Ford Festiva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ford Aspire)

Ford Festiva
Ford Festiva

Marque Drapeau des États-Unis Ford
Drapeau de la Corée du Sud Kia Motors
Drapeau du Japon Mazda
Années de production 1986 - 2002
Classe Polyvalente
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3, 4, 5 portes
Chronologie des modèles

La Ford Festiva (connue aussi sous le nom de Kia Avella en Asie pour la seconde génération, Kia Pride en Europe pour la première génération et Ford Aspire en Amérique du Nord pour la seconde génération) est une voiture construite entre 1986 et 2002 en trois générations par le constructeur coréen Kia, qui faisait alors partie du groupe Ford, à partir de composants d'origine Mazda (121). Elle était déclinée en 3, 4 et 5 portes et disponible en 2 motorisations: Essence 1,3L 73 ch et 1,5L 88 ch.

Première génération (WA; 1986)[modifier | modifier le code]

Ford Festiva I
Image illustrative de l’article Ford Festiva

Appelé aussi Kia Pride
Mazda 121
SAIPA 111/131/132/141
SAIPA Nasim
SAIPA Saba
Marque Drapeau des États-Unis Ford
Drapeau du Japon Mazda
Drapeau de la Corée du Sud Kia Motors
Drapeau de l'Égypte Arab American Vehicles
Drapeau de l'Iran Saipa
Années de production 1986 - 1993 (Ford Festiva/Mazda 121)
1986 - 1997 (Kia Pride)
Classe Polyvalente
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Essence :
4-cylindres
Cylindrée 1 139 à 1 323 cm3
Puissance maximale 51 à 73 ch DIN
Couple maximal 86 à 106 Nm
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle à 5 rapports
Automatique à 3 vitesses
Manuelle à 4 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 700 à 780 kg
Vitesse maximale 144 à 155 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 15,2 à 13,5 s
Consommation mixte 5,2 à 7,3 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3,4 et 5 portes
Pick-up
Break
Dimensions
Longueur 3 570 (break : 3 940) mm
Largeur 1 610 mm
Hauteur 1 460 mm
Empattement 2 220 mm
Voies  AV/AR 1 400 mm  / 1 380 mm
Chronologie des modèles

La première génération de Ford Festiva a été conçue par Mazda au Japon à la demande de la société mère Ford[1],[2]. La berline trois portes conçue et construite par Mazda a été lancée au Japon en février 1986 sous le nom de «Ford Festiva», avec les moteurs 1,1 et 1,3 litre[3],[4],[5]. La Festiva utilisait une disposition traction avant et ses éléments mécaniques se composaient d'une direction à pignon et crémaillère, d'une suspension avant indépendante avec jambes de force, de ressorts hélicoïdaux et d'une barre stabilisatrice, et d'une suspension arrière à poutre de torsion[1],[6]. La Festiva a été rénovée en 1989, recevant un insert de calandre et des lentilles de feux arrière redessinés[7]. Au Japon, lors de son lancement, la Festiva trois portes était proposée dans les niveaux de spécifications L, L Special, S, Ghia et Canvas Top[8]. Ford commercialisait la Festiva sur le marché japonais via le réseau des concessionnaires Autorama[8]. Au salon de l'automobile de Tokyo 1986, les modèles sportifs GT et GT-X ont été présentés, avec un moteur BJ unique de 1,3 litre à double came. Elle avait un kit carrosserie spécial et un bombement de capot proéminent, et elle a été mise en vente le [9]. À ce moment-là, le Festiva Cargo L (version commerciale) avait également été ajouté à la gamme, en version deux ou cinq places.

