Gotska Sandön

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gotska Sandön
Plage de Gotska Sandön
Plage de Gotska Sandön
Géographie
Pays Drapeau de la Suède Suède
Localisation Mer Baltique
Coordonnées 58° 22′ 00″ N, 19° 15′ 00″ E
Superficie 36 km2
Géologie Île continentale
Administration
Län Gotland
Commune Gotland
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Suède

(Voir situation sur carte : Suède)
Gotska Sandön
Gotska Sandön

Géolocalisation sur la carte : comté de Gotland

(Voir situation sur carte : comté de Gotland)
Gotska Sandön
Gotska Sandön
Îles en Suède

Gotska Sandön (littéralement l' île de sable de Gotland) est une île dans le comté de Gotland (Suède). Située dans la mer Baltique, à 38 km au nord de l'île de Gotland (ou, pour être plus exact, à 38 km au nord de Fårö, autre île juste au nord de la côte gotlandaise), c'est l'île la plus isolée de Suède. L'île mesure approximativement huit kilomètres de long pour cinq kilomètres de large. Sa superficie est de 45 kilomètres carrés, dont près de 25 sont couverts de forêts. Le parc national comprend non seulement l'ensemble de l'île, mais également 842 hectares de mer.

Le paysage de Gotska Sandön est dominé par les plages, les dunes et les forêts de pins. Elle abrite des crapauds, des lièvres, de nombreuses espèces d'insectes rares (notamment des scarabées, endémiques) et une colonie de phoques gris. Au niveau de la flore, plusieurs espèces d'orchidées trouvent là un milieu favorable. Depuis 1909, Gotska Sandön est un parc national et l'île est habitée seulement par le personnel surveillant du milieu sensible et du phare et par du personnel lié au tourisme[1]. . Les visites touristiques sont limitées à l'été où des bateaux la relient régulièrement à Nynäshamn (la terre ferme suédoise) et à Fårö.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et géomorphologie[modifier | modifier le code]

Petit col traversant une dune couverte de forêt de pin
Le col de Schipkapasset traversant la dune Höga åsen.

L'île de Gotska Sandön est située dans la mer Baltique, dans une position relativement isolée, les terres les plus proches étant Fårö à 38 km au sud, et Landsort à 85 km au nord-ouest, eux-même des territoires insulaires[S 1]. Administrativement, elle fait partie de la commune de Gotland dans le comté de Gotland (les deux niveaux administratifs ayant fusionné), en Suède[S 1].

L'île mesure environ 36 km2, ayant la forme d'une point de flèche de 9 km de long[N 1]. Elle constitue la partie émergée d'un récif, qui s'étend sur 120 km entre Klints bank à l'est de Gotland et Kopparstenarna à 20 km au nord-ouest de Gotska Sandön, la section entre Fårö et l'île prenant le nom de Salvorev[N 1]. Ce récif atteint une hauteur d'environ 70 m par rapport aux fonds marins alentours[S 2].

Comme son nom l'indique (Gotska Sandön signifie « l'île de sable de Gotland »), l'île est presque exclusivement constitué de sable et son relief est dominé par des dunes[S 3]. Des dunes actives atteignant entre 10 et 17 m de haut sont situées tout le long du littoral à l'exception d'Hamnudden, Höga land et de la baie de Las Palmas[S 3]. Mais la dune la plus imposante est Höga åsen, située à l'intérieur de l'île, qui atteint 43 m d'altitude, constituant ainsi le point culminant de Gotska Sandön[S 3]. Une autre dune relativement marquée est Slyngdynen au sud-est[S 3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Une roche ressemblant vaguement à un éléphant dans une forêt.
Le bloc erratique Elefanten (l'élephant).

