Judéo-espagnol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ladino.
Judéo-espagnol
Ladino / לאדינו
Pays
Nombre de locuteurs 100 000 en Israël, 10 000 en Turquie[1]
Typologie SVO + VSO syllabique
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Autorité nationale du ladino (Autoridad Nasionala del Ladino)
Codes de langue
ISO 639-2 lad
ISO 639-3 lad[2]
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF lad

Le judéo-espagnol ou ladino (לאדינו en hébreu, aussi judesmo, spanyolit, djudyo, tetuani ou haketiya selon les lieux), est une langue judéo-romane dérivée du vieux castillan (espagnol) et de l'hébreu. Elle est parlée aujourd'hui par un certain nombre de Juifs séfarades descendants des Juifs expulsés d'Espagne en 1492 par le décret de l'Alhambra, dans une vaste aire géographique qui s'étend autour du bassin méditerranéen.

Le judéo-espagnol ne doit pas être confondu avec le judéo-catalan, son voisin homologue, ni le ladino avec le ladin, langue rhéto-romane parlée dans les Dolomites italiennes.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le judéo-espagnol vernaculaire appelé djudeo-espanyol[3] ou ladino[4],[5] est différent du judéo-espagnol calque[6] appelé ladino[7],[8], qui est une variété stylistique écrite du judéo-espagnol, au vocabulaire castillan mais à la syntaxe hébraïque, inventée pour traduire les textes sacrés hébreux à l'intention des locuteurs de judéo-espagnol. Cependant le judéo-espagnol parlé, dont l'espagnol ne s'est différencié linguistiquement qu'à partir de 1620 environ, était généralement confondu avec le judéo-espagnol écrit à usage religieux, qui était simplement considéré comme un judéo-espagnol plus pur et plus littéraire. La langue était appelée ladino et également de nombreux noms locaux (djudezmo, djudyo, espanyoliko, tetuani, haketia, etc.), mais depuis que la plupart des locuteurs du judéo-espagnol se trouvent dans une société turque occidentalisée ou israélienne, ils ont préféré le nom ladino, probablement parce qu'il désignait moins que les autres l'identité juive[9] ; c'est ainsi qu'aujourd'hui, la langue pratiquée par les descendants des Juifs expulsés d'Espagne à la fin du XVe siècle qui se réfugièrent en Turquie, en Grèce et dans la partie « séfarade » de la Bulgarie, langue essentiellement composée d'espagnol du XVe siècle, de quelques mots d'hébreu (surtout concernant la religion), et d'autres mots provenant des différents pays d'accueil (turcs, grecs ou bulgares), est appelée par eux « ladino » et non « judéo-espagnol ». Ce qu'ils appellent « judéo-espagnol »[réf. souhaitée] est par exemple le dialecte judéo-espagnol haketia parlée par les Juifs du Maroc espagnol.

Selon Ethnologue, Languages of the World :

  • ladino est utilisé par les non-spécialistes, surtout en Israël ;
  • djudezmo (aussi écrit judesmo) par les Juifs de Turquie et par les linguistes juifs ;
  • judéo-espagnol par les philologues des langues romanes ;
  • hakitia par les Juifs du Maroc ;
  • spanyol par certains locuteurs[1].

Le mot ladino signifie également en espagnol « rusé » ; Joan Coromines explique dans son dictionnaire étymologique de la langue espagnole que l'on est arrivé à ce sens à l'époque d'Al-Andalus : ladinar signifiait « traduire en latin une langue étrangère », et les ambassades arabes utilisaient des interprètes arabes, dont on avait fini par se méfier dans les cours des royaumes chrétiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'expulsion des Juifs d'Espagne par le décret de l'Alhambra, signé le 31 mars 1492 par les Rois catholiques d'Espagne Isabelle de Castille et Ferdinand II d'Aragon, près de 200 000 Juifs Séfarades se dispersent dans tout le bassin méditerranéen. La diaspora juive espagnole adopte la langue de son pays d'accueil, mais conserve le judéo-espagnol comme langue des affaires, notamment en Afrique du Nord[10] et dans l'Empire ottoman[11].