À la mi-1986, un autre partenaire de Ford, Kia Motors en Corée du Sud, a commencé la production de la Festiva sous licence sous le nom de "Kia Pride"[4]. À partir du milieu de l'année 1987 pour l'année modèle 1988, Kia a commencé à en exporter au Canada sous le nom de «Ford Festiva», les ventes aux États-Unis commençant fin 1987[8]. Ford offrait un seul moteur quatre cylindres B3 de 1,3 litre et trois niveaux de finition: L, L Plus et LX[7]. Les deux modèles de base comportaient une transmission manuelle à quatre vitesses avec surmultiplication, la LX étant mise à niveau vers une unité à cinq vitesses. Un tachymètre et un volant inclinable ont également figuré sur la finition LX[10], tout comme des jantes en alliage, des rétroviseurs réglables à distance, des sièges intérieurs en tissu et une radio AM / FM à cassette[11]. Ford a mis en vente en Amérique du Nord un petit lifting pour l'année modèle 1990[12]. Dans le même temps, le système d'alimentation en carburant du moteur est passé à un carburateur à injection de carburant, et les choix de transmission ont été révisés avec une transmission manuelle à cinq vitesses de série et une boîte automatique à trois vitesses en option[7]. Ford a également remplacé les ceintures de sécurité avant manuelles par des versions motorisées et a installé des ceintures de sécurité arrière manuelles de série[7]. Pour l'année modèle 1991, les modèles L Plus et LX ont été combinés en une seule finition, la GL[7]. La direction assistée optionnelle a été supprimée pour 1992, et la GL a gagnée des jantes en alliage et la disponibilité d'une finition «sport»[7]. La dernière année modèle, 1993, n'a apporté aucun changement[7]. Au cours de la vie de la Festiva aux États-Unis, Kia a exporté environ 350 000 unités[13]. L'accord avec Ford s'est concrétisé conformément à la stratégie de Kia mise en œuvre au milieu des années 1980 pour combler progressivement le vide du côté low-cost du marché, lentement abdiqué par les marques japonaises qui recherchent des modèles plus chers avec des marges bénéficiaires plus élevées[13]. Par rapport aux constructeurs automobiles concurrents du Japon, ainsi que d'Europe et d'Amérique du Nord, le principal avantage concurrentiel de Kia était sa main-d'œuvre sud-coréenne moins bien rémunérée, ce qui s'est traduit par des voitures moins chères[13].

Mazda a commencé à produire la Festiva sous le nom de "Mazda 121" pour l'Australie et l'Europe en 1987, mais ce modèle n'a jamais été commercialisé au Japon[4]. La 121 a terminée sa production en 1990[14], et a été officiellement arrêtée par Mazda Australie en février 1991[15]. À partir d'octobre 1991, Ford Australie a commencé à importer la voiture sous le nom de «Ford Festiva» depuis l'usine de production sud-coréenne de Kia[16]. Là où la Mazda était vendue en version à hayon trois portes, la Ford était initialement vendue en version cinq portes seulement. À partir de janvier 1993, une Festiva trois portes portant le badge «Festiva Trio» a été lancée en Australie[17]. Les deux versions étaient propulsées par le moteur B3 de 1,3 litre à carburateur à arbre à cames en tête avec la transmission manuelle à cinq vitesses; une transmission automatique à trois vitesses était optionnelle pour la cinq portes[6],[18]. L'équipement standard en Australie comprenait une radio AM / FM, un tachymètre, des essuie-glaces intermittents, des déclencheurs à distance pour la porte arrière et la trappe de remplissage du réservoir de carburant et une climatisation disponible en option[6]. Ford a arrêté la Festiva sur le marché australien en mars 1994[16].

L'action de Ford Australie a été mise en parallèle en Europe, où Kia a commencé à exporter des variantes à hayon trois et cinq portes, berline quatre portes et break cinq portes de la Kia Pride de 1991 sous leur propre nom[19]. Ces variantes de carrosserie berline et à hayon cinq portes supplémentaires ont également été importées depuis la Corée du Sud vers le Japon sous forme de conduite à gauche (le Japon étant officiellement un marché à conduite à droite) sous le nom de "Ford Festiva 5" (à partir de mai 1991) et de "Festiva β ", respectivement.

À Taïwan, elle était assemblée à l'aide de kits démontables complets de 1989 via la co-entreprise locale Ford Lio Ho[20],[21].

L'édition 2008 des évaluations de sécurité des voitures d'occasion (ESVO) de l'Université Monash, a révélé que la première génération de Festiva offre un niveau de sécurité «pire que la moyenne» (deux étoiles sur cinq) en cas d'accident, par rapport à d'autres "voitures légères"[22]. La cote de sécurité n'a pas été uniquement calculée sur la base de la protection des occupants du véhicule, avec une protection pour "les cyclistes, les piétons et les conducteurs d'autres véhicules" incluse pour donner un "meilleur guide de l'impact global de la sécurité des véhicules sur la communauté"[22].

