Établissements C.J. Bonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Établissements C.J. Bonnet
Etablissements Bonnet.png
Les Soieries Bonnet à Jujurieux (début du XXe siècle).
Présentation
Destination initiale
Usine textile
Destination actuelle
Musée : collections relatives à l'activité industrielle cessée en 2001
Fondation
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
12, rue Côte-Levet
01640 Jujurieux
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Ain
voir sur la carte de l’Ain
Red pog.svg

Les établissements C.J. Bonnet sont une usine textile située à Jujurieux, en France[1]. Les Soieries CJ Bonnet[2] constituaient un site patrimonial exceptionnel présentant l'histoire d'une des plus grandes soieries de France aux XIXe et XXe siècles. Elles sont inscrites au titre des monuments historiques depuis 2003[1].

L'activité industrielle a totalement cessé en 2001. Le site repris par le conseil général de l'Ain et la communauté de communes des Rives de l'Ain - Pays du Cerdon est depuis, un musée[3].

Description[modifier | modifier le code]

Une vue des bâtiments en 2012

En pleine opulence, l’usine-pensionnat était censée se suffire à elle-même. Le site, construit sur un schéma fonctionnel, abrite les bâtiments des métiers mécaniques (tissage 1 & 2) et de l'«ourdissage», ainsi que l’« étouffoir » destiné à la réception des cocons des vers à soie et la préparation des fils, la maison directoriale dite « maison bourgeoise », la forge desservie par une voie métrique du tramway, les générateurs et haute cheminée, le «ménage» (accueil des internes), une lingerie, une chapelle, une aumônerie, une infirmerie, ainsi que des bassins et réservoirs d’eau.

Le fondateur voulant placer l'établissement sous la protection mariale, une statue de la Vierge Marie, inaugurée en 1862, veille à l'entrée de la manufacture. Elle était alors face au bâtiment du pensionnat industriel, dit « le Ménage », au milieu d’un jardin. La statue a depuis été déménagée[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Vue des bâtiments en 2017

C'est en 1835 que l'industriel lyonnais Claude-Joseph Bonnet fonde une manufacture de soie entre Lyon et Genève. La manufacture se développe jusqu'à la mort de son fondateur en 1867, à l'âge de 81 ans. L'entreprise emploie 1 200 personnes à Jujurieux et 1 400 à Lyon. Ses petits-fils, Antoine Richard et Cyril Cottin, reprennent la filature en continuant à la développer. Jusque dans les années 1880, toutes les étoffes de la Maison Bonnet sont tissées à bras. D'abord réalisées dans les ateliers des canuts lyonnais. La Maison Bonnet met en place ensuite des ateliers à domicile autour de Jujurieux. Les travailleurs font alors partie intégrante du personnel de la Fabrique et les métiers à tisser appartiennent à l'entreprise[5].

Dans un ouvrage publié en 1870 sur les Grandes usines en France et à l'étranger, l'auteur indique que « le personnel est entièrement féminin. Il se compose de six cents jeunes filles dirigées par les sœurs de Saint-Joseph qui vivent continuellement au contact avec les ouvrières, les surveillent dans leurs travaux, et président à leur instruction intellectuelle et matérielle »[6][réf. incomplète]. La vie des ouvrières est assez monacale, avec messe obligatoire le dimanche et processions. Elles étaient peu payées mais les conflits sociaux étaient rares. Le premier a lieu en 1896 dû, d'après la direction, à l'intervention d'ouvriers externes. Un mouvement interne se produit en 1923.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l'établissement compte 1 200 ouvriers avec 550 pensionnaires.

Au début des années 1960, la crise frappe l'industrie de la soierie lyonnaise. La manufacture résiste et s'adapte en ne conservant dans la Société d'exploitation des textiles Bonnet, SETB, que l'activité textile et en innovant. Les bâtiments devenus trop grands sont en partie cédés.

Les Maisons Dior, Chanel, Lacroix, Ungaro, Castel[Qui ?], Lanvin, Vionnet, Poiret, Scherrer, agnès b., Guy Laroche, Valentino, Armani, Gianfranco Ferré, Calvin Klein, Donna Karan ont fait appel à son savoir-faire jusqu'à la fermeture en 2001[7].

L'usine des Établissements C.J. Bonnet aurait servi de modèle à la Filature de soie de Tomioka, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en [8]. Également, le schéma fonctionnel du site ont inspiré les descendants de Claude-Joseph Bonnet, la famille Roux, dans l'organisation des Etablissements C.Roux et fils.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Anciens établissements C.J. Bonnet », notice no PA01000011, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Emmanuel de Roux, Patrimoine industriel, p. 148-155, Éditions Scala, Paris, 2007 (ISBN 978-2-86656-406-3).
  3. « Projet patrimonial de la soirie Bonnet », sur Conseil général de l'Ain (consulté le ).
  4. pagesperso-orange.fr, ASSOCIATION DES AMIS DU PATRIMOINE DE JUJURIEUX : Les établissements C.J. Bonnet.
  5. www.ain.fr, conseil général de l'Ain.
  6. books.google.ch, Julien François Turgan : Les Grandes Usines, études industrielles en France et à l'étranger.
  7. www.ain.fr, La Maison Bonnet, site du conseil général de l'Ain.
  8. « Jujurieux - Patrimoine / Les Soieries Bonnet et la filature japonaise : un destin commun », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Dans la biographie qui suit, les Établissements de Jujurieux sont traités dans la troisième partie appelée "L'Œuvre", p. 9 à 343 du second volume.

  • Henri Pansu, Claude-Joseph Bonnet : Soierie et société à Lyon et en Bugey au XIXe siècle, vol. 1 : Les assises de la renommée, Du Bugey à Lyon, Lyon et Jujurieux, H. Pansu, , 579 p. (ISBN 2-9508612-4-5).
  • Henri Pansu, Claude-Joseph Bonnet : Soierie et société à Lyon et en Bugey au XIXe siècle, vol. 2 : Au temps des pieux notables, De Lyon en Bugey, Lyon et Jujurieux, H. Pansu, , 806 p. (ISBN 978-2-9508612-7-6 et 2-9508612-7-X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :