Collège épiscopal Saint-Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collège Saint-Étienne.

Collège épiscopal Saint-Étienne
image illustrative de l’article Collège épiscopal Saint-Étienne
Le collège épiscopal Saint-Étienne de Strasbourg.
logo
Devise Deviens ce que tu es.
Généralités
Création 1861
Pays Drapeau de la France France
Académie Strasbourg
Coordonnées 48° 35′ 00″ nord, 7° 45′ 19″ est
Adresse 2, rue de la Pierre Large
67000 Strasbourg
Site internet http://www.cse-strasbourg.com
Cadre éducatif
Type Établissement d'enseignement privé sous contrat d'association avec l'État
Proviseur Guy Heitz
Population scolaire 1 800
Formation Lycée général (S et ES), Collège, Primaire
Langues étudiées anglais, allemand, espagnol, latin, grec ancien, chinois, russe
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

(Voir situation sur carte : Strasbourg)
Point carte.svg

Le collège épiscopal Saint-Étienne est un établissement d'enseignement secondaire privé catholique de Strasbourg, situé dans le centre historique de la ville. Sous tutelle de l'archevêché et sous contrat d'association avec l'État, il accueille environ 1900 élèves du primaire à l'enseignement supérieur. Son origine remonte au XIXe siècle, puisqu'il fut fondé en 1861 comme petit séminaire.

L'église Saint-Étienne se trouve dans l'enceinte du collège dont elle fait désormais office de chapelle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les bâtiments conventuels de l'ancienne abbaye ont été reconstruits en 1858 par l'architecte strasbourgeois Eugène Petiti (1809-1883)[2] pour en faire un collège.

Le parloir de l'établissement abrite toujours une Déploration du Christ, un haut-relief de la prédelle du retable du maître-autel de la cathédrale, aujourd'hui disparu[3]. Ce groupe sculpté en bois de tilleul est attribué à Nicolas de Haguenau (1501)[4].

Le collège possède également un reliquaire de la main de sainte Attale[5], en cristal de roche monté dans de l'argent doré. Les restes datent du XIIe siècle, l'ensemble de la fin du XVe siècle[1]. Deux tentures du XVe siècle illustrant les légendes de sainte Attale et sainte Odile appartiennent aussi au collège[6], mais sont désormais conservées au musée de l'Œuvre Notre-Dame[7].

La chorale des jeunes, dont le directeur fut Jean Pierre Kempf, a animé pendant de nombreuses années une messe dite « Messe des jeunes »

En 2016, un nouvel orgue a été installé et fait la fierté de l'établissement.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Plaque à la mémoire de Marcel Weinum et du réseau La Main noire

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roland Recht, Jean-Pierre Klein et Georges Foessel (dir.), « Église Saint-Étienne » in Connaître Strasbourg : cathédrales, musées, églises, monuments, palais et maisons, places et rues, Alsatia, Colmar ?, 1998 (nouvelle édition remaniée), p. 95-97 (ISBN 2-7032-0207-5)
  2. Christian Baechler et Théodore Rieger, « Jean Jacques Eugène Petiti », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 29, p. 2972
  3. « Nicolas Zimmerlin (dit Nicolas de Haguenau (entre 1440 et 1445-av. 1538) », in Encyclopædia Universalis
  4. Robert Will, « Les tribulations, 1682-1897, du retable du maître-autel de la cathédrale de Strasbourg sculpté par Nicolas de Haguenau », in Cahiers alsaciens d'archéologie, d'art et d'histoire, 1996, no 39, p. 89-96
  5. Attale était la fille du fondateur et la première abbesse de l'abbaye de Saint-Étienne (Alexandre Straub, L'Abbaye de Saint-Étienne : discours prononcé à la distribution... des prix, le 10 août 1860, L.-F. Le Roux, 1860, p. 5
  6. Musées de Strasbourg
  7. Théodore Rieger, Art gothique en Alsace, Jean-Paul Gisserot, Paris, 2003, p. 42 (ISBN 2-87747-710-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Delsor, M. le chanoine Pantaléon Mury, ancien supérieur du collège Saint-Étienne (discours prononcé à la distribution des prix du collège épiscopal de Saint-Étienne de Strasbourg, le 13 juillet 1926), F. X. Le Roux et Cie, imprimerie de l'Évêché, Strasbourg, 1926, 12 p.
  • Pantaléon Mury, Petit séminaire de Strasbourg (discours prononcé à la distribution solennelle des prix le 13 août 1858), Huder, 1858, 16 p.
  • Louis Schlaefli, « Vers la réouverture du collège de Saint-Étienne, 5 avril 1883 », in Écho de Saint-Étienne, 1985 * Louis Schlaefli, « Autour de deux anniversaires : la réouverture du collège Saint-Étienne en 1945 et l'achèvement de la reconstruction de l'église en 1965 », in Écho de Saint-Étienne, 1996
  • Louis Schlaefli, Le collège épiscopal Saint-Étienne, Éd. du Signe, Strasbourg, 2011, 347 p. (ISBN 978-2-7468-2671-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :