Institut d'études politiques de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut d’études politiques de Rennes
Image illustrative de l'article Institut d'études politiques de Rennes
Informations
Fondation 1991
Fondateur Marcel Morabito
Type Institut d'études politiques (EPA)
Localisation
Coordonnées 48° 07′ 17″ N 1° 40′ 06″ O / 48.121388888889, -1.6683333333333 ()48° 07′ 17″ Nord 1° 40′ 06″ Ouest / 48.121388888889, -1.6683333333333 ()  
Ville Rennes, 104, boulevard de la Duchesse Anne
Caen, 21 place de la République
Pays Drapeau de la France France
Direction
Président Vincent Denby-Wilkes
Directeur Patrick Le Floch
Chiffres clés
Enseignants 35+130 extérieurs
Chercheurs 43+29 (CRAPE+CRESS-Lessor)
Étudiants 1100
Divers
Site web www.sciencespo-rennes.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut d’études politiques de Rennes

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Institut d’études politiques de Rennes

Géolocalisation sur la carte : Rennes

(Voir situation sur carte : Rennes)
Institut d’études politiques de Rennes

L'institut d’études politiques de Rennes, plus connu sous la dénomination « Sciences Po Rennes », est un établissement français public d'enseignement supérieur créé en 1991, situé à Rennes. C'est l'un des deux plus récents des dix instituts d'études politiques de France, et il fait à ce titre partie des grandes écoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L'établissement est créé par décret le 13 juin 1991[1], en même temps que l'IEP de Lille. L'établissement s'installe alors au no 104 du boulevard de la Duchesse-Anne, dans les bâtiments de l'ancienne école normale d'institutrices datant de 1882, et réalisée par l'architecte départemental Jean-Marie Laloy[2].

C'est un établissement public à caractère administratif rattaché par décret à l'université de Rennes-I. Son statut est fixé par le décret du 18 décembre 1989[3].

Expansion[modifier | modifier le code]

En raison d'un manque de place dans ses locaux rennais, l'IEP entame un processus de développement dans d'autres villes du Grand Ouest à partir du début des années 2010[4]. Le but est d'augmenter son nombre d'étudiants et d'atteindre des effectifs comparables à ceux des autres instituts d'études politiques ; celui de Rennes compte alors 1 100 étudiants alors que ceux de Lille et de Bordeaux en comptent 1 700, et celui de Grenoble 1 300[5].

L'établissement annonce en décembre 2010 vouloir ouvrir des formations dans d'autres villes du grand ouest, à Nantes à partir de la rentrée 2011, et à Caen à compter de la rentrée 2012[6]. Le projet nantais est finalement abandonné début 2011. Selon le directeur de l'IEP Patrick Le Floch, cette décision fait suite à des pressions de la région Pays de la Loire sur l'université de Nantes[4]. Cette version est contredite par les acteurs nantais qui affirment que le projet rennais s'est peu à peu restreint avant d'avoir été abandonné[5]. Le projet caennais est lui soutenu par les collectivités locales[4]. À la rentrée 2012, soutenu par des entreprises comme GDF Suez, EDF ou DCNS[7], l'établissement a ainsi ouvert à Caen une antenne consacrée au développement durable au no 21 place de la République, avant un déménagement dans les anciens locaux de l'école des beaux-arts, no 10 rue Pasteur, à la rentrée 2014[8].

Directeurs[modifier | modifier le code]

Directeurs des études[modifier | modifier le code]

Admission[modifier | modifier le code]

En juin 2006 et en juin 2007, le concours d'entrée a été commun avec l'Institut d'études politiques de Toulouse. Le taux de réussite était alors de 8%.

À partir de 2008, les six instituts d'études politiques d'Aix-en-Provence, Lyon, Lille, Rennes, Strasbourg et Toulouse organisent un concours d'entrée commun d'accès en première année ouvert aux terminales et aux bacheliers de l'année précédente[13]. Outre la note du baccalauréat, le concours se compose de trois épreuves : une dissertation portant sur une question contemporaine, une épreuve d'histoire et une épreuve de langue vivante. En 2012, un nombre total de 1 100 places, réparties entre les six IEP, était proposé aux 11600 candidats (taux de sélection de 9,5 %)[14], les lauréats étant admis en fonction de leurs choix préférentiels et de leur rang de classement. En 2013, l'IEP de Rennes était l'IEP ayant recruté le plus haut dans le classement des admis après Lille.

En 2013, 60% des admis avaient obtenu une mention très-bien à leur baccalauréat.

37% de ces étudiants étaient boursiers[15]. L'IEP de Rennes s'est, depuis plus de 10 ans, préoccupé  de démocratiser son recrutement. Ce fut d'abord par des partenariats avec des lycées bretons, entre autres le Lycée Jean Guéhenno à Fougères qui créa  une "mini-prépa" pour préparer le concours d'entrée à l'IEP de Rennes.

