Instruments de Stradivarius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Los Decorados, « Stradivarius » exposé au Palais royal de Madrid
L’Axelrod quartet des instruments de Stradivarius, présenté au Smithsonian Institution National Museum of American History. De gauche à droite : le violon Greffuhle (1709), l’alto Axelrod (1696), le violon Ole Bull (1687) et le violoncelle Marylebone (1688)
Edgar Bundy : Allégorie d’Antonio Stradivari dans son atelier (1893), 35,5x52 cm, collection privée

Un stradivarius est, par antonomase, un instrument fabriqué dans l’atelier d’Antonio Stradivari, dit « Stradivarius », qui donna son nom à ses violons.

Sur le millier d’instruments fabriqués par Stradivari, 696 sont encore conservés[c 1] dont certains dans un état exceptionnel, avec leur montage d’origine.

Qualité surestimée de ses instruments[modifier | modifier le code]

Des qualités esthétiques qui ne font pas l'unanimité[modifier | modifier le code]

L'explication de la qualité supposée exceptionnelle de ces instruments reste controversée. De très nombreuses pistes de recherches[Lesquelles ?] ont été lancées, mais aucune n'est totalement convaincante. En effet, le choix du bois, le vernis jouent un rôle certes non négligeable, mais un luthier parisien, dans les années 1960, a fabriqué un très bon violon avec des lattes de plancher de son appartement, pour montrer que certaines hypothèses extravagantes étaient irréalistes (certains parlaient même de bois de château-fort que Stradivari aurait récupéré en bon état de conservation, d'où une grande ancienneté).[réf. nécessaire]

D'ailleurs, plusieurs tests en aveugle montrent que, globalement, les célèbres violons s'en tirent bien, mais ne sont pas systématiquement jugés les meilleurs[p 1]. Une étude, menée par des scientifiques en 2011, faisant jouer 21 musiciens professionnels, aussi bien sur des instruments modernes que sur des Stradivarius, sans leur préciser sur quel violon ils jouaient, a montré qu'ils préféraient le plus souvent les instruments modernes[p 2]. Plusieurs tests d'écoute par une audience d'un musicien jouant derrière un rideau avec ou sans Stradivarius, avaient déjà mis en évidence que cette audience ne pouvait faire la différence entre les deux, mais ces études souffraient de biais (le musicien pouvait voir le violon, l'audience jugeait mais n'achetait pas le violon). Cette étude de 2011 en situation de jeu montre que 13 des 21 musiciens ont choisi un violon moderne, mais le faible échantillon rend l'inférence statistique à une population plus large impossible[1].

Nouvelles hypothèses[modifier | modifier le code]

Marques de Stradivari apposées sur le fond des instruments

En décembre 2009, une analyse poussée a démontré que le vernis, ainsi que les planches de leurs conception était des plus ordinaires[p 3].

La qualité du matériel[modifier | modifier le code]

L'hypothèse la plus répandue est que la grande qualité de ces violons vient du savoir-faire du luthier, sans nul doute excellent, et de la bonne qualité des matières utilisées. En effet, Jean-Baptiste Vuillaume (1798-1875), célèbre luthier français, construisit des instruments très appréciés et de grande facture, utilisa du bois de l'époque de Stradivari, collecté en Suisse.

Cette qualité trouve son origine dans la période de refroidissement qui culmine entre 1570 et 1730, qui a une incidence sur la densité du bois. Claudia Fritz, chercheuse au CNRS, n’a cependant pu corréler cette caractéristique avec le rendu acoustique[p 4].

L'hypothèse biochimique[modifier | modifier le code]

La résonance magnétique nucléaire et la spectroscopie proche infrarouge ont montré que les molécules d'un des composants du bois, l'hémicellulose, étaient rompues. Selon Joseph Nagyvary, de la Texas A&M University, ce phénomène résulterait de l'oxydation produite par un pesticide utilisé à l'époque. Les propriétés acoustiques des instruments auraient ainsi changé à l'insu du luthier. Les instruments fabriqués par Andrea Guarneri présenteraient la même particularité.[réf. nécessaire]

L'hypothèse climatique[modifier | modifier le code]

photo : le Ole Bull
Détail du violon « Ole Bull » de 1687 (Smithsonian Institution).

Une autre hypothèse avancée par les climatologues pourrait expliquer la qualité des instruments de Stradivari. La fin du XVIIe siècle a connu une mini période glaciaire qui aurait fortement ralenti la croissance des arbres. Ce ralentissement aurait donc donné des bois plus denses donc plus aptes à prolonger les résonances et donner de l'emphase aux sons.

Cette hypothèse, comme la précédente, a toutefois ses limites : si elles étaient vérifiées, cela voudrait dire que tous les luthiers de Crémone de cette époque (environ 300) auraient fait des violons de qualité équivalente à celle de Stradivari, ce qui n'est pas le cas.

L'hypothèse mathématique[modifier | modifier le code]

Une dernière hypothèse est que, en plus d'être un excellent luthier, Stradivari était un bon mathématicien, le beau-père de sa première épouse Francesca Ferraboschi était l'architecte et mathématicien Alessandro Capra[2]. Il aurait à la suite de nombreux essais découvert la mesure pour créer le violon parfait. À partir des moules et dessins de Stradivari conservés au musée de Crémone digitalisés grandeur nature, il a été tenté de démontrer par l'analyse de tous ces documents qui pouvaient rendre compte du travail de Stradivarius, qu'il existait une méthode unique de tracé chez le maître. Cette analyse qui tente tout d'abord de retrouver l'esprit, les principes philosophiques et les concepts géométriques connus à l'époque où le violon est apparu, va démontrer qu'en utilisant la géométrie issue du nombre d'or et en l'appliquant à l'analyse des moules et dessins de Stradivarius, on peut démontrer qu'avec sa seule méthode de tracé, on peut rendre compte de l'ensemble de son travail. Stradivari aurait alors adapté cette méthode à toute la famille du violon[3].

Valeur des instruments[modifier | modifier le code]

Les prix de ces instruments prestigieux ne cessent de grimper. La vente, chez Christie's, à Londres, en 1998, du Kreutzer — le nom de son interprète au XIXe siècle — a atteint la somme de 1,5 million d'euros. Maxime Vengerov en était l'acquéreur. Un autre violon, nommé The Lady Tennant, vendu aux enchères le 22 avril 2005 a battu ce record en se vendant à 2 032 000 dollars — pour une estimation de 1,2 million de dollars. En mai 2006, le Hammer de 1707 a atteint le record mondial pour une vente aux enchères, soit 3,54 millions de dollars (2,7 millions d'euros)[p 5]. En juin 2011, un nouveau record est établi avec la vente du violon Lady Blunt à un prix de 11 millions d'euros[p 6].

