Georges Pichard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pichard.

Georges Pichard

Nom de naissance Georges Pichard
Naissance 7 janvier 1920
Drapeau de France Français Paris, France
Décès 7 juin 2003 (à 83 ans)
Langue d'écriture Français
Genres Humour et bande dessinée pour adultes

Œuvres principales

Georges Pichard, (né à Paris le 7 janvier 1920[réf. nécessaire] et mort le 7 juin 2003 (à 83 ans), est un auteur de bande dessinée français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi les cours de l’École des arts appliqués, Georges Pichard débute dans la publicité pour le compte de l'agence Drager. Il donnera des cours de bandes dessinées à l'École supérieure des arts appliqués Duperré où il aura des élèves comme Gotlib ou Annie Goetzinger[1]. Dessinateur d'humour, il travaillera pendant de longues années pour Le Rire et Le Fou-Rire.

Il débute vraiment dans la bande dessinée pour le journal Chouchou où il rencontre Lob, qui sera plusieurs fois son scénariste. Plus tard, ses séries de bandes dessinées seront publiées dans Pilote, Charlie Mensuel et France-Soir.

L'un des principaux représentants de la bande dessinée pour adultes de son époque, Pichard aime surtout mettre en scène des femmes bien en chair aux prises avec l'adversité, comme Blanche Épiphanie, Ténébrax et Paulette sur des scénarios de Georges Wolinski. C'est cette série, publiée pendant des années dans les premières pages de Charlie Mensuel, qui le fait réellement connaître en France.

Ce sera ensuite Caroline Choléra, et Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope, dont le graphisme reste l'un des plus élaborés jamais entrepris par l'auteur. Son dessin est influencé par l'art nouveau, Robert Crumb et le marquis de Sade pour la thématique.

À partir de 1977, Georges Pichard entame une carrière d'auteur complet et s'engage davantage vers des œuvres érotiques, voire pornographiques[2], comme MCPM (Maison de correction Princesse Mélanie), Madoline, La voie du repentir, La Perfection Chrétienne[3]. Ces albums sont encore interdits dans certains pays[4].

Bandes dessinées en français[modifier | modifier le code]

  1. tome 1, 1971.
  2. tome 2, 1972.
  3. Le Mariage de Paulette, 1973.
  4. Paulette en Amazonie, 1974.
  5. Ras-Le-Bol-Ville, 1975.
  6. Le cirque des femmes, 1975.
  7. tome 7, 1984.
  • Lolly Strip, scénario de Danie Dubos, Éditions Eric Losfeld, 1972.
  • Blanche Épiphanie, Serg, (5 albums), de 1972 à 1987
  • Ténébrax, scénario de Jacques Lob, Serg, 1973.
  • Ulysse, scénario de Homère adapté par Jacques Lob, Dargaud, coll. « Phénix »
  1. Ulysse 1, 1974
  2. Ulysse 2, 1975
  1. Submerman, 1976
  2. Les peuples de la mer, 1978
  • Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope, scénario de Georges Pichard, Glénat, 1977.
  • Les manufacturées, scénario de Faraldo, Éditions du Square, coll. « Bouquins Charlie » 1980.
  • Marie-Gabrielle en Orient, scénario de Georges Pichard, Glénat, 1981.
  • Les sorcières de Thessalie, Glénat
tome 1, 1985
tome 2, 1986.
  • Caroline Choléra (3 tomes), scénario de Danie Dubos, Albin Michel, 1977-1982.
  • La Comtesse rouge, Erzsebet Bathory, adaptation Lo Duca, d’après Sacher Masoch, Éditions Dominique Leroy, Paris, 1985
  • Le Cavalier noir, Blanche Éphiphanie, scénario Jacques Lob, Éditions Dominique Leroy, Paris, 1986
  • Le Kama Soutra, de Vâtsyâyana préface Lo Duca, Éditions Dominique Leroy, Paris, 1991
  • La Religieuse, de Diderot, Éditions BD Adulte, Paris, 1995
  • L'Enquêteuse, Édition de la Musardine, 2008
  • Les exploits d'un jeune Don Juan, Glénat, 2010
  • MCPM - Maison de Correction Princesse Mélanie, Rebecca Rils, 2012
  • La Perfection chrétienne, Glénat, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nécrologie de G.Pichard sur Liberation.fr
  2. Michel Bourgeois et Henri Filippini, Érotisme et pornographie dans la bande dessinée, Grenoble, Glénat, 1978
  3. Préface Dominique Radrizzani
  4. Liberté d'expression, sur le site de l'UNEQ

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]