Mazda 121 (DA)[modifier | modifier le code]

Mazda a commencé à vendre en 1987 la 121 en tant que variante de carrosserie à hayon trois portes pour rester sous le plus grand modèle de Mazda, la 323[1]. Bien qu'elle y soit fabriquée, la 121 n'a pas été vendue au Japon sous la marque "Mazda"[4]. Les 121 de spécification australienne étaient équipés du moteur B3 de 1,3 litre, couplé à une transmission manuelle à cinq vitesses[15]. Les marchés européens ont également reçu le moteur B1 1,1 litre de 55 ch (40 kW) avec une transmission manuelle à quatre vitesses[23].

La 121 a été vendue en Australie à partir de mars 1987[1]. Elle comportait une banquette arrière coulissante, qui augmentait l'espace de chargement jusqu'à 180 millimètres (7,1 po)[1]. Les niveaux de finition en Australie comprenaient la finition de base "deluxe", la "super deluxe" et la "fun top" (basée sur la super deluxe), avec un grand toit ouvrant électrique coulissant en toile[1]. À partir d'octobre 1988, la super deluxe a été abandonnée et remplacée par la finition "shades"[1]. La première européenne de la 121 a eu lieu au Salon de l'auto de Genève en mars 1988. La version 1,1 litre a été ajoutée en juillet 1989. Les niveaux de finition étaient L et LX, avec une version SR également disponible au Royaume-Uni[23]. En Europe, le système de ventilation de la voiture, développé en pensant aux consommateurs américains, se distingue par son raffinement pour la catégorie[24]. Une caractéristique de conception intéressante était que le dossier du siège arrière pouvait être légèrement incliné et que le siège pouvait être déplacé longitudinalement, ajoutant jusqu'à 50 litres (11 gallons impériaux) d'espace au compartiment à bagages, par ailleurs très petit[24].

Mazda a mis en vente une mise à jour pour la 121 (sortie en octobre 1989 pour le marché australien) avec un nouvel insert de calandre, des garnitures extérieures de couleur carrosserie, une instrumentation, des sièges intérieurs et des garnitures redessinés[15]. La variante Mazda a été abandonnée en 1991, remplacée par une nouvelle génération de Mazda 121, basée sur l'Autozam Revue du marché japonais[15],[25],[26].

Kia Pride (Y)[modifier | modifier le code]

La Kia Pride est une automobile produite par Kia Motors de mars 1987 à janvier 2000, elle sert de base à la Festiva et la 121. En 2000, elle est remplacée par la Kia Rio cousine de la Hyundai Accent.

Avant sa mise sur le marché sud-coréen, les exportations comme la Festiva avaient commencé en décembre 1986 vers le Japon et les États-Unis. La Pride était vendue sous forme de berline quatre portes (dans les niveaux de finition LX, GTX et β), ainsi que sous les formes à hayon trois et cinq portes (la CD-5) et les styles de carrosserie familiale cinq portes. La Pride originale n'était disponible qu'en version à hayon trois portes, tandis que la cinq portes a été ajoutée en juin 1988. Le modèle berline quatre portes, la Pride Beta, est arrivé en novembre 1990, et la gamme a été complétée par la fourgonnette trois portes et la familiale cinq portes en février 1992. En novembre 1993, la Pride a été légèrement rénovée et la production a également été transférée à l'usine de la filiale de Kia Asia Motors à Gwangju, alors que Kia se concentrait sur la nouvelle Avella (Ford Aspire / Festiva WB). Jusqu'à ce que la Mazda 121 soit remplacée à la fin de 1990, les voitures portant le badge Kia n'étaient exportées que vers certains marchés tertiaires.

La Pride a été lancée au Royaume-Uni en juin 1991, équipée à la fois des moteurs B1 de 1,1 litre et B3 de 1,3 litre. Le 1.1 n'était disponible qu'en version trois portes dans la version de base L (les pneus à flancs blancs étaient une caractéristique courante sur elles)[27]. Il y avait aussi une version fourgon deux places au Royaume-Uni et sur certains autres marchés. L'injection de carburant est apparue sur les modèles à moteur de 1,3 litre en novembre 1994, appelée «1.3i». À ce moment, la version 1,1 litre a été supprimée[27]. En décembre 1995, la Start 1.3i à trois portes a remplacée la L, et la Pride a ensuite été brièvement interrompue au Royaume-Uni en janvier 1999. En juin 1999, elle a été relancée en tant que modèle trois portes d'entrée de gamme maintenant appelé S et les modèles trois et cinq portes de niveau supérieur connues sous le nom de SX[27]. Les ventes du modèle relancé ont pris fin en juin 2000[19].