Instruments les plus réputés[modifier | modifier le code]

photo : violon 1703
Violon de 1703, Musikinstrumentenmuseum, Berlin, par Hay Kranen

Violons les plus connus[modifier | modifier le code]

Violoncelles les plus connus[modifier | modifier le code]

Liste des instruments de Stradivarius[modifier | modifier le code]

Violons[modifier | modifier le code]

Les violons de Stradivarius (listés : 217)
Surnom Année Localisation Notes
ex-Back 1666 Fridart Foundation
Royal Academy of Music
Actuellement utilisé par la Royal Academy's York Gate Collection[i 1]
Dubois 1667 Société Canimex inc. Prêté à Alexandre Da Costa, puis à Justin Lamy[5]
Aranyi 1667 Francis Aranyi, puis Igor Unterberg (collectionneurs) Vendu chez Sotheby's London, 12 novembre 1986[c 2]
ex-Captain Saville 1667 Jean-Baptiste Vuillaume
Captain Saville (1901–1907)
Joué par André Rieu
Amatese 1668 Bien que mentionné dans de nombreux ouvrages de référence comme un des plus anciens instruments de Stradivarius, le consensus actuel est que ce n'est pas un Stradivarius. Lors de sa vente à Sotheby's à New York, le 3 février 1982 il est qualifié comme « un violon intéressant »[c 3].
Oistrakh 1671 Reine Élisabeth de Belgique
David Oïstrakh (1969)
Musée Glinka de Moscou
Oïstrakh n'a jamais joué cet instrument, construit dans le style de Nicolo Amati, en raison de sa taille trop courte, inconfortable pour sa main. Donné au musée Glinka par la veuve d'Oïstrakh. Volé au Musée de la Culture en Russie en mai 1996, retrouvé en 2001[c 4].
Sellière 1672 Charles IV d'Espagne
Sunrise 1677 Collection Herbert et Evelyn Axelrod, Smithsonian Institution
Spanish 1678 Finnish Cultural Foundation mis à la disposition d'Elina Vähälä (en)[6]
Hellier 1679 Sir Samuel Hellier Collection Herbert et Evelyn Axelrod, Smithsonian Institution
Paganini-Desaint 1680 Fondation Musicale Nippone[i 2] ce violon, avec le Paganini-Comte Cozio di Salabue, violon de 1727, le Paganini-Mendelssohn, alto de 1731, et le Paganini-Ladenburg, violoncelle de 1736, compose un groupe d'instruments connu sous le nom de Paganini Quartet ; cet instrument, comme les trois autres, ont été mis à la disposition de Kikuei Ikeda pour le Tokyo String Quartet, puis prêté à Rainer Schmidt, membre du Quatuor Hagen.
1680 Collection Mr & Mrs Rin Kei Mei
1681 Reynier ou Comte de Chesnais Propriété de Napoléon III qui l'offre au violoniste français Léon Reynier (qui possédait un autre instrument de 1727) et le vend au Comte de Chesnais de Marseille en 1881. Jusqu'en 1929 il fait partie des collection de John Wanamaker, puis Rudolph Wurlitzer Co. (1929). Après avoir été à Miles Franklin Yount, en 1949 il est la propriété de Lyon & Healey.
Fleming 1681
Bucher 1683
Cipriani Potter 1683 Cipriani Potter (1792–1871)
Cobbett ; ex-Holloway 1683 Walter Willson Cobbett, violoniste amateur et rédacteur de la Cobbett’s Cyclopedic Survey of Chamber Music[7] Mis à la disposition de Sejong, acquis par The Stradivari Society, propriété de Higgin Kim[i 3]
ex-Croall 1684 Portigon Financial Services
ex-Elphinstone 1684 Depuis 2005 appatient à Philip Greenberg, directeur artistique et chef d'orchestre de l'Orchestre philharmonique de Kiev, en Ukraine.
ex-Arma Senkrah 1685 The Ruggeri – Stiftung Mis à disposition de Bogdan Bozovic du Trio de Vienne (Wiener Klaviertrio)
ex-Castelbarco 1685
Eugenie ; ex-Mackenzie 1685 Mis à disposition de Swang Lin[p 7], l'un des premiers violon du Fort Worth Symphony Orchestra (en) (Texas)
Goddard 1686 Mademoiselle Goddard ; Antonio Fortunato (en)[c 5]
ex-Natchez 1686 Dr. Winfred & Mr. John Constable[c 6]
Rosenheim 1686 William Rosenheim[c 7]
Ole Bull 1687 Ole Bull (1844)
Dr. Herbert Axelrod (1985–1997)
Donation au Smithsonian Institution en 1997 par Herbert R. Axelrod. Fait actuellement partie de l'Axelrod quartet.
Mercur-Avery 1687 Mis à la disposition de Jonathan Carney, soliste de l'Orchestre symphonique de Baltimore depuis 2002
1688 Collection Mr & Mrs Rin Kei Mei
Arditi 1689 Dextra musica AS (Norvège) Mis à la disposition de Elise Båtnes, soliste de l'Orchestre philharmonique d'Oslo
Baumgartner 1689 Canada Council for the Arts Mis à la disposition de Iryna Krechkovsky jusqu'en 2015[i 4]
Espagnol I 1689 Patrimonio Nacional, Palacio Real, Madrid, Espagne[c 8] vers 1687-1689 ; un des deux violons (Espagnol I et II) en référence à los Decorados, et los Palatinos ; connu aussi sous l'appellation del Cuarteto Real (le Quartet Royal) quand ils rejoignirent l'alto (1696) et le violoncelle (1694) de la cour d'Espagne.
Espagnol II 1689 Patrimonio Nacional, Palacio Real, Madrid, Espagne[c 8] vers 1687-1689 ; second violon (Espagnol I & II) en référence à los Decorados, et los Palatinos ; connu aussi sous l'appellation del Cuarteto Real (le Quatuor Royal) quand ils rejoignirent l'alto (1696) et le violoncelle (1694) de la cour d'Espagne.
Auer 1690 Leopold Auer, un des professeurs les plus influents des dix dernières années du XIXe siècle : Jascha Heifetz, Mischa Elman, Nathan Milstein et de nombreux violonistes russes sont tous ses pupilles. Auer acquit ce violon de M. Aarhessen en 1875 et le conserva jusqu'en 1895, quand il réapparu en possession de Victor De Gloubonoff. Le violon est dans la collection Richard Bennett en 1926[i 5] mis à la disposition successivement de Dylana Jensen, Leonidas Kavakos, Eunice Lee, Vadim Gluzman et enfin d'Edvin Marton (2014), acquis par The Stradivari Society[i 3]
Bingham 1690
Ex-Auer[8] 1691 Canimex inc. mis à la disposition de Kerson Leong[9]
Bennett 1692 Winterthur-Versicherungen mis à la disposition de Hanna Weinmeister
Falmouth 1692 mis à la disposition de Leonidas Kavakos
Gould 1693 George Gould
Metropolitan Museum of Art
bequeathed by Gould to the Metropolitan Museum in 1955[i 6]
Harrison 1693 Richard Harrison ; Henry Hottinger[10] ; Kyung-Wha Chung Collection the National Music Museum[i 7]
Baillot-Pommerau 1694 Acquis anciennement par Arthur Catterall, puis par Alfredo Campoli[11]
Rutson 1694 Royal Academy of Music[i 1] mis à la disposition de Clio Gould[i 8]
Fetzer 1695
