Franck Lavaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavaud.

Franck Lavaud
Illustration.
Franck Lavaud vers 1950.
Fonctions
Président de la République d'Haïti
(par intérim)

(6 mois et 26 jours)
Prédécesseur Dumarsais Estimé
Successeur Paul Magloire
Président de la République d'Haïti
(par intérim)

(7 mois et 5 jours)
Prédécesseur Élie Lescot
Successeur Dumarsais Estimé
3e Chef d'Etat-Major de l'Armée d'Haïti
Président Elie Lescot
Lui-même
Dumarsais Estimé
Lui-même
Prédécesseur Jules André
Successeur Antoine Levelt
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Jérémie (Haïti)
Date de décès
Lieu de décès Paris
Sépulture Cimetière du Montparnasse
Nationalité Haïtienne
Conjoint Marie Nadal
Enfants Gérald, Marie-Alice (épouse Gatbois), Guy
Diplômé de West Point (USA)
Profession Militaire (général de brigade)
Religion Catholique

Franck Lavaud
Présidents de la République d'Haïti

Franck Lavaud, né le à Jérémie, mort en 1986 à Paris, est un militaire et homme politique haïtien, président de la république par intérim une première fois du au , puis une seconde fois du au . Chef d'Etat-Major de l'Armée d'Haïti à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il acquiert par la suite une réputation de chef de guerre et jouit d'une importante popularité auprès des militaires et des classes aisés. Proche du colonel Paul Magloire, il le soutient lors de l'élection présidentielle de 1950, puis part en exil en 1957 après la prise de pouvoir de François Duvalier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Officier supérieur et chef d'état major de l'armée haïtienne, le général Franck Lavaud se retrouvera à exercer la fonction de chef d'état République d'Haïti par deux fois, à la suite, chaque fois, de troubles politiques.

Le 11 janvier 1946, à la tête d'une junte militaire qui prend le pouvoir laissé vacant par la fuite du président mulâtre Élie Lescot parti se réfugier aux États-Unis, en raison de la révolte populaire contre son régime autoritaire, mulâtre à peau claire, formé aux USA (West Point) on le dit proche des élites, en réalité son action est toute tournée vers l'organisation d'élections justes et démocratiques. L'élection de Dumarsais Estimé, progressiste noir, est considéré comme preuve de sa neutralité.

Le 10 mai 1950, face à la volonté du président Dumarsais Estimé de modifier la constitution en sa faveur, le même groupe de militaires reconnu pour son action en 1946 et à nouveau mené par le général Franck Lavaud, chef de l'état major de l'armée d'Haïti Antoine Levelt et Paul Magloire le contraigne à démissionner. Léon Dumarsais Estimé part en exil. Le nouveau régime dirigé par la junte est reconnu par les États-Unis le 5 juin et, le 8 octobre 1950, comme en 1946, des élections démocratiques sont organisées par la junte et son chef le général Franck Lavaud, qui refuse d'être candidat, malgré quelques sollicitations. Bénéficiant de la bonne image de la junte militaire, c'est finalement le colonel Paul Magloire, candidat du Parti des travailleurs et des agriculteurs, qui avait quitté la junte militaire préalablement, qui est élu président.

En mai 1951, désirant s'éloigner du pouvoir qu'il cautionne de moins en moins, il est envoyé en tant que diplomate à Paris, où il construira les prémisses d'une relation bilatérale de meilleur équilibre. Il démissionnera lorsqu'il reçut l'injonction de se rendre à New York comme représentant d'Haïti auprès de l'ONU, sans avoir été consulté. Il restera en exil à Paris à la suite de l'arrivée au pouvoir de François Duvalier et y restera jusqu'à sa mort en 1988. Il reçut à cette occasion un hommage du président nouvellement élu Leslie Manigat.

Liens externes[modifier | modifier le code]