Au XVIIe siècle, les communautés juives hispanophones de la façade atlantique, des villes de l'ouest de la France comme Bordeaux et de Hollande, comme Amsterdam, connaissent le judéo-espagnol calque ou ladino, cette traduction littérale de l'hébreu réservée aux textes sacrés ; mais ces Juifs ne parlent pas en revanche ce qu'on appelle désormais le djudezmo ou judéo-espagnol vernaculaire[11].

Au début du XXe siècle, le judéo-espagnol est la langue utilisée pour la propagande socialiste d'un parti antisioniste comme la Fédération socialiste ouvrière de Salonique qui veut s'ancrer dans la population juive de Macédoine. Encore parlé par d'importantes communautés avant la Seconde Guerre mondiale, principalement dans les Balkans (travaux du linguiste Kalmi Baruch sur le judéo-espagnol de Bosnie), le judéo-espagnol est aujourd'hui une langue en danger de disparition, à l'instar du yiddisch, en grande partie à cause de la Shoah qui a décimé les communautés grecques de Salonique, yougoslaves, roumaines ou bulgares, mais aussi parce que, lors de la décolonisation et surtout des guerres israélo-arabes, une majorité de la communauté marocaine a quitté l'Afrique du Nord. En 1948, on estimait à près de 35 000 les Juifs locuteurs du judéo-espagnol à Tanger-Tétouan.

À l'instar du yiddish, le judéo-espagnol a perdu une partie de ses locuteurs aujourd'hui. L'Autorité Nationale du Ladino (ANL) est un organisme israélien international créé en 1997, sur la base d'une loi adoptée par la Knesset, le parlement israélien, le 17 mars 1996. L'ANL défend la langue et la culture judéo-espagnole en encourageant la création dans cette langue et en publiant les grandes œuvres de la littérature judéo-espagnole. Elle joue aussi un rôle de transmission et de commémoration en participant à la sauvegarde de l'héritage des communautés séfarades disparues dans la Shoah.

Description de la langue[modifier | modifier le code]

La langue parlée a conservé des traits semblables au castillan ancien de la fin du XVe siècle, ce qui lui a donné sa spécificité par rapport à l'espagnol (castillan) moderne.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Le judéo-espagnol est plus proche phonologiquement du castillan ancien que moderne. De façon générale, il a conservé les fricatives sonores (/v/ /z/) et les chuintantes (/ʃ/ /ʒ/) de l'espagnol médiéval, dont la phonologie s'est par la suite considérablement réorganisée entre le milieu du XVIe siècle et le milieu du XVIIe siècle[12].

En particulier, le judéo-espagnol ne connaît pas le phonème guttural /x/ pour la lettre j (jota) espagnole[13], prononciation qui lui est postérieure. L'espagnol de la fin du XVe siècle possédait deux lettres différentes correspondant à j d'aujourd'hui, x qui se prononçait comme le « ch » français et j qui se prononçait comme « j » ou « dj » français, et le judéo-espagnol a conservé tous ces sons. Le j de l'espagnol moderne correspond ainsi en judéo-espagnol soit au son « ch » français, soit à « j » ou « dj » français, par exemple :

  • judéo-espagnol kasha « caisse » (sh prononcé comme « ch » français) / espagnol caja (j prononcé /x/, son guttural ressemblant à un « h » fort) ;
  • judéo-espagnol ijo « fils » (« j » comme en français) / espagnol hijo (h non prononcé et j prononcé /x/) ;
  • judéo-espagnol djente « gens » (« dj » comme en français) / espagnol gente (g prononcé /x/)[11].

Le s espagnol moderne (prononcé « ss » français) peut par ailleurs correspondre au z judéo-espagnol (« z » français) gardé du castillan ancien : par exemple judéo-espagnol meza « table » / espagnol mesa[7], judéo-espagnol kaza « maison » / espagnol casa[8].