La région de Gotland repose sur des calcaires datant de l'ordovicien[S 2]. Cependant, Gotska Sandön et l'ensemble du récif de Salvorev - Kopparstenarna sont constitués de sédiments déposés durant les glaciations, en particulier sous forme d'eskers et de moraines[2]. Le récif était d'ailleurs initialement interprété comme un gigantesque esker, mais des analyses détaillées du service de recherches géologiques de Suède dans les années 1980 ont révélé qu'il s'agit plus probablement d'une moraine[3]. Ce récif a ensuite été modelé par les courants de la mer Baltique, un processus qui se poursuit encore aujourd'hui[S 2]. À la fin de la dernière ère glaciaire, l'actuelle île était totalement située sous les eaux[S 2]. À la faveur du rebond post-glaciaire et des changements de niveau de l'eau, l'île commence à émerger il y a environ 6 000 à 5 000 ans[N 1].

Le sable domine largement l'île, mais on trouve aussi sur les côtes de nombreux galets apportés par la mer[S 3]. On trouve aussi de nombreux cailloux dans les zones appelées Burgen, près des côtes ouest et nord-est, cette concentration étant due à l'action du vent sur ces terrains plats[4]. Enfin, l'île dispose de quelques blocs erratiques, dont certains ont même des noms: « l'éléphant » (Elefanten) , « la pierre pointue » (Vassestenen) et « la cabane du métayer »(Torparestugan)[5].

Dune entourée de forêt et avec la mer en arrière-plan.
Dune à proximité d'Arnagrop.

Aujourd'hui encore, les éléments continuent leur lente transformation du paysage de l'île[S 2]. Les vagues érodent certaines zones, telles que Hamnudden au sud-ouest, tandis que les courants déposent leurs sédiments dans d'autres, telles qu'à Bredsand au nord[S 2]. Ainsi, si l'île est surtout connue pour ses vastes plages, le littoral du sud de l'île est marqué par une petite falaise côtière[S 2]. En outre, les dunes sont constamment formées et déformées par l'action du vent[S 2]. Cependant, les dunes du centre de l'île sont essentiellement des dunes fossiles, la végétation les recouvrant ayant stabilisé le relief[S 3]. C'est donc surtout les dunes côtières qui sont affectées par le vent, se déplaçant à une vitesse pouvant atteindre 6 m par an[4]. Un exemple visible de l'évolution des dunes est la forêt morte (Döda skogen) à Arnagrop, où la migration d'une dune recouvra une forêt, l'étouffant complètement[S 3]. La dune à ensuite continué son déplacement, révélant les arbres morts[S 3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Gotska Sandön est classé comme climat continental humide (Dfb selon la classification de Köppen)[6]. Cependant, la mer Baltique a une influence déterminante sur le climat de l'île, qui subit des variations de températures moindres que sur la terre ferme[N 2]. Les hivers sont relativement doux et les côtes sont rarement prises par les glaces[N 2]. Les précipitations sont assez faibles, et alliées au vent quasi-permanent qui balaye l'île, les étés peuvent être très secs[N 2]. Le vent est le plus souvent dirigé vers le nord-est, ce qui influence la dynamique des dunes[N 2].

Relevé météorologique de Gotska Sandön
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −5,1 −5,6 −3,4 0,4 4,5 9,1 12,2 11,8 8,5 4,6 0,5 −2,9 2,9
Température moyenne (°C) −2,7 −3 −0,2 4,3 9,4 13,7 16,5 15,9 12,1 7,4 2,6 −0,7 6,3
Température maximale moyenne (°C) −0,4 −0,3 2,9 8,3 14,2 18,4 20,8 20,2 15,7 10,2 4,7 1,5 9,8
Précipitations (mm) 34,7 25,2 29,6 34,4 36,7 49,8 61,2 77,8 59 58,4 59,5 50,3 586,4
Source : Global species[6]


Milieux naturels[modifier | modifier le code]

L'île de Gotska Sandön est d'après la classification du Fonds mondial pour la nature (WWF), situé dans l'écorégion terrestre des forêts mixtes sarmatiques[7]. Cependant, sa géologie particulière lui confère une faune et flore unique[S 3]. Au total, l'île compte 400 espèces de plantes vasculaires, dont près de la moitié doivent leur présence à l'influence anthropique[S 3], 250 espèces de lichens et des centaines d'espèces de coléoptères pour ne citer qu'eux[N 2]. Et parmi toutes ces espèces, plusieurs sont rares à l'échelle nationale , avec 120 espèces classées comme menacées en Suède, et pour certaines, l'île est le seul local connu dans le pays[N 3]. L'île compte aussi quelques espèces rares à l'échelle internationales, et même certaines espèces endémiques[N 3].