SAIPA[modifier | modifier le code]

SAIPA a construit la Kia Pride sous licence en Iran depuis 1993 en utilisant jusqu'à 85% de pièces locales, nommée SAIPA Pride de 2001 à 2005. Depuis 2003, SAIPA a produit un nouveau modèle à hayon incliné cinq portes basé sur la Pride appelé SAIPA 141, tout en continuant à vendre la version iranienne de la Pride sous les noms SAIPA Saba GLXi (berline quatre portes), SAIPA Nasim Safari (cinq portes) et SAIPA Nasim DMi (hayon classique à cinq portes). Par rapport à ces versions, la SAIPA 141 présente un style arrière révisé avec un hayon incliné plus long et un design intérieur différent. La SAIPA 141 est vendue au Venezuela sous le nom de Turpial[28]. Une autre variante, connue sous le nom de SAIPA 132, a commencé sa production en 2008 et diffère de la Saba avec son style avant et arrière révisé. La société a introduit un style de carrosserie utilitaire coupé en 2008 sous le nom de SAIPA 151, avec une charge utile de 500 kilogrammes (1 100 lb). La plate-forme et le moteur de la Kia Pride a également formé la base des modèles iranien P.K (2000 à 2005) et New P.K (2005 à 2007), qui utilisent des carrosseries de Renault 5. En Iran, la Pride continue d'être la voiture la plus courante, environ 40% des véhicules du pays étant une SAIPA dérivée de la Pride.

Arab American Vehicles (AAV) ont fabriqué la Pride au Caire, en Égypte, vers 1998[29].

Kia Pride en Chine[modifier | modifier le code]

La Kia Pride s'est d'abord impliquée dans une co-entreprise à Zhuhai, dans la province du Guangdong avec la société automobile Guangtong Motors, où elle produisait des voitures sous licence. Le lot de voitures serait d'abord importé en Chine où les pièces seraient importées plus tard et l'entreprise assemblerait le produit fini. Jiangsu Yueda Auto Works (plus tard Yueda Kia Motors, actuellement Dongfeng Yueda Kia Motors) a commencé l'assemblage de la Pride en 1997. La berline s'appelait Yueda Kia Pride YQZ6390, la berline YQZ6370 ou YQZ7141. La production chinoise a pris fin en décembre 2003[30].

Deuxième génération (WB, WD, WF; 1993)[modifier | modifier le code]

Ford Festiva II
Ford Festiva

Appelé aussi Ford Aspire
Kia Avella
Marque Drapeau : États-Unis Ford
Années de production 1993 - 2000
Classe Polyvalente
Usine(s) d’assemblage Gwangmyeong (Plante de Sohari), Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Essence :
1.3 L 73/88 ch
Cylindrée 1 323 à 1 498 cm3
Puissance maximale 73 à 88 ch
Couple maximal 102 à 115 Nm
Transmission Traction
Boîte de vitesses Automatique à 3 vitesses
Manuelle à 5 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 820 à 940 kg
Vitesse maximale 156 à 162 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 14,8 à 14,4 s
Consommation mixte 7,5 à 12,3 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3,4 et 5 portes
Dimensions
Longueur 3 820 mm
Largeur 1 670 mm
Hauteur 1 440 à 1 470 mm
Empattement 2 310 mm
Voies  AV/AR 1 420 mm  / 1 410 mm
Chronologie des modèles

Le deuxième modèle de Ford Festiva a été développé conjointement par Kia et Ford, conservant la plupart de la transmission du modèle précédent avec un style de carrosserie plus arrondi. Cette nouvelle Festiva était légèrement plus longue, plus large, plus aérodynamique et suspendue par des jambes de force MacPherson à l'avant et un essieu à poutre de torsion à l'arrière. Alors qu'elle était vendue sur certains marchés en tant que Festiva de deuxième génération, Ford l'a renommée «Aspire» sur les marchés nord-américains, où le modèle cinq portes était offert pour la première fois. En Corée du Sud, la voiture portait le badge «Kia Avella». La version berline était principalement réservée au marché sud-coréen, bien qu'elle soit également disponible avec le badge Festiva à Taiwan.

