La Sapinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la plantation de sapins, voir Sapinière.
La Sapinière
Création 1909
Dissolution 1921

La Sapinière (Sodalitium Pianum en latin) est un réseau de renseignement du Vatican, mis en place par Mgr Umberto Benigni en 1909, pendant le pontificat de Pie X (1903-1914). Son nom latin, Sodalitium Pianum (c'est-à-dire la « Compagnie de Pie »), se référait à saint Pie V. Ce réseau secret, étudié par l'historien Émile Poulat[1], avait principalement pour but l'expression d'un courant « intégriste » au sein de l’Église catholique, expressément opposé au « modernisme ». Il fut officiellement dissous en 1921.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

En réaction à la crise moderniste que traversait l'Église catholique, le pape Pie X publia en 1907 l'encyclique Pascendi Dominici Gregis et la constitution apostolique Lamentabili Sane Exitu, qui condamnaient ce mouvement en tant qu'hérésie. Afin de vérifier l'adhésion à ces décisions, Mgr Umberto Benigni, prêtre et professeur d'histoire religieuse, et surtout collaborateur du cardinal Merry del Val à la secrétairerie d'État, prit l'initiative de publier un bulletin d'information, La Correspondance de Rome, autour duquel il organisa, grâce à ses relations personnelles, un réseau officieux de correspondants qui furent associés dans le Sodalitium pianum (S.P). Le cardinal Rafael Merry del Val prit ses distances avec ses activités et l'empêcha d'obtenir une reconnaissance canonique[2]. En 1911, Mgr Benigni est remplacé par Eugenio Pacelli dont il reste proche avant de prendre quelques distances à partir de 1912[3].

Le groupe comptait une cinquantaine de membres, en Europe principalement, surtout en Italie et en France où ses liens avec l'Action française ont été étudiés[4]. Après 1909 il s'intéresse, en Allemagne, au syndicalisme chrétien et aux œuvres catholiques[5]. Mgr Benigni dirige aussi son action contre la Compagnie de Jésus et, la Corrispondenza Romana (1907), plus tard La Correspondance de Rome (1909), s'oppose à la Civiltà Cattolica, le journal des Jésuites. Selon Émile Poulat, cette hostilité envers le courant jésuite est constitutive de l'intégrisme[6].

L'influence de ce réseau déclina à partir de 1914 avec l'élection de Benoît XV, qui cependant ne le désavoua pas. Il attendit 1921 pour le dissoudre officiellement, en raison du « changement de circonstances[2] ». Pour sa part, Benigni, célèbre pour son antisémitisme[7], se tourna alors vers le fascisme. Toutefois, selon le témoignage d'Yves Congar o.p[8], le réseau poursuivit son activité jusqu'en 1946.

Influence[modifier | modifier le code]

La Sapinière a-t-elle été chargée de surveiller les catholiques, laïcs ou religieux (y compris cardinaux), suspectés de sympathie pour les idées modernistes ou de se montrer favorables à la séparation de l’Église et de l’État (laïcisme); Mgr Benigni se donnant pour mission de les dénoncer au Saint-Office?

D'après le témoignage du cardinal Pietro Gasparri, le pape Pie X approuvait ce réseau et le soutenait financièrement, encourageant personnellement ce que l'historien Yves-Marie Hilaire décrit comme un système de « combisme ecclésiastique[9] ». Cependant, quant à l'action de ses membres E. Poulat précise : « s'ils polémiquaient durement, il n'est pas établi que le S.P. se soit comporté comme une agence de dénonciation, mais il est bien acquis que toutes les victimes du pontificat - elles furent nombreuses et parfois illustres - avaient été dénoncées par d'autres voies[10]. »

Une histoire controversée[modifier | modifier le code]

En 1915, des papiers de la Sapinière ont été saisis en Belgique par les occupants allemands qui souhaitaient les utiliser contre la France. En 1921, le sulpicien Fernand Mourret[11], avait eu accès à des clichés photographiques qui les reproduisaient. Il rédigea dès lors un Mémoire qui, circulant sous le manteau, obtint la dissolution du S.P. et servit de source principale de toutes les publications sur la Sapinière, nombreux écrits plus polémiques qu'historiques. La question a été entièrement renouvelée avec la publication, en 1969, de ces papiers par E. Poulat dans Intégrisme et catholicisme intégral, Un réseau secret international, la « Sapinière » (1909-1921).