Forêt de conifère[modifier | modifier le code]

Forêt régulière de pin traversée par un chemin.
Forêt régulière de pins le long du chemin Hamnuddsvägen.

La forêt de conifères, surtout de pin sylvestre (Pinus sylvestris), constitue l'écosystème dominant sur l'île, avec près de 30 km2 sur les 36 que compte l'île[S 1]. Grâce à la protection comme parc national, une partie de cette forêt est maintenant une forêt ancienne[N 2]. La forêt autour de la dune Höga åsen est même une forêt primaire et c'est naturellement là que les arbres les plus imposants de l'île peuvent être observés[N 4]. Ailleurs, la forêt est souvent régulière, avec des arbres d'âge similaires, mais même là, la présence de bois mort, important pour la biodiversité, est significante[N 2]. Le manque d'eau de surface et de nutriments rend cette forêt relativement pauvre, la densité d'arbre étant en général modérée et la végétation au sol limitée voire parfois réduite à une simple couverture de lichens[N 2]. Cette dernière est surtout constituée des mousses Hylocomium splendens, Dicranum scoparium, Pleurozium schreberi, des lichens du genre Cladonia et de l'airelle rouge (Vaccinium vitis-idaea), du raisin d'ours (Arctostaphylos uva-ursi), et de bruyère callune (Calluna vulgaris)[N 2]. Parmi les plantes rares, on peut citer la pirole en ombelle (Chimaphila umbellata)[N 5].

Un coléoptère vert aux reflets dorés sur du sable.
La cétoine dorée (Cetonia aurata) sur l'île.

L'isolation de l'île explique que peu de mammifères s'y trouvent[N 6]. Le lièvre (Lepus timidus) a probablement été importé au XVIIIe siècle ou XIXe siècle, et le renard roux (Vulpes vulpes) est probablement arrivé sur la mer gelée[S 4]. L'île compte aussi quelques chauves-souris[N 6]. En termes d'oiseaux, assez peu d'espèces nichent dans les forêts de conifères de l'île, qui est surtout utilisée comme point de passage durant leur migration au printemps/début d'été et en automne[S 4]. Le Bec-croisé perroquet (Loxia pytyopsittacus) est l'une des espèces caractéristiques de l'île, mais le gobemouche gris (Muscicapa striata), la mésange noire (Periparus ater) et le pinson des arbres (Fringilla coelebs) sont aussi très présents[S 4]. L'île compte aussi quelques rapaces, tels que le faucon hobereau (Falco subbuteo), l'autour des palombes (Accipiter gentilis) et l'épervier d'Europe (Accipiter nisus), et ce malgré l'absence des rongeurs qui constituent leur proies habituelles[S 5].

La richesse faunistique des forêts de conifères de l'île provient surtout de leur grande diversité d'insectes, en particulier de coléoptères[N 6]. Ainsi, sept espèces de coléoptères présents sur l'île n'ont été découverts nulle part ailleurs dans les Pays nordiques[N 6]. Leur présence est considérée comme la relique d'une époque plus chaude (entre 5000 et 500 av. J.-C.)[S 5].

Dunes et littoral[modifier | modifier le code]

Végétation sur le sable près du littoral, avec des fleurs et quelques arbustes.
Végétation du littoral près de Bredsandsudde.