Selon le marché, certaines ont conservée le moteur SOHC à injection, tandis que d'autres ont reçue un moteur DOHC avec une culasse MPI également conçu par Mazda. Ces moteurs étaient:

  • B3 EGi : Quatre cylindres de 1.3 L (1 323 cm3) avec injection de carburant et 8 soupapes produisant 63 ch (47 kW) à 5 000 tr / min et 100 N⋅m à 3 000 tr / min
  • B5 EGi : Quatre cylindres de 1.5 L (1 498 cm3) avec injection de carburant et 16 soupapes produisant 88.4 ch (66 kW) à 5 000 tr / min et 134 N⋅m à 4 000 tr / min (Asie et Océanie uniquement)

Les options de transmission comprenaient une transmission manuelle à cinq vitesses, bien que tous les modèles puissent être équipés d'une boîte automatique à quatre vitesses. Les modèles australiens et américains étaient équipés d'une boîte automatique à trois vitesses.

En 1997, la Festiva a reçu un nouveau pare-chocs avant avec une calandre ovale, des phares remodelés et d'autres modifications mineures. L'Aspire a été retirée de la gamme Ford aux États-Unis après 1997.

La deuxième génération de Festiva a continué à être vendue en Australie jusqu'en 2000, date à laquelle elle a été remplacée par la Ford Ka. Les Festiva australiennes de deuxième génération ont les découpes des feux de position latéraux des modèles américains de chaque côté du véhicule (côté conducteur et côté passager) à l'avant et à l'arrière. Au lieu de loger des réflecteurs / lumières orange sur les côtés avant et des réflecteurs / lumières rouges sur les côtés arrière, il y a des réflecteurs orange non allumés aux quatre emplacements. Ces réflecteurs redondants, associés au répéteur d'indicateur latéral orange (qui n'est pas requis aux États-Unis et qui n'était pas inclus sur l'Aspire), forment un profil latéral unique.

Kia a développé son modèle suivant, la Kia Rio, de manière totalement indépendante, et a terminé sa relation avec Ford.

À l'instar de la première génération, l'édition 2008 de l'UCSR (Used Car Safety Ratings) de l'Université Monash en Australie a révélé que la deuxième génération de Festiva offrait un niveau de protection de sécurité «pire que la moyenne» (deux étoiles sur cinq) en cas d'accident[22]. Dans l'édition 2010, le score a été rétrogradé à «très faible» (équivalent à une étoile sur cinq, ou la terminologie «nettement moins bonne que la moyenne» utilisée en 2008)[31].

Ford Aspire[modifier | modifier le code]

La Ford Aspire était vendue en Amérique du Nord de 1993 à 1997. C'était la remplaçante de la Ford Festiva. C'était la première voiture de sa catégorie à être équipée de série de deux coussins gonflables et de freins antiblocage en option. Elle est venue dans les styles de carrosserie deux et quatre portes, les deux à hayons. Les deux portes étaient disponibles en version de base et SE tandis que les quatre portes n'étaient disponibles qu'en version de base. Le modèle SE offrait une finition sportive composée de phares antibrouillard, d'un aileron arrière, de jantes en alliage, d'un tableau de bord bleu avec tachymètre et d'une garniture intérieure améliorée. L'Aspire avait très peu d'options pour le modèle de base: lecteur de cassette, transmission automatique, dégivrage et essuie-glace arrière, jantes en alliage et une finition de confort et de commodité qui comportait plusieurs améliorations mineures à l'intérieur. En raison de la lenteur des ventes, le modèle SE a été abandonné après 1995 avec tous ses équipements en option. Le modèle de base a également perdu ses jantes en alliage et son essuie-glace arrière en option, faisant un véritable "décapage" pour l'Aspire[réf. nécessaire]. Les performances avec la transmission cinq vitesses étaient acceptable[réf. nécessaire] mais la transmission automatique était plus lente avec des temps de 0 à 100 km / h de 16,2 secondes. La direction assistée n'était disponible qu'avec la boîte automatique à cinq portes. L'Aspire a fait peau neuve en 1997 avec des pare-chocs avant et arrière redessinés, une nouvelle radio et de nouveaux revêtements de siège. En août 1997, Ford a annoncé que l'Aspire serait abandonnée en raison de la lenteur des ventes. La dernière est sortie de la chaîne de montage le 26 septembre 1997.