Avec la création du concours commun des 6 IEP en 2008, les politiques de démocratisation et égalité des chances propre à chacun des IEP partenaires ont  perduré mais un programme commun de préparation au concours des 6 IEP, à destination des élèves aux revenus modestes ne permettant pas l'inscription à une prépa privée, a vu le jour: l'IEPI (programme d'études intégrées). L'IEPI propose à des étudiants boursiers une préparation gratuite au concours commun[16].

Chaque année, environ la moitié des étudiants admis ont passé une année en Classe préparatoire aux grandes écoles.

En 2014, les IEP du concours commun ont ouvert quatre centres de concours à l'international, à Casablanca, au Maroc, à Bangkok, en Thaïlande, à Bogota, en Colombie et à Shanghai, en Chine, l'ouverture de ces centres offrant aux candidats étrangers l'accès à un concours d'entrée local, évitant les contraintes d'un déplacement en France métropolitaine[17].

Scolarité[modifier | modifier le code]

Façade de l'Institut d’études politiques de Rennes.

Depuis l'application du processus de Bologne (réforme LMD) en 2005, le cursus Sciences Po Rennes se déroule en cinq ans. L'apprentissage d'au moins deux langues vivantes est obligatoire pour tous les élèves.

Premier cycle : acquisition des fondamentaux[modifier | modifier le code]

La première année du cursus permet aux élèves de maîtriser un socle commun de connaissances pluridisciplinaires en droit, économie, histoire, science politique et gestion. Le redoublement n'est pas autorisé.

La deuxième année du cursus se traduit par un approfondissement du tronc commun « Sciences Po » (60 % des enseignements) et par une première spécialisation (40 % des enseignements) :

  • Service public (SP) : dominante de droit public.
  • Politique et société (POSO) : science politique, sociologie, information & communication.
  • Économie et finance (ECOFI) : comptabilité, gestion des ressources humaines, finance, droit privé. En 2013, Sciences Po Rennes a signé avec les autres IEP du concours commun un partenariat avec l'Université Paris-Dauphine, qui permettra aux étudiants de cette filière de valider la licence d'économie et d'accéder aux masters de l'université parisienne[18].
  • Développement Durable (D2) : dominante développement durable, avec spécialisation sur les industries et énergies renouvelables, en partenariat avec l'Université de Caen Basse-Normandie.

En plus du tronc commun et de leur section, les élèves choisissent au moins une option parmi celles proposées[19].

La troisième année est obligatoirement internationale :

La troisième année se conclut par un stage obligatoire d'une durée minimale de six semaines.

Second cycle : professionnalisation[modifier | modifier le code]

La quatrième année est axée autour d'un tronc commun en économie, histoire, science politique et droit. La majorité des enseignements sont constitués par la vingtaine de cours électifs. L'objectif est de permettre aux élèves de se constituer des champs de compétence spécifiques. Des séminaires sont enfin l'occasion d'approfondir plus en détail une thématique et donnent lieu à la rédaction d'un mémoire.

La cinquième et dernière année est celle du master. À la rentrée 2013, l'Institut d'études politiques de Rennes compte 16 masters[22] :

  • Management stratégique et organisationnel
    • Management des médias
    • Management des organisations et des projets
    • Management des risques et de la qualité
  • Communication, Médias, Culture
    • Communication des organisations
    • Journalisme : Reportage & enquête
  • Affaires européennes et internationales
    • Histoire et relations internationales
    • Ingénierie des services urbains en réseaux dans les pays en développement
    • Politiques européennes
    • Multilevel government and international relations (MUGIR) en double-diplôme avec l'Université Aston à Birmingham
    • Sécurité et défense, Intelligence stratégique.
  • Actions publiques
    • Action et espace public en Europe
    • Expertises de l'action publique territoriale
    • Maîtrise d'ouvrage urbaine et immobilière
    • Pilotage des politiques et actions de santé publique
  • Grands concours

Le centre de préparation à l'ÉNA prépare aux concours externe et interne d'entrée à l'École nationale d'administration[23]. Entre trois et huit étudiants sont admis chaque année, soit un taux de réussite compris entre 15 % et 20 %. Ce centre de préparation permet également d'intégrer l’Institut national des études territoriales (INET) de Strasbourg, l’École des hautes études en santé publique (EHESP) de Rennes, ou encore l'École nationale de la magistrature (ENM) de Bordeaux[24].

Par ailleurs, les six Instituts d'études politiques du concours commun mutualisent[25] leur offre de masters en cinquième année, soit un panel d'une centaine de formations.

