Joseph Nérette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant une personnalité image illustrant haïtien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique et une personnalité haïtienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Joseph Nérette
Image illustrative de l'article Joseph Nérette
Fonctions
Président de la République d'Haïti
(provisoire)

(9 mois et 11 jours)
Prédécesseur Raoul Cédras (président du Conseil national de gouvernement)
Jean-Bertrand Aristide
Successeur Marc Bazin (indirectement, chef de l'Exécutif, de facto)
Jean-Bertrand Aristide (en exil)
Biographie
Nom de naissance Joseph Camilien Nérette
Date de naissance
Lieu de naissance Port-au-Prince (Haïti)
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Port-au-Prince (Haïti)
Nationalité française
Conjoint Guerda Jean-Baptiste
Profession Avocat

Joseph Nérette
Présidents de la République d'Haïti

Joseph Nérette né le 9 avril 1924 à Port-au-prince et mort le 29 avril 2007 dans la même ville des suites d'un cancer, est un juriste et homme politique haitien. Il fut président de la République à titre provisoire de 1991 à 1992.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alors qu'il est juge à la Cour de cassation (plus haute instance judiciaire du pays), lors du sanglant putsch du 30 septembre 1991, qui a fait de nombreuses victimes et évincé Jean-Bertrand Aristide, il est illégalement désigné le 8 octobre pour succéder au chef de l'État alors contraint de partir en exil.

Isolé dès le départ, le nouveau Président fantoche forme un duo avec son Premier ministre de facto, Jean-Jacques Honorat. Les deux hommes sont condamnés à l’échec et manipulés en sous-main par les principaux chefs putschistes. Le 19 juin 1992, ils sont poussés vers la sortie au profit d’autres acteurs disposés à se prêter au jeu de l’institution militaire et de ses alliés. Le leader du Mouvement pour l’instauration de la démocratie en Haïti (MIDH), Marc Bazin et le Président de la Cour de cassation et ex-constituant, Émile Jonassaint connaissent par la suite le même sort.

Le désordre politique continue jusqu’à l’effondrement du régime du général Raoul Cédras et du colonel Michel François, et alors que Jean-Bertrand Aristide retrouve le pouvoir, au prix d’une deuxième occupation américaine.

Depuis son départ de la présidence, il vivait dans la plus grande discrétion.