Myrmeleontidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Myrmeleontidae forment une famille d'insectes névroptères dont les représentants sont généralement appelés fourmilions ou fourmis-lions. L'aspect de l'adulte rappelle les libellules. Certaines espèces sont connues pour le piège en forme de cône inversé que leur larve creuse dans la terre meuble, afin de capturer les petites proies (notamment des fourmis) qui tombent dans ce trou. Selon une révision de 2004, un peu plus de 1 500 espèces actuelles sont reconnues.

Caractères communs aux espèces[modifier | modifier le code]

Les fourmilions présentent un long abdomen et des ailes étroites repliées en toit au-dessus de celui-ci au repos. Ils ont des antennes courtes en massue. Ce sont des insectes crépusculaires ou nocturnes au vol lent. Ils sont en général prédateurs et s'attaquent à des insectes plus petits, mais certaines espèces se nourrissent de pollen. Ils fréquentent des biotopes chauds et secs. On en rencontre une quarantaine d'espèces en Europe, essentiellement dans les régions méditerranéennes.

Vidéo d'une larve de fourmilion attrapant une fourmi, puis de cette larve se déplaçant sur un rocher.

Les larves de certaines espèces vivent à la base d'entonnoirs qu'elles creusent dans les sols sablonneux, et projettent du sable sur leurs proies pour les faire dégringoler. Ce sont le plus souvent des fourmis qui sont capturées par les puissantes mandibules de la larve. Chez d'autres espèces les larves vivent dans la litière ou s'enterrent et chassent au sol.

Chez certaines espèces tropicales, les ailes peuvent atteindre 10 à 12 centimètres, les ailes postérieures sont disproportionnellement allongées et s'évasent aux extrémités, évoquant des raquettes.

Systématique[modifier | modifier le code]

En 2004, 1 522 espèces actuelles et 13 taxons fossiles sont reconnus valides par l'entomologiste américain Lionel Alvin Stange[1],[2].

Selon Stange (1994), les sous-familles suivantes sont distinguées[3] :

Les fourmilions et l'Homme[modifier | modifier le code]

Selon Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, botaniste voyageur à l'origine de la première description scientifique connue du Formica Leo, un petit cône volcanique parasite du Piton de la Fournaise, cette formation volcanique a été baptisée par le savant réunionnais Joseph Hubert en se référant au fourmi-lion, dont le nom scientifique aurait pu être Formica-leo[4].

Science-fiction[modifier | modifier le code]

Dans la saga Star Wars, dans le film Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi, l'un des monstres (le Sarlacc[5]) semble être inspiré d'un fourmilion. Un cône gigantesque creusé dans le sable du désert rappelle le cône minuscule qu'une larve de fourmilion crée pour piéger ses proies.

Roman[modifier | modifier le code]

Dans le roman de Bernard Werber les Fourmis, un fourmilion tente de s'emparer d'une fourmi (la vieille 4000e), tandis qu'une jeune fourmi (103 683e) essaie de venir à son secours sans être elle-même emportée.

Il est également mentionné dans le roman de Gerald Durrall "Ma famille et autres animaux".

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Dans la série des Final Fantasy, le fourmilion est un monstre récurrent, ayant bien souvent un rapport avec le sable.

Dans Half-life 2, les fourmilions sont des insectes géants que le joueur doit éliminer et qui par la suite deviennent alliés de celui-ci.

Dans Ghouls'n Ghosts, les larves de fourmilions tentent de piéger Arthur au stade 2.

Dans Phantasy Star, la planète Motavia est peuplée de Fourmilions (ant-lion).

Dans Pokémon, le pokémon Kraknoix (en)[6] et ses évolutions Vibraninf (en) et Libégon (en) sont inspirés du Fourmilion.

Dans Titan Quest, les fourmilions sont des créatures géantes rencontrées dans les déserts.

Animation[modifier | modifier le code]

Dans le dessin animé japonais Yu-Gi-Oh! 5D's, le piège du Fourmilion[7] correspond à une carte à jouer qui fait intervenir un fourmilion géant pour effrayer l'adversaire.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Le Fourmi-lion par Jean-Henri Fabre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lionel Alvin Stange, A Systematic Catalog, Bibliography and Classification of the World Antlions (Insecta: Neuroptera: Myrmeleontidae), vol. 74, American Entomological Institute, coll. « Memoirs of the American Entomological Institute », 565 p.
  2. (en) Victor A. Krivokhatsky, « L. Stange. A Systematic Catalog, Bibliography and Classification of the World Antlions (Insecta: Neuroptera: Myrmeleontidae). Memoirs of the American Entomological Institute 74 (Gainesville, FL 2004), 565 p. », Entomological Review, vol. 85, no 4,‎ , p. 461-464 (lire en ligne)
  3. Stange, L.A. 1994: Reclassification of the New World antlion genera formerly included in the tribe Brachynemurini (Neuroptera: Myrmeleontidae). Insecta mundi, 8(1-2): 67-119. PDF
  4. Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, 1804.
  5. http://www.insectia.com/beta/f/iv_c202025.html Le comportement de la larve de fourmilion a sans doute inspiré les scénaristes d'un des films de Star Wars
  6. Le pokémon Kraknoix creuse un trou conique dans le sable du désert et se terre en attendant qu’une proie trébuche.
  7. Le piège du Fourmilion