La distinction entre phonèmes /b~β/ et /v/, qui a disparu en espagnol moderne, a été conservée en judéo-espagnol : par exemple judéo-espagnol kantava « je chantais, il chantait » (« v » comme en français) / espagnol cantaba[7].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Bilabiales Labio-dentales Dentales Alvéolaires Post-alvéolaires Palatales Vélaires
Nasales m n ɲ (ŋ)
Occlusives p b t d k g
Affriquées t͡ʃ d͡ʒ
Fricatives (β) f v (ð) s z ʃ ʒ x (ɣ)
Vibrantes ɾ / r
Latérales l
Approximantes j w

Voyelles[modifier | modifier le code]

Antérieures Postérieures
Fermées i u
Mi-fermées e o
Mi-ouvertes (ɛ) (ɔ)
Ouvertes a

Écriture[modifier | modifier le code]

L'alphabet latin est le plus employé aujourd'hui. On trouve parfois l'alphabet hébreu (et plus particulièrement les caractères Rachi), pratique qu'on dénomme aljamiado en référence à l'usage arabe. L'alphabet grec et l'alphabet cyrillique ont été employés par le passé mais se rencontrent très rarement aujourd'hui.

Alphabet latin[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale et les événements dramatiques subis par les communautés séfarades européennes, surtout celles les Balkans, la plupart des locuteurs du judéo-espagnol sont des Juifs de Turquie, et l'orthographe la plus communément utilisée pour écrire le judéo-espagnol est l'alphabet latin turc, qui de plus se trouve être bien adapté à la phonologie du judéo-espagnol. L'Autorité Nationale du Ladino (ANL) recommande cependant une orthographe légèrement différente, adoptée par la revue Aki Yerushalayim et qui tendrait à se répandre.

API /a/ /b~β/ /t͡ʃ/ /d~ð/ /d͡ʒ/ /e/ /f/ /g~ɣ/ /x/ /i/ /j/ /ʒ/ /k/ /l/ /m/ /n~ŋ/ /ɲ/ /o/ /p/ /r/ /ɾ/ /s/ /ʃ/ /t/ /u/ /w/ /v/ /gz/ /j/ /z/
Turc a b ç d c e f g h i j k l m n ny o p r s ş t u v x y z
ANL a b ch d dj e f g h i j k l m n ny o p r s sh t u v x y z

L'ANL utilise le point médian « · » pour séparer s et h sans confusion avec sh /ʃ/, comme par exemple dans es·huenyo /esˈxweɲo/ « rêve » (en espagnol sueño). L'accent tonique n'est en général pas représenté dans l'écriture, au contraire de l'espagnol.

L'orthographe du judéo-espagnol présente des différences importantes avec le castillan moderne. Les lettres espagnoles suivantes n'existent pas : c, q, w, ñ, ll. On trouve d'autres formes à la place :

  • Le c dans ca, co, cu s'écrit ka, ko, ku ; le ce, ci s'écrit se, si. Exemple : espagnol silencio / judéo-espagnol silensio.
  • Le q dans que, qui s'écrit ke, ki. Exemple : espagnol quién sabe / judéo-espagnol ken save.
  • Le ñ s'écrit ny. Exemple : espagnol señor / judéo-espagnol sinyor.
  • Le ll s'écrit y. Exemple : espagnol gallina / judéo-espagnol gayina.
  • Le x espagnol correspond à ks ou gz selon le sens de la phrase. Exemple : espagnol exilio / judéo-espagnol egzilyo.
  • Le b espagnol correspond à b ou v. Exemples : espagnol boca, sobre / judéo-espagnol boka, sovre.
  • Le j (jota) espagnol correspond souvent à sh (« ch » français). Exemple : espagnol lejano / judéo-espagnol leshano. Le j dans un texte judéo-espagnol se prononce toujours comme en français.

Alphabet hébreu[modifier | modifier le code]

L'ancienne écriture traditionnelle du judéo-espagnol utilisait l'alphabet hébreu, surtout avec les caractères de l'écriture Rachi plutôt que ceux de l'« écriture carrée » moderne.

