Joseph Turmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Turmel
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Mouvement
Rennes (35) Cimetière du Nord Tombe J. Turmel.jpg
Vue de la sépulture.

Joseph Turmel, né le 13 décembre 1859 à Rennes et mort le 5 février 1943 à Rennes, est un prêtre catholique français, historien des dogmes chrétiens, qui fut excommunié.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Turmel nait le 13 décembre 1859 à Rennes au no  142, de la rue de Saint-Malo. Après des études aux séminaires de Rennes et d'Angers[1], il fut ordonné prêtre en 1882 et nommé professeur au Grand Séminaire de Rennes où il perdit la foi. Il fut excommunié en 1930. Il mourut durant la Seconde Guerre mondiale le 5 février 1943.

Études et activité sacerdotale[modifier | modifier le code]

De 1876 à 1880, il étudia la philosophie et la théologie au Grand Séminaire de l'archevêché de Rennes, par la suite il poursuivit jusqu'en 1882 ses études à la faculté de théologie de l'université d’Angers[2]. Il fut ordonné prêtre le et chargé la même année d’enseigner la dogmatique au Grand Séminaire.

Perte de sa chaire[modifier | modifier le code]

Ses opinions libérales sur l'exégèse vétéro-testamentaire lui valurent d'être privé de sa chaire ; on lui donna alors en 1893 une place d’aumônier dans un couvent de religieuses à Rennes et il la garda jusqu’en 1930. Au cours de ces années de solitude il travailla comme historien de la dogmatique et devint expert en Patristique.

Modernisme et excommunication[modifier | modifier le code]

À l’époque du modernisme, Turmel appartenait aux personnes les plus en vue ; dès 1886 il avait perdu la foi catholique selon ce qu’il a dit lui-même, mais il voulut cependant rester dans l'Église catholique. Il commença, en partie sous son nom mais aussi sous pseudonymes (p. ex. Henri Delafosse), à rédiger et publier des articles. On essaya de lui attribuer deux d’entre eux, contre les dogmes trinitaires et mariaux (« Le dogme de la Trinité dans les trois premiers siècles » er « La Sainte Vierge dans l'histoire ») mais sans succès. En 1910, il refusa de prêter le serment anti-moderniste. Démasqué, suspendu, puis excommunié en novembre 1930, le vieil homme continua toutefois à porter la soutane, à dire la messe chez lui à quelques fidèles et à travailler. Il bénéficia alors, jusqu’à sa mort le 5 février 1943, de l’amitié, du réconfort et de l’aide matérielle des militants de la Libre Pensée rennaise. Il mourut durant la Seconde Guerre mondiale le 5 février 1943, au no 11, de la rue Waldeck-Rousseau, à Rennes.

Il est parfois désigné comme patristicien[3].

Mise à l'Index[modifier | modifier le code]

