Le Vigan (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Vigan
Le Vigan (Lot)
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Intercommunalité Communauté de communes Quercy-Bouriane
Maire
Mandat
Jean-Michel Favory
2020-2026
Code postal 46300
Code commune 46334
Démographie
Population
municipale
1 585 hab. (2018 en augmentation de 3,26 % par rapport à 2013)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 33″ nord, 1° 26′ 23″ est
Altitude 333 m
Min. 202 m
Max. 391 m
Superficie 34,4 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Gourdon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gourdon
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Le Vigan
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Le Vigan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Vigan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Vigan

Le Vigan est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie. Les habitants du Vigan s'appellent les Vigannais et les Vigannaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy en haute Bouriane sur le Bléou, la Melve et la route nationale 673 entre Gourdon et Rocamadour. Le Vigan est membre de la communauté de communes Haute Bouriane. Le Vigan est une commune d'une superficie totale de 3 440 hectares, son altitude varie entre 202 et 391 mètres. Au dernier recensement, Le Vigan comptait un peu plus de 1 450 habitants.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Vigan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gourdon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (58 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (38,8 %), zones agricoles hétérogènes (35,8 %), prairies (17,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,9 %), zones urbanisées (3,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Le Vigan serait basé sur Vicanum qui désignerait un village faubourg par rapport à Gourdon[8].

Le Vigan, s’appelait primitivement Carbonac[8] et ce jusqu'au XIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1108, l’église du chapitre dénommée Sainte-Marie est citée dans le testament de Géraud de Gourdon qui part en croisade. En 1143, Pierre de Chastre, archevêque de Bourges la prend sous sa protection. La riche et prospère abbaye deviendra par la suite monastère des chanoines réguliers de Saint-Jérôme et de Saint-Augustin jusqu'à la Révolution. En 1699, le chapitre du Vigan se composait de 20 chanoines, 12 prébendes et 8 demi-prébendes. Les charges canonicales valaient 600 livres et ses revenus s’élevaient à 36 000 livres.

Avant la Révolution, Le Vigan était le siège d’une justice de paix ou trois juges se répartissaient ces importantes fonctions. Il ne reste aujourd’hui aucune trace de l’ancien collège qui dut avoir pourtant une certaine importance. Le Vigan possédait aussi un hôpital destiné aux malheureux infirmes ou aux vieillards sans ressources. La chapelle Sainte-Rondine est le seul reste de cet asile nommé l’hôpital de Notre-Dame-de-la-Pitié.

La population du Vigan a été estimée autour de 1 680 habitants en 1789, pour atteindre 1781 habitants en 1 845 puis décroître à 922 habitants en 1990. La courbe ascendante a de nos jours repris, pour atteindre 1 393 habitants au dernier recensement.

L’imposante abbatiale des XIIIe et XIVe siècles reste le témoin d’un passé prestigieux. Les dimensions extérieures sont 45 mètres de long et 15 de large. Le chœur et les chapelles sont éclairées par de belles croisées ornées de vitraux remarquables.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1804 Pierre Thiere    
1804 1816 Jean-baptiste Belly    
1816 1848 Guilhaume Glandin    
1848 1871 Jean-louis André Fontanilhes    
1871 1874 Jean Lagarrigue    
1874 1880 Louis André Fontanilhes    
1880 1883 Alfred Gozon (de)    
1883 1884 Jean Brunet    
1884 1889 Alfred Gozon (de)    
1889 1909 Louis Camy (de)    
1909 1916 Jean Gouloumes    
1916 1919 Baptiste Delpech    
1919 1925 Jean-antoine Lagarrigue    
1925 1935 Emile Bel    
1935 1941 Jean Delchie    
1941 1943 René Manieres-mezon    
1944 1969 Jean Delchie    
1969 1983 Roland Delchie PS  
1983 En cours Daniel Souladié    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 1 585 habitants[Note 3], en augmentation de 3,26 % par rapport à 2013 (Lot : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6002 2771 5621 5121 7121 7621 7811 8011 684
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6821 7091 7531 7001 6961 6631 5681 5741 462
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3371 2561 184997972952902918859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
8138458268369221 1891 3241 4761 568
2018 - - - - - - - -
1 585--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au début du XXe siècle, Le Vigan comptait 1256 habitants[14].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Le musée Henri-Giron a été créé autour d'une importante collection privée d’œuvres de l'artiste, né en 1914 près de Lyon et vivant actuellement à Bruxelles. Les paysages et les natures mortes le rattachent aux peintres flamands et nordiques par la lumière, la composition et la perfection de l'expression picturale.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  8. a et b Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 126.
  9. « Les maires de Vigan (Le) », sur Site francegenweb, (consulté le 15 janvier 2019).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Le Lot partie Chemins de fer p.192 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 2-7455-0049-X).
  15. http://www.patrimoine-lot.com/fiche.asp?refer=SIT_941&style=dtdhtml
  16. Chrstian Freigang - L'ancienne église collégiale Notre-Dame de l'Assomption du Vigan. L'histoire de sa construction et son importance pour l'architecture gothique du Quercy - pp.517-542, dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1993
  17. a et b « Eglise », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 4 juin 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Loiseleur des Longchamps, Les fortifications médiévales dans le canton de Gourdon, Mémoire de Maîtrise. Université de Toulouse - Le Mirail, 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]