Paganini 1697 Edvin Marton Dima Bilan, avec Ievgueni Pliouchtchenko, et Edvin Marton jouant avec le Stradivarius, a gagné le Concours Eurovision de la chanson 2008[12]
Molitor 1697 comte Molitor acheté par Anne Akiko Meyers en 2010[p 8]
Cabriac 1698
Baron Knoop 1698 un des sept violons associés au Baron Johann Knoop
Joachim 1698 Royal Academy of Music[i 1]
Duc de Camposelice 1699 propriétaire: Lin-Chao-Liang
Lady Tennant ; Lafont 1699 Charles Philippe Lafont
Marguerite Agaranthe Tennant
mis à la disposition de Xiang Gao acquis par The Stradivari Society[i 3] ; vendu chez Christie's, enchère de 2 032 millions US$, avril 2005[p 9]
Longuet 1699 Cité de la musique, Paris
Countess Polignac 1699 mis à la disposition de Gil Shaham.
Castelbarco 1699 Bibliothèque du Congrès vendu par Nathan Posner en même temps que le « Ward » à Gertrude Clarke Whittall[13],[i 9]
Kustendyke 1699 Royal Academy of Music[i 1]
Crespi 1699 Royal Academy of Music
Le Penny 1700 Barbara Penny
Dragonetti 1700 Fondation Musicale Nippone Autrefois propriété d'Alfredo Campoli
Jupiter 1700 Giovanni Battista Viotti
Taft ; ex-Emil Heermann 1700 Canada Council for the Arts mis à la disposition de Nikki Chooi[i 4]
Ward 1700 Bibliothèque du Congrès[i 10] vendu par Nathan Posner en même temps que le « Castelbarco »
Dushkin 1701 mis à la disposition de Dennis Kim, soliste, Seoul Philharmonic Orchestra
Markees 1701 Music Chamber
Irish 1702 Pohjola Bank Art Foundation, Finland mis à la disposition d'Antti Tikkanen puis de Réka Szilvay (en)[i 11]
Conte de Fontana ; ex-Oistrakh 1702 David Oïstrakh (1953-1963) ; Riccardo Brengola ; Pro Canale Foundation Oistrakh's first violin ; mis à la disposition de Mariana Sirbu
Lukens ; Edler Voicu 1702 A.W. Lukens ; Ion Voicu ; Romania Culture Ministry mis à la disposition d'Alexandru Tomescu jusqu'en 2012[p 10]
Roi Joseph Maximilien 1702 Nommé d'après Maximilien de Bavière qui possédait un autre Stradivarius nommé ex-Bavarois de 1720[14]
Lyall 1702
Antonio Stradivari 1703 Allemagne en dépôt au Musikinstrumentenmuseum, Berlin[c 9]
La Rouse Boughton 1703 Österreichische Nationalbank[i 12] mis à la disposition de Boris Kuschnir of the Kopelman Quartet
Lord Newlands 1702 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Sergey Khachatryan
Allegretti 1703
Alsager 1703
Lady Harmsworth 1703 Paul Bartel mis à la disposition de Kristóf Baráti (en), acquis par The Stradivari Society[15]
Emiliani 1703 Anne-Sophie Mutter
ex-Foulis 1703 mis à la disposition de Karen Gomyo[16]
Le Rougement 1703 Musée Henry Ford
Betts 1704 Bibliothèque du Congrès[i 13] utilisé par Gertrude Clarke Whittall[13]
Sleeping Beauty / La Belle au bois dormant 1704 L-Bank Baden-Württemberg mis à la disposition d'Isabelle Faust. Un des rares Stradivarius à avoir conservé son manche d'origine. Le nom provient de l’expert qui la authentifié au début du XXe siècle, après qu'il fut découvert dans une armoire en Allemagne[p 11].
ex-Marsick ; ex-Oistrakh 1705 David Oistrakh acquisition dans le commerce par Oistrakh comme le 1702 Conte di Fontana
« ex-Tadolini » 1706 Collection Mr & Mrs Rin Kei Mei
ex-Brüstlein 1707 Österreichische Nationalbank[i 12]
La Cathédrale 1707
Hammer 1707 Christian Hammer (collector) vendu chez Christie's New York le 16 mai 2006 au record de 3 544 000 US$ (2 765 080 €) après 5 minutes d'enchères[p 12],[p 13]
Le Davidoff 1708 Cité de la musique, Paris légué au Musée en 1887
Le Tua 1708 Cité de la musique, Paris Donation au Musée en 1935
Burstein ; Bagshawe 1708 propriété de la famille Jacobs, prêté à Jeff Thayer, soliste du San Diego Symphony
Huggins 1708 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Sergueï Khatchatrian[17]
Txinka 1708 Roland Daugareil
Ruby 1708 mis à la disposition de Chen Xi, acquis par The Stradivari Society[i 3]
Strauss 1708 The Samsung Foundation of Culture mis à la disposition de Chee-Yun par The Stradivari Society[i 3],
Greffuhle 1709 Donation à la Smithsonian Institution en 1997 par Herbert R. Axelrod. Il fait maintenant partie de l'Axelrod quartet.
Berlin Hochschule 1709
Hammerle ; ex-Adler 1709 Österreichische Nationalbank[i 12] mis à la disposition de Werner Hink
Ernst 1709 mis à la disposition de Zsigmondy Dénes depuis 2003
Engleman 1709 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Lisa Batiashvili
King Maximilian ; Unico 1709 Axel Springer Foundation mis à la disposition de Michel Schwalbé, soliste du Berlin Philharmonic (1966-1986)[p 14] ; déclaré volé en 1999[c 10]
Viotti ; ex-Bruce 1709 Royal Academy of Music[i 1] acheté en 2005 pour 3 500 000 GB£
Marie Hall 1709 Giovanni Battista Viotti ;
The Chi-Mei Collection
du nom de la violoniste Marie Hall
ex-Kempner 1709 mis à la disposition de Soovin Kim
Camposelice 1710 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Kyoko Takezawa
Lord Dunn-Raven 1710 Anne-Sophie Mutter
ex-Roederer 1710 mis à la disposition de David Grimal.
ex-Vieuxtemps 1710 mis à la disposition de Samuel Magad, soliste de l'Orchestre symphonique de Chicago
Le Lady Inchiquin 1711 autrefois propriété de Fritz Kreisler joué par Frank Peter Zimmermann, une compagnie bancaire allemande, WestLB AG, l'a acheté pour qu'il puisse en disposer[p 15].
Comte de Plymouth ; Kreisler 1711 Orchestre philharmonique de Los Angeles[c 11] trouvé dans un débarras des biens du Comte de Plymouth en compagnie des violons Le Messie et l’Alard en 1925 ; acheté par Fritz Kreisler en 1928 et vendu par ce dernier en 1946[p 16]
Liegnitz 1711 autrefois propriété de Szymon Goldberg
Le Brun 1712 Niccolò Paganini ; Charles LeBrun ; Otto Senn vendu chez Sotheby's le 13 novembre 2001
Karpilowsky 1712 Harry Solloway volé en 1953 à la résidence Solloway's à Los Angeles
Schreiber 1713
Antonio Stradivari 1713
Boissier 1713
Daniel 1713 mis à la disposition de Jhon Paul Reynols
Gibson ; ex-Huberman 1713 Bronisław Huberman
Joshua Bell
volé à deux reprises à Huberman
Lady Ley 1713 Stradivarius family acheté par Jue Yao, violoniste chinois
Wirt 1713
Dolphin ; Delfino 1714 Jascha Heifetz
Nippon Music Foundation
mis à la disposition d'Akiko Suwanai
Soil 1714 Amédée Soil ; Yehudi Menuhin ; Itzhak Perlman
ex-Berou ; ex-Thibaud 1714
