.435.1174S, arXiv 1307.6575, résumé, lire en ligne [PDF]).
  5. a, b, c, d et e Myriam Détruy, « Supernova de 1006 : l'Amérique apporte sa pierre », Ciel et Espace, no 435 « La nuit, c'est magique ! »,‎ (lire en ligne [html]).
  6. Manuscrit scanné
  7. (en) Wafiq Rada et Ralph Neuhäuser, « Supernova SN 1006 in two historic Yemeni reports », Astronomische Nachrichten, vol. 336, no 3,‎ , p. 249-257 (DOI 10.1002/asna.201412152, Bibcode 2015AN....336..249R, arXiv 1508.06126, résumé, lire en ligne [PDF]).
  8. Les supernovas de 1006 et 827 Auteur: Meeus, J. Journal: L'Astronomie, Vol. 79, p. 336
  9. (en) Francis F. Gardner et Douglas K. Milne, « The supernova of A.D. 1006 », The Astronomical Journal, vol. 70, no 9,‎ , p. 754 (DOI 10.1086/109813, Bibcode 1965AJ.....70..754G, lire en ligne [PDF])
    L'article a été reçu par la revue The Astronomical Journal le .
  10. SN 1006 : l'explosion de la plus brillante des supernovas enfin élucidée Publié par Émeline Ferard, le 01 octobre 2012
  11. (en) F. Acero, « First detection of VHE γ-rays from SN 1006 by HESS », Astronomy and Astrophysics, vol. 516,‎ , A62 (DOI 10.1051/0004-6361/200913916, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]