Carrée א ב ב׳ ג ג׳ ד ה ו ז ז׳ ח ט י יי כך- ל מם- נן- ניי ס ע פף- פ׳ף׳- צץ- ק ר ש ת
Rachi Alef (Rashi-script - Hebrew letter).svg Bet (Rashi-script - Hebrew letter).svg ׳Bet (Rashi-script - Hebrew letter).svg Gimel (Rashi-script - Hebrew letter).svg ׳Gimel (Rashi-script - Hebrew letter).svg Daled (Rashi-script - Hebrew letter).svg He (Rashi-script - Hebrew letter).svg Vav (Rashi-script - Hebrew letter).svg Zayin (Rashi-script - Hebrew letter).svg ׳Zayin (Rashi-script - Hebrew letter).svg Het (Rashi-script - Hebrew letter).svg Tet (Rashi-script - Hebrew letter).svg Yud (Rashi-script - Hebrew letter).svg Yud (Rashi-script - Hebrew letter).svgYud (Rashi-script - Hebrew letter).svg Kaf-nonfinal (Rashi-script - Hebrew letter).svgKaf-final (Rashi-script - Hebrew letter).svg- Lamed (Rashi-script - Hebrew letter).svg Mem-nonfinal (Rashi-script - Hebrew letter).svgMem-final (Rashi-script - Hebrew letter).svg- Nun-nonfinal (Rashi-script - Hebrew letter).svgNun-final (Rashi-script - Hebrew letter).svg- Yud (Rashi-script - Hebrew letter).svgYud (Rashi-script - Hebrew letter).svgNun-nonfinal (Rashi-script - Hebrew letter).svg Samekh (Rashi-script - Hebrew letter).svg Ayin (Rashi-script - Hebrew letter).svg Pe-nonfinal (Rashi-script - Hebrew letter).svgPe-final (Rashi-script - Hebrew letter).svg- ׳Pe-nonfinal (Rashi-script - Hebrew letter).svg׳Pe-final (Rashi-script - Hebrew letter).svg- Tsadik-nonfinal (Rashi-script - Hebrew letter).svgTsadik-final (Rashi-script - Hebrew letter).svg- Kuf (Rashi-script - Hebrew letter).svg Resh (Rashi-script - Hebrew letter).svg Shin (Rashi-script - Hebrew letter).svg Taf (Rashi-script - Hebrew letter).svg
Hébreu transcrit ʾ b b’ g g’ d h, -â, -eh û, ô, w z z’ î, ê, y yy k, ḵ l m n nyy s ʿ p p’ ts q r š/ś t
Phonétique /a/, Ø, /e/, /o/ /b~β/ /v/ /g~ɣ/ /d͡ʒ/, /t͡ʃ/ /d~ð/ /a/, /e/ /u/, /w/, /o/, /v/ /z/ /ʒ/ /x/ /t/ /i/, /e/, /j/ /j/ /k/, /x/ /l/ /m/ /n~ŋ/ /ɲ/ /s/ Ø, /e/, /a/ /p/ /f/ /(t)s/ /k/ /r/, /ɾ/ /ʃ/, /s/ /t/
Écriture ANL a, Ø, e, o b v g dj, ch d a, e u, o, v z j h t i, e, y y k, h l m n ny s Ø, e, a p f (t)s k r sh, s t

ה (h hébreu) est utilisé en finale comme mater lectionis d'une voyelle finale.

ש (š/ś hébreu) est utilisé à la fois pour s (/s/, « ss » français) et pour sh (/ʃ/, « ch » français), tandis que ס (s hébreu) est en général réservé au s judéo-espagnol autrefois écrit c avant e ou i et ç ailleurs selon la même écriture que le castillan ancien, ce qui correspond en espagnol moderne à c avant e ou i et z (son /θ/ de l'espagnol standard).

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

La base du vocabulaire judéo-espagnol est le castillan ancien, mais avec de nombreuses formes populaires de l'époque, comme agora, prove, guevo, guerfano, muevo (ou nuevo), correspondant à l'espagnol moderne ahora « maintenant », pobre « pauvre », huevo « œuf », huérfano « orphelin », nuevo « nouveau » ; et avec également certains archaïsmes, comme mansevez « jeunesse » correspondant en espagnol à mancebez aujourd'hui désuet[7]. D'autres langues parlées dans des possessions de la couronne espagnole à époque ancienne ont aussi laissé leur marque sur le judéo-espagnol : ningu « personne » (catalan ningú), ayinda « encore » (galicien aínda), luvya « pluie » (aragonais luvia[14]), lavoro « travail » (italien)[3].

Le judéo-espagnol a ensuite emprunté des termes à de nombreuses langues de pays où ont vécu des Séfarades : turc, hébreu, italien, grec, bulgare, etc.[11], en hispanisant généralement les verbes par un suffixe -ear : par exemple en judéo-espagnol dayanear à partir du turc dayanmak « résister, endurer »[7]. Certains mots comme séjel « intelligence », brajá « bénédiction », ont pour origine la langue religieuse, l'hébreu[3] (שֵׂכֶל śēḵel, בְּרָכָה brāḵâ), et il y a des créations lexicales basées sur un usage religieux écrit du type judéo-espagnol calque, par exemple akunyad(e)ar « épouser la veuve de son frère restée sans enfant » (loi du lévirat)[7] (kunyado / espagnol cuñado « beau-frère »).