Le Maurien 1714 volé en 2002[c 4]
Leonora Jackson 1714
Massart 1714 György Pauk
Sinsheimer ; General Kyd ; Perlman 1714 Itzhak Perlman
David L. Fulton
Smith-Quersin 1714 Österreichische Nationalbank[i 12] mis à la disposition de Rainer Honeck
Alard-Baron Knoop 1715
Baron Knoop ; ex-Bevan 1715
ex-Bazzini 1715
Cremonese ; ex-Harold, Joseph Joachim 1715 Municipalité de Cremone
Duke of Cambridge ; Ex-Pierre Rode 1715 NPO « Yellow Angel » mis à la disposition de Ryu Goto[18]
Joachim 1715 Fondation Musicale Nippone
Lipinski 1715 mis à la disposition de Milwaukee Symphony Orchestra soliste, Frank Almond[p 17]
ex-Marsick 1715 mis à la disposition de James Ehnes
Titien 1715 Jacob Lynam
Le Provigny 1716 Cité de la musique, Paris légué au Musée en 1909
Cessole 1716
Berthier 1716 Baron Vecsey de Vecse ; Franco Gulli[19]
Booth 1716 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Shunsuke Sato ; auparavant prêté à Arabella Steinbacher ; auparavant prêté à Julia Fischer
Colossus 1716 volé en 1998[c 4]
Duranti 1716 Mariko Senju[20]
Monasterio 1716 Cyrus Forough
Provigny 1716
Messie-Salabue 1716 Ashmolean Museum Oxford exposé à l'Ashmolean Museum. Presque jamais joué, ce violon est considéré comme « quasi neuf » mais « sonne mal »[21].
ex-Windsor-Weinstein ; Fite 1716 Canada Council for the Arts mis à la disposition d'Emily Westell[i 4]
Baron Wittgenstein 1716 The Bulgarian state mis à la disposition du violoniste bulgare Mincho Minchev, depuis 1979
Gariel 1717 Jonathan Moulds mis à la disposition de la violoniste britannique Nicola Benedetti (en)[22]
ex-Wieniawski 1717
Kochanski 1717 Tsar Nicolas II de Russie, Paul Kochanski, Pierre Amoyal signalé volé en 1987 et retrouvé en 1991[23]
Sasserno 1717 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Alina Pogostkina
Viotti ; ex-Rosé 1718 Giovanni Battista Viotti
Österreichische Nationalbank[i 12]
mis à la disposition de Volkhard Steude
Chanot-Chardon 1718 Timothy Baker
Joshua Bell
en forme de guitare[c 12] ; mis à la disposition de Simone Lamsma
Oiseau de feu, Firebird ; ex-Saint Exupéry 1718 Salvatore Accardo son nom est dû à la couleur du vernis et son brillant.
Marquis de Riviere 1718 Daniel Majeske joué par Majeske quand il fut soliste de l'Orchestre de Cleveland de 1969 à 1993.
San Lorenzo 1718 Georg Talbot mis à la disposition de David Garrett, pendant que le Guadagnini est en réparation[p 18],[p 19].
ex-Count Vieri 1718 Collection Mr & Mrs Rin Kei Mei
Lautenschlager 1719 retrouvé dans Berlin par les russes en 1945, joué un temps par David Oïstrakh[p 20]
Lauterbach 1719 Johann Christoph Lauterbach ; J.B. Vuillaume ; Charles Philippe Lafont[c 13]. Le violon disparaît du Musée national de Varsovie en 1944, retrouvé en 1948, puis disparu de nouveau, jusqu'en 2004[p 20].
ex-Bavarois 1720 Collection Sau-Wing Lam Propriété de la couronne de Bavière. Cédé à Benno Walter de Munich en 1870, puis à Jean Louis Courvosier de 1901 à 1924. Le chef d'orchestre belge Henri Verbrugghen le joue en 1928 puis son fils Adrian Verbrugghen, jusqu'à faire partie de la collection Sau-Wing Lam avec le Scotland University de 1734[14].
Madrileño 1720 Rimma Sushanskaya
professeur d'Harvard
épouse de Benjamin Franklin
Rembert Wurlitzer
Duques de Osuna
von Beckerath 1720 Michael Antonello
Sinsheimer ; Iselin 1721 signalé volé près de Hanovre, Allemagne en 2008 ; retrouvé en 2009[c 14].
Lady Blunt 1721 Paolo Stradivari il doit son nom à Lady Anne Blunt, fille d'Ada Lovelace, petite-fille de Lord Byron. Considéré comme quasi neuf mais « sonnant mal », ce violon appartient à un collectionneur anonyme après une vente aux enchères en 2011 ayant atteint le montant de 15,9 millions de dollars[21].
Jean-Marie Leclair 1721 Jean-Marie Leclair mis à la disposition de Guido Rimonda (en)[24]
Red Mendelssohn 1721 Famille Mendelssohn
Elizabeth Pitcairn
inspiration du film Le Violon rouge de 1998.
1721 instrument de Fritz Kreisler. Joué quelques années par Renaud Capuçon (notamment pour ses enregistrements des sonates de Brahms avec Nicholas Angelich, le Concerto d'Henri Dutilleux avec Daniel Harding)[p 21]
The Macmillan 1721 mis à la disposition de Ray Chen par le Young Concert Artists
Artot 1722
Jules Falk 1723 Viktoria Mullova
Jupiter ; ex-Goding 1722 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Daishin Kashimoto ; précédemment Midori Goto
Laub-Petschnikoff 1722
Elman 1722 Chi Mei Museum
Cádiz 1722 Joseph Fuchs mis à la disposition de Jennifer Frautschi ; son nom lui vient de la cité de Cádiz, Espagne.
Kiesewetter ; « Ex-Keisewetter » 1723 du violiniste Allemand Christoph Gottfried Kiesewetter, né en 1777 et décédé à Londres en 1827, le violon fut acheté à Kiesewetter par Sir Francis Goldschmidt et plus tard passa à sa fille. Charles Fletcher l'acquit en 1890. En 1906, George Hart vendit le « Kiesewetter » au collectionneur New Yorkais, Henry O. Havemeyer propriétaire également du « King Joseph » de Guarneri del Gesù. Le violon reste dans la famille Havemeyer, passant à Horace O. Havemeyer qui le vendit à Rembert Wurlitzer, Inc. en 1953. Clement et Karen Arrison[p 22] mis à la disposition de Philippe Quint acquis par The Stradivari Society[i 3] Oublié par Philippe Quint dans un taxi le 21 avril 2008, et retrouvé le lendemain.
Earl Spencer 1723 mis à la disposition de Nicola Benedetti[25]
Le Sarasate 1724 Cité de la musique, Paris[c 15] légué au Conservatoire de Paris par Pablo de Sarasate, en mémoire de ses années d'études au conservatoire.
Brancaccio 1725 Détruit par un raid des Alliés sur Berlin, lors de la Seconde Guerre mondiale. propriété de Carl Flesch, jusqu'en 1928, puis il fut vendu à Franz von Mendelssohn, banquier et amateur de violon[c 16].
Chaconne 1725 Österreichische Nationalbank[i 12] mis à la disposition de Rainer Küchel
Leonardo da Vinci 1725 Famille Da Vinci[26]
Wilhelmj 1725 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition de Baiba Skride ; un des nombreux violons de Stradivarius Stradivari avec le surnom de « Wilhelmj »
Greville ; Kreisler ; Adams 1726 Fritz Kreisler
Baron Deurbroucq 1727 Baron Deurbroucq (La Haye)(1870)