Cursus franco-allemand[modifier | modifier le code]

L'IEP de Rennes et l'université catholique d'Eichstätt proposent depuis l'année 2003[26] un double-cursus franco-allemand, sous l'égide de l'Université franco-allemande[27], permettant de délivrer un double diplôme : « Sciences Po Rennes & Master de Science politique de l'Université catholique d'Eichstätt-Ingolstadt »[28]. La première promotion d'étudiants du double cursus Eichstätt-Rennes est sortie en 2007.

Doctorants[modifier | modifier le code]

Le Centre de Recherches sur l'Action Politique en Europe (CRAPE), laboratoire pluridisciplinaire (science politique, sociologie, sciences de l'information et de la communication, histoire contemporaine) de Sciences Po Rennes, accueille une quarantaine de doctorants chaque année[29].

Le CRESS-Lessor, laboratoire d'économie, droit et gestion, en accueille pour sa part une dizaine chaque année.

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

L'IEP de Rennes comporte dans ses locaux une bibliothèque créée en 1991 et qui porte le nom de Jacques Fauvet, ancien directeur du journal Le Monde qui a fait don au centre de documentation d'une grande partie de ses fonds personnels. Le centre Jacques Fauvet est abonné à près de 350 revues et abrite plus de 60 000 ouvrages. Il est par ailleurs membre du Service commun de documentation rennais.

Au cœur de la bibliothèque trône encore un chêne planté par les élèves de l'école normale en 1889 pour célébrer le premier centenaire de la Révolution Française.

Recherche[modifier | modifier le code]

Sciences Po Rennes possède un centre de recherche associé au CNRS : le Centre de Recherches sur l'Action Politique en Europe (CRAPE), dirigé par Claude Martin[30].

L'IEP est par ailleurs associé au Laboratoire d'économie et de science sociale de Rennes (CRESS-Lessor), rattaché à l'Université de Rennes II et associé à l'Université de Rennes I.

Promotions[modifier | modifier le code]

Les différentes promotions de l'Institut d'études politiques de Rennes portent un nom spécifique en hommage à un personnage, un événement ou un concept.

1995 : Paul-Émile Victor 1996 : Albert Camus 1997 : Marcello Mastroianni 1998 : Octavio Paz 1999 : Simone de Beauvoir 2000 : Louise Michel 2001 : Théodore Monod 2002 : Antoine de Saint-Exupéry 2003 : Albert Camus 2004 : Amadou Hampâté Bâ 2005 : Christine Marcellin, alors responsable de la scolarité de l'IEP 2006 : Aimé Césaire 2007 : Lucie Aubrac 2008 : pas de promotion car passage au système LMD 2009 : Marjane Satrapi 2010 : Olympe de Gouges 2011 : Élisabeth Badinter & Robert Badinter 2012 : Boris Vian 2013 : Aung San Suu Kyi 2014: Pierre Desproges

Vie associative[modifier | modifier le code]

Une vingtaine d'associations animent la vie étudiante de l'Institut[31], comme le Cercle des élèves (CDE), le Bureau des sports (BDS), Sciences Po Rennes Junior Conseil (Junior-Entreprise créée en 2008), Décloîtrés (revue des élèves de troisième année lancée en 2009), Articule-BDA (activités théâtrales, musicales et artistiques)[32], le Défi L'Express Grandes Écoles (réalisation et vente d'un supplément rennais de L'Express)[33] et l'association des anciens étudiants. Le Chapître est le club de débat et d'éloquence de l'établissement. QVD (Qui Veut Durable) promeut lui l'écologisme au sein de l'IEP alors que l'association Zephyr (du nom du vent d'ouest mythologique) a pour objectif d'accueillir chaque année les étudiants étrangers en favorisant leur intégration à Rennes. Existant depuis 2002, Les pieds dans le cloître, journal des étudiants, remplit lui ses pages de l'actualité de l'IEP, de tribunes d'opinion, de petites annonces et de gros débats. Elikya ("espoir" en lingala), sensibilise les étudiants aux enjeux du continent africain.

Le Cercle Raymond Poincaré, Au Centre du Débat et le Mouvement Germinal représentent au sein de l'institut les étudiants de droite, du centre et de gauche. BATNA (Best Alternative To Negotiated Agreement) propose aux étudiants de prendre part à des simulations de négociations internationales en anglais et organise leurs déplacements dans différents Modèle des Nations unies. L'association Ysegoria (du grec ysegorie, « égalité de temps de parole ») organise elle des conférences de personnalités politiques ou culturelles. Elle a accueilli entre autres Nicolas Sarkozy, Pierre Milza, Jean-Claude Trichet, Jean Arthuis, Jean-Louis Debré, Pierre Laurent, Benoît Hamon, Laurent Wauquiez, François Baroin, Jean-Pierre Raffarin, ou Christiane Taubira. La plus ancienne de ces associations est le club d'œnologie In Vino Veritas, en activité depuis 1993.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

