Jean Vilbrun Guillaume Sam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vilbrun Guillaume-Sam
Image illustrative de l'article Jean Vilbrun Guillaume Sam
Fonctions
Président à vie d'Haïti[1]

(2 mois et 5 jours)
Prédécesseur Joseph Davilmar Théodore
Successeur Philippe Sudre Dartiguenave
(président de la république)
Secrétaire d'État de la Guerre et de la Marine
Président Tirésias Simon Sam
Prédécesseur Septimus Marius
Successeur Pierre Nord Alexis
Biographie
Nom de naissance Jean Simon Guillaume
Date de naissance
Lieu de naissance Ouanaminthe, (Haïti)
Date de décès (à 56 ans)
Lieu de décès Port-au-Prince, (Haïti)
Conjoint Lucie Parisien
Profession Cultivateur

Jean Vilbrun Guillaume Sam
Liste des chefs d'État d'Haïti

Vilbrun Guillaume-Sam, né Jean Simon Guillaume (1860 - ), fut Président à vie d'Haïti du au . Il était le petit-cousin de Tirésias Simon Sam et d'Antoine Simon tous deux présidents d'Haïti. Vilbrun Guillaume accède au pouvoir par désignation. Il a été choisi par le président à vie, Joseph Davilmar Théodore à son abdication, comme successeur. Homme puissant, il était très mal vu des Américains qui le considéraient comme un dictateur sans pitié. La révolution de 1915 provoque la chute de son régime dictatorial.

Biographie[modifier | modifier le code]

Meneur d'hommes[modifier | modifier le code]

Vilbrun Guillaume-Sam était le chef de la révolte qui a assassiné le président Cincinnatus Leconte lors de l'explosion de son palais. Il a été choisi comme président à vie lorsque son prédécesseur, Joseph Davilmar Théodore, a abdiqué parce qu'il refusait de payer les miliciens (appelé "Caco") qui l'avaient aidé à arriver au pouvoir.

La présidence (février-juillet 1915)[modifier | modifier le code]

Il devint le cinquième président en cinq années de turbulences. Guillaume-Sam fut contraint de faire face à une révolte contre son propre régime, dirigée par le révolutionnaire Rosalvo Bobo, qui avait la réputation d'être un opposant aux gouvernements liés aux intérêts commerciaux et stratégiques des États-Unis. Craignant qu'il ne subisse le même sort que ses prédécesseurs, (l'exil) Guillaume-Sam agit durement contre ses adversaires politiques, surtout les plus instruits et plus riches de la population mulâtre. Cela entraîne une nouvelle révolution.

La Révolution du 27 juillet 1915[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution de 1915 (Haïti).

La quintessence de ses mesures répressives est venue le , lorsque le président Sam ordonne à l'armée de faire fusiller tous les prisonniers politiques dont l'ancien président Oreste Zamor. Cela entraîne une révolte populaire à Port-au-Prince. Sam ordonne la répression. Mais les soldats de l'ordre sont vaincus et Sam est massacré par la foule. Son gouvernement est renversé et ses rares partisans encore en vie prennent la fuite[réf. nécessaire].

L'intervention américaine[modifier | modifier le code]

La nouvelle de l'exécution du président Guillaume-Sam atteint les navires de la marine américaine ancrés dans le port de la ville. Le président Woodrow Wilson, qui se méfie de la tournure des événements en Haïti, et en particulier de la possibilité que Rosalvo Bobo pourrait prendre le pouvoir, ordonna aux troupes américaines de prendre le contrôle de tous les ports haïtiens. Les troupes américaines restèrent dans les ports haïtiens jusqu'en août 1934.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chef du Pouvoir exécutif du au , puis président de la République.