François Antoine Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon et Antoine Simon.
Antoine Simon
Image illustrative de l'article François Antoine Simon
Fonctions
Président de la République d'Haïti

(2 ans, 7 mois et 16 jours)
Élection
Prédécesseur Nord Alexis
(président à vie)
Successeur Cincinnatus Leconte
Biographie
Nom de naissance François C. Antoine Simon
Date de naissance
Lieu de naissance Les Cayes, (Haïti)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Les Cayes, (Haïti)
Conjoint Uranie Adélaïde Mentor
Profession Militaire (général de division)

François Antoine Simon
Présidents de la République d'Haïti

François C. Antoine Simon ( - ) est un général haïtien devenu président de la République de 1908 à 1911. Il mit fin au pouvoir du président à vie Nord Alexis alors qu'il était entré en conflit avec ce dernier. Simon succède à Alexis et va changer la constitution. Il va donner plus de pouvoir à l'assemblée nationale, diminuant ainsi celui du sénat qui a une grande influence sur les présidents depuis l'instauration de la République. Désormais le président ne sera plus élu par le sénat mais par l'assemblée et la chambre des députés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Président de la République[modifier | modifier le code]

Investiture du président Simon.

Alors que les revenus traditionnels liés à la monoculture du café s'étaient effondrés, Antoine Simon planifiait de lancer l'exploitation de la banane[1] pour permettre au pays de se moderniser. Pour ce faire il lança un emprunt de 65 millions de francs auprès d'un consortium franco-allemand, puis après diverses pressions, incluant aussi des intérêts américains. Il passa, dans le cadre de cet objectif, un contrat dit contrat Mac-Donald avec les États-Unis et avec les revenus dégagés par ces contrats d'exportation, il fit construire par une autre société américaine, la création d'un chemin de fer entre Cap-Haitien à Port-au-Prince. La dépossession des terres agricoles nécessaires à la production de la banane et les conditions de cet emprunt resteront une source d'incompréhension au sein de l'opinion publique haïtienne d'autant qu'il s'agissait d'un pari osé, qui promettait soit la richesse du pays soit une dépendance financière totale vis-à-vis des Américains. Cincinnatus Leconte prit la tête d'une révolte paysanne et le renversa puis lui succéda à la présidence. La Compagnie des chemins de fer du Nord, dite « ligne McDonald », restera en service jusqu'à ce que les rails fussent vendus, à la fin des années 1970. Simon meurt le 10 mars 1923 à l'âge de 79 ans[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En créole, les bananes à consommer en fruit sont appelées banane-figue, tandis que les bananes à cuire sont appelées plantains.
  2. Elsie Haas, « La fin du chemin de fer en Haïti. Un riche industriel fait démonter les rails pour les vendre », sur elsie-news.over-blog.com, (consulté le 8 novembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Justin Chrysostome Dorsainvil, Manuel d'histoire d'Haïti, Port-au-Prince, Procure des Frères de l'Instruction Chrétienne, , 402 p. (lire en ligne), p. 336 à 339, 383

Articles connexes[modifier | modifier le code]