L'IEP s'est doté d'un logo à sa création en se basant sur l'architecture de son bâtiment. La porte principale de l'ancienne école normale sert jusqu'en 2010 de base aux différentes déclinaisons de son logo.[réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n° 91-562 du 13 juin 1991 portant création des instituts d'études politiques de Lille et de Rennes et complétant le décret n° 89-901 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques, publié au Journal officiel de la République française du 19 juin 1991, p. 7936
  2. (fr) Isabelle Barbedor, « Ancienne école normale d'institutrices, actuellement Institut d'études politiques », sur patrimoine.region-bretagne.fr,‎ 2001
  3. Décret n°89-901 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques sur www.legifrance.gouv.fr et Décret n°89-902 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques dotés d'un statut d'établissement public administratif rattachés à une université sur www.legifrance.gouv.fr
  4. a, b et c Camille Stromboni, « Patrick Le Floch (directeur de Sciences po Rennes) : "Il y a une recomposition de l’enseignement supérieur, et nous devons être offensif" », sur Educpro,‎ 13 février 2012
  5. a et b Joël Bigorgne, « Sciences Po : polémique entre Rennes et Nantes », Ouest-France,‎ 1er mars 2012 (lire en ligne)
  6. (fr) « Sciences Po Rennes s’installerait à Caen en 2012 », sur ouest-france.fr,‎ 14 décembre 2010
  7. http://www.sciencespo-rennes.fr/tout-le-site/decouverte-de-l-institut/l-antenne-de-caen.html
  8. « Caen-la-Mer : que vont devenir les anciens locaux ? », Ouest-France, édition de Caen, 30 janvier 2014
  9. (fr) « Fiche personnalité : Tanneguy Larzul », sur educpros.fr (consulté le 16 décembre 2010)
  10. (fr) « Fiche personnalité : Erik Neveu », sur www.crape.univ-rennes1.fr (consulté le 18 décembre 2010)
  11. (fr) « Une nouvelle direction pour l'IEP de Rennes » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 17 juin 2009
  12. (fr) « Patrick Le Floch élu directeur de l’IEP de Rennes », sur educpros.fr,‎ 23 juin 2009 (consulté le 13 juillet 2010)
  13. (fr) [PDF] « Communiqué de presse : un seul concours pour six instituts » sur le site internet de l'Institut d'études politiques de Toulouse, 13 novembre 2007
  14. (fr) « Hexa succès... » (mot du Directeur) sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, juillet 2008
  15. http://www.letudiant.fr/actualite/sciences-po-les-iep-de-region-au-banc-d-essai/le-banc-d-essai-des-iep-de-province-iep-rennes.html
  16. http://www.sciencespo-rennes.fr/tout-le-site/fr/decouverte-de-l-institut/democratiser-sciences-po/democratisation-de-l-acces-aux-grandes-ecoles.html
  17. http://www.sciencespo-concourscommuns.fr/les-iep-des-concours-communs-62
  18. http://www.sciencespo-rennes.fr/tout-le-site/fr/decouverte-de-l-institut/actualites/signature-d-un-partenariat-avec-paris-dauphine.html
  19. http://www.sciencespo-rennes.fr/tout-le-site/l-offre-de-formation/le-cursus-sciences-po/les-descriptifs-de-cours.html#deuxi_meannnee
  20. (fr) « Un institut aux couleurs internationales » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 8 mars 2009
  21. (fr) [image] « Partenariats internationaux » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 8 mars 2009
  22. (fr) Institut d'études politiques de Rennes, « Les masters de Rennes », sur sciencespo-rennes.fr (consulté le 8 octobre 2012)
  23. (fr) « Le Centre de Préparation à l'ENA » sur le site d'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 5 mai 2009
  24. (fr) [PDF] « Centre de Préparation à l’ENA de Rennes : Réussite aux concours de 2000 à 2008 » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 8 mars 2009
  25. (fr) [PDF] « Offre Master et 5e année » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 8 mars 2009
  26. (fr) « Guide d'études - Double cursus intégré franco-allemand en sciences politiques de l'université catholique d'Eichstätt-Ingolstadt et de l'Institut d'études politiques de Rennes » sur le site officiel du double cursus, avril 2008, p. 3, consulté le 22 février 2010
  27. (de) « Delegation aus Rennes zu Gast », Eichstätter Kurier,‎ novembre 2007 (lire en ligne)
  28. (fr) « Double cursus franco-allemand » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 26 avril 2009
  29. (fr) « Centre de Recherche sur l'Action Politique en Europe » sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes, consulté le 8 mars 2009
  30. http://www.crape.univ-rennes1.fr/membres/martin_claude.htm
  31. http://www.sciencespo-rennes.fr/tout-le-site/vie-etudiante-et-associative/les-associations.html
  32. http://assoarticule.wordpress.com/lequipe-2011-2012/
  33. http://defigrandesecoles.lexpress.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]