Tongien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tonguien)
Aller à : navigation, rechercher
Tongien
lea faka-Tonga
Pays Tonga
Nombre de locuteurs 140 000 (1998)[1]
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau des Tonga Tonga
Codes de langue
ISO 639-1 to
ISO 639-2 ton
ISO 639-3 ton
IETF to
image illustrant une langue image illustrant les Tonga
Cet article est une ébauche concernant une langue et les Tonga.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le tongien (selon l'usage traditionnel conforme aux règles de la langue française[2]), tonguien (selon l'arrêté de terminologie des noms d'États[3]) ou tongan (selon l'Office des publications de l’Union européenne[4]), en anglais tongan, est une langue polynésienne, parlée aux Tonga, dans l’océan Pacifique. Avec l'anglais, le tongien est la langue officielle de ce royaume.

Le tongien : une langue polynésienne[modifier | modifier le code]

Cette langue fait partie de la famille des langues austronésiennes qu'on retrouve dans ce qu’on appelle le « triangle polynésien » dont « les sommets sont Hawaï au nord, l’île de Pâques au sud-est et la Nouvelle-Zélande au sud-ouest ». Cette famille de langues couvre pratiquement tout l'océan Pacifique et s’étend jusqu’à l’île de Madagascar en passant par Taïwan et une partie du sud-est asiatique).

Le tongien est très similaire au niuéen, parlé à Niue, un état voisin. Le tongien et le niuéen forment la branche tongique des langues polynésiennes, distincte de la branche polynésien nucléaire qui regroupe le reste des autres langues polynésiennes[5]. Cela signifie que le tongien s'est séparé plus tôt du proto-polynésien que les autres langues polynésiennes.

Le tongien fait partie des langues polynésiennes, une des branches de l'arbre généalogique austronésien. C'est une des langues polynésiennes les plus parlées, avec 108 000 locuteurs. Cette langue est également pratiquée par une diaspora, dans d’autres pays comme :

Esquisse linguistique[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Cette langue s'écrit avec un alphabet latin, qui ne contient que 16 lettres : a, e, f, h, i, k, l, m, n, ng, o, p, s, t, u et v. Elle possède en outre un signe qui ressemble à l’apostrophe et qui marque le coup de glotte : l’apostrophe culbutée ‹ ʻ ›.

Cette langue est une langue isolante, c'est-à-dire à mots invariables. Une particularité importante du tongien est que tous les mots (à l’exception des noms propres et des démonstratifs) sont combinables aussi bien avec des déterminants nominaux qu’avec des marques verbales. Il est donc difficile de différencier le verbe du nom puisqu'il n’y a pas de distinction ni au niveau de la conjugaison ni au niveau de la grammaire. Cependant cette distinction existe sur le plan syntaxique.

Syntaxe[modifier | modifier le code]

Les phrases tongiennes sont construites selon le modèle : verbe + sujet + objet (VSO). Il s'agit d'une langue ergative.

Lexique[modifier | modifier le code]

Le lexique présente de grandes similitudes avec le samoan (66 %), le wallisien (86 %) et aussi le malgache (61%)[réf. nécessaire].

Usage de la langue[modifier | modifier le code]

Le tongien est une langue plus parlée qu’écrite. Il n’existe que très peu de livres écrits en cette langue. Il n’y a pas assez de monde lisant le tongien pour justifier d’autres publications. Cependant il existe quelques magazines en tongien et un seul hebdomadaire en tongien.

Étant donné que 98 % de la population parle le tongien et que la Constitution ne contient pas d’articles d’ordre linguistique on pourrait supposer que tous ce qui touche à l’éducation, administration, etc en tongien pourtant ce n’est pas le cas.

  • Au Parlement : bien que les deux langues soient utilisées (anglais et tongien), les textes eux ne sont qu’en anglais
  • Administration : tous les documents officiels sont en anglais alors que le tongien est utilisé oralement.
  • Éducation : selon les îles les cours ne sont dispensés qu’en anglais alors que dans certaines écoles l’enseignement est dispensé essentiellement en tongien
  • Vie économique : elle se déroule en anglais, que ce soit oralement ou par écrit (même pour la publicité).

Emprunt français au tongien[modifier | modifier le code]

Le mot français « tabou » est un emprunt au tongien tabu, via l'anglais taboo. Le terme tongien entra dans la langue anglaise lorsqu'il fut emprunté par le capitaine James Cook, lors d'un séjour aux Tonga en 1777.

Nombre de locuteurs[modifier | modifier le code]

Si le tongien est parlé largement aux Tonga, il est aussi utilisé par des communautés émigrées relativement importantes. En 2013, la Nouvelle-Zélande a recensé 31 839 locuteurs[6]. Au recensement de 2011, 25 096 personnes se déclaraient d'origine tongienne en Australie. En 2010, ils étaient 57 183 à se déclarer d'origine tongienne aux États-Unis d'Amérique.

Aux Tonga, c'est la langue maternelle de plus de 98% de la population (soit plus de 101 000 personnes en 2011), les autres langues maternelles étant le niuafoʻou et l'anglais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. selon (en) Fiche langue (code «ton») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  2. Seydoux - Les Tonga et les Tongiens
  3. Arrêté de terminologie des noms d'états du 4 novembre 1993, publié au Journal officiel le 28 janvier 1994, mais n'est pas toujours respecté même par la diplomatie française, la forme tongien est par exemple utilisée sur le site France Diplomatie
  4. Office des publications de l’Union européenne
  5. (en) « Fiche langue du tongien dans la base de données linguistique Glottolog » (consulté le 13 novembre 2015)
  6. http://www.stats.govt.nz/~/media/Statistics/Census/2013%20Census/data-tables/totals-by-topic/totals-by-topic-tables.xls

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]