Robert Crawford (Edinbourg)
W.E. Hill & Sons (1902)
Hans Wessely (1903-1926)
David D. Walton (Boston) (1926)
Emil Herrmann (19??-1945)
Fredell Lack (1945 à nos jours)

Barrere 1727 mis à la disposition de Janine Jansen, acquis par The Stradivari Society[i 3]
Davidoff-Morini 1727 volé en 1995[i 14]
ex-General Dupont 1727 Arthur Grumiaux mis à la disposition de Jennifer Koh
Holroyd 1727
Kreutzer 1727 Maxime Vengerov un des quatre Stradivarius au surnom Kreutzer (1701, 1720, 1731) ; acquis par le soliste en 1998 pour 1,5 million de dollars[21].
« Ex-Reynier » ou « Le Reynier » ; Hart; ex-Francescatti 1727 Société LVMH (Moët Hennessy Louis Vuitton SA) depuis 1992[21] ; Salvatore Accardo. du nom de Leon Reynier, prix du Conservatoire de Paris en 1847. A été prêté à Maxime Vengerov. L'un des deux violons, avec le Zahn, que possède LVMH, qui dispose également d'un violoncelle, le Vaslin[21]. Mis à la disposition de Tedi Papavrami.
Paganini-Comte Cozio di Salabue 1727 Fondation Musicale Nippone Ce violon, ainsi que le Paganini-Desaint violon de 1680, le Paganini-Mendelssohn alto de 1731, et le Paganini-Ladenburg violoncelle de 1736, composent un groupe d'instruments du nom de Paganini Quartet ; mis à la disposition de Martin Beaver du Tokyo String Quartet
Halphen 1727 Angelika Prokopp Private Foundation mis à la disposition d'Eckhard Seifert
Vesuvius 1727 Antonio Brosa
Remo Lauricella
Crémone
A. J. Fletcher ; Red Cross Knight 1728 A. J. Fletcher Foundation mis à la disposition de Nicholas Kitchen du Borromeo String Quartet ; l'instrument est assemblé par Omobono Stradivarius[27]
Artot-Alard 1728 Endre Balogh[c 17] a bench copy of this instrument was produced in 1996 by Gregg Alf and Joseph Curtin, using modern materials and methods[p 23] ; Balogh performs on both the 1728 original and the replica[28].
Dragonetti ; Milanollo 1728 Giovanni Battista Viotti mis à la disposition de Corey Cerovsek
Perkins 1728 Orchestre philharmonique de Los Angeles d'après le nom de Frederick Perkins, autrefois propriété de Luigi Boccherini[c 18]
Benny 1729 Jack Benny
Orchestre philharmonique de Los Angeles
légué à l'Orchestre philharmonique de Los Angeles par Jack Benny
Solomon, ex-Lambert 1729 Murray Lambert
Seymour Solomon
vendu chez Christie's à New York pour 2 728 000 US$ soit 2 040 000 €
Innes 1729 mis à la disposition du violoniste roumain Eugen Sarbu ; précédemment prêté à Wieniawski
Guarneri 1729 Canada Council for the Arts mis à la disposition de A. Timothy Chooi[i 15]
Recamier 1729 Ryuzo Ueno, Honorary Chairman, Ueno Fine Chemicals Industry, Ltd. mis à la disposition de Sayaka Shoji
Royal Spanish / Royal Espagnol 1730 Anne Akiko Meyers[29] autrefois détenu par le Roi d'Espagne[30]
Lady Jeanne 1731 Donald Kahn Foundation mis à la disposition de Benjamin Schmid
Garcin 1731 Jules Garcin ; Sidney Harth
Heifetz-Piel 1731 Rudolph Piel
Jascha Heifetz
Baillot 1732 Fondazione Casa di Risparmio prêté à Giuliano Carmignola pour l'enregistrement digital de Vivaldi: Concertos pour deux violons[31]
Duke of Alcantara 1732 un obscur noble, aide de camp du Roi Don Carlos ; UCLA Genevieve Vedder fit donation de l'instrument à l'Université de Californie à Los Angeles : (UCLA) music department vers 1960. En 1967, l'instrument est mis à la disposition de David Margetts. On ne sait s'il l'a oublié dans sa voiture ou si on l'a volé mais un amateur de violon déclara l'avoir trouvé sur une autoroute 27 ans après. Après accord amiable, il revint à l'UCLA en 1995[p 24],[p 25],[c 19].
Herkules 1732 Eugène Ysaÿe volé en Russie en 1908[c 4]
Red Diamond 1732 Louis Von Spencer IV
Tom Taylor 1732 autrefois mis à la disposition de Joshua Bell
Des Rosiers 1733 Arthur Leblanc, Angèle Dubeau classé comme étant propriété nationale par l'ancien premier ministre du Québec René Lévesque.
Huberman ; Kreisler 1733 Bronisław Huberman
Fritz Kreisler
Khevenhüller 1733 Yehudi Menuhin
Rode 1733
Ames 1734 volé en 1981[c 4]
Baron Feilitzsch ; Heermann 1734 Baron Feilitzsch
Hugo Heerman
Gidon Kremer
Joué depuis novembre 2010 par Baiba Skride[32].
Habeneck 1734 Royal Academy of Music[i 1]
Hercules ; Ysaÿe ; ex-Szeryng ; King David 1734 Eugène Ysaÿe
Charles Munch
Henryk Szeryng
État d'Israël
Lord Amherst of Hackney 1734 Fritz Kreisler
Scotland University 1734 Collection Sau-Wing Lam Heath, puis WE Hill & Sons de Londres (1873) ; un amateur nommé Neil le lègue à une université d'Écosse. Acheté par Rudolph Wurlitzer de New York en 1941[i 16]
Lamoureux ; ex-Zimbalist 1735 volé[c 4]
Muntz 1736 Fondation Musicale Nippone mis à la disposition d'Arabella Steinbacher
ex-Roussy 1736 joué par la violoniste japonaise Chisako Takashima[33]
Comte d'Amaille 1737
Lord Norton 1737
Chant du Cygne; Swan Song 1737 Ivry Gitlis

Altos (13)[modifier | modifier le code]

Il n'existe que treize Stradivarius altos[i 17],[34], la liste suivante en recense onze.