Membres du Sodalitium[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, Paris, Casterman, 1969.
  2. a et b Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (Verlag Traugott Bautz, 2002).
  3. Cárcel-Ortí (1999:318). Ph. Cheneaux, Pie XII diplomate et pasteur, p. 73
  4. G. Vannoni, « Sodalitium Pianum e Action française », Storia Contemporanea, vol. 12, Bologne, 1981 Résumé en ligne.
  5. E. Poulat, Modernistica, 1982, p. 53.
  6. Émile Poulat, « Modernisme » et « Intégrisme », Archives des sciences sociales des religions, 1969, no 1, p. 25.
  7. Il est l'auteur de Meurtre rituel chez les Juifs, Belgrade, 1926-1929.
  8. Journal d'un théologien, Cerf ; Mon journal du Concile (1946-1956), Cerf, 2002.
  9. Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire de la papauté. 2000 ans de mission et de tribulations, éd. Seuil/Tallandier, 2003, p. 435
  10. E. Poulat, Modernistica, p. 53
  11. Auteur d'une Histoire générale de l’Église catholique
  12. E;. Poulat, Intégisme…, p. 594 et 68.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Alvarez, Les espions du Vatican : espionnage et intrigues de Napoléon à la Shoah, 2002.
  • David Alvarez et Robert A. Graham, Papauté et espionnage nazi, 1939-1945, 1997.
  • Gérard Bavoux, Le porteur de lumière - Les arcanes noirs du Vatican, Paris, Pygmalion, 1996
  • (es) Vicente Cárcel-Ortí, Historia de la Iglesia, vol. III: La Iglesia contemporánea, Ediciones Palabra, Madrid 1999, (ISBN 84-8239-383-9)
  • (de) R. Götz: „Charlotte im Tannenwald“. Monsignore Umberto Benigni (1862-1934) und das antimodernistische „Sodalitium Pianum“. In: M. Weitlauff - P. Neuner (Hrsg.): Für euch Bischof - mit euch Christ. Festschrift Friedrich Kardinal Wetter. St. Ottilien 1998, 389-438.
  • (it) Giacomo Martina, La Chiesa nell'età del assolutismo, del liberalismo, del totalitarismo: Da Lutero ai nostri giorni, Morcelliana, Brescia 1970
  • Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, Un réseau secret international, la « Sapinière » (1909-1921), Casterman, 1969
  • Émile Poulat, Catholicisme, démocratie et socialisme, Le mouvement catholique de Mgr Benigni de la naissance du socialisme à la victoire du fascisme, Casterman, 1977
  • Bernard Lecomte, Les Derniers secrets du Vatican (Perrin, 2012) - Chapitre 4 : L'ombre de la Sapinière (p. 66-83)
  • (it) G. Vannoni, « Sodalitium Pianum e Action française », Storia Contemporanea, vol. 12, Bologne, 1981 Résumé en ligne.
  • (de) O. Weiß: Modernismus und Antimodernismus im Dominikanerorden. Zugleich ein Beitrag zum „Sodalitium Pianum“ (Quellen und Studien zur neueren Theologiegeschichte 2). Regensburg 1998
  • La Sainte Alliance - Histoire des services secrets du Vatican, Eric Frattini Alex Lhermillier (Traducteur) , Nelly Lhermillier (Traducteur) Broché Paru le: 04/10/2006Editeur : Flammarion (ISBN 2-08-068932-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]