Le français a également eu une influence majeure sur le judéo-espagnol après la fondation des écoles de l'Alliance israélite universelle en 1860[11], avec utilisation de -ar pour hispaniser les verbes : par exemple amuzarse à partir du français s'amuser[7].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Noms[modifier | modifier le code]

Quelques noms ont un genre grammatical différent de l'espagnol, notamment les noms abstraits en -or comme kalor « chaleur », kolor « couleur », etc., qui sont féminins en judéo-espagnol (comme en français) alors que l'équivalent est masculin en espagnol.

Le pluriel judéo-espagnol des noms d'origine hébraïque peut utiliser le pluriel hébreu au lieu du pluriel espagnol en -s :

  • souvent pour les noms masculins : pluriel hébreu -im, par exemple malah « ange » / malahim « anges », sefardí « Séfarade », sefardím « Séfarades » ;
  • parfois pour les noms féminins en  : pluriel hébreu -ot, par exemple keilá « synagogue » / keilás ou keilot « synagogues »[15].

Le diminutif en judéo-espagnol est principalement -iko, tandis que -ito espagnol est rare : judéo-espagnol pashariko / espagnol pajarito « petit oiseau »[16]

Pronoms[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement des pronoms personnels est semblable à l'espagnol, avec quelques formes anciennes ou adaptées à la phonologie : eya, eyos, eyas « elle, eux, elles » (espagnol ella, ellos, ellas), mozotros/-as, vozotros/-as « nous, vous (pluriel du tutoiement) » (comme sujet ou avec préposition, espagnol nosotros/-as, vosotros/-as). « Vous » objet direct ou indirect (sans préposition a) est vos (en espagnol os), et les combinaisons de pronoms objet « nous le, vous le » (en espagnol nos lo, os lo) perdent le -s : no lo, vo lo. La tendance de l'espagnol à utiliser le comme objet direct pour une personne au masculin (appelée leísmo : lo vi « je l'ai vu (cela) », le vi « je l'ai vu (lui) », la vi « je l'ai vue ») est étendue en judéo-espagnol au féminin.

Le judéo-espagnol utilise kon mi, kon ti, kon si « avec moi, avec toi, avec soi », formes qui sont régulières alors que l'espagnol a des formes particulières conmigo, contigo, consigo[17].

Les démonstratifs existent en judéo-espagnol dans les deux séries este « celui-ci » et akel « celui-là », alors que l'espagnol a conservé une série intermédiaire (éste / ese / aquél).

Cual(es) (interrogatif cuál(es)) de l'espagnol prend en judéo-espagnol une terminaison masculine ou féminine : kualo « (le)quel », kualos « (les)quels », kuala « (la)quelle », kualas « (les)quelles »[18].

Alguno, ninguno, alguna coza sont utilisés respectivement pour « quelqu'un » , « personne », « quelque chose » et diffèrent des formes de l'espagnol qui sont alguien, nadie, algo[19].

Adjectifs[modifier | modifier le code]

Les adjectifs en -al, -ar, -or dont le féminin est identique au masculin en espagnol ont développé une forme féminine en -a en judéo-espagnol : jeneral « général » / jenerala « générale ».

Comparatifs et superlatifs sont formés de façon analogue à l'espagnol, avec más « plus » et manko « moins » (ce dernier est en espagnol menos). Les formes irrégulières mayor « plus grand », menor « plus petit », mejor « meilleur » existent comme en espagnol, mais pas la forme espagnole peor « pire »[20].

Parmi les adjectifs possessifs, sus est utilisé non seulement pour « ses » mais aussi pour « leur(s) » : su kaza « sa maison » / sus kaza « leur maison » (en espagnol les deux sont su casa)[21].

Les numéraux ordinaux sont formés avec le suffixe -eno et sont plus réguliers qu'en espagnol : kuatreno, sinkeno, sejeno, seteno « quatrième, cinquième, sixième, septième » (espagnol quarto, quinto, sexto, séptimo)[22]..

