Michel Oreste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oreste (homonymie) et Lafontant.
Michel Oreste
Image illustrative de l'article Michel Oreste
Fonctions
23e président de la République d'Haïti

(8 mois et 23 jours)
Élection
Prédécesseur Tancrède Auguste
Successeur Oreste Zamor
Sénateur de l'Ouest
Membre du Comité de Salut public
Biographie
Nom de naissance Michel Oreste-Lafontant
Date de naissance
Lieu de naissance Jacmel, (Haïti)
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès New York, (États-Unis)
Conjoint Alice Euchariste Pommeyrac
Profession Avocat

Michel Oreste
Présidents de la République d'Haïti

Michel Oreste-Lafontant dit Michel Oreste ( - ), fut président de la république d'Haïti du 4 mai 1913 au 27 janvier 1914. Durant sa présidence, à l'approche de la Première Guerre Mondiale, Oreste ne cache pas son soutien à l'Allemagne. Sa gouvernance parfois dictatoriale va causer sa chute le 27 janvier 1914, quelques mois avant le début de la Première Guerre Mondiale. Il finit ses jours en exil à New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

Michel Oreste est élu le Président de la République par l'Assemblée nationale avec 72 voix contre 17 voix pour le sénateur Cauvin, 5 voix pour le géneral François Beaufossé Laroche et 1 voix pour le sénateur M. Morpeau[1], dans une période de trouble faisant suite à la mort du président Tancrède Auguste. Selon Oreste, le pays ne peut sortir de la crise que si le pouvoir législatif et exécutif appartiennent à une seule et unique personne pour diriger Haïti. Certains craignent alors une dictature. Oreste dut donc démissionner le sous la pression d'une insurrection. Il s'enfuit à bord du croiseur allemand SMS Vineta, puis du paquebot Prinz Eitel Friedrich en direction de la Colombie, où il se rend en exil. Il meurt d'urémie à New York. Après sa démission et son départ, un comité civilo-militaire a été chargé d'assurer l'ordre; c'est le Comité de Salut Public dirigé par Edmond Polynice qui dura jusqu'au et l'élection de Oreste Zamor, ancien commandant militaire du département de l'Artibonite, qui triompha facilement de ses rivaux du Nord et se fit élire président par l'Assemblée nationale.

Liens externes[modifier | modifier le code]