Les violons-altos de Stradivarius
Surnom Année Localisation Notes
Gustav Mahler 1672 fondation Habisreutinger (Saint-Gall, Suisse)[i 17] joué par Antoine Tamestit[p 21] depuis 2008. Premier alto de Stradivarius. Nommé en l'honneur du compositeur en 1960 – année du centenaire du compositeur – par Rolf Habisreutinger, mais sans lien avec lui[i 17].
Tuscan-Medici 1690 Cosme III de Médicis commandé par Cosme III de Médicis ; depuis mis à la disposition de la Library of Congress[i 18]
Axelrod 1696 Donation à la Smithsonian Institution en 1997 par Herbert R. Axelrod. Actuellement fait partie de l'Axelrod quartet.
Archinto 1696 Royal Academy of Music[p 26]
Court d'Espagne 1696 Palacio Real, Madrid, Espagne[c 8] Cet alto est connu dans l'ensemble del Cuarteto Real (Le Quartet Royal) quand il fut inclus avec le duo de violon, los Decorados (Espagnol I & II, de 1687-1689), et le violoncelle Court d'Espagne de 1694.
MacDonald 1701 Utilisé par Peter Schidlof du Quatuor Amadeus à partir de 1964 et jusqu'à la mort de l'altiste en 1987[p 27]
Kux ; Castelbarco 1714 Royal Academy of Music transformé de violon en alto par Jean-Baptiste Vuillaume[i 19],[i 20]
Le Russe 1715 Collection de l'État Russe
Cassavetti 1727 Bibliothèque du Congrès[i 21] fut utilisé par Gertrude Clarke Whittall[13]
Paganini-Mendelssohn 1731 Nippon Music Foundation Cet alto, ainsi que les violons Paganini-Desaint de 1680, Paganini-Comte Cozio di Salabue de 1727, et le violoncelle Paganini-Ladenburg de 1736, compose un groupe d'instruments connus sous le nom de quatuor dit "Paganini" ou Paganini Quartet ; et ont été mis à la disposition de Kazuhide Isomura du Tokyo String Quartet puis à l'altiste du Quatuor Hagen[p 21], Clemens Hagen.
Gibson 1734 Stradivari-Stiftung Habisreutinger utilisé par David Greenless (Stradivari Quartett)

Violoncelles (63)[modifier | modifier le code]

Antonio Stradivari construisit de 70 à 80 violoncelles dans sa vie, dont 63 exemplaires sont parvenus jusqu'à nous (la liste suivante en recense une trentaine).

Les violoncelles de Stradivarius
Surnom Année Localisation Notes
ex-Du Pré ; ex-Harrell 1673 Jacqueline du Pré
Lynn Harrell
Yo-Yo Ma
General Kyd ; ex-Leo Stern 1684 Los Angeles Philharmonic volé en 2004 et retrouvé rapidement[p 28],[p 29],[c 20].
Marylebone 1688 Donation à la Smithsonian Institution en 1997 par Herbert R. Axelrod. Fait actuellement partie de l'Axelrod quartet.
Barjansky 1690 Julian Lloyd Webber[35]
ex-Gendron ; ex-Lord Speyer 1693 Edgar Speyer
Kunststiftung NRW (de) [Fondation des arts de Rhénanie-du-Nord-Westphalie]
autrefois prêté à Maurice Gendron (1958–1990) ; ensuite mis un temps à la disposition de Maria Kliegel
Cour espagnole 1694 Patrimonio Nacional, Palacio Real, Madrid, Espagne[c 8] collectivement connu comme del Cuarteto Real (du quartette royal) lorsque joint aux deux violons, los Decorados (Espagnols I et II 1687-1689), et à l'alto Cour espagnole de 1696.
Bonjour 1696 Abel Bonjour
Canada Council for the Arts
mis à la disposition de Rachel Mercer[i 4]
Lord Aylesford 1696 Nippon Music Foundation mis à la disposition de Danjulo Ishizaka ; prêté auparavant à Janos Starker (1950-1965)
Castelbarco 1697 Library of Congress proposé par Gertrude Clarke Whittall[13]
Cristiani 1700 Jean-Pierre Duport
Elise Barbier Cristiani
Exposé à la Collection Stradivarius au Musée communal de Crémone[i 22]. Porte le nom du virtuose née à Paris en 1827 et morte en Sibérie en 1853. Mendelssohn lui a dédié sa mélodie sans parole, op. 109.
Servais 1701 National Museum of American History mis à la disposition d'Anner Bylsma
Paganini-Comtesse de Stanlein 1707 Bernard Greenhouse Mis à la disposition de Stéphane Tétreault
Boccherini ; Romberg 1709 Utilisé par Pablo Casals.
Markevitch ; Delphino 1709 Royal Academy of Music
Gore Booth ; Baron Rothschild 1710 Rocco Filippini
Duport 1711 Mstislav Rostropovich l'a joué de 1974 à 2007
Mara 1711 Heinrich Schiff
Davidov 1712 Karl Davidov
Jacqueline du Pré
Mis à la disposition de Yo-Yo Ma.
Batta 1714 J. P. Thibout
Alexander Batta ; W.E. Hill & Sons ; Baron Johann Knoop ; Gregor Piatigorsky[c 21]
de Vaux 1717 Mis à la disposition d'Adam Klocek.
Amaryllis Fleming 1717 ex-Blair-Oliphant, ex-Hegar, ex-Kühn, ex-Küchler Propriété d'Amaryllis Fleming, demi-sœur des écrivains Ian et Peter Fleming. Le cou, la tête et la table ne sont pas d'origine, après une réparation importante au XVIIIe siècle par le luthier espagnol Jose Contreras[p 30],[c 22]. Utilisé par Sharon Robinson (en) depuis avril 2011[p 31].
Becker 1719
Bonamy Dobree, Suggia 1717 Possédé par la violoncelliste portugaise Guilhermina Suggia (1885–1950), élève et compagne de Pablo Casals jusqu'en 1913. Joué par Maja Weber, violoncelliste du Stradivarius quartet[36],[c 23]
Piatti 1720 Carlos Prieto
Baudiot 1725 Gregor Piatigorsky
Vaslin 1725 Fondation Louis Vuitton Joué par Henri Demarquette[p 11].
Chevillard 1725 Museu da Música (Lisbonne)
Marquis de Corberon ; ex-Loeb 1726 Royal Academy of Music Fut autrefois propriété d'Hugo Becker. Acquis plus tard par Audrey Melville qui le légua à la Royal Academy of Music en 1960. Son amie, Zara Nelsova en garda la possession jusqu'à son décès en 2002, comme A. Melville le souhaitait.
De Munck ; ex-Feuermann 1730 Emanuel Feuermann
Aldo Parisot
Nippon Music Foundation
mis à la disposition de Steven Isserlis[34],[c 24]
Pawle 1730 Chimei Museum (en) (Taïwan)
Braga 1731 joué par Myung-wha Chung (en)[37]
Stuart 1732 Steven Honigberg
Paganini-Ladenburg 1736 Nippon Music Foundation ce violoncelle, avec le Paganini-Desaint violon de 1686, le Paganini-Comte Cozio di Salabue violon de 1727, et l'alto Paganini-Mendelssohn de 1731, compose le groupe d'instruments connu sous le nom de Paganini Quartet ; et est actuellement mis à la disposition de Clive Greensmith du Tokyo String Quartet.

Guitares (3)[modifier | modifier le code]

Il n'existe que cinq guitares complètes de Stradivari, et quelques fragments d'autres instruments, y compris le cou d'un sixième instrument, au Conservatoire de Musique de Paris[p 32]. Ces guitares ont cinq doubles cordes, comme fabriquées à l'époque.