Verbes[modifier | modifier le code]

Voici la conjugaison des verbes réguliers, au présent et au passé simple, comparée à celle de l'espagnol. La deuxième personne du pluriel « vous » correspond en judéo-espagnol à la fois au vozotros de pluriel du tutoiement et au vos de vouvoiement, comme en français et au contraire de l'espagnol moderne qui vouvoie avec usted(es) à la troisième personne du singulier.

Judéo-espagnol Espagnol
-ar : favlar « parler » -er : komer « manger » -ir : bivir « vivre » -ar : hablar « parler » -er : comer « manger » -ir : vivir « vivre »
Présent
je favlo komo bivo hablo como vivo
tu favlas komes bives hablas comes vives
il, elle favla kome bive habla come vive
nous favlamos komemos bivimos hablamos comemos vivimos
vous favlásh komésh bivísh habláis coméis vivís
ils, elles favlan komen biven hablan comen viven
Passé simple
je favlí komí biví hablé comí viví
tu favlates komites bivites hablaste comiste viviste
il, elle favló komyó bivyó habló comió vivió
nous favlimos komimos bivimos hablamos comimos vivimos
vous favlatesh komitesh bivitesh hablasteis comisteis vivisteis
ils, elles favlaron komyeron bivyeron hablaron comieron vivieron

On peut noter que :

  • dans les terminaisons « vous », -sh a remplacé -is de l'espagnol ;
  • au passé simple, la première personne (« je » et « nous ») a uniformisé la voyelle -i- en y incluant les verbes en -ar[23] ;
  • au passé simple dans les terminaisons « tu », -tes a remplacé l'espagnol -ste (perte du -s- médian et ajout d'un -s final).

Au futur, la terminaison « vous » après la base de l'infinitif est -edesh au lieu de l'espagnol -éis : judéo-espagnol biviredesh / espagnol viviréis « vous vivrez »[24]. Le futur simple est par ailleurs bien moins usuel que le futur périphrastique avec ir a « aller » + infinitif. Le conditionnel existe par contre aussi bien sous la forme simple, par exemple yevaría « j'apporterais » analogue à l'espagnol llevaría, que sous une forme composée de même sens avía a yevar (mot à mot « j'avais à apporter »)[25].

D'autres constructions périphrastiques inexistantes en espagnol sont :

  • venir de + infinitif : emprunté au français « venir de » et de même sens ;
  • tornar i + infinitif avec pronom personnel, pour exprimer la répétition, par exemple vos invitamos a tornar i escucharmos « nous vous invitons à nous réécouter » : mot à mot « tourner et », calque de l'hébreu (sens proche mais syntaxe différente de l'espagnol volver a qui est mot à mot « retourner/revenir à »)[25].

À l'impératif, la métathèse dl > ld est conservée alors qu'elle a disparu en espagnol moderne : judéo-espagnol kantaldo / espagnol cantadlo « chantez-le »[7].

À l'infinitif et au gérondif, la forme réflexive -se prend une marque de pluriel : kere lavarse « il veut se laver » / keren lavarsen « ils veulent se laver » (en espagnol quiere lavarse / quieren lavarse)[25] ; ce fonctionnement est celui de l'aragonais et non du castillan[26].

Parmi les verbes irréguliers, en judéo-espagnol les formes do, vo, so, estó, respectivement « je donne », « je vais », « je suis » et « je suis, je me trouve être », ont été conservées du castillan ancien, alors qu'en espagnol moderne elles sont doy, voy, soy, estoy[7]. La conjugaison de ser « être » au présent est so/se, sos, es, somos/semos, sosh, son (en espagnol soy, eres, es, somos, sois, son)[27].

Les temps composés utilisent l'auxiliaire « avoir » aussi bien sous forme du verbe aver que du verbe tener ; la conjugaison irrégulière du premier dans ses formes de présent est alors a, as, a, amos, ash, an ou ave, aves, ave, avemos, avésh, aven (en espagnol he, has, ha, habemos, habéis, han)[28].