Kia Avella[modifier | modifier le code]

La Kia Avella est une automobile produite par Kia Motors de mars 1994 à 2000, elle remplace la Kia Pride et elle est basée sur la Ford Festiva/Aspire, en 1999, elle est remplacée par les Kia Picanto et Kia Rio (bien que la production pour certains marchés d'exportation se soit poursuivie jusqu'en 2000).

«Avella» était un mot-valise inventé, combinant aveo (latin pour «désir») et ella (espagnol pour «elle»)[32]. Disponible dans les styles de carrosserie berline (Avella Delta) et à hayon trois portes et cinq portes. Les ventes de la Kia Avella ont totalisé 115 576 en 1994, mais sont tombées à seulement 27 850 en 1998. L'Avella était principalement destinée aux marchés d'exportation portant le badge Ford, car les clients sud-coréens avaient tendance à préférer les berlines à malles aux berlines à hayons. Elle était vendue sur un très petit nombre de marchés d'exportation avec des badges Kia, comme Malte.

Toutes les Avella sont livrées de série avec des roues de 13 pouces, une chaîne stéréo à quatre haut-parleurs, une vitre arrière chauffante, des freins antiblocage (ABS), un coussin gonflable côté conducteur et des poutres d'impact de porte. L'équipement en option comprenait la climatisation, les serrures électriques, les rétroviseurs électriques, les vitres électriques, les sièges arrière rabattables, le rétroviseur intérieur à atténuation, un compte-tours et des roues en aluminium. L'Avella a été la première voiture sud-coréenne de sa catégorie à offrir des doubles coussins gonflables et des freins ABS[32]. La version Delta a reçu une partie avant légèrement retravaillée de ses sœurs à hayon.

Alors que les Avella standard recevaient le moteur B3 1,3 litre de 73 PS (54 kW) de Mazda, des versions supérieures étaient disponibles à la fois avec un SOHC et une version DOHC plus puissante du moteur B5 de 1,5 litre. La version DOHC de 105 ch (77 kW) n'était disponible que sur l'Avella Delta quatre portes. Des transmissions manuelles à cinq vitesses ainsi que des transmissions automatiques à trois ou quatre vitesses étaient disponibles.

Troisième génération (1996)[modifier | modifier le code]

Les ventes de la deuxième génération de Festiva ont pris fin en 1996 pour le marché japonais, remplacées par la troisième génération - le Mazda Demio (DW) conçu par badge. Connue sous le nom de «Ford Festiva Mini Wagon», la gamme de modèles exclusivement japonaise se composait d'un seul style de carrosserie, un hayon à cinq portes disponible avec un moteur de 1,3 ou 1,5 litre. Les options de transmission étaient une automatique à trois ou quatre vitesses et une manuelle à cinq vitesses. La production s'est poursuivie jusqu'à ce que Mazda cesse de fabriquer le Demio équivalent en 2002.

Ford Festiva Miniwagon
Ford Festiva Miniwagon

Fin de production[modifier | modifier le code]

Elle a été remplacée dans la gamme Kia par les Picanto et Rio. Ces dernières ne seront cependant pas déclinées en une version Ford, puisque Kia ne fait désormais plus partie du groupe Ford mais du groupe Hyundai. Aux États-Unis, vu le faible succès de la Festiva, Ford décida de ne pas lui donner de remplaçante.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Mazda 121 DB11 (Mk1) 121 1987–1989 », sur GoAuto, John Mellor (consulté le 7 août 2010)
  2. Rod Halligan, « Mazda 121 – Carsguide Car of the Week », sur Carsguide, News Limited, (consulté le 18 février 2011)
  3. (ja) 自動車ガイドブック [« Japanese Motor Vehicles Guide Book 1987~'88 »], vol. 34, Japan, Japan Automobile Manufacturers Association,‎ [détail de l’édition], p. 178
  4. a b c et d Rich Norman, « History of Festiva », Fordfestiva.com, (consulté le 7 août 2010)
  5. Kevin Radley, « Far-Eastern Ford », Bonnier Corporation, New York,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  6. a b et c « 1991 Ford Festiva 5-dr hatch », sur GoAuto, John Mellor (consulté le 8 août 2010)
  7. a b c d e f et g « 1990–1993 Ford Festiva: Full Review » [archive du ], HowStuffWorks
  8. a b et c Bill Hartford, « Fordable Festiva », Hearst Magazines, Des Moines (Iowa),‎ , p. 10 (lire en ligne)
  9. Automobile Guide Book 1987~'88, p. 125.
  10. Vaughan Brian, December 2, 2010, 1988 Ford Festiva Specifications, eHow
  11. Tony Swan, « Ford Festiva LX », Hearst Magazines, Des Moines (Iowa),‎ , p. 121 (lire en ligne)
  12. George Dammann, 90 Years of Ford, Motorbooks International, (ISBN 9780879386825, lire en ligne), p. 597 :