Les guitares de Stradivarius
Surnom Année Localisation Notes
Hill, Colinne 1688 Ashmolean Museum à l'université d'Oxford[p 33] ex-Kabayao-Dolfus Stradivarius 1724.
Rawlins 1700 National Music Museum (en) Sud-Dakota[i 23]
Sabionari 1679

Mandolines (2)[modifier | modifier le code]

Il existe deux mandolines connues de Stradivarius.

Harpe (1)[modifier | modifier le code]

La seule harpe de Stradivarius qui a survécu serait L’Arpetta – la petite harpe – propriété du Conservatoire de musique à Naples, Italie[40],[41].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Base Cozio

  1. (en) « Base de données Cosio », Cozio.com (consulté le 20 août 2007)
  2. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1666-70 (Aranyi) », Cozio.com (consulté le 20 août 2007)
  3. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1664 (Amatese) », Cozio.com (consulté le 20 août 2007)
  4. a, b, c, d, e et f (en) « Stolen Musical Instruments », Saz Productions, Inc.,‎ (consulté le 20 août 2007)
  5. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1686 (Goddard) », Cozio.com (consulté le 24 novembre 2007)
  6. « Violin by Antonio Stradivari, 1686 (Ex-Nachez) », Cozio.com (consulté le 14 août 2011)
  7. « Violin by Antonio Stradivari, 1686 (Rosenheim) », Cozio.com (consulté le 14 août 2011)
  8. a, b, c et d (en) « Violins, violas, cellos & double basses owned by Royal Palace in Madrid », Cozio,‎ (consulté le 26 mars 2008)
  9. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1703 », Cozio.com,‎ (consulté le 27 mars 2008)
  10. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1709 (King Maximilian ; Unico) », Cozio.com (consulté le 20 août 2007)
  11. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1711 (Earl of Plymouth ; Kreisler) », Cozio.com (consulté le 22 novembre 2007)
  12. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1718 (Chanot-Chardon) », Cozio.com (consulté le 20 août 2007)
  13. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1719 (Lauterbach) », Cozio.com (consulté le 24 novembre 2007)
  14. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1721 (Sinsheimer ; Iselin) », Cozio.com (consulté le 12 mars 2009)
  15. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1724 (Sarasate) », Cozio.com (consulté le 18 juin 2008)
  16. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1725 (Brancaccio) », Cozio (consulté le 12 janvier 2008)
  17. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1728 (Artot-Alard) », Cozio.com (consulté le 16 juin 2008)
  18. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1728 (Perkins) », Cozio.com,‎ (consulté le 22 novembre 2007)
  19. (en) « Violin by Antonio Stradivari, 1732c (Duke of Alcantara) », Cozio (consulté le 28 octobre 2007)
  20. (en) « Cello by Antonio Stradivari, 1684 (General Kyd ; ex-Leo Stern) », Cozio.com (consulté le 9 février 2008)
  21. (en) « Cello by Antonio Stradivari, 1714 (Batta) », Cozio.com (consulté le 18 juin 2008)
  22. (en) « Cello by Antonio Stradivari, 1717 (Amaryllis Fleming) », Cozio.com (consulté le 20 août 2007)
  23. (en) Le Bonamy Dobree, Suggia (1717) sur tarisio.com (cozio-archive).
  24. (en) « Cello by Antonio Stradivari, 1730c (Feuermann ; De Munck, Gardiner) », Cozio.com (consulté le 20 août 2007)

Institutions

  1. a, b, c, d, e et f York Gate collections
  2. (en) « Instruments Owned by NMF », Nippon Music Foundation,‎ (consulté le 7 avril 2007)
  3. a, b, c, d, e, f et g (en) « Recipients and Instrument Collection », The Stradivari Society,‎ (consulté le 29 avril 2008)
  4. a, b, c et d (en) Director of Endowments and Prizes, « Musical Instrument Bank », The Canada Council for the Arts (consulté le 11 mars 2014)
  5. Fiche du Stradivarius Auer sur stradivarisociety.com
  6. (en) « Daily Artwork Arcdhive », The Metropolitan Museum of Art,‎ (consulté le 24 juin 2007)
  7. (en) « The Harrison » par Antonio Stradivari, Cremona, 1693, National Music Museum,‎ (consulté le 9 mai 2008)
  8. (en) « Clio Gould AGSM, Hon RAM », Royal Academy of Music (consulté le 24 juin 2007)
  9. Fiche du Castelbarco sur Library of Congress.
  10. Fiche du Ward sur Library of Congress.
  11. (en) « Pohjola Bank Art Foundation »,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  12. a, b, c, d, e et f (de) « Wertvolle alte Streichinstrumente », sur Oesterreichische Nationalbank (consulté le 7 avril 2007)
  13. Fiche du Betts sur Library of Congress.
  14. (en) « Theft Notices & Recoveries », FBI Art Theft Program (consulté le 7 avril 2007)
  15. (en) « Musical Instrument Bank 2009 », Canada Council for the Arts (consulté le 26 avril 2010)
  16. (en) [1] sur friendsofstradivari.it
  17. a, b et c Voici le Stradivarius le plus cher du monde (2010) sur lefigaro.fr
  18. Fiche du Tuscan-Medici sur Library of Congress.
  19. (en) David Rattray, « Viola by Antonio Stradivari, Cremona, 1714, 'Ex-Kux' », Royal Academy of Music,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  20. (en) Fiche de l'instrument sur la Library of Congress
  21. Fiche du Cassavetti sur Library of Congress
  22. « Site web du museo del violino de Cremone » (consulté le 26 juillet 2015)
  23. « Stradivari Guitar on Exhibit at the National Music Museum », University of South Dakota, National Music Museum (consulté le 8 avril 2007)

