Intelligibilité mutuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En linguistique, l'intelligibilité mutuelle est un phénomène, illustrant une relation entre des langues ou des dialectes, dans lequel des locuteurs de langues distinctes mais proches peuvent se comprendre mutuellement sans avoir particulièrement étudié l'autre langue et sans effort significatif. Elle se présente à des degrés variés dans le monde au sein de nombreuses langues reliées ou géographiquement proches, souvent dans le contexte d'un continuum linguistique.

L'intelligibilité mutuelle est parfois utilisée comme critère pour distinguer une langue d'un dialecte, bien que les facteurs sociolinguistiques soient aussi déterminants. L'intelligibilité entre les langues peut présenter un caractère asymétrique : ainsi un locuteur d'une langue comprendra davantage une certaine langue étrangère qu'un locuteur de cette langue celle du premier. Le caractère mutuel est établi lorsque l'intercompréhension est relativement symétrique.

Il ne faut pas confondre l'intelligibilité mutuelle avec l'intercompréhension qui est d'abord une pratique, et si elle est plus facile entre deux personnes parlant des langues voisines linguistiquement, elle est toujours possible entre des personnes parlant des langues éloignées, du moment que l'un et l'autre ont appris à comprendre la langue de leur interlocuteur.

Liste des langues mutuellement intelligibles[modifier | modifier le code]

Langues germaniques[modifier | modifier le code]

Langues slaves[modifier | modifier le code]

Langues romanes[modifier | modifier le code]

Langues celtiques[modifier | modifier le code]

Langues indo-iraniennes[modifier | modifier le code]

Langues turques[modifier | modifier le code]

Langues austronésiennes[modifier | modifier le code]

Langues finno-ougriennes[modifier | modifier le code]

Langues tai-kadai[modifier | modifier le code]

Langues bantoues[modifier | modifier le code]

Langues sino-tibétaines[modifier | modifier le code]

Langues berbères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexander M. Schenker. 1993. "Proto-Slavonic," The Slavonic Languages. (Routledge). Pp. 60–121. Pg. 60: "[The] distinction between dialect and language being blurred, there can be no unanimity on this issue in all instances..."
    C.F. Voegelin and F.M. Voegelin. 1977. Classification and Index of the World's Languages (Elsevier). Pg. 311, "In terms of immediate mutual intelligibility, the East Slavic zone is a single language."
    Bernard Comrie. 1981. The Languages of the Soviet Union (Cambridge). Pg. 145–146: "The three East Slavonic languages are very close to one another, with very high rates of mutual intelligibility...The separation of Russian, Ukrainian, and Belorussian as distinct languages is relatively recent...Many Ukrainians in fact speak a mixture of Ukrainian and Russian, finding it difficult to keep the two languages apart...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]