Harald Ier de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre runique d'Harald.

Harald Ier de Danemark, dit Harald à la dent bleue (Blåtand), né vers 910, mort à Jomsborg le 1er novembre 986, est roi de Danemark à partir de 958.

Son surnom[modifier | modifier le code]

Blå, « bleu » en danois moderne, voulait alors aussi dire « sombre ». On peut ainsi supposer que le roi Harald avait les dents gâtées, ce qui lui aurait valu son surnom ; ou bien que, friand de petites baies de couleur violine (myrtilles), il en consommait à outrance, ce qui avait la particularité de colorer la langue, le palais et les dents d'une couleur bleutée. Il est cependant considéré comme plus probable que le surnom était en réalité « blå teint », qui signifiait « au teint sombre », « bronzé »[réf. nécessaire]. Certains hommes de haut rang en Scandinavie se limaient les dents et les recouvraient par la suite de pâte de couleur de façon à les colorer[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le baptême d'Harald, vers 970
Le royaume d'Harald et de ses vassaux et alliés.
Le royaume d'Harald (en rouge) et de ses vassaux et alliés (en jaune).

Aigrold roi des Danois[modifier | modifier le code]

Un certain « Aigrold » roi des Danois, chassé du Danemark par ses fils, trouve refuge avec ses hommes dans l'Ouest du duché de Normandie, aux environs de Cherbourg dans les années 940. Selon Guillaume de Jumièges vers 945, à l'appel du Normand d'origine danoise Bernard, régent du duché de Normandie, « Hérold roi des Danois » intervient avec ses troupes pour aider le jeune duc Richard, en difficulté, et fait prisonnier le roi carolingien Louis d'Outremer qui doit donner des otages pour obtenir sa libération et libérer le jeune Richard qu'il détenait en France. Par la suite Hérold retourne au Danemark et se réconcilie avec son fils Suénon. Le roi danois Harald est une identification peu probable de cette « Aigrold » car cette thèse ne repose que sur les chroniqueurs normands tardifs comme Dudon de Saint-Quentin[1]

Le roi Harald[modifier | modifier le code]

Harald est le fils du roi Gorm de Danemark et de Thyra Klacksdottir[2].

En 934 le roi de Germanie Henri l'Oiseleur roi de Germanie avait contraint Gnupa le roi « suédois » d'Hedeby à se soumettre et à recevoir le baptême. Gorm le père d'Harald détruit ensuite le royaume de Gnupa avant qu'Harald ne lui succède vers 958. Durant son règne, Harald impose le christianisme dans son royaume et sa fait baptiser avec sa famille et sa Hirdh. Selon Adam de Brême, en 966 :

« Les Danois furent convertis à la foi par un certain Poppon qui porta en public, sans en éprouver de dommage un fer chauffé à blanc, en forme de gant ». Le chroniqueur ajoute : « À ce spectacle le roi Harald abandonna avec tout son peuple le culte des démons et se mit à adorer le vrai Dieu. Poppon fut élevé à l'épiscopat » [3].

Le roi fait édifier des églises dans ses domaines à Odense et à Roskilde qui s'ajoute aux implantations d'Hedeby, Ribe et Aarhus imposées à son père en 948. Un chef nommé Odinkar se convertit également et semble être à l'origine de la christianisation des îles et de la Scanie. En 988 il est consacré à Brême évêque missionnaire en Suède et chez les Wagriens

Harald réussit par ailleurs à imposer dans le sud de la Norvège vers 970 un protectorat danois et entretient des relations avec les Abodrites qui détruisent Hambourg en 983 en épousant une fille de leur roi Mistivoï[4] Emund fils d'Eric qui règne en Suède est aussi son allié[5]

Une des deux inscriptions runiques de la Grosse pierre de Jelling au Jutland érigée à la gloire du roi Harald qui a « fait ce monument en l'honneur de Gorm son père et de Thyre sa mère » lu attribue ensuite le mérite d'avoir « conquis le Danemark et la Norvège et rendu les Danois chrétiens ».

La fin de son règne qui s'est caractérisé par trois grandes évolutions au Danemark: l'unification du royaume; la conversion et l'extension de la puissance à l'extérieure est troublée par les révoltes de son fils Sven soutenu par les païens. Blessé lors d'un combat Harald se serait réfugié à Jomsborg chez les Wendes, dans « la cité slave de Jumme », selon Adam de Brême et il serait mort peu après. Son corps est ramené au Danemark et inhumé dans l'église de Roskilde qu'il avait fait édifier en l'honneur de la Sainte-Trinité. Sven est alors proclamé roi[6]

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Il a eu trois épouses :

  • Cyrid Olafsdottir ;
  • Thora ou Tove, fille de Mistivoï ;
  • Gunhilde (960) .

De ces mariages sont nés quatre enfants :

  • Thyra, fille de Gunhilde, épouse successivement: Burislav, roi des Wendes puis Olaf Tryggvason
  • Haakon, fils de Cyrid.
  • Gunhild, fille de Cyrid (assassinée en 1002) : épouse Pallig (lui aussi assassiné en 1002).
  • Sven Ier de Danemark (965-1014), roi du Danemark après avoir détrôné son père, et roi d'Angleterre.

Hommages[modifier | modifier le code]

Récemment, un consortium d'industriels a utilisé son surnom, traduit en anglais, comme marque d'une norme de communication sans fil entre objets : le système Bluetooth.

Le logo de ce système est d'ailleurs inspiré des initiales runiques du roi Harald Blåtand.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Musset Les peuples scandinaves au Moyen-Âge Presses universitaires de France, Paris 1951 p. 83 note n°4.
  2. "-dottir" (ou "-dotti" ?) pour "fille de", comme encore aujourd'hui en Islande. "-son" pour fils de : Harald est aussi nommé "Harald Gormsson".
  3. Histoire des archevêques de Hambourg, Livre II, chapitre 25, scholie 20, p. 83.
  4. Lucien Musset Op.cit p. 83
  5. Adam de Brême, Histoire des archevêques de Hambourg, Gallimard. (ISBN 2070744647) Livre II chapitre 25 p. 83.
  6. Adam de Brême, Op.cit, Livre II chapitre 27-28 p. 85-87.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources primaires
Source secondaire

Notes et références[modifier | modifier le code]