Hugues IX de Lusignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hugues IX de Lusignan
Hugo IX of Lusignan.jpg
Titres de noblesse
Seigneur (en)
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Hugues de Lusignan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Raoul I de Lusignan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant
Autres informations
Conflit

Hugues IX de Lusignan dit le Brun († 1219 Damiette), sire de Lusignan, comte de la Marche. Il est également seigneur de Château-Larcher (~1188-1219) et de Couhé (1190-1219).

Il est le fils d'Hugues de Lusignan dit "le Brun", (né vers 1141 - décédé vers 1169, avant son père) et d'Aurengarde ou Orenjard dite "Ala", héritière probable des seigneuries d'Exoudun, de la Mothe et de Fontblanche ; petit-fils et successeur d'Hugues VIII dit "le vieux", sire de Lusignan, et le neveu de Guy et d'Amaury II de Lusignan, tous deux rois de Jérusalem et de Chypre[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dans une de ses chartes, il a mentionné le départ de son grand-père pour la Terre Sainte. Hugues IX était presque certainement mineur lorsque son père mourut.

On le retrouve en Sicile dans l'entourage du roi Richard en 1190. Il joue un rôle important dans la troisième croisade, et visite le roi Richard quand celui-ci était prisonnier en Allemagne. Il sert ce monarque fidèlement tout au long de son règne.

Après 1189 et vers 1194, Hugues IX épouse en secondes noces Mathilde d'Angoulême, fille unique de Vulgrin III d'Angoulême, dit Taillefer (~1148-1181), comte d’Angoulême, et d'Isabelle d'Amboise. Héritière du comté d'Angoulême, Mathilde est spoliée et entièrement dépossédée par ses oncles Guillaume V Taillefer, comte d'Angoulême (1181-~1186) puis Aymar (père d'Isabelle) comte d'Angoulême (~1186-1202 ou 1217). Longtemps protégée par le roi Richard en personne (ennemi des Taillefer, des Rancon et des vicomtes de Limoges, ces derniers étant pro-français), Mathilde d'Angoulême ne recouvrera cependant jamais ses possessions.

À l'époque de Richard Plantagenêt, les Lusignan (Hugues IX, son frère Raoul et leur oncle Geoffroy) seront un soutien indéfectible à la cause du souverain anglais en Aquitaine et en Normandie. Les Lusignan bénéficieront d'une politique avantageuse et cette période leur sera profitable.

En 1199, dans la période de confusion après la mort de Richard, Hugues IX se fait remettre le comté de la Marche par la reine Aliénor. Revendiqué par les Lusignan depuis l'alliance de leur aïeul Hugues V avec Almodis de La Marche, le comté de la Marche restera leur possession jusqu'aux derniers descendants de la lignée (Hugues XIII puis son frère cadet Guy). Le 28 janvier 1200, Hugues IX prête hommage au roi Jean d'Angleterre pour le comté de la Marche. Hugues IX est désormais à la tête d'un puissant réseau familial et féodal.

En août 1200, il est décidé d'une grande union entre les Lusignan et les Taillefer. Le futur Hugues X "le Brun" doit épouser Isabelle Taillefer héritière du comté d'Angoulême. Marche et Angoumois seront donc dans la même main, donnant naissance à l'une des plus importantes possession territoriale du centre ouest de la France. Jean Sans Terre, qui voit le danger de cette union, enlève et épouse la jeune femme[1].

Les Lusignan, floués, font alors appel au roi de France pour obtenir justice[1]. Comme Jean sans Terre refuse de se présenter à son suzerain pour répondre de ses actes, Philippe Auguste prononce la commise des biens des Plantagenêts en France[2].

À partir de cet événement, les Lusignan seront hostiles à la politique des souverains Plantagenêts en Aquitaine et se tourneront vers les Capétiens.

En 1218, Hugues IX cède ses terres à son fils Hugues X, et part finir ses jours en Terre sainte où il meurt à Damiette le 5 novembre 1219.

Descendance[modifier | modifier le code]

Hugues IX eut, sans doute d'un premier mariage (avec une inconnue, peut-être Agathe de Preuilly, fille de Pierre II Montrabel de Preuilly-Vendôme ?), Hugues X de Lusignan dit "le Brun", sire de Lusignan, comte de la Marche et d'Angoulême.

En effet, d'après les auteurs autorisés, il semble très peu probable qu'Hugues X soit le fils de Mathilde d'Angoulême[3], deuxième femme d'Hugues IX et cousine germaine de la comtesse-reine Isabelle.

Un document qui atteste que Mathilde était encore en vie en 1233 suggère fortement qu'elle n'était pas la mère d'Hugues X. Ce document est une déclaration de Juhel de Manthefelon, archevêque de Tours, informant qu'un accord avait été conclu entre Mathilde, fille de Vulgrin et veuve d'Hugues IX comte de la Marche, et Isabelle, reine d'Angleterre, comtesse de la Marche et d'Angoulême : Mathilde abandonne à Isabelle et son mari, Hugues X de Lusignan, et à leurs héritiers, ses droits sur le comté d'Angoulême et ses droits de douaire sur le comté de la Marche en échange d'une rente. Tandis que le document mentionne Mathilde et Hugues X à plusieurs reprises, il ne suggère pas de lien de sang entre eux. Si Mathilde avait été la mère de Hugues, il semble extraordinaire que ce fait ne soit à aucun moment mentionné[réf. nécessaire]. D'autre part, Hugues IX a épousé Mathilde vers 1189, et Hugues X serait né vers 1185 ou même 1180 ! (il est vrai que ce raisonnement est infirmé si Hugues X est né quelques années plus tard, vers 1190, ce qui est parfois soutenu).

En 1220, Hugues X épouse Isabelle, son ancienne fiancée, devenue veuve de Jean sans Terre[1] en 1216.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Nicholas Vincent, « Isabella, suo jure countess of Angoulême (c.1188–1246) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, édition en ligne, janvier 2006.
  2. Michel Kaplan, Christophe Picard, Michel Zimmermann Le Moyen Âge, IVe- Xe siècle 1994, p. 99.
  3. (en) Sidney Painter, The Houses of Lusignan and Châtellerault, 1150-1250 : Speculum ; vol. 30 - n° 3, juillet 1955, p. 376