    « After getting a slight facelift in 1990, the virtually unchanging Korean-built Festiva remained a carbon of last year. »

  13. a b et c International directory of company histories, Volume 29, Détroit (Michigan), St. James Press, (ISBN 978-1-55862-388-0), p. 65 :

    « A major breakthrough for Kia occurred in 1987, however, when it started shipping automobiles to the largest single international car market, the United States. Kia reached and agreement to supply Ford with its Festiva model. [...] Kia planned to ship about 70,000 units annually for Ford and a like number of the cars to other countries. Kia's sales topped US $2.4 billion in 1987 as its work force swelled to about 23500. Kia's arrangement with Ford reflected its strategy, first evident in the mid-1980s, to gradually assume Japan's role as the leading supplier of low-end economy cars. By the mid-1980s, in fact, it was clear to Kia executives that Japan was reducing its emphasis on low-priced cars and focusing on higher-priced, high-profit vehicles. [...] Kia planned to use its low-cost production advantages to fill the void. Kia's greatest edge in comparison to US, European, and Japanese automakers was labor. Indeed, until the late 1980s Kia paid its workers a mere fraction of what their foreign counterparts earned. The savings were mirrored in cars like the Festiva, which enjoyed steady demand as a result of their extremely low prices. Over a period of about five years, Kia shipped 350,000 Festivas to Ford. »

  14. « Mazda 121 (DA) », sur Red Book, Automotive Data Services (consulté le 20 février 2011)
  15. a b c et d « Mazda 121 (DB11 (Mk1) 121) 1989–1991 », sur GoAuto, John Mellor (consulté le 7 août 2010)
  16. a et b « Ford Festiva (WA Festiva) 1991–1994 », sur GoAuto, John Mellor (consulté le 7 août 2010)
  17. « Ford Festiva 1991–2000 » [archive du ], Marque Publishing Company (consulté le 7 août 2010)
  18. « Ford Festiva WA », sur Red Book, Automotive Data Services (consulté le 8 août 2010)
  19. a et b « KIA Pride (1991–2000): What's Good » [archive du ], Honestjohn.co.uk
  20. « Plant Information » [archive du ], Ford Motor Company
  21. Japanese Motor Business, Economist Intelligence Unit, (lire en ligne), p. 56 :

    « Ford's Taiwanese affiliate, Ford Lio Ho, has been involved in the alliance. Ford Lio Ho makes the Ford Festiva (based on the previous generation Mazda 121) [...] Furthermore, until recently the Festiva was built by Kia Motors, which exported it to North America. Production of the Festiva is being transferred to Kia's domestic affiliate, Asia Motors, now that Kia has introduced a new small car model, the Avella. »

  22. a b et c « Used Car Safety Ratings 2008 », Monash University (consulté le 22 mai 2011)
  23. a et b (it) Quattroruote: Tutte le Auto del Mondo 1990, Milan, Editoriale Domus, , 454–456 p.
  24. a et b (it) Carlo Sidoli, « È astuta e si scopre » [« She is smart and it shows »], Editoriale Domus, Milan, Italie, vol. 34, no 399,‎ , p. 128–129
  25. « Bubble and Squeak » [archive du ], sur Drive, Fairfax Media, (consulté le 7 août 2010)
  26. « 1990~1999 », Mazda (consulté le 7 août 2010)
  27. a b et c Jonathan Crouch, « Used Car Review: Kia Aura » [archive du ], Autoweb
  28. President Chávez to give first 300 Venirauto vehicles, ABN
  29. « Production History », Arab American Vehicles (consulté le 25 mars 2010)
  30. World of Cars 2006·2007, Varsovie, Media Connection Sp. z o.o., , 230–231 p.
  31. « Used Car Safety Ratings 2010 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Monash University (consulté le 22 mai 2011)
  32. a et b Limb, Jae-un, « Blast From the Past #30: A small car that was big on safety », Korea JoongAng Daily, (consulté le 27 juin 2011)