Herrlisheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Herrlisheim
Herrlisheim
Fontaine, mairie et église Saint-Arbogast.
Blason de Herrlisheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Rhénan
Maire
Mandat
Serge Schaeffer
2020-2026
Code postal 67850
Code commune 67194
Démographie
Gentilé Herrlisheimois, Herrlisheimoises [1]
Population
municipale
4 796 hab. (2018 en diminution de 0,46 % par rapport à 2013)
Densité 334 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 52″ nord, 7° 54′ 29″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 131 m
Superficie 14,38 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Herrlisheim
(ville isolée)
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bischwiller
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Herrlisheim
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Herrlisheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Herrlisheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Herrlisheim
Liens
Site web https://www.herrlisheim.fr/

Herrlisheim est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Herrlisheim est située à 18 kilomètres au nord-est de Strasbourg et à 15 kilomètres au sud-est de Haguenau.

Herrlisheim a été récompensée de trois fleurs au concours des villes et villages fleuris.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Rhin se trouve à environ 3 kilomètres à l'est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Herrlisheim
Rohrwiller 3,0km Drusenheim 3,4km
Bischwiller 7,1km Herrlisheim
Weyersheim 7,8km Gambsheim 2,7km Offendorf 0,5km

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Herrlisheim est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Herrlisheim, une unité urbaine monocommunale[5] de 4 861 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,7 %), zones urbanisées (14,2 %), zones agricoles hétérogènes (11,2 %), mines, décharges et chantiers (7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,4 %), forêts (3,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau express métropolitain (REM), d'après l'association ASTUS.

La commune est traversée par la route départementale 468 qui relie Strasbourg à Lauterbourg, elle est également bordée par l'autoroute A35.

La gare de Herrlisheim est desservie par des TER de la ligne Strasbourg-Lauterbourg, avec possibilité de poursuivre le trajet vers Wörth am Rhein.

D'après ASTUS[Note 3], la commune serait le terminus de la ligne D Herrlisheim - Offenburg du futur Réseau express métropolitain (REM) strasbourgeois, dont la réalisation débuterait à partir de décembre 2022[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Hariolfesvilla 743 ;
  • Hariolseshaim, 775.

Première mention[modifier | modifier le code]

On trouve pour la première fois la mention du nom de Herrlisheim dans un acte de donation signé en 743 en faveur du couvent de Wissembourg. Le bourg est désigné à cette époque sous le nom de Hariolfesvilla (la ferme de Hariold). Ce sont les landgraves de la Basse-Alsace, les comtes d'Oetingen qui administrent le bourg en 1251. En 1332, le bourg passe aux Lichtenberg. Par la suite, d'autres seigneurs se rendent propriétaires du lieu : d'abord le seigneur de Deux-Ponts en 1480, puis le village est intégré au comté de Hanau-Lichtenberg à partir de 1570. Jusqu'à la Révolution, le bourg est propriété des Hesse-Darmstadt. Herrlisheim est alors rattachée au bailliage d'Offendorf.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les Juifs de Herrlisheim existent depuis 1349 pendant la peste noire. La localité subit de nombreuses destructions au cours de la libération de la région en février 1945. En 2004, pour l'anniversaire d'Adolf Hitler, des slogans nazis apparaissent sur 127 tombes juives de la ville.

La raffinerie[modifier | modifier le code]

De 1963 à 1984, la raffinerie de Strasbourg implantée sur le ban de la commune permet un développement rapide du bourg avec une augmentation sensible de la population.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Herrlisheim

Les armes de Herrlisheim se blasonnent ainsi :
« Écartelé : au premier d'azur aux trois chevrons d'or, au deuxième de gueules au fer de lance d'argent, au troisième d'argent au lion contourné de gueules, au quatrième d'azur au poisson d'argent posé en barre. »[13]

Les figures du blason :

  • Chevron d'or - comté de Hanau ;
  • Le lion - comté de Lichtenberg  ;
  • Le fer de lance - communauté de Gambsheim ;
  • Le poisson - prévôté d'Offendorf [14].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 ? Michel Kistler (1897-1976) MRP puis CDP Administrateur de sociétés, maire honoraire (1971)
Sénateur du Bas-Rhin (1959 → 1976)
Conseiller général du canton de Bischwiller (1951 → 1964)
Vice-président du conseil général (1951 → ?)
Les données manquantes sont à compléter.
[15],[16] Louis Becker (1947- )[17] UDF puis UMP-LR Professeur d'éducation physique retraité
Conseiller général du canton de Bischwiller (1992 → 2015)
Vice-président du conseil général (? → 2015)
Président de la CC du Pays Rhénan (2014 → 2020)
En cours
(au 26 mai 2020)
Serge Schaeffer[18],[19] (1963- ) DVD Cadre SNCF
6e vice-président de la CC du Pays Rhénan (2020 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2018, la commune comptait 4 796 habitants[Note 4], en diminution de 0,46 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5781 2211 5151 8132 1222 1112 1052 3012 201
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
2 0442 0912 1512 1181 9931 9612 0651 9791 954
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0362 1662 2272 1082 2122 2152 2552 0202 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 4613 1083 7803 9413 8774 1984 4384 7574 840
2018 - - - - - - - -
4 796--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Herrlisheim dispose de deux écoles maternelles publiques, de deux écoles élémentaires publiques et d'un collège, nommé depuis le collège Simone Veil.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

De nombreux bâtiments anciens ont été recensés à Herrlisheim[24]. Parmi eux on peut noter :

  • la gare de Herrlisheim, un édifice tout en grès qui date de la fin du XIXe siècle[25] ;
  • l'église paroissiale Saint-Arbogast, qui a été successivement reconstruite en 1338, 1483 et entre 1785 et 1789. Détruite une fois encore en 1945, elle a été une nouvelle fois rebâtie entre 1965 et 1968 puis consacrée en 1970. Sa façade, jadis classée monument historique, a été déclassée par arrêté du [26] ;
  • la synagogue, actuellement désaffectée, qui date de 1850 à en croire la mention figurant dans le pignon[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Association membre de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports, et fédérée à Alsace Nature
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 67 - Bas-Rhin - Habitants », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Herrlisheim », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « ASTUS Info n°71 » [PDF], sur astus67.files.wordpress.com, .
  13. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  14. Marc Weissenburger, « HERRLISHEIM (67), village de traditions tourné vers l'Europe », sur http://marc.weissenburger.pagesperso-orange.fr (consulté le ).
  15. La nouvelle municipalité élue le 11 mars 2001
  16. « Janvier 1979 : le vice-président Becker Louis, également responsable de la Section Gymnastique, est nommé maire de la commune de Herrlisheim. » [1]
  17. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  18. H.K., « Serge Schaeffer succède à Louis Becker : Lundi 25 mai à 20 h, les 27 conseillers municipaux élus le 15 mars dernier, se sont rassemblés au centre socioculturel de Herrlisheim afin d’élire leur maire. La candidature de Serge Schaeffer a été validée par 23 voix pour et quatre bulletins blancs. », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne).
  19. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Les bâtiments recensés de Herrlisheim », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « La gare de Herrlisheim », notice no IA00123994, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « L'église paroissiale Saint-Arbogast », notice no IA00123945, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « La sinagogue », notice no IA00123946, base Mérimée, ministère français de la Culture.