Presse

  1. Quand un violon aux champignons bat un Stradivarius
  2. Les violonistes incapables de différencier un Stradivarius et un violon moderne (4 janvier 2012) sur Slate.fr
  3. Le secret des Stradivarius dévoilé, par Nathaniel Herzberg (2009) sur lemonde.fr
  4. Agrech 2015, p. 24
  5. Le Soir
  6. Le Stradivarius le plus cher du monde (21/06/2011) sur l'Express.fr.
  7. (en) « Fort Worth Symphony Acquires Second Stradivari Violin », Dallas Morning News (consulté le 28 avril 2013)
  8. Anne Akiko Meyers, la femme aux deux Stradivarius sur lapresse.ca.
  9. (en) Agence France-Presse, « Stradivari violin fetches record auction price », Australian Broadcasting Corporation,‎ (consulté le 26 janvier 2008)
  10. R. R., « Legendary Stradivarius finds Romania propriétaire at last », HotNews,‎ (consulté le 29 avril 2008)
  11. a et b Agrech 2015, p. 27
  12. « Stradivarius tops auction record », BBC News,‎ (consulté le 7 juin 2006)
  13. Associated Press, « Successful $3,544,000 bid of « Hammer » », MSNBC,‎ (consulté le 18 octobre 2006)
  14. tagesspiegel.de
  15. (en) « Music's the food of love - just don't eat the Stradivarius », The Sydney Morning Herald (consulté le 11 décembre 2009)
  16. Time writers, « Unplayed Strads », Time,‎ (consulté le 22 novembre 2007)
  17. Tom Strini, « Encore for a Stradivarius », Milwaukee Journal Sentinel,‎ (consulté le 6 septembre 2008)
  18. Initial news reports erroneously stated it was the San Lorenzo he had smashed. Associated Press, « Violinist: Fall fractures $1M fiddle », Times Herald-Record,‎ (consulté le 10 novembre 2008)
  19. « Arts, briefly : Oops! Correction Appended », New York Times,‎ (consulté le 10 novembre 2008)
  20. a et b Agrech 2015, p. 26
  21. a, b et c Agrech 2015, p. 28
  22. « Violinist Plays For Taxi Driver », BBC (consulté le 6 mai 2008)
  23. (en) Steven L Shepherd, « The Mysterious Technology of the Violin », Invention and Technology Magazine, American Heritage, vol. 15, no 4,‎ (lire en ligne)
  24. Daniel Pearl, « Stradivarius Violin, Lost Years Ago, Resurfaces but New propriétaire Plays Coy (1994-10-17) », The Wall Street Journal (consulté le 28 octobre 2007)
  25. Carla Shapreau, « Lost and Found. And Lost Again? », Los Angeles Times,‎ (consulté le 28 octobre 2007)
  26. John Pickrell, « Did « Little Ice Age » Create Stradivarius Violins' Famous Tone? », National Geographic News,‎ (consulté le 24 juin 2007)
  27. Diapason no 624, mai 2014, p. 12
  28. « Rare cello escapes CD rack fate », BBC News,‎ (consulté le 9 février 2008)
  29. Kevin Roderick, « Cello returned with damage », LA Observed,‎ (consulté le 10 février 2008)
  30. (en) Kathryn Shattuck, « Pedigree Yields No High Bids for Cello », The New York Times,‎ (consulté le 8 mai 2010)
  31. (en) Greg Olwell, « Sharon Robinson Acquires the “Fleming” Strad Cello », Strings,‎ (lire en ligne)
  32. Tim Page, « Get ready for videos of the classics », The New York Times,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  33. Tim Page, « Music Notes: Get Ready for Videos of the Classics », The New York Times,‎ (consulté le 15 juillet 2007)

  1. (en) Claudia Fritz et col, « Player preferences among new and old violins », Proceedings of the National Academy of Sciences,‎ (lire en ligne)
  2. Maestronet-Cremonese arching explained
  3. Stradivari, le violon & le nombre d'or, éd. Les Amis de la Musique, Spa, 2005
  4. (en) Guilhermina Suggia par Anita Mercier (1995) sur cello.org.
  5. Société Pro Musica, « Justin Lamy »,‎ (consulté le 11 mars 2014)
  6. (en) « Elina Vähälä », Elina Vähälä,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  7. Oxford University Press en 1929
  8. « Antonio Stradivari, Cremona, 1691, the 'Auer' », sur Tarisio,‎ 2015 (consulté le 18 février 2015)
  9. « Kerson Leong/About-Kerson », sur Kerson Leong,‎ 2015 (consulté le 18 février 2015)
  10. Henry Hottinger Collection (en)
  11. Phillips of London, Important Musical Instruments Auction Catalogue, 19 novembre 1996.
  12. (en) « The Violin », Edvin Marton,‎ (consulté le 26 mai 2008)
  13. a, b, c et d Livret de l’enregistrement CBS du Quatuor de Budapest : Mozart, Quatuors dédiés à Haydn, CBS Y3 31242.
  14. a et b http://www.friendsofstradivari.it/the-friends-of-stradivari-collection/antonio-stradivari-cremona-1720-ex-bavarian/
  15. (en) « Kristof Barati », Kristof Barati (consulté le 26 juillet 2015)
  16. cf. Naxos biography site
  17. « Sergey Khachatryan », Askonas Holt (consulté le 5 avril 2007)
  18. (en) « Ryu Goto Biography », Office Goto Co.,Ltd (consulté le 31 août 2008)
  19. (en) « Pavel Berman - Official Site », Pavel Berman (consulté le 12 février 2009)
  20. (en) « Mariko Senju Profile », Mariko Senju (consulté le 5 février 2008)
  21. a, b, c, d et e Anna Rousseau, « Stradivarius, le pur son d'une âme pure », Challenges, no 340,‎ , p. 78 à 80 (ISSN 0751-4417)
  22. (en) « Biographie de Nicola Benedetti » (consulté le 3 juin 2013)
  23. Amoyal 2004
  24. (en) « Guido Rimonda Biography », Guido Rimonda (consulté le 6 février 2008)
  25. (en) « Meet The Orchestra Players : Nicola Benedetti », Philharmonia Orchestra,‎ (consulté le 29 avril 2008)
  26. (en) « The Instruments and to Whom Did They Belong, and When? », Fritz Reuter & Sons,‎ (consulté le 10 février 2008)
  27. (en) « Nicholas Kitchen Biography », Borromeo String Quartet,‎ (consulté le 5 février 2008)
  28. (en) Endre Balogh, « Will The Real Stradivarius Please Play An A? », Betterphoto.com,‎ (consulté le 16 juin 2008)
  29. Laurie Niles, « Interview with Anne Akiko Meyers », Violinist.com,‎ (consulté le 14 juillet 2008)
  30. (en) Anne Akiko Meyers, « Stradivari's gift »,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  31. Eva Zöllner (2008), dans le livret p. 16 du disque Vivaldi: Concertos pour 2 violons, par Viktoria Mullova, Giuliano Carmignola et Andrea Marcon avec le Venice Baroque Orchestra. Deutsche Grammophon 00289 477 7466
  32. « Auditorium Orchestre national de Lyon » (consulté le 1 mars 2013)
  33. (en) « Chisako Takashima », www.alexcious.com (consulté le 6 juin 2008)
  34. a et b (en) « Extant Stradivari works », The Smithsonian Magazine,‎ 2002 (consulté le 5 février 2008) (cette source n'existe plus sur le web)
  35. Julian Lloyd Webber. Interview par Tim Janof. Internet Cello Society. 18 juillet 2004. (Interview [Transcript]).
  36. (en) Page du Maja Weber sur stradivariquartett.com.
  37. (en) David Cummings, International Who's Who in Music, Ely, Melrose,‎ (ISBN 978-0-948875-53-3), p. 116
  38. (en) National Music Museum, « The Cutler-Challen Choral Mandolino by Stradivari, 1680 », University of South Dakota,‎ (consulté le 30 janvier 2008)
  39. (en) James Tyler, Paul Sparks, The Early Mandolin, Oxford, Oxford University Press,‎ (ISBN 978-0-19-816302-2, lire en ligne)
  40. de la Mare, Calina, « Review of : « Stradivarius: Five Violins, One Cello and a Genius », by Toby Faber (2004) Macmillan », The Guardian, Londres,‎ (consulté le 14 mars 2008)
  41. (en) Maria Principia Buonadonna, « Tradition, Art and Folklore : the Luthiers of Naples », Rivista di Politica Economica, vol. LXXXVIII, no VII-IX,‎ , p. 197 (lire en ligne [PDF])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]