Pietro Locatelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Locatelli.
Pietro Locatelli
Description de cette image, également commentée ci-après

Pietro Locatelli

Naissance
Bergame, Drapeau de l'Italie Italie
Décès (à 68 ans)
Amsterdam, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Activité principale Compositeur, violoniste
Maîtres Arcangelo Corelli

Œuvres principales

Pietro Antonio Locatelli, né à Bergame le et mort à Amsterdam le , est un violoniste virtuose et compositeur italien de musique baroque, « l'un des plus grands violonistes de son temps[1] ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut l'élève de Corelli à Rome, où il vécut une dizaine d'années, jusqu'en 1714 au moins. Après avoir exercé son talent dans plusieurs pays européens, entre autres à Venise, à Berlin, à Kassel au service de princes allemands[1], il s'établit définitivement à Amsterdam dès 1729 et y fonde une école pour les instruments à cordes à laquelle il confie les premières exécutions de ses œuvres.

Sa production est en majeure partie destinée au violon, bien qu'il soit également probablement flûtiste[1]. Son œuvre la plus importante est L'arte del violino, opus 3 qui rassemble 12 concertos et 24 capriccios, pièces de virtuosité qui pouvaient servir de cadence prolongée et qui sont de nos jours souvent jouées de façon indépendante.

Il a également composé des sonates pour violon, 12 concerti grossi à 4 et 5 avec fugues (1721), un recueil de sonates pour flûte, opus 2, et des introductions scéniques. Les sonates pour flûte sont d'un style galant, ainsi que l'entend Quantz, « douce et galante »[2] et expertement écrites pour l'instrument, notamment dans la précision des articulations distinguant les coups de langue, legato, staccato et mezzo-stacatto (« stacato allongé d'une demi-valeur environ[2] »).

Son premier style est inspiré par Corelli. Plus tard, il évoque davantage celui de Vivaldi. Sa technique violonistique en fait un des plus importants praticiens de cet instrument au XVIIIe siècle, avec Tartini[1] ; et un précurseur de Paganini ; ce qui ne fait pas mentir les mots de Denis Diderot dans Le Neveu de Rameau (1762) : « Celui qui, le premier, joua les œuvres de Locatelli fut l'apôtre de la nouvelle musique ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Opus 1 : 12 concertos grossos fortement influencés par Arcangelo Corelli ;
  • Opus 2 : 12 sonates pour flûte traversière (Amsterdam 1732 ; 2e éd. 1733 ; Walsh, Londres c. 1737) ;
  • Opus 3 : L'arte del violino, probablement son œuvre la plus significative, recueil de 12 concertos pour violon comportant 24 capriccios de haute virtuosité (1723-27 et publié en 1733) ;
  • Opus 4 : 6 Introduttione Teatrali et 6 Concertos (1735) ;
  • Opus 5 : 5 sonates en trio, publiées en 1746 par le compositeur lui-même : elles étaient dédiées au secrétaire de la ville d'Amsterdam, son élève et bienfaiteur M. Leveston ;
  • Opus 6 : 12 sonates pour le violon ;
  • Opus 7 : 12 concertos grossos ;
  • Opus 8 : 6 sonates pour le violon et 6 sonates en trio ;
  • Sonates pour violoncelle, flûte, violon.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • 12 sonates pour flûte, op. 2 - Stephen Preston, flûte ; Nicholas McGegan, 2e flûte ; Anthony Pleeth, violoncelle ; Christopher Hogwood, clavecin (octobre 1978, 2CD Decca/L'Oiseau-Lyre 436 191-2)[3]
  • L'arte del violino, op. 3 - Ensemble Violini Capricciosi & Igor Ruhadze, 2013
  • L'arte del violino, op. 3 (12 Concertos pour violon avec 24 Capricci) - violon et direction : Luca Fanfoni, 2002
  • 24 caprices pour violon seul, op. 3 - Emmanuele Baldini, 1998
  • L'arte del violino, op. 3 - Elizabeth Wallfisch, violon ; dirigé par Nicholas Kraemer, 1994

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) John Caldwell (trad. N. Lesieur, 1993), « 12 sonates pour flûte, op. 2 – Preston/Hogwood », Londres, 436 191-2, p. 10.L'Oiseau-Lyre1978.
  2. a et b Caldwell 1978, p. 11
  3. Lors de sa réédition en compact, ce disque a été noté 8 par le magazine Répertoire no 57.

Liens externes[modifier | modifier le code]