Les ouvrages de Turmel (dont certains furent écrits sous les pseudonymes Antoine Dupin, Henri Delafosse, Louis Coulange, Hippolyte Gallerand, Guillaume Herzog, Edmond Perrin, André Lagarde) furent condamnés et interdits par la Congrégation de l’Index de l'Église catholique romaine, de même que l'étude de Félix Sartiaux sur lui[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Bible expliquée, Herblay, Idée libre, 1936.
  • Comment j'ai donné congé aux dogmes, Éd. de L’Idée libre, Bibliothèque du libre penseur, Herblay, 1935. Réédition sous le titre En Soutane. Mémoires, Éd. des Malassis[5], 2016.
  • Comment l'Église romaine m'a donné congé, Herblay, 1937. Réédition sous le titre En Soutane. Mémoires, Éd. des Malassis[6], 2016.
  • Dieu, Herblay, Idée libre, La Bibliothèque du Libre penseur, 1940.
  • Histoire de l'angéologie, des temps apostoliques à la fin du Ve siècle, Revue d'histoire et de littérature religieuses, 3, 1898.
  • Histoire de la théologie positive, du Concile de Trente au Concile du Vatican, Paris, Beauchesne, 1906.
  • Histoire des dogmes, Rieder, 1931-1937, 6 vol., 3151 p.
    • vol. I : Le péché originel. La rédemption, 1931, 464 p.
    • vol. II : La Trinité. L'Incarnation. La Vierge Marie, 1932, 529 p.
    • vol. III : La papauté, 1933, 498 p.
    • vol. IV : Le créationisme, les anges. La vie d'outre-tombe. Canon et inspiration des Écritures. La grâce sanctifiante, 1935, 485 p.
    • vol. V : La grâce actuelle, les sacrements en général, le baptême, la confirmation, l'eucharistie, le mariage, 569 p.
    • vol. VI : La pénitence, la confession, l'extrême-onction. L'ordre. Conclusion, 1937, 547 p.
  • Histoire du dogme de la papauté, des origines jusqu'à la fin du IVe siècle, Paris, Picard, 1908.
  • Histoire du dogme du péché originel, Macon, Protat, 1904.
  • Histoire du diable, Paris, Rieder, 1931.
  • Réfutation du catéchisme, Herblay, Idée libre, 1937.
  • Les Religions, Herblay, Idée libre, 1938.
  • Le suaire de Turin, suivi d'un « Courte histoire du faux suaire de Cadouin », Éd. de L’Idée libre, Bibliothèque du libre penseur, Herblay, 1938.
  • Tertullien, Bloud, 1905

Œuvres sous pseudonymes :

  • Louis Coulange, Catéchisme pour adultes, Rieder, 1929-1930
    • vol. I : Les dogmes
    • vol. II : Les institutions
  • Louis Coulange, La messe, Rieder, 1927
  • Henri Delafosse, Les écrits de saint Paul, Paris, Rieder, 1926-1928, 4 vol.
    • vol. I : L'épître aux Romains
    • vol. II : La première épître aux Corinthiens
    • vol. III : La seconde épître aux Corinthiens
    • vol. IV : L'épître aux Philippiens
  • Henri Delafosse, Le quatrième Évangile, Rieder, 1925
  • Armand Dulac (= Joseph Turmel) et A. Houtin (= Alfred Loisy), Courte histoire du célibat ecclésiastique, Rieder, 1929
  • Antoine Dupin, Le dogme de la Trinité dans les trois premiers siècles, Paris, 1907.
  • Guillaume Herzog, La Sainte Vierge dans l'histoire. Paris, Nourry, 1908.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ou à la faculté de théologie d'Angers [1]
  2. Du catholicisme au rationalisme
  3. Le Monde contemporain et la Bible, par Claude Savart, Jean-Noël Aletti, Éditions Beauchesne, 1985, p. 402.
  4. Index des livres prohibés
  5. « Accueil - Éditions des Malassis », sur Editions des Malassis - Les Cinquante sarl (consulté le 5 septembre 2018)
  6. « Accueil - Éditions des Malassis », sur Editions des Malassis - Les Cinquante sarl (consulté le 5 septembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études :

  • Dujardin, Édouard. Grandeur et décadence de la critique. Sa rénovation. Le cas de l'abbé Turmel. Paris, Messein, 1931.
  • Sartiaux, Félix. Joseph Turmel, prêtre, historien des dogmes. Paris, Rieder, 1931.
  • Rivière, Jean. Le dogme de la Rédemption devant l'histoire, un plaidoyer de M. Turmel, Paris, J. Gabalda & Cie, 1936.
  • Actes du colloque Actualité de l’œuvre anticléricale et antireligieuse de l’abbé Joseph Turmel à l’occasion du soixantenaire de sa disparition. éd LA LIBRE PENSEE 35 /association Joseph Turmel.
  • Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, documents concernant Joseph Turmel donnés par Mme Félix Sartiaux (n. a. fr. 17780-17792). (Signalés dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1985, vol. 143, p. 317, consultable en ligne.)

Articles :

  • Hervé Baudru, « Une vie d'hircocerf : Joseph Turmel », in Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 2007, vol. 114, ISSN 0399-0826 Éditeur Université de Haute-Bretagne, Rennes

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]