Finkwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Finkwiller
Finkwiller
Une maison à colombage sur le quai Finkwiller.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Ville Strasbourg
Arrondissement Strasbourg-Ville
Fonctions urbaines Vieux quartier.
Cours d’eau Ill
Transport
Tramway tram A D
Bus bus 10 14 24
Vue sur l'Ill depuis le pont Saint-Thomas.
La caserne des pompiers.

Le Finkwiller [fiŋkvilɛʁ] est un quartier du centre de Strasbourg situé au sud de la Grande Île.

Le quartier est délimité au nord et à l'ouest par l'Ill, à l'est par la rue de la Première Armée et au sud par l'hopital civil.

Administrativement le Finkwiller appartient au quartier Centre-ville[1].

Description[modifier | modifier le code]

Autrefois quartier de jardiniers et de pêcheurs, il tire son nom des pinsons (en allemand Fincken) qui peuplaient ses jardins. Il pourrait aussi s'agir d'un sobriquet pour désigner les habitants du quartier ou du moins certains.

Séparé du quartier historique de la Petite France par l'Ill, le Finkwiller a conservé nombre de maisons à colombages.

Les célèbres facteurs d'orgue Silbermann y avaient leur atelier.

Le quotidien régional Dernières Nouvelles d'Alsace est fondé dans le quartier le 1er décembre 1877 par Heinrich Ludwig Kayser. Une plaque commémorative, apposée sur le n°7 rue du Bain-Finkwiller (l'immeuble d'origine fut démoli dans les années 1960), est dévoilée le 1er décembre 2015 par Roland Ries, maire de Strasbourg, et Francis Hirn, directeur du journal[2].

Le peintre alsacien Alfred Tinsel (1920-1998) est l'auteur d'un tableau intitulé Le Bain Finkwiller[3].

Le bureau de poste de Strasbourg-Finkwiller a définitivement fermé en juin 2011 malgré la protestation des riverains[4]. L'immeuble dans lequel il se trouvait a été racheté par le Conseil général du Bas-Rhin et démoli début 2014[5].

Le quartier compte deux églises et deux chapelles : l'église Saint-Louis, l'église Saint-Nicolas, la chapelle des Diaconesses et la chapelle de la communauté des Sœurs de Marie Réparatrice.

En raison de sa proximité avec l'hôpital civil, on y trouve la Faculté de médecine de Strasbourg, la Faculté de chirurgie dentaire et la clinique des Diaconesses.

Trois établissements scolaires sont situés dans le quartier : le groupe scolaire du Finkwiller, le lycée Charles Frey et le collège Lucie Berger - pôle Éducatif Protestant de Strasbourg.

L'hôtel du Département, siège du conseil départemental du Bas-Rhin, a été construit au bord de l'Ill en 1988.

Notons la présence de l'ancien haras national et du barrage Vauban qui fait le lien avec le quartier de la Gare.

Enfin on y trouve aussi la caserne des Pompiers du Finkwiller et une salle de spectacles, La Choucrouterie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte des 15 quartiers administratifs de Strasbourg.
  2. « En souvenir de la première page des DNA », article des DNA du 2 décembre 2015.
  3. Hélène Braeuner (et al.), « Alfred Tinsel », in Les peintres et l'Alsace : autour de l'Impressionnisme, La Renaissance du Livre, Tournai, 2003, p. 175 (ISBN 2-8046-0741-0)
  4. Le Finkwiller ne veut pas perdre son bureau, article des DNA du 9 juin 2011.
  5. Place nette pour un parking en attendant, article des DNA du 17 janvier 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Benoît Jordan, « Le quartier du Finkwiller », Regards, no 22,‎ , p. 9
  • Marcel Mathis, « Aspects historiques du quartier du Finkwiller », in Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, 1995, no 24, p. 15-32
  • Roland Recht, Jean-Pierre Klein et Georges Foessel, « Quartier Finkwiller », in Connaître Strasbourg : cathédrale, musées, églises, monuments, palais et maisons, places et rues, Alsatia, Colmar, 1976, p. 113-115 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Variot, « Les fantômes du quartier Finkwiller à Strasbourg », in Contes populaires et traditions orales de l'Alsace, Firmin-Didot et cie, Paris, 1936 (rééd.), p. 244-245