Publications en judéo-espagnol[modifier | modifier le code]

On décompte 105 journaux en judéo-espagnol à Salonique, 25 à Istanbul et 23 à Izmir pour la période 1860-1930[29]. Les publications en judéo-espagnol totalisent environ 300 titres entre les années 1860 et la fin du XXe siècle[30]. Il en subsiste une infime partie aujourd'hui. L'hebdomadaire Şalom[31] est un périodique turc écrit en partie en judéo-espagnol (à hauteur d'un sixième aujourd'hui). La revue culturelle Aki Yerushalayim[32] est intégralement publiée dans la langue judéo-espagnole.

Auteurs d'expression judéo-espagnole[modifier | modifier le code]

Des écrivains, poètes comme Margalit Matitiahu et Myriam Moscona ; des musiciens comme la chanteuse turque-israélienne en ladino SuZy ou Yasmin Levy, ou encore Judy Frankel, de San Francisco, qui se sont attachées à retrouver des chansons traditionnelles en ladino, ont alimenté la création contemporaine dans cette langue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Idioma judeoespañol » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b (en) Fiche langue (code «lad») dans la base de données linguistique Ethnologue..
  2. Code partagé avec le judéo-espagnol calque.
  3. a, b et c (es) Marco Schwartz, « Viaje por el judeoespañol, una lengua olvidada » [« Voyage chez le judéo-espagnol, une langue oubliée »], Raíces, Madrid, Sefarad,‎ (ISSN 0212-6753, lire en ligne).
  4. (es) « El judeoespañol o ladino », sur projet Los sefardíes ante sí mismos y sus relaciones con España (Centro de Ciencias Humanas y Sociales, CSIC, Madrid).
  5. (en) Judith Cohen, « Clearing up Ladino, Judeo-Spanish, Sephardic Music » (version du 4 novembre 2013 sur l'Internet Archive), sur Society For Crypto-Judaic Studies, 2001.
  6. Le terme « judéo-espagnol calque » est celui utilisé par le linguiste Haïm Vidal Séphiha pour désigner cette langue ladino traduisant au mot à mot l'hébreu sans respecter la syntaxe espagnole, par opposition au judesmo, le « judéo-espagnol vernaculaire ». Voir aussi sur « La question de la langue dite calque » (§ 5) : (es) Katja Šmid, « Los problemas del estudio de la lengua sefardí » [« Les problèmes de l'étude de la langue séfarade »], Verba hispanica, Université de Ljubljana, no 10,‎ , p. 113-124 (ISSN 0353-9660, lire en ligne).
  7. a, b, c, d, e, f, g, h et i Haïm-Vidal Sephiha, « Le Judéo-Espagnol », dans Nathan Weinstock, Haïm-Vidal Sephiha, Yiddish et Judéo-Espagnol : un héritage européen, Bruxelles, Bureau européen pour les langues moins répandues,‎ , 41 p. (ISBN 9074851495, lire en ligne).
  8. a et b Haim Vidal Sephiha, « Le Ladino (Judéo-Espagnol Calque) ne se parle pas », Los Muestros, Bruxelles, Institut Sépharade Européen, no 74,‎ , p. 7-11 (ISSN 0777-8767, lire en ligne).
  9. Haïm Vidal Séphiha, « Littérature judéo-espagnole problématique », Los Muestros, Bruxelles, Institut Sépharade Européen, no 11,‎ , p. 7-11 (ISSN 0777-8767, lire en ligne).
  10. Fès, Tanger, Tétouan, Oran, Rabat-Salé, Meknès, Taza, Ksar el-Kébir, Marrakech, Oujda, Tlemcen, Alger, Bejaïa, Tunis, Sfax, Kairouan
  11. a, b, c, d et e Haïm-Vidal Séphiha, « Langue et littérature judéo-espagnoles », Plurielles, no 7 (Dossier : Langues juives de la diaspora),‎ 1998-1999, p. 71-78 (lire en ligne).
  12. Voir The UCLA Phonetics Lab archive
  13. Haïm Vidal Séphiha, conférence en ligne « Le judéo-espagnol de Salonique »
  14. (es) Aldina Quintana, « Concomitancias lingüísticas entre el aragonés y el ladino (judeoespañol) », Archivo de Filología Aragonesa, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, no 57-58,‎ , p. 163-192 (ISSN 0210-5624, lire en ligne) : p. 171.
  15. (en) Zdravko Batzarov, « Judeo-Spanish: Noun », sur Orbis Latinus
  16. Quintana 2001, p. 183-184.
  17. Quintana 2001, p. 175-176.
  18. Quintana 2001, p. 177.
  19. (en) Zdravko Batzarov, « Judeo-Spanish: Pronouns », sur Orbis Latinus
  20. (en) Zdravko Batzarov, « Judeo-Spanish: Adjective », sur Orbis Latinus
  21. (en) Zdravko Batzarov, « Judeo-Spanish: Determiners », sur Orbis Latinus
  22. Quintana 2001, p. 178.
  23. Quintana 2001, p. 180-181.
  24. (en) Zdravko Batzarov, « Judeo-Spanish: Simple Tenses », sur Orbis Latinus
  25. a, b et c (en) Zdravko Batzarov, « Judeo-Spanish: Verb », sur Orbis Latinus
  26. Quintana 2001, p. 176.
  27. Quintana 2001, p. 179.
  28. (en) Zdravko Batzarov, « Judeo-Spanish: Compound tenses », sur Orbis Latinus
  29. Haïm Vidal Séphiha, L’Agonie des Judéo-Espagnols, Paris, Entente,‎ 1976, 1979 et 1991, chap. 9 (« La presse judéo-espagnole »), cité par Haïm Vidal Séphiha, « La cité perdue des séfarades », supplément Thessalonique, Le Monde diplomatique,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  30. (lad) « Rolo de la prensa djudeo-espanyola en la evolusion de las komunidades sefaradis », article de Moshe Shaul, directeur de la revue Aki Yerushalayim, en ligne sur le site Sephardic Studies.
  31. Le site officiel de l'hebdomadaire Şalom
  32. (lad) Aki Yerushalayim, Revista Kulturala Djudeo-espanyola : numéros de la revue en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kohen, Elli & Dahlia Kohen (2000), Ladino-English, English-Ladino: Concise encyclopedic dictionary, New York, Hippocrene Books.
  • Shimon Markus, Ha-safa ha-sefaradit-yehudit (La langue judéo-espagnol), Jérusalem, 1985
  • Joseph Nehama, Dictionnaire du judéo-espagnol (avec la collaboration de Jesús Cantera).
    • Première édition : Instituto Benito Arias Montano, Madrid, 1977, 609 p., (ISBN 84-00-03613-1), (notice BnF no FRBNF35360593).
    • Co-réédition en fac-similé : éditions de « La Lettre sépharade », Gordes, et éditions Langues & Mondes-l'Asiathèque, Paris, 2003, xv-609 p., (ISBN 2-915255-08-3), (notice BnF no FRBNF39017333).
  • Klara Perahya et Elie Perahya, Dictionnaire français-judéo-espagnol (avec une préface du professeur Haïm-Vidal Sephiha), éditions Langues & Mondes-l'Asiathèque, coll. « Dictionnaires L & M », Paris, 1998, 297 p., (ISBN 2-911053-37-0), (notice BnF no FRBNF36989173).
  • Haïm Vidal Sephiha, Le Judéo-espagnol, éditions Entente, coll. « Langues en péril », Paris, 1986, 241 p., (ISBN 2-7266-0081-6), (notice BnF no FRBNF34902455).
  • Marie-Christine Varol Bornes, Le judéo-espagnol vernaculaire d'Istanbul, éditions P. Lang, coll. « Sephardica », Berne, 2008, 578 p., (ISBN 978-3-03911-694-2), (notice BnF no FRBNF41440303). — Texte remanié d'une thèse soutenue en 1992 devant l'université Paris Sorbonne.
  • Contes judéo-espagnols des Balkans (collectés par Cynthia Mary Crews ; édités et traduits par Anna Angelopulos), éditions José Corti, coll. « Merveilleux » no 38, Paris, 2009, 392 p., (ISBN 978-2-7143-0992-1), (notice BnF no FRBNF41453185).
  • Reine Akriche. Proverbes judéo-espagnols. Refranes y dichos de mi abuela Beïda Lévy. Rouen, L'Instant perpétuel, 1999. ISBN 2-905598-57-3
  • Reine Akriche et Christian Nicaise. Proverbes judéo-espagnols : La thématique. Refranes y dichos de mi abuela Beïda Lévy. Rouen, L'Instant perpétuel, 2005. ISBN 2-905598-87-5

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Dictionnaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]