En approchant du littoral, les arbres se font plus rares et on trouve un gradient de végétation entre les plages presque nues et la forêt. Au plus près de la mer, on trouve les dunes blanches : il s'agit des dunes mobiles, où la couverture de végétation est la plus maigre, les mouvements de la dune étant néfastes pour la plupart des espèces végétales[N 4]. Cependant, la proximité de la mer apporte des nutriments, par exemple grâce à la décomposition des algues[N 4]. L'oyat (Ammophila arenaria) est l'espèce caractéristique, étant totalement adaptée à ce milieu : sa croissance est accélérée lorsqu'elle est recouverte par le sable, ce qui lui permet de se maintenir constamment au-dessus du niveau de la dune, leur partie souterraine pouvant ainsi atteindre plusieurs mètres de long[N 4]. Beaucoup de ces oyats ont été planté au XXe siècle pour stabiliser les dunes littorales, mais l'espèce existait déjà sur l'île auparavant[S 3]. Outre l'oyat, les espèces caractéristiques de ces dunes blanches sont le seigle de mer (Leymus arenarius), la gesse maritime (Lathyrus japonicus), la laîche des sables (Carex arenaria) ainsi que le panicaut maritime (Eryngium maritimum), qui a nettement régressé ailleurs dans le pays durant le XXe siècle[N 4]. Au plus proche de la mer se trouve les espèces qui tolère bien la salinité, telles que le pourpier de mer (Honckenya peploides), la soude brûlée (Salsola kali), la roquette de mer (Cakile maritima) et l'arroche du littoral (Atriplex littoralis)[N 4].

En s'éloignant de la mer, les dunes blanches font place aux dunes grises, appelées ainsi à cause de la couleur grise de leur couverture végétale[N 4]. Du fait de l'éloignement de la mer, ces dunes reçoivent moins de nutriments, mais elles sont relativement stables, étant fixées par la végétation[N 4]. L'oyat est toujours présent ci et là, tout comme la laiche des sables, mais on trouve aussi le corynéphore argenté (Corynephorus canescens), ainsi que des mousses et lichens (Cladonia)[N 4]. Localement, dans les creux des dunes, l'humidité parvient à se maintenir et permet une végétation relativement riche, avec par exemple la primevère farineuse (Primula farinosa), l'orchis de Fuchs (Dactylorhiza fuchsii), l'épipactis pourpre noirâtre (Epipactis atrorubens) et l'épipactis des marais (Epipactis palustris)[N 4]. Dynkärret dans la partie sud-ouest de Bredsandsudde est un exemple de zones humide riche en fleur dans les dunes[N 4]. À l'ouest et au nord-est, entre les dunes grises et la forêt se trouve les zones de Burgen, avec leur sols couverts de galets ; leur végétation est assez pauvre, avec surtout des lichens, mais on y trouve aussi le raisin d'ours commun, l'orpin âcre (Sedum acre), le serpolet (Thymus serpyllum) et le pied de chat dioïque (Antennaria dioica)[N 4].

Durant les dernières décennies, les pins ont commencé à se propager de plus en plus près de la côte, ce qui semble du à la stabilisation des dunes, diminuant l'ensablement qui empêche normalement leur établissement[N 4].

Végétation sur le sable près du littoral.
Végétation sur la côte ouest de l'île.
Phoques et cormorans sur des rochers dans la mer près du rivage.
Phoques et grand Cormoran à Säludden.

Un des animaux les plus emblématiques de Gotska Sandön est le phoque gris (Halichoerus grypus) que l'on trouve en particulier autour de Säludden (littéralement « le cap aux phoques ») qui est d'ailleurs interdit d'accès pour cette raison[N 6]. La population de phoque gris de la mer Baltique est séparée des populations de l'océan Atlantique, et elle avait très fortement diminuée au XXe siècle à cause de la chasse puis de la pollution (de 100 000 au début du siècle à 3 600 en 1975)[N 7]. Elle est de nouveau en hausse sur les côtes suédoises mais reste très inférieure à la population du début du XXe siècle[N 7]. La population de Gotska Sandön est relativement faible[N 6]. Outre le phoque, la faune du littoral est dominée par les oiseaux de mer, dont plusieurs espèces nichent sur la côte, avec entre autres le goéland brun (Larus fuscus), le goéland cendré (Larus canus), la sterne pierregarin (Sterna hirundo), l'huîtrier pie (Haematopus ostralegus), le pluvier grand-gravelot (Charadrius hiaticula), le vanneau huppé (Vanellus vanellus) ou encore plus rarement l'eider à duvet (Somateria mollissima)[S 4]. Bredsandsudde en particulier est particulièrement riche en oiseaux marins[S 4]. Enfin, tout comme dans la forêt, la population d'insecte du littoral est relativement riche et unique[N 3].

Prairies et bosquets de feuillus[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Les premiers vestiges de la présence humaine datent du néolithique[S 5], c'est à dire très rapidement après l'émergence de l'île[N 1]. Il s'agit alors d'une occupation saisonnière, principalement motivée par la chasse aux phoques[N 1]. Cette situation semble continuer jusqu'à la fin de l'âge du fer, le peu de vestiges indiquant l'absence d'habitat permanent[N 1]. Il est cependant aussi possible que le mouvement des dunes contribuent à masquer les traces historiques[N 1]. Parmi les vestiges notables prouvant que l'île était néanmoins utilisée, on peut citer un grand cairn funéraire de l'âge du bronze sur Höga land[4].

Au Moyen Âge, la situation change avec l'arrivée d'un habitat permanent, marqué par des vestiges de fondations de bâtiments et des tombes[N 1]. L'île compte alors deux villages : un à Säludden et un à Varvsbukten[N 1]. À partir de 1361, l'île appartient à la couronne danoise qui en confie l'exploitation aux habitants de l'île de Fårö[N 1]. Ceux-ci utilisent ainsi l'île pour la chasse aux phoques, la pêche et l'élevage de moutons[N 1]. L'île (tout comme le reste de Gotland) passe sous contrôle suédois en 1645 avec le traité de Brömsebro[4], mais le royaume laisse aux habitants de Fårö le droit d'utiliser l'île[N 1]. Durant cette période, il y a approximativement 200 moutons sur l'île[S 5] et pour améliorer la pâture, les habitants brulent la forêt régulièrement, favorisant la croissance de la bruyère callune[N 1].

En 1758, l'état la vend à Johan Lythberg-Larsson, un marchant de Visby qui désirait l'utiliser pour l'élevage de moutons[4]. Ceci crée un conflit entre le marchant, l'état et les paysans de Fårö qui utilisaient l'île jusqu'à lors[4]. Les habitants de Fårö finissent par gagner gain de cause et obtiennent le bail, mais en 1781, ils se retirent, le roi insistant pour que les paysans payent les frais de l'arpentage précis de l'île effectué quelques années plus tôt, en 1772[4]. En 1783, le comté de Gotland met aux enchères le bail de l'île pour 20 ans et l'homme d'affaire de Stockholm Magnus Benedictus l'emporte : c'est le début de l'époque de la propriété privée sur Gotska Sandön[4].

De 1783 à nos jours[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

Parc national de Gotska Sandön
Image illustrative de l'article Gotska Sandön
Plage de l'île.
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 910
Pays Drapeau de la Suède Suède
Superficie 44,90 km2
Dont 8,42 km2 marin[8]
Création 1909
Administration Naturvårdsverket

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c p. 5.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h p. 9.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k p. 10.
  4. a, b, c, d et e p. 11.
  5. a, b, c et d p. 12.
  • (sv) Länsstyrelsen i Gotlands län, Bevarandeplan för Natura 2000-område : Gotska Sandön(-Salvorev) SE0340097 Del 1, (lire en ligne)
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m p. 2.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i p. 3.
  3. a, b et c p. 7.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m p. 4.
  5. p. 11.
  6. a, b, c, d, e et f p. 6.
  7. a et b p. 15.
  • Autres
  1. L'île a toutefois été habitée aux XVIIe et XVIIIe siècles par des éleveurs de moutons, puis par des agriculteurs.
  2. (sv) Länsstyrelsen i Gotlands län, Bevarandeplan för Natura 2000-område : Gotska Sandön(-Salvorev) SE0340097 Del 2, (lire en ligne).
  3. (sv) « Bildande av naturreservat Salvorev - Kopparstenarna, Gotlands kommun », sur Länsstyrelsen i Gotlands län, .
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (sv) « Nationalparken Gotska Sandön », sur Länsstyrelsen i Gotlands län
  5. (sv) « Geologi », sur Sveriges nationalparker
  6. a et b (en) « Climate Data for Latitude 58.25 Longitude 19.25 », sur Global species.
  7. (en) « Gotska Sandön-Salvorev », sur Global species.
  8. (en) « Gotska Sandön National Park